Vidéo “Mise au point”: L’impôt par Pascal Broulis

La comparaison entre Rhône-Alpes et Vaud/Genève est sidérante !

On peut en conclure que la centralisation n’a rien de bon.

Allez dire cela à Bruxelles…..

Juste une remarque, j’apprécie moyennement quand Monsieur Broulis (Pascal Broulis, chef du département des finances et des relations extérieures, VD) parle de l’impôts payé comme étant une ponction….(qui est un terme familier !), je trouve ce terme maladroit. Perception aurait été plus adéquat (l’état est un percepteur)

M. Broulis a d’ailleurs écrit un livre sur l’impôt heureux: http://www.swissinfo.ch/fre/societe/Un_livre_pour_se_reconcilier_avec_son_percepteur.html?cid=31568000 (en tous cas ça le rend heureux lui)

 

   Envoyer l'article en PDF   

33 réflexions au sujet de « Vidéo “Mise au point”: L’impôt par Pascal Broulis »

  • 6 mai 2013 à 11 h 39 min
    Permalink

    “Allez dire cela à Bruxelles…..”

    Bruxelles n’y peut rien, seuls les 300 millions de citoyens y peuvent…

    Y a du boulot !

  • 6 mai 2013 à 12 h 37 min
    Permalink

    Pour que Bruxelles comprenne faudrait déjà expliquer cela aux parisiens(Paris centralisatrice), aux berlinois(Berlin centralisatrice qui a failli être Germania…: http://artsavm.blogspot.ch/2013/03/0-false-21-18-pt-18-pt-0-0-false-false.html) , aux londoniens(Londres centralisatrice et colonisatrice)et aux autres capitales de l’Union européenne, qui toutes ont fait partie ou font toujours partie de pays colonisateurs.

    C’est vrai Olivier que le mot “ponction” n’est pas adapté! Du latin punctio = action de piquer(sens propre et figuré)! Mais sa signification n’est pas si éloignée de la réalité socio-économico-fiscale(!): “Opération chirurgicale qui consiste à introduire un instrument pointu (habituellement une aiguille) dans une cavité normale ou pathologique, à travers les tissus qui la recouvrent, pour en retirer du liquide ou y introduire un médicament.”

    Une belle métaphore qui n’avait pas échappé à Aragon: “Je fais des ponctions dans des ventres pleins (…)” , ni à Aron dans “les temps modernes” en 1945: ” S’il s’agissait seulement de réduire la circulation fiduciaire, l’impôt de la Libération, puis l’échange sans blocage ont effectué, au moins temporairement, une « ponction monétaire ». ” 🙂

  • 6 mai 2013 à 12 h 41 min
    Permalink

    Un peu simpliste,quid des potentats locaux en France qui ont construit à grands frais des hôtels de régions ou départementaux.
    Au final ce ne sont que la qualité des hommes de décisions qui font que les strucures fonctionnent.

  • 6 mai 2013 à 12 h 42 min
    Permalink

    @Olivier.
    vous n’aimez pas les riches et cela se ressent dans vos écrits. Pour vous ils sont tous des salauds de profiteurs.
    vous revenez sans cesse avec ce genre de discours mais n’apportez aucune solution. J’attends vos propositions si géniales

  • 6 mai 2013 à 13 h 36 min
    Permalink

    Je trouve ces reportages très bien, ne pas connaître la raison d’un succès met mal a l’aise, mais finalement il n y a qu’une seule cause :

    “La recherche permanente de l’équilibre a tous les niveaux”

    – Que ce soit spirituellement (largement promu par les courants philosophiques orientaux)
    – Socialement (c’est bien la classe moyenne qui garanti la démocratie)
    – Économiquement

    Cet état d’esprit conduit a la paix qui profite a la majorité et aux riches contrairement a l’état d’esprit belliciste anglo-saxon qui ne profite qu’aux super riches et qui détruit la démocratie et la société. L’avidité extrême est une maladie mentale.
    On se retrouve en 1789 : assignats + 1 % de super riches = des têtes qui tombent. Ça va faire mal …
    Ce dont on doit se méfier et se défendre, en Suisse, Car les hyènes qui n’auront de cesse de nous attaquer avant leur suicide final.

