Weimar, hyperinflation, billets

Un très bon ami m’a rapporté des billets de banques et vous savez quoi ! Je suis multimillionnaire (merci à lui de sa générosité).

je vous le donne en millions: 35 Millions de Reich Marks  !!

Demain j’arrête !

Hyperinflation around the globe: hyperinflation around the globe

Entre déflation et hyperinflation, je préfère le premier !

mais au cas où, voici:

le mode d’emploi en cas d’hyperinflation: HyperinflationSurvivalGuide

et Gerald.Swanson.-.The.hyperinflation.survival.guide.[88pp.scan.OCR]

 

Allez je vous laisse je dois me dépêcher de dépenser ces millions avant qu’il ne valent plus rien. Ah zut c’est déjà le cas !

 

   Envoyer l'article en PDF   

13 réflexions au sujet de « Weimar, hyperinflation, billets »

  • 24 novembre 2011 à 17 h 46 min
    Permalink

    Il y a toujours plusieurs faces possibles aux choses. Par exemple les taux monétaires peuvent monter non pas parce que la demande de monnaie se fait forte (loyer de l’argent), mais parce qu’au contraire la plétore d’argent rend sa détention risquée (prime de risque). L’inflation séculaire dont il est question ici c’est avant tout l’effondrement de la valeur de l’argent tésorisé. C’est à dire non investi. Première victime : l’épargne. La crise entraîne la peur, la peur l’épargne, l’épargne l’effondrement de la demande de biens et services, l’effondement des biens et services la faillite des entreprises de l’immobilier et le chômage. Le chômeur sort son épargne face à une production anéantie, à un immobilier cahotique, les prix des produits montent etc. etc. On voit bien que l’anéantissement de la valeur de l’argent capitalisé est fonction directe de l’anéantissement des capacités de production. Anéantissement dû à la tésorisation de la monnaie, dont la mission est au contraire de circuler, comme instruments de consommation et d’investissement. La crise c’est avant tout un état d’esprit : la preuve ? on finit toujours par en sortir.

  • 24 novembre 2011 à 17 h 47 min
    Permalink

    quand je passe au DAB je retire au minimum 1 million de guaranis (PYG). Et pourtant ce fut la devise la plus forte au monde sur 12 mois (après les manip de la BNS) 😉

  • 24 novembre 2011 à 17 h 52 min
    Permalink

    ma grand-mère parle encore en ancien francs français…. ça ne me dépayse pas.

  • 24 novembre 2011 à 18 h 34 min
    Permalink

    Olivier,

    Comment fait-on pour vous envoyer un document scanné, un billet de 100 millions ?

    Cdlt,

    Ludovic

  • 24 novembre 2011 à 20 h 21 min
    Permalink

    Jeudi 24 novembre 2011 :

    Aujourd’hui, le mini-sommet Merkel-Sarkozy-Monti n’a pas du tout rassuré les investisseurs internationaux : pour six Etats européens, les taux des obligations à 10 ans sont au-dessus de 5,7 %.

    Les deux Etats les plus en danger sont la Belgique et l’Italie : leurs taux explosent.

    Belgique : 5,737 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBGB10YR:IND

    Espagne : 6,627 %.

    Italie : 7,107 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Irlande : 8,207 %.
    Portugal : 12,211 %.
    Grèce : 29,875 %.

  • 24 novembre 2011 à 20 h 44 min
    Permalink

    Gardez le il va peut être bientôt servir à nouveau si la banque centrale allemande continue à recevoir des transferts massifs de tous les pays endettés.
    Une rencontre François Asselineau et Olivier Delamarche serait intéréssante.

  • 25 novembre 2011 à 8 h 38 min
    Permalink

    N’oublions pas tout de même que les anglais ont dévalué de 30 % environ leur monnaie face à l’euro en quelques années, qu’ils ont 5% d’inflation et que leurs activités ne semblent pas repartir.Par contre, ils font de véritables réformes, EUX.
    Aux, US, quasi le même topo avec des chiffres économiques (chômage, immobilier, probablement bilans bancaires trafiqués etc…).Le QE semble surtout permettre aux financiers de se gaver sur une monnaie qui perd chaque jour de sa valeur relative.Effectivement, peut être que la personne Lambda a plus intérêt à une légère déflation qu’a un quantitative easing débile.Par contre, la déflation obligera les gouvernants à réformer et les élites à devenir plus intelligente et moins dogmatiques que durant les trentes dernières années……Sur BFM; ” vient l’heure des techniciens (pour gouverner les pays) et s’ils échouent viendra celui des dictateurs”.

  • 25 novembre 2011 à 14 h 45 min
    Permalink

    Beau trésor ! Il fut un temps, on comptait en centimes. Alors pourquoi pas en millions ?

  • 25 novembre 2011 à 16 h 58 min
    Permalink

    ce billet est très parlant, merci.

    Par contre existe-t-il un déflation survival guide, cela m’intéresserait au plus haut point!!

    Je suppose bien entendu que l’on ne peut pas se protéger des deux à la fois… non?

  • 25 novembre 2011 à 19 h 14 min
    Permalink

    L’hyperinflation viendra, c’est le destin de toute monnaie papier, mais d’abord vient la déflation (ça a déjà commencé).

    @ Mermoud Jean-René

    Si les taux montent, c’est parce que les États sont surendettés, c’est la seule explication, il n’y en a pas d’autre. Et les taux qui montent ne font évidemment qu’accélérer la venue de la banqueroute et du crash, phénomènes *déflationnaires*, donc les prix **baissent** et le cash gagne en valeur.

    @ tloc

    Le QE n’ a strictement aucun effet sur la valeur des monnaies, ce n’est qu’un échange de cash contre du quasi-cash (bonds du trésor). La déflation n’est dans l’intérêt de personne, elle tue les entreprises endettées, soit l’écrasante majorité d’entre elles.

  • 25 novembre 2011 à 19 h 18 min
    Permalink

    @ Néophyte

    La meilleure protection contre la déflation, c’est le cash, diversifié en plusieurs monnaies solides, avant tout l’USD, qui devrait gagner le plus en valeur. À court terme, les treasury bills à 3 mois sont très sûrs, mais ça soulève des problèmes éthiques (du moins en ce qui me concerne).

    Ne pas vendre les métaux précieux, en cas de réforme monétaire, même si improbable, on ne sait jamais.

  • 27 novembre 2011 à 12 h 28 min
    Permalink

    En dehors de ma maison, j’ai un peu d’épargne à placer (environ 100.000 Euros). J’ai aussi des dettes (50.000 Euros) suite à un investissement immobilier (j’ai préféré m’endetter à bas taux – environ 3% – et moyen terme – 8 ans – plutôt que de payer cash, qui vivra verra).

    Est t’il raisonnable de penser qu’on peut déposer ces 100.000 Euros (en toute transparence) dans une banque Suisse ? Dans quelle devise ? Auprès de quel établissement ?

    Je pense à aux banque cantonales du Valais, de Vaud, De Berne, et éventuellement Julius Baer, B Rotschild, Swissquote …

    Qu’en pensez vous ?

Les commentaires sont fermés.