Votre retraite placée à un taux de 0%

Les articles précédents en parlaient déjà. Les caisses de pension (en Suisse la prévoyance du deuxième pilier) ont subit déjà de graves dégâts en 2008. Il semble que 2009 (après le rebond mars-juin qui a amené les indices presque étale pour les grands marchés suisse et européens) se déroule, pour l’instant, légèrement mieux.

L’article du temps qui nous renseigne sur les résultats 2009 des caisses:Une bouffée d’oxygène pour les caisses de pension-

et un autre du même quotidien qui exprime le désarroi des caisses qui doivent octroyer un taux positif alors que les marchés ne rapportent rien: Economiquement, le taux minimal LPP devrait être-

En résumé et comme souvent écrit ici, la prévoyance est un looser game pour les caisses de pension. En effet, elle doivent assurer et assumer des risques que l’assuré lui-même ne prend pas puisque qu’on lui promet (légalement) un rendement positif sur la partie obligatoire.

Certaines caisses ont déjà anticipé le problème en changeant de système et en passant au système de primauté des cotisations (voir un de mes articles précédent) et de ce fait reportant le risque sur l’assuré. De plus je rappelle que la loi autorise un rendement négatif sur la part sur-obligatoire

Voici en images les indices dont parle l’article précédent:

indices LPP 2005 pictet au 30-06-09

Soyez prudents et prévoyants…

Et voici un autre article qui me dit qu’il suffit de chasser le naturel pour qu’il revienne au galop: La City de Londres a repris ses mauvaises

   Envoyer l'article en PDF   

5 réflexions au sujet de « Votre retraite placée à un taux de 0% »

  • 14 juillet 2009 à 11 h 24 min
    Permalink

    Pour ceux qui en ont la possibilité (ils vont devenir très nombreux à court terme) l’on dirait qu’il vaudrait mieux tout prélever et attendre.
    Moins de risques, pas de gains et pas de coûts (presque).

  • 14 juillet 2009 à 13 h 52 min
    Permalink

    Je ne sais pas comment fonctionne le système helvétique de retraite. Mais il est sûr que le système français n’est pas un exemple à suivre

    Les retraites à la française : c’est simple. Quand un particulier organise un financement de cette sorte où les entrants payent pour les sortants, on appelle cela une pyramide, un financement pyramidal, une arnaque de Ponzi (ou de Madoff),… Et c’est très lourdement puni par la loi.

    Mais quand c’est l’État qui l’organise, non seulement c’est légal mais en plus il est obligatoire de cotiser…

    Jusqu’à quand cela pourra-t-il tenir ?

  • 15 juillet 2009 à 10 h 32 min
    Permalink

    Dans le système français,les régimes complémentaires réalisent des réserves qu’ils placent en produit financier pour reporter la faillite démographique vers 2014.Cependant,compte tenu des résultats décevants de leurs placements,nul doute que la faillite interviendra beaucoup plus vite.Il faut rajouter surtout pour bien comprendre l’arnaque de la retraite à la française,que la répartition a été décidé en 1945 lorsqu’il y avait 15 actifs pour 1 retraité, qu’en 1981,l’âge légal de départ à la retraite fut avancé à 60 ans avec 4 actifs pour 1 retraité et que trés prochainement, on arrivera à1.7 actif pour 1 retraité.POur bien comprendre l’arnaque des générations précédentes,le rendement des cotisations (ratio cotisation par rapport aux prestations)était de 35 % dans les années 65 à 74 puis descendait progressivement jusqu’à 15% en 1993 et se situe encore à 7%.Par contre, les cotisants actuels vont tout perdre car les prévisions parlent de 1.2% en 2030.D’ailleurs, le rapport du COR envisage que les cotisants (baisés) actuels partent à 70 ans en 2035.Il y a largement de quoi ressortir les guillotines.

  • 16 octobre 2009 à 13 h 11 min
    Permalink

    Subject: la solidarité bien partagée commence par soi même.

    Validation des périodes d’activité ancienne au titre de la retraite : le gouvernement demande le réexamen de certains dossiers

    Suite aux investigations menées par l’Inspection générale des finances et l’Inspection générale des affaires sociales, Xavier Darcos (ministre du Travail) et Eric Woerth (ministre du Budget) ont demandé aux caisses régionales d’assurance maladie et aux caisses de mutualité sociale agricole de réexaminer certains dossiers de régularisations de cotisations retraite prescrites. Ce dispositif permet à certains assurés, moyennant le versement d’une cotisation minimale, de valider des périodes d’activité ancienne non déclarées par l’employeur au titre de la retraite. Dans certains cas, cette validation ouvre droit au bénéfice de la retraite anticipée pour longue carrière. Cette régularisation peut s’appuyer sur des preuves écrites ou, à défaut, des attestations d’honneur corroborées par deux témoins. Ces opérations devraient s’étaler d’ici à la fin de l’année 2009. En effet, les investigations ont mis à jour des insuffisances dans le processus de contrôle qui justifient le réexamen de certains dossiers. Les ministres ont donc demandé aux caisses de contacter de nouveau certains assurés afin que ces derniers justifient de la régularité de leur situation.

    Attestation sur l’honneur coroborées par deux témoins………… nous sommes vraiment dirigés par des innocents.Peut on faire confiance à des témoins lorsqu’il s’agira de valider plusieurs années non déclarées dans les années 50 ? Encore une fois, les jeunes générations vont payer les chèques en blanc que s’octroient sans scrupule nos aînés.
    Il faudrait un peu controler toute ces attestations de complaisance car non seulement, les retraités touchent actuellement des montants outrageant par rapport à leur cotisation mais surtout cela condamnent les “jeunes” nés après 1965 à cotiser bien plus et à partir beaucoup plus tard.
    Il faudrait peut être étudier combien d’homme politique présent ou passé bénéficient de ces retraites anticipés.Je sais que nombreux sont ceux qui se déclarent travailleurs agricoles dans leur prime jeunesse.

  • 27 janvier 2011 à 19 h 40 min
    Permalink

    Très informatif! Cela m’a énormément aidé pour un travail! 🙂

Les commentaires sont fermés.