Pourquoi des sociétés qui ne produisent peu ou pas de voitures affichent des capitalisations boursières démesurées par rapport aux constructeurs traditionnels ?

Tout d’abord pour commencer, il ne faut pas omettre de signaler que les fabricants traditionnels se mettent à l’électrique de manière importante (Volkswagen, BMW etc.).

Dernièrement, une IPO dans le secteur de l’automobile a vu la société Rivian littéralement s’envoler

Cette société a produit environ 300 véhicules en 2021, mais en espère 200’000 en 2023 : https://insideevs.com/news/544860/rivian-r1t-production-delivery-october2021/

Sa capitalisation boursière est aujourd’hui de 153 milliards de USD (ou vous avez bien lu !)

Une seconde société porte le doux nom de Lucid Motors :

Elle semble vouloir produire 577 véhicules cette année et a déjà 13’000 modèles en commande. Elle annonce une grande autonomie de batterie et une voiture à 1’111 chevaux (oui vous avez aussi bien lu, très utile sur nos routes encombrées et radarisées..) pour 90 milliards de dollars US de capitalisation boursière ce jour.

https://www.electrive.com/2021/10/07/lucid-motors-on-track-for-2023-production-targets/

https://www.caranddriver.com/lucid-motors/air

Une simple comparaison avec Porsche – Volkswagen dont capitalisation est de 138 milliards, qui a produit – en 2020 – 263’000 véhicules et qui va passer en 2030 (si je ne me trompe pas) au tout électrique !.

Le price earning de VW est de 6 environ et donne environ 2% de dividende.

Mais bon dieu pourquoi investir dans des titres nouveaux dont le fondamental est bien loin de celui de Volkswagen ?

Probablement parce qu’il y a de belles promesses de production et que Tesla a tiré son épingle du jeu, mais surtout, ET C’EST LE PRINCIPAL FAIT :

Les fond de pension (notamment) commencent à mettre en place des règles ESG : https://fr.wikipedia.org/wiki/Crit%C3%A8res_environnementaux,_sociaux_et_de_gouvernance

Ceci engendre un impact sur les investissements des fonds. Ces derniers (ou autres) doivent investir dans l’électrique par exemple ! Et cela engendre des distorsions sur les cours.

Savez-vous que certaines pétrolières ne sont pas ESG alors que ce sont elles qui investissement les plus gros montants dans l’environnement.

Le nucléaire (qui ne produit pas de CO2 (mais attention aux déchets je le concède)) et qui a été décrié revient en odeur de sainteté.

Les gouvernements qui voulaient sortir du nucléaire (pour des raisons électorale) et dont l’horizon temps se borne à leur mandat électoral) font désormais marche arrière.

Ce petit billet pour mentionner que la folie boursière sur l’ESG peut continuer, mais qu’il est important de se poser la question si investir dans des promesses sur-évaluées en vaut le coup. Restons LUCID !

Happy Electrifying

Categories:

Comments are closed