11 réflexions au sujet de « Vidéo: Nigel Farage les fraudeurs (en français) »

  • 23 mai 2013 à 16 h 13 min
    Permalink

    MERCI !!

  • 23 mai 2013 à 16 h 53 min
    Permalink

    eh oui il a raison on doit d’abord balayer devand sa porte et mettre toute l’Europe sur la meme marche

  • 23 mai 2013 à 17 h 27 min
    Permalink

    Ok aussi avec Nigel!

  • 23 mai 2013 à 17 h 53 min
    Permalink

    Un de mes proche travaillant dans le crédit a eu à traiter un dossier d’un élus européen. Dans les feuilles d’impôts de cet élus, son salaire annuel de parlementaire figurait dans la rubrique : revenus non assujettis à l’impôt. C’est cette racaille qui veut faire la chasse aux fraudeurs ??

    Les premier fraudeur sont ces pourris qui se votent des lois les exonérant des obligations infligées au plus grand nombre.

    cdlt

  • 23 mai 2013 à 18 h 21 min
    Permalink

    @ gil

    Et encore jetez un coup d’oeuil sur les rentes de retraite qu’ils se sont octroyez !

  • 23 mai 2013 à 20 h 44 min
    Permalink

    Effectivement, au lieu d’interdire les paradis fiscaux, devenons en tous un.
    Petit rappel: la politique monétariste des années 80 à débouché sur ??? 1987 et son Krach puis les fantastiques années 90 : crise, violences, ghettoïsation. Dont nous sommes sorti au début des années 2000 avec la conjonction : internet et nouveaux marchés.
    Par contre, sur le ton moralisateur des Fonctionnaires européens qui ne payent pas les impôts qu’ils votent, il faut remarquer que peut de personnes en font état.

    Petit rappel quand même : la révolution française de 1789 et l’indépendance des USA n’ont eu pour détonateur uniquement la question de l’impôt.

  • 24 mai 2013 à 14 h 13 min
    Permalink

    Bonjour,

    Puisse mon entourage prêter un peu plus d’attention à ce que je leurs dis sur ce sujet depuis des années avec l’audition de cette intervention de Nigel Farage, que je ne manquerais pas de lui proposer au visionnage à l’occasion d’une discussion.
    Quand je dis que les parlementaires européens se comportent comme une véritable mafia, je ne suis pas loin d’être au dessous de la vérité. Une mafia en place ferait moins bien.
    D’ailleurs, je n’hésite plus à les qualifier de “parlementeurs”.
    Avec nos “banksters”, ils forment une véritable équipe de choc.
    Attention tout de même au retour de bâton doré (fourré au tungstène).

    E-Gwen.

  • 24 mai 2013 à 14 h 45 min
    Permalink

    Vendredi 24 mai 2013 :

    Jens Weidmann souhaite qu’un pays de la zone euro puisse faire défaut à l’avenir.

    Le président de la Bundesbank (Buba), Jens Weidmann, a plaidé vendredi pour qu’un pays de la zone euro puisse à l’avenir faire défaut, une option que les Européens ont à tout prix cherché à empêcher pendant la crise.

    “Avec la crise, nous avons fait très attention à éviter les risques de défaut, par crainte d’un effet de contagion”, a expliqué M. Weidmann, réputé pour sa défense stricte de l’orthodoxie monétaire et budgétaire, lors d’une conférence organisée par la Banque de France et la banque centrale d’Allemagne.

    Il a, en revanche, laissé ouverte une telle possibilité à l’avenir.

    “A long terme, nous devons faire en sorte qu’un Etat puisse, en dernier ressort, faire faillite”, a relevé le patron de la Buba, ajoutant que cette possibilité était un élément clé pour permettre de discipliner les marchés.

    “C’est pour cela que nous travaillons au fait de découpler les Etats et les systèmes bancaires”, a-t-il par exemple fait valoir.

    1- Médaille d’or : la Grèce. Dette publique de 303,918 milliards d’euros, soit 156,9 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : l’Italie. Dette publique de 1988,658 milliards d’euros, soit 127 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 204,485 milliards d’euros, soit 123,6 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 192,461 milliards d’euros, soit 117,6 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 375,389 milliards d’euros, soit 99,6 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1833,810 milliards d’euros, soit 90,2 % du PIB.

    7- Royaume-Uni : dette publique de 1387,436 milliards de livres sterling, soit 90 % du PIB.

    8- Chypre : dette publique de 15,350 milliards d’euros, soit 85,8 % du PIB.

    9- Espagne : dette publique de 883,873 milliards d’euros, soit 84,2 % du PIB.

    10- Allemagne : dette publique de 2166,278 milliards d’euros, soit 81,9 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22042013-AP/FR/2-22042013-AP-FR.PDF

  • 27 mai 2013 à 9 h 00 min
    Permalink

    j’aime bien la fin de la vidéo, où Mr Farage propose une voie à suivre et prouve qu’il ne se contente pas de critiquer avec une ironie qui fait mouche.

    Ce qui se révèle dans la discussion actuelle, c’est l’opposition entre la vision d’un Etat fort appelé “naturellement” à s’occuper de tout (puisque l’Etat est l’incarnation du “Bien” à savoir le choix effectué par la majorité), un jacobinisme à la française donc,et une vision où le bien public découle d’abord de l’épanouissement matériel des individus qui composent la société.
    Vision top down opposée à bottom up, dirait-on en finance…

    Mais dans la composition de l’Union Européenne, quels sont les Etats qui défendent l’idée de pouvoirs publics devant accepter de perdre un peu de leurs prérogatives? Je n’en vois pas.

    Tocqueville écrivait que le défi du monde moderne sera de concilier la liberté et l’égalité. Je crois hélas que la France d’aujourd’hui indique la voie que suivra l’Union dans les 20 prochaines années: l’Egalité seule prévaudra.
    A titre personnel, la seule question à laquelle je tente de trouver une réponse est: “comment puis-je me protéger de cet Etat qui sera de plus en plus tentaculaire, sur TOUS LES PLANS ?”

  • 26 juin 2013 à 16 h 00 min
    Permalink

    Colas: seul la fuite peut vous préserver de l’ogre affamé qu’est la France…..fuite ou le combat lorsqu’il viendra .

Les commentaires sont fermés.