  • 6 mai 2013 à 14 h 53 min
    Permalink

    Ah l’enfoiré, exemple type du radical-socialiste,
    europeaniste pendant des années, et retourne sa veste maintenant,
    facile de plastronner alors qu’il est en train de piller la classe moyenne, et les multinationales, elles payent une multitude d’impôts? a gerber!

  • 6 mai 2013 à 19 h 19 min
    Permalink

    Effectivement, je suis riche et ne doit pas beaucoup m’aimer.
    Simplement, avez vous entendu parler du mille feuille français ? Alors lorsque l’on nous ressert le monde merveilleux de la décentralisation.
    Il me semble que cela permet surtout de flatter l’égo particulier de quelques personnalités locales.

  • 7 mai 2013 à 0 h 07 min
    Permalink

    Olivier, ce qui m’irrite particulièrement chez mes voisins français, c’est la résistance à toute autocritique et cette conviction de détenir la vérité universelle et de vouloir l’imposer à ses voisins. L’exemple le plus flagrant, c’est la conviction de la nécessité d’un couple franco-allemand pour que l’Europe existe et l’autre exemple, c’est la certitude que le salut de la Suisse passe par l’intégration à l’Union européenne. Toute l’éducation française est axée autour du rôle de la France dans le monde et le rayonnement de Paris(“ville la plus belle du monde”…) et vous les français fermez les yeux sur tout ce qui vous entoure. C’est un comportement obsessionnel et compulsif qu’on retrouve tout au long de votre Histoire coloniale: Imposer votre vision et vos volontés à tout ce qui n’est pas français. Pas étonnant que vous ne sachiez rien sur l’Histoire de vos voisins et n’écoutez pas ce qu’a dit M. Broulis dans cette vidéo. Je complète ce qu’il dit par un simple aperçu de l’aspect politico-administratif du pays helvétique: C’est une Confédération(le pouvoir central est collégial avec 7 Conseillers fédéraux dont l’un est Président à tour de rôle) où le pouvoir central est fortement contrôlé par les 26 cantons qui sont tous souverains. Chaque canton est formé de Communes. Au total il y a, en 2012, 2’485 communes. Il n’y a pas d’autres découpages du territoire. Et les pouvoirs sont clairement identifiés.

    Prenons la France et son “mille-feuille”: Etat centralisateur à Paris qui a tous les pouvoirs et qui découle de votre Histoire monarchique. Le roi s’appelle le Président après les sursauts de la Révolution et de l’Empire! Mais ce Président se comporte comme les rois de l’Ancien Régime. Vous avez ensuite 26 Régions, 101 Départements, 342 Arrondissements, 4039 Cantons, 36’786 Communes, 2’581 Intercommunalités, 14’787(ou 16’000?!) Syndicats intercommunaux, des Collectivités Territoriales, 371 “pays” représentés par 525’000 élus(soit un par 125 habitants!) dont la majorité sont des bénévoles et tous se renvoient la balle quand il s’agit de prendre une responsabilité. Le problème, c’est que chaque échelon exerce “une compétence générale” et peut agir dans tout domaine “d’intérêt local”. Régions, départements, bourgades financent souvent ensemble routes, autoroutes et lignes ferroviaires à grande vitesse. Toutes les collectivités territoriales versent des subventions aux associations sportives et aux entreprises, etc. Tout est doublé voire triplé! Quel gaspillage d’argent, de compétence et d’énergie. Pourquoi ce système? C’est simple à comprendre. Là encore votre Histoire parle. Pour éviter les révolutions à répétition, tout le monde contrôle tout le monde! Et personne n’est responsable. S’ensuivent des délais anormaux entre la décision de lancer un projet et son exécution (cinq ans ne sont pas rares), un “manque de lisibilité” et une “difficulté à maîtriser la dépense publique locale” (rapport Balladur 2009).

