Comme je vous l’avais indiqué les taux sont en forte hausse. Mon hypothèse reste que nous nous trouvons en période de stagflation.

La question à dix balles : Pour combien de temps et comment cela pourrait évoluer dans les prochains temps ?

Tout d’abord l’état des lieux concernant les taux d’intérêts.

1ère piqure de rappel, nous assistons à une inversion des taux, où les taux à deux ans sont plus élevés que ceux à 10 ans (comme déjà mentionné, ce n’est pas bon signe).

La courbe 10 ans-2 ans s’est encore inversée à 8 points de base, tandis que la courbe 30 ans – 2 ans s’est également inversée de 4 points de base. La courbe 30 ans – 3 ans est maintenant -22 points de base !!!! Le 3 ans a maintenant le rendement le plus élevé.

Voici la courbe actuelle des taux d’emprunt du trésor américain

C’est sur les échéances 2-3 ans que la courbe s’est le plus déplacée à la hausse depuis le début de l’année

L’évolution de la courbe depuis 2019 en vidéo

Concernant la vélocité de l’inversion de la courbe, l’année 2022 n’est pas la plus rapide !

Nous dirigeons-nous vers une récession ? Quel pourrait être l’impact sur le SP500 ? Que nous enseigne l’histoire ?

On peut remarquer que le SP500 s’est finalement assez bien comporté lors d’inversions de courbe des taux.

Ce qui me choque le plus dans ce que le marché anticipe, c’est la hausse ininterrompue des taux à venir aux USA.

Voici ce que le marché attend :

Le cadre étant posé, je vais vous livrer le fond de ma pensée !

Ces anticipations sont complètement folles ! (ou alors le USD ne vaudra plus rien !)

Comment oser penser que les taux vont monter pareillement alors que les USA (et les vieilles économies) sont endettées jusqu’à la dernière tuile ! Ces hausses de taux ne sont pas réalistes à mon très humble avis.

Actuellement on assiste à des hausses de prix incroyables sur le gaz, l’essence et la nourriture.

Un exemple parmi tant d’autres : L’Allemagne

Je ne vois pas comment il va y avoir de l’inflation galopante (de la croissance devrais-je préciser) alors que les prix s’envolent. Les salaires ne suivront jamais cette hausse et que va-t-il se passer ?. Les gens consommeront moins et nous allons subir une RECESSION (que personne ne veut voir ?)

En conclusion bien humble de ma part. Les taux ne peuvent pas monter beaucoup plus sinon

1 – Les dettes des Etats ne seront pas payables (le seront-elles un jour)

2 – Cela va faire ralentir (s’écrouler) la pseudo reprise

pour information et pour terminer, les USA font face à des échéance de dettes très proches

Happy Redeeming

PS : Voici un document intéressant de XO Investments : (je note, les ménages vont devoir s’adapter…. comment ? Pas beaucoup d’autres solutions que baisser les dépenses et la consommation)

8 Responses

  1. Bonjour Monsieur Crottaz, vous dites
    …(ou alors le USD ne vaudra plus rien !)
    Personnellement, je crois que l’on n’est pas loin de la version que vous proposez. Et pour l’Euro cela a déjà commencé bien avant. La guerre des monnaies se déroule sous nos yeux et le CHF y joue son rôle. Maintenant reste à connaître comment les banques centrales et les états vont agir pour juguler toute cette fausse monnaie dans l’économie. D’ailleurs, vous avez souligné, depuis longtemps, les masses monétaires qui atteignaient des niveaux qui n’étaient pas raisonnable.
    Dans votre hypothèse, ne serait-il pas judicieux de dissocier les taux d’intérêt fixés par les banques centrales aux Etats et taux d’intérêt fixés par les banques commerciales aux commerces et individus? Cela peut changer la donne.
    A la suite de multiples informations de qualité consultées sur le net, j’imagine, qu’à terme nous n’échapperons pas à une dévaluation importante avec, probablement, un rééquilibrage des dettes d’états. Qu’en sera-t-il de nos retraites?
    Bien évidemment ce n’est jamais le scénario du pire qu’il faut envisager car avant toute chose c’est le commerce qui fait avancer le monde. Or, celui d’aujourdhui recèle bien plus de défis avec moins de moyens que celui des 30 glorieuses. Cela pouvant impliquer énormément d’incertitudes et donc de la volatilité sur les marchés.
    Cela dit, vous avez raison, nous aurons mal au porte-monnaie.
    Bien à vous.

  2. @Crottaz, merci. Votre développement serait encore plus magistral si vous rajoutiez également la perspective du contexte du pourquoi nous en arrivons là et les craintes non feintes que vous affichez en tant qu’expérimenté dans la finance.

    Permettez donc d’ajouter ceci :

    1) Putin n’a pas déclaré la guerre à l’Ukraine, non. Putin a déclaré la guerre à l’Occident. Une guerre n’est pas que ‘militaire’.

    2) au-delà du simple aspect militaire (le plus visible) qui reste pour le moment contenu à l’Ukraine, un de ses objectifs finaux à terme est de faire s’effondrer les économies occidentales (dont également celle de la Suisse, celle-ci faisant aussi partie de la liste dite des ‘pays inamicaux’) par une stratégie généralisée de ‘chaos’.

