6 Responses

  1. Bonjour Olivier.

    Ce n’est peut-être pas insurmontable, mais ce sera quand même une perte de 5.5% du PIB.

  2. Merci, toutefois ce monsieur comme un certain nombre d’autres d’ailleurs ne font que d’enfoncer une porte ouverte. Tout cela on le sait déjà depuis des années.

    Il est tout à fait exact que les allemands (mais aussi les italiens et d’autres) imposent à la fois des sanctions dites ‘dures’ alors qu’à peine la moitié de celles-ci sont à peine appliquées, et en même temps continuent à acheter du gaz bien russe à des cours de plus en plus élevés. Les américains continuent aussi actuellement à leur acheter du pétrole. Pour résumer, l’Europe continue à financer la guerre russe alors qu’en même temps elle lui applique des sanctions.

    Ambiguité, hypocrisie, contradictions ? Non, realpolitik. La question c’est pour combien de temps ?

    Donc les européens sont ‘niqués’ (complètement exposés) mais Biden aussi. Les américains comptes sur le soutien des russes pour finaliser les négos à Vienne sur le nucléaire iranien (la Russie n’ayant pas d’intérêt à avoir un nouveau voisin ‘instable’ jongleant avec des têtes nucléaires selon l’humeur du jour ou en voulant copier la stratégie actuelle de Putin).

    Putin n’est pas fou, il a profité de l’instant T d’un alignement global des planètes qui lui soit des plus favorables au niveau géopolitique.

    Voyons donc quel accord va être finalisé à Vienne et les répercussions sur le conflit ukrainien.

    Je vois également une analogie de la position de ‘non intervention’ des USA à une guerre qu’ils n’auraient pas décidé avec celles de la 1° et 2° guerre mondiale. Rappelez-vous, ils sont entrés dans le tard lors de la première, et ne voulaient pas non plus être impliqués lors de la seconde. C’est pour des raisons économiques qu’il y sont entrés. Merci pour tout Winston qui a réussi à les faire changer d’avis.

    Si Poutin continue à insister, les USA (l’OTAN, les autres membres ne sont que des suiveurs … un peu comme les bourses) finiront pas entrer dans le conflit (non pour envahir la Russie) pour des raisons d’ordre économique.

    On dirait que le FMI est en train de préparer le terrain :

    17h50 : Une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques « dévastatrices » (FMI)

    Une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques « dévastatrices » au niveau mondial, a prévenu le Fonds monétaire international (FMI) samedi.

    Outre le conflit lui-même, les sanctions imposées à la Russie « auront aussi un impact substantiel sur l’économie mondiale et les marchés financiers, avec des effets collatéraux pour d’autres pays », a également averti le FMI.

    https://www.20minutes.fr/monde/3246811-20220305-guerre-ukraine-direct-moscou-annonce-cessez-feu-marioupol
    ————————————————————————

    Les européens ont économiquement (et pas que) les genoux qui tremblent (“Avoir peur, c’est trembler sans avoir froid.”, proverbe chinois). Il y a une part de bluff de la part de Putin, il sait que sur le continent il a à faire à des trembleurs (dirigeants, opinion publique). Les américains eux ne trembleront pas, et ça Poutin le sait aussi. En même temps il ne peut plus reculer, il est allé trop loin.

    Quand je pense que le ministre des affaires étrangères de l’UE (Borell le gentil gentil gentil) vient de demander à la Chine de jouer un rôle de médiateur. Donc à Bruxelles on compte sur un autre dictateur pour résoudre un problème avec un dictateur … Je dois rêver debout.

    Cette affaire n’est pas terminée, sous-entendu le président Putin n’a pas encore gagné. Je suis déçu de vivre dans un continent de trembleurs obsédés d’abord et avant tout par le maintien de leur confort et de croire illusoirement qu’avril 1945 était la fin de l’histoire…

    Mais ce n’est que mon avis personnel,

  3. Ce blog est apolitique et uniquement économique. L’avez-vous remarqué ?

    Je ne vais plus libérer de commentaire hors débat économique surtout sur des débats concernant des chiffres de morts entre autres.

    La première victime, dans une guerre, est la vérité.

    Vous devez donc considérer tout ce que l’on vous dit comme des potentiels mensonges.

  4. La chine exporte 6 fois plus aux USA ou en UE qu’en Russie. La Chine a besoin d’une économie mondiale qui fonctionne.
    Les Allemands ont suivi une politique mercantiliste qui consistait à économiser sur l’armée en se mettant sous la protection intégrale des USA et sous la dépendance énergétique de la Russie. Cela leur a permis d’énormes gains économiques. On aperçoit maintenant les limites d’une telle stratégie.
    Je me rends compte que l’Allemagne et les Pays Bas sont d’impressionnants importateurs de gaz et qu’ils ont été pendant tant d’années des pourfendeur du nucléaire français….ont ils eu raison de préférer le gaz russe ?
    La Russie comprend 146 millions d’habitants et il me semble que la démographie n’évolue pas trop depuis la chute du mur de Berlin. Combien d’entreprises russes en dehors des matières premières ? Si les pays riches désirent tous se passer des énergies fossiles en quelques décennies , quel avenir pour la Russie ?
    Enfin et surtout , depuis la chute du mur de Berlin, pourquoi l’Europe n’a pas ouvert les bras à la Russie ?
    Serait ce la volonté des USA ? couplé à la lâcheté européenne ?

  5. Une approche différente mais qui semble une évidence :

    “POURQUOI LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET LA GUERRE EN UKRAINE SONT LIÉS”

    https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/pourquoi-le-changement-climatique-et-la-guerre-en-ukraine-sont-lies-150635.html?utm_source=Abonn%C3%A9s+Novethic&utm_campaign=c349d45cb8-EMAIL_CAMPAIGN_2022_03_07_05_01&utm_medium=email&utm_term=0_2876b612e6-c349d45cb8-171504001

    L’Allemagne, le maillon faible, est dans le dur et met en porte à faux ses ‘partenaires’ :

    “SANCTIONS: DISSONANCES ENTRE OCCIDENTAUX SUR LE PÉTROLE ET LE GAZ RUSSE”

    https://www.bfmtv.com/economie/international/sanctions-dissonances-entre-occidentaux-sur-le-petrole-et-le-gaz-russe_AD-202203080014.html

    Les choses sont plus lisibles maintenant, grosso modo si rien ne bouge c’est l’Allemagne qui fera chuter Kiev ou comment Berlin demande pour ses besoins personnels à la résistance ukrainienne de tenir pendant plusieurs mois. Gherard (ex chancelier de gauche) et Vladimir doivent ricaner. Se rendent-ils bien compte de la mèche qu’ils viennent d’allumer ?

    Question à 5’000 milliards $ : l’opinion publique allemande acceptera-t-elle cet état de fait ? Pas sûr au vu des derniers sondages (https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/energie/pour-l-allemagne-les-importations-d-energie-russe-sont-essentielles-pour-l-europe_AD-202203070407.html).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commentaires récents