    En 2012, l’Etat français a dépensé 376 milliards d’€uros, les collectivités Territoriales 240 milliards, les Régions 27 milliards, les départements 70 milliards, les intercommunalités 38 milliards, les syndicats 16 milliards et les communes 89 milliards en sachant que toutes ces entités se recoupent et font la même chose. Un comble de l’inefficacité! Vous ne vous rendez même plus compte que vos voisins en savent plus sur votre pays que vous n’en savez sur les pays qui sont à vos frontières. Et vous voulez être le moteur de l’Europe et nous dire comment gérer notre pays?! Votre pays est en pleine déliquescence et François Hollande cristallise toute votre incurie gouvernementale depuis Louis XIV qui pour la galerie a vidé les Caisses de l’Etat pour Versailles. Et oui, les habitudes de vos gouvernants n’ont pas changé et vivent toujours au-dessus de leurs moyens avec appartements de fonction, voitures de fonctions, autres avantages et autres bêtises qui coûtent cher à l’Etat. Mettez un peu d’ordre.

    Voltaire dans ses Pensées Détachées de M. l’abbé de Saint-Pierre disait: “N’est-il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n’en aient pas?” et dans ses Lettres philosophiques: « L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose. »
    Je cite Voltaire car après s’être brouillé avec Frédéric II de Prusse à Berlin en 1753, il se réfugie aux Délices, près de Genève, avant d’acquérir en 1759 un domaine à Ferney, sur la frontière franco-genevoise, à l’abri des puissants… Il ne reviendra à Paris qu’en 1778, ovationné par le peuple après une absence de près de vingt-huit ans.. pour y mourir à 83 ans. Comme quoi l’Histoire nous apprend beaucoup sur la répétition des erreurs… 😉

  • 7 mai 2013 à 10 h 07 min
    Permalink

    @Amora

    La Suisse n’est plus une Confédération depuis 1848, c’est un état fédéral.

    Il faut être précis, car ce n’est pas du tout pareil.

    Meilleurs messages

  • 7 mai 2013 à 10 h 44 min
    Permalink

    Merci Douglas pour cette précision, mais j’ai voulu simplifier pour notre ami Olivier. La différence entre une Confédération et une fédération, c’est le partage des pouvoirs: Dans une Confédération, la souveraineté appartient principalement aux entités qui composent l’ensemble, alors que dans une fédération, la souveraineté est uniquement détenue par le gouvernement fédéral. Si vous voulez être précis, avouez que les deux définitions… manquent de clarté.

    La Belgique qui est un état fédéral également, … moins d’un quart des compétences sont exercées par les entités fédérées…

    Les Etats-Unis se sont d’abord organisés en confédération et sont devenus plus tard une fédération avec la ratification de la constitution en 1789. Avec la guerre de Sécession, les Sudistes voulaient une confédération, les Nordistes voulaient une fédération. Aujourd’hui, l’Union européenne est une forme intermédiaire entre la confédération et la fédération.

    Mais si vous voulez que je sois précis, alors soyez-le également en précisant que le terme officiel pour désigner la Suisse est le mot Confédération et non fédération… 😉

  • 7 mai 2013 à 17 h 39 min
    Permalink

    Le couple franco allemand est la colonne vertébrale de l’Europe.
    S’il saute, il n’y à plus d’Europe. C’est un état de fait.

    Par contre, il me semble que le nombrilisme Européen, de ceux qui font une marche forcée de l’Europe en oublient le monde. Et surtout le Commonwealth dont l’importance va prendre de l’employeur, surtout avec les pays émergents.
    Entre nous, quelles est la proportion du financement effectué par la City de Londres dans ces pays.
    Le bras armé des pays émergents ?

    En se mouillant un peu qui pari sur la vente de rafales aux Indes ou Eurofighter ?
    Cela mérite t’il un repas a Genève sur les bords du lac, après avoir mis ses euros dans une banques suisse en franc suisse ? ( déclaré au fisc français bien sur).