    3) Pour se faire, ses conseillers ‘économie & finance’ au Kremlin version Machiavel ont fait à la fois le même constat que vous et moi et d’autres (situation potentielle de hausse d’endettement, baisse de croissance et hausse d’inflation) et ce qui adviendra de l’Occident une fois la grande opération de ‘chaos’ qu’il a lancé. En somme une guerre multicouche (‘militaire’, ‘énergétique’, ‘monétaire’).

    4) A partir de là, ses guerres ‘énergétique’ et ‘monétaire’ lancés sont censées déstabiliser soit augmenter l’inflation, baisser les taux de croissance, augmenter l’inflation et par cause à effet augmenter l’endettement généralisé ainsi que de faire in fine effondrer le $ (par ricochet dans un monde ‘mondialisé’ aussi € et ¥) de nous les pays dits les plus ‘riches’ au monde. Jusqu’à l’effondrement du château de cartes (situation insoutenable). Pour le constat, on ne peut pas lui donner tort.

    5) Tout a été réfléchi à l’avance tout comme un joueur d’échec qui visualise dans son cerveau les 12 prochains coups. Au-delà des scénarios plausibles de la suite des événements selon le logiciel Putin, pour le moment on est pas bien positionné au niveau des guerres :

    – ‘énergétique’ : les prix vont continuer à augmenter encore et encore. l’UE décide d’arrêter les achats de gaz? Mais Putin est très content parce qu’il considère que cela va mettre à bas encore plus vite que prévu l’industrie allemande et européenne en général (la France un peu moins) par cherté et manque d’approvisionnement.

    – ‘monétaire’ : les européens s’offusquent de payer les achats (gaz, pétrole, charbon, diamant, métaux) en rouble ? Putin est très content parce qu’il sait que c’est impossible. Les dirigeants européens affichent une impuissance des plus pathétiques à cause du boulet allemand. Il n’y a qu’à voir la solution que Mrs Macron et Scholtz ont décidé il y a deux jours (https://www.europe1.fr/economie/paiement-du-gaz-russe-en-roubles-comment-les-europeens-comptent-ils-contourner-le-probleme-4103383). Aveu d’impuissance, lamentable.

    Concernant le volet effondrement du $, ce qui lui tient particulièrement à coeur, Putin sait (qu’en théorie) le temps va jouer en sa faveur (un mix d’augmentation des taux, de l’endettement et de l’inflation soit une situation qui deviendra insoutenable). Il sait déjà qu’il va mettre à mal les banques centrales pour trouver des solutions à le contrer. Imprimer à tout va ne sera plus la solution.

    Putin pense encore avoir d’autres cartes cachées dans sa manche, le bon moment venu il déclenchera une autre nouvelle ‘guerre’, la ‘sociale’. Une fois que l’inflation ne sera plus maîtrisée ou si peu, il y aura dans certains pays plus ‘vulnérables’ (FR, ES, IT, GR et peut-être même DE) une instabilité sociale à cause de l’inflation et de la montée du chômage qui va s’installer, les gouvernements en place pour ‘calmer le jeu’ n’auront d’autre choix que de distribuer encore et encore des aides financières pour acheter la paix sociale. Donc augmenter l’endettement qui mécaniquement fera augmenter l’inflation déjà augmentée par l’explosion des prix des matières premières. On est pas bien positionné.

    Comment vaincre une par une toutes les guerres déclarées par Putin ? Comment éviter plus d’endettement, plus d’inflation et une augmentation des taux, la question à 10 balles en somme ?

    Il faut clairement comprendre que Putin (et Jinping) il n’en ont rien à faire que l’économie de leur pays (et leur population) va souffrir. Oui je sais que dans nos démocraties libérales c’est difficile d’intégrer cela. Nous constatons sous nos yeux que les démocraties ne sont pas à l’aise quand l’ennemi est un dictateur déjà parce qu’il n’a aucune considération morale. Ce qu’il ne faut jamais sous-estimer c’est le pouvoir de nuisance des dictateurs.

    Je ne pense pas que les solutions politiques de techniques économiques et financières usuelles (banques centrales) suffiront. Comme les sanctions, toutes ces mesures prennent du temps avant de faire les effets escomptés, et du temps qui est un facteur majeur, nous allons en avoir de moins en moins pour réagir de manière efficace.

    Bonne nouvelle : Putin n’attaquera pas l’Otan parce qu’il sait qu’il perdra (il suffit de les repousser jusqu’à leurs frontières, pas besoin de plus). Deuxième armée du monde ? Pfffff, elle est décrédibilisé tout comme la qualité de ses armements. Les armées composant l’Otan sont bien plus professionnelles et le matos de bien meilleure facture. Nous avons ce qu’il faut (je ne parle pas de la Suisse) pour lui tenir tête.

