Et si la récente hausse des marchés n’était que le fait de programmes d’achats ? Quand j’écris programmes, je parle de programmation, de robots ou d’ordinateurs.

Lors d’un échange ce matin, mon ami Pascal a soulevé un point très intéressant. Et si les robots traders achetaient simplement parce qu’ils se trompent en analysant les données reçues ?

Par exemple (idée saugrenue?), est-ce que le robot analyse mal l’allongement des délais de livraisons qui sont le fait d’un problème de chaines d’approvisionnement ?Le robot pense de son côté que ses délais sont le fait d’un carnet de commande énorme difficile à honorer, donc de la croissance et des bénéfices hauts.

Tout cela est probablement le fruit de mon imaginaire, mais comment expliquer que le taux de chômage (on attend 20% aux USA selon les anticipations) monte en flèche dans le monde, que tout ralentit et que les marchés tiennent…

Dès lors quel est le volume en pourcent dans les marchés qui est le fait d’humains (les vrais) et de robots (les méchants) ?

D’après ce que j’ai pu trouver, il semble que

60% sont des robots ! (chiffre 2017) https://www.cnbc.com/2017/06/13/death-of-the-human-investor-just-10-percent-of-trading-is-regular-stock-picking-jpmorgan-estimates.html

Il est fort possible que ce taux soit encore plus élevé aujourd’hui car la gestion passive a pris le pas sur la gestion active et la tendance semblait continuer.

Je vous renvoie à mon article : “Gestion passive, gestion soumise

Aujourd’hui les chiffres de flux dans les gestions passives / actives sont éloquents

Happy Investing

Comments are closed