  • 8 mai 2013 à 17 h 32 min
    Permalink

    Olivier lisez un peu moins la propagande socialiste sur “le couple franco-allemand” supposé être “la colonne vertébrale de l’Europe”. Non ce n’est de loin pas un état de fait!

    La France et l’Allemagne représentent un quart de la superficie de l’Union européenne à vingt-sept, 30 % de sa population et 37 % de son PIB. Les deux pays fournissent 36 % du budget européen. Ils ne représentent que 23 % des sièges au Parlement européen et moins de 17 % lors du vote au Conseil de l’Union européenne. Ce couple, non seulement n’est pas indispensable à une vraie Union européenne(si on admet que cette Union ait un sens qui ne soit pas celui voulu par les Etats-Unis pour créer un tampon apposé à l’ex-URSS) mais également responsable du plongeon de cette Union dans une grave récession.

    L’Allemagne s’en est rendue compte sinon elle ne parlerait pas du “Triangle de Weimar”(tout un symbole!) entre l’Allemagne, la France et la Pologne. On est donc très loin d’une vraie fédération/Confédération(pour faire plaisir à Douglas Mortimer) et bien plus proche d’un diktat oligarchique où la Deutsche Bank décide de tout! Et les peuples n’ont qu’à se taire.

    A défaut de s’être épuisés à se faire la guerre pendant un siècle, ce “couple” veut imposer son diktat à l’Europe géographique. On scotomise l’existence du BENELUX(le vrai embryon de l’Europe économique), de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie, de la Grèce, du Danemark, de la Suède, de la Norvège, de la Grande-Bretagne(un cas à part à cause de son insularité) et bien sûr de la Suisse, juste là pour payer les dettes et les bêtises économiques de la France. Alors comprenez que je n’aie aucune affection particulière pour ce couple qui me semble tout sauf utile au bon fonctionnement économique de l’Europe et à son développement culturel qui a toujours été “boosté” par sa diversité tout au long des siècles. L’Europe a une Histoire variée et riche et ça c’est un fait. Le couple franco-allemand est une construction boiteuse non voulue par les peuples mais par quelques marchands. C’est aussi un fait !

  • 8 mai 2013 à 23 h 01 min
    Permalink

    Je ne crois pas non plus au couple franco-allemand. Si ce “couple” idiot et malfaisant devait exister, il supposerait une certaine égalité des partenaires, or la France s’enfonce de plus en plus.

  • 8 mai 2013 à 23 h 37 min
    Permalink

    Amora: sans remettre en cause les absurdités françaises issus de la lâcheté des politiques à remettre en cause, entre autre, les acquis de la fonction publique issu de 1945 (droit de grève des fonctionnaires,système d’assurance maladie et de retraite financés de façon absurde etc…), les régimes spéciaux, la mille feuille administratif etc…,le couple franco allemand est indéniable dans la construction européenne car il est le ciment obligatoire de la paix en europe.Dans la crise actuelle, on n’entend pas , même par les populistes qui fleurissent un peu partout, la malsaine clameur du nationalisme virulent. Il est vrai qu’à l’agressivité que vous montrez vis à vis de l’europe, il me serait facile de rétorquer qu’à chaque guerre mondiale, la suisse a su s’enrichir en permettant de façon détourné le ravitaillement de l’allemagne….Quant aux peuples européens qui ne voudraient plus de l’UE, les dernières élections montrent que malgré les crises , les grecs, les pays bas et même les italiens ne veulent pas quitter l’euro.Que l’hérésie d’une monnaie commune sans convergence de la fiscalité, du social, des dépenses militaires, issue de Maastricht en 93, nous aie mis dans la panade, c’est une vérité fondamentale.De plus, les différences démographiques, géographiques et culturelles ne facilitent pas la convergence.Cependant, les difficultés rencontrées actuellement résultent plus de la démagogie des politiques déployées ces dernières décennies que de Bruxelles.Concernant les référendums, j’ai voté et revoterai NON à Maastricht en raison de la teneur de traité et non pas à cause d’un sentiment anti européen, loin de là.Malgré la sinistrose ambiante, j’ai l’impression que se joue ici une des plus grandes aventures humaines jamais réalisées.Rien ne sera facile mais il est plus compliqué de réaliser une Union durable qu’obtenir de la croissance dans des pays emergents ou tout est à faire.D’ailleurs, Olivier CROTTAZ en soulevant régulièrement les “errements apparents” de la BNS, ne met il pas en évidence les premiers pas de la confédération vers de plus en plus de rapprochement ? de plus, dans la vie de tous les jours, la suisse fait parti de l’accord de schengen, a reconnue depuis longtemps l’équivalence des diplomes et en reniant progressivement le secret bancaire va trés probablement devenir un acteur majeur dans la gestion des comptes légaux en europe. J’imagine bien les épargnants français placés leur PEA, leur assurance vie de l’autre côté de l a frontière car votre pays représente un abri contre la bêtise et l’appétit des dirigeants français.Je rappelle que l’ouverture d’un compte en suisse est possible pour un français à la condition de le déclarer d’une part et d’etre fiscalisé comme en France.L’atout est l’utilisation du savoir faire des banquiers suisses.