    Le salut de toutes solutions politiques et des interventions des banques centrales doit provenir avant tout de l’acceptation généralisée d’une grande majorité des opinions publiques. Et pour cela :

    – les politiques doivent à la fois changer le narratif actuel et expliquer la vérité à la population, les gouvernements ont maintenant bien compris quelles sont les réelles intentions de Poutine alors pourquoi ne pas le dire clairement ? Il nous a déclaré la guerre. Ou il sera vaincu ou nous serons vaincu (économiquement).

    Une population bien informée et qui a compris les enjeux sera mieux à même d’accepter ensuite les décisions difficiles des politiques et banques centrales, soit concrètement être prêt d’accepter une baisse du niveau de vie et du niveau de confort.

    Ensuite, dans nos vieilles démocraties européennes les décideurs politiques sont de plus en plus décrédibilisés. Jusqu’à présent Macron et Scholtz ont montré crainte, atermoiement et peur devant Poutine. Il est temps de changer de logiciel et d’afficher plus de courage politique. Il faut que la population ait confiance dans leurs dirigeants et qu’ils sentent ceux-ci soient déterminés. Je préfère une montée saine de patriotisme plutôt qu’une montée de nationalisme de tous bords par l’instabilité et le chaos.

    A quoi cela sert que les banques centrales interviennent si les opinions publiques se retourneraient contre elles ?

    Si j’étais un expert économique ou financier, je ne me concentrerais pas que sur les banques centrales.

    Que doit-on faire quand quelqu’un veut vous étrangler jusqu’à la mort ? Pour ma part, pas besoin de me l’expliquer.

    Mais ce n’est que mon avis personnel,

  3. @Crottaz : je ne sais si cela répond à toutes les ‘questions à 10 balles’

    « Les taux de crédit immobilier augmentent de 25 % en un mois !! »

    https://insolentiae.com/les-taux-de-credit-immobilier-augmentent-de-25-en-un-mois-ledito-de-charles-sannat/

    NB : éviter de lire les commentaires de ce site, cela sent le moisi (je pèse mes mots).

    ————————

    Nouvel ordre mondial, puissances régionales qui peuvent être des game changers : “Oil Gulf states pivot toward China amid sharpening standoff with US”

    https://www.debka.com/oil-gulf-states-pivot-toward-china-amid-sharpening-standoff-with-us/

    Ce site est en général et depuis longtemps bien ‘renseigné’. Les sanctions de l’Occident feront-elles pschitt ?

    Biden, wake up…now.

  4. Ces jours-ci, j’ai observé une corrélation très intéressante entre le tx à 10ans américain et le prix de l’or en $
    L’un consolide quand l’autre monte. Ça paraît tellement évident.. mais lequel des 2 prendra tôt ou tard l’avantage ?
    Happy investing.. comme vous dîtes si bien Monsieur Crottaz :))
    ..et merci beaucoup pour votre passion que vous partagez avec vos lecteurs.

  5. @Crottaz : “Bullard (Fed) veut porter les taux à 3,5% d’ici la fin de l’année”

    https://www.reuters.com/article/usa-fed-bullard-idFRL6N2WG06E

    Et quelles sont leurs prévisions au siège de la BCE ? Les vrais faux riches (les très très endettés EUR et sans marge de manoeuvre) tremblent. Merci l’Allemagne, merci Kamarad Schröder le traître en chef, merci Madame Merkel, merci Monsieur Scholtz et sa clique SPD en ayant vendu leurs âmes au diable. God bless America.

  6. En complément, Je viens de le lire il y a quelques minutes :

    “17h56 : Olaf Scholz dans la tourmente

    Partenaires européens irrités, crise larvée au sein de son gouvernement : le chancelier Olaf Scholz subit un flot continu de critiques sur son soutien à Kiev jugé trop pusillanime au moment où l’offensive russe en Ukraine redouble d’intensité. « Que fait l’Allemagne ? : la question n’est pas posée seulement ici en Allemagne, mais au niveau international », fustige le chef de l’opposition conservatrice Friedrich Merz, en référence aux livraisons d’armes lourdes à l’Ukraine demandées aussi instamment par les Verts et les Libéraux, membres du gouvernement d’Olaf Scholz.

    Le chancelier allemand Olaf Scholz est critiqué pour sa gestion de la guerre en Ukraine.

    Jusqu’ici, le chancelier rejette ce qu’il appelle un « cavalier seul de l’Allemagne », martelant qu’une décision sur cette question doit être coordonnée avec les alliés. Pourtant, plusieurs pays de l’Otan ont déjà donné leur feu vert à de telles livraisons, comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la République tchèque ou les Pays-Bas. Au final « la position allemande équivaut à un cavalier seul », ironise le quotidien conservateur Die Welt.

    La popularité du chancelier en place depuis décembre, souvent critiqué pour sa propension à se taire pendant les crises ou à manquer de clarté, s’en ressent. Selon un sondage Civey pour Der Spiegel, les deux-tiers des personnes interrogées lui reprochent un manque de leadership.”

    https://www.20minutes.fr/monde/3274111-20220420-guerre-ukraine-direct-entre-frappes-aeriennes-missiles-enfer-nombreuses-villes-donbass

    Comment dit-on pitié en allemand ? Suffit de le demander au fidèle caniche de l’Industrie Allemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.