  • 9 mai 2013 à 10 h 37 min
    Permalink

    Amora,
    La construction de l’europe n’est pas seleument une affaire d’argent et de PIB.
    Il faut la volonté de construire l’Europe mais aussi la capacité: tant en moyens financiers que humain et compétences.
    Or dans ces domaines il n’y a que l’Allemagne et la France qui ont le poid suffisant.
    La seule erreur : faire une marche forcée que tout le monde ne peut suivre.
    Il aurait fallu faire une pause dans la construction européenne. Même si tout va plus vite. La France par exemple mais les autres pays également ne se sont pas construit en 60 ans.

    Quant à la suisse, qui est une mini Europe avec ses cantons aux langues différentes, ne rejoindra pas l’Europe. Je ne dit pas jamais, qui sait dans 100 ou 200 ans peut être.

  • 9 mai 2013 à 14 h 18 min
    Permalink

    Jeudi 9 mai 2013 :

    L’enquête de la BCE prévoit une contraction en zone euro en 2013.

    L’économie de la zone euro devrait se contracter cette année, montre l’enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE) auprès des prévisionnistes professionnels, qui traduit une révision à la baisse des estimations et donne à la BCE de nouveaux arguments pour justifier un assouplissement de sa politique monétaire.

    L’enquête, réalisée entre le 16 et le 19 avril auprès de 53 économistes, universitaires et autres prévisionnistes, conclut à une contraction de 0,4% du produit intérieur brut (PIB) des 17 sur l’ensemble de cette année.

    L’enquête précédente, publiée il y a trois mois, prévoyait une stagnation du PIB.

    http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/l-enquete-de-la-bce-prevoit-une-contraction-en-zone-euro-en-2013-878692.php

    Pour l’année 2013, la Commission Européenne, elle aussi, prévoit une baisse du PIB de la zone euro : – 0,4 %.

    Pour l’année 2013, les pays d’Europe du sud vont voir leur PIB baisser davantage que prévu.

    Pour l’année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,1%.
    Le PIB de l’Italie va baisser de 1,4%.
    Le PIB de l’Espagne va baisser de 1,5%.
    Le PIB de la Slovénie va baisser de 2%.
    Le PIB du Portugal va baisser de 2,3%.
    Le PIB de la Grèce va baisser de 4,2%.
    Le PIB de Chypre va baisser de 8,7%.

  • 9 mai 2013 à 18 h 11 min
    Permalink

    Je n’arrive jamais à avoir la réponse:
    quel intérêt d’avoir 4% de croissance avec 6% d’inflation ?
    Ne vaut il pas mieux avoir 1% de croissance avec 0% d’inflation ?
    (du moins pour les populations…)
    Dernièrement Olivier DELAMARCHE soulignant l’escroquerie des chiffres chinois:-la chine “nous avons exporter pour 45 milliards de marchandise le mois dernier à Hong Kong”
    -le m^me jour, Hong Kong “nous avons importé pour 20 milliards de marchandises de chine ”
    No comment sur la véracité des données économiques Chinoises.

  • 9 mai 2013 à 18 h 37 min
    Permalink

    tloc, je ne partage pas votre point de vue. Pour moi la construction européenne n’est pas le ciment obligatoire de la paix en Europe. Pour autant, je le répète, que la construction européenne ait un sens et un but existentiel pour le bonheur de ses peuples.

    Reprenons les faits historiques:
    En 1946 après la 2e guerre mondiale(voulue par l’Allemagne à cause du règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale – Traité de Versailles – rendant impossible la vie au peuple allemand comme au peuple italien qui lui avait pourtant été votre allié sur le front sud et qui s’est battue seule sans aucun appui allié; mais Georges Clémenceau, radical-socialiste, reste votre héros, alors qu’il est le fanatique des mauvais accords donc le détonateur du 2e conflit mondial) dans un célèbre discours prononcé à l’université de Zürich, Winston Churchill déclarait : « Il existe un remède qui, s’il était généralement et spontanément adopté par la grande majorité des peuples dans de nombreux pays pourrait, comme par miracle, rendre l’Europe aussi libre et heureuse que la Suisse de nos jours. […] Nous devons construire une sorte d’Etats-Unis d’Europe. […] La première étape consiste à former un Conseil de l’Europe. Et de ce travail urgent, la France et l’Allemagne doivent ensemble prendre la direction. […] Je vous dis donc : « Debout, l’Europe ! » ».

    Donc l’idée de copier les Etats-Unis vient de l’anglo-saxon Churchill, loin d’être un pacifiste(Inde, Soudan, seconde guerre des Boers, etc.)

    Toujours en 1946, à Cologne, Robert Schuman rencontre Konrad Adenauer et Alcide De Gasperi(3 pacifistes notoires dont l’un est ce que j’appelle le “schizophrène identitaire” né français de langue luxembourgeoise à la nationalité allemande!…mais considéré comme le père fondateur de l’Union européenne. Je dis bien l’Union!) exposent leurs idéaux et posent les fondements d’une “Europe unie”, dépassant l’opposition séculaire franco-allemande. Donc, dès le début, ce “couple” s’arroge le droit d’être la vraie Europe! Un comble quand on sait que l’Europe géographique va jusqu’à l’Oural!

    Robert Schuman a fait pire: Il ajoute lors de cette rencontre, vouloir reverser les bénéfices de cette union aux populations nécessiteuses en Afrique…On sait ce qu’il en a été grâce aux dirigeants français… jusqu’au conflit malien en 2013!

    En 1948, est signé le traité de Bruxelles entre la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Sous couvert d’un traité de coopération économique, sociale et culturelle(tsoin tsoin) il s’agit en fait d’un traité de défense collective selon l’article 4 prévoyant une assistance militaire automatique entre les cinq membres en cas d’agression et s’inscrivant dans la logique du traité de Dunkerque de 1947 pour l’institution d’un système d’assistance mutuelle automatique en cas d’agression armée en Europe. Le siège de l’alliance… à Fontainebleau! On est bien dans la logique coloniale et guerrière et en rien économique ou sociale ou culturelle! L’ennemi étant depuis 1943 l’Union soviétique et le modèle communiste.

    Puis en 1951, le traité de Paris signé par la République fédérale d’Allemagne (RFA), la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas pour une durée de 50 ans(sans demander l’avis des peuples) pour une mise en commun de la production et la consommation du charbon et de l’acier(la fameuse CECA). On sait où en sont ces deux industries en 2013. Non seulement dilapidées mais pointant au bureau des indigents!! Pourtant ce traité est vu du côté nombriliste(!): considéré comme “l’un des actes fondateurs de l’Union européenne”. Pas moi qui le dis!

    On remet une couche avec les accords de Paris en 1955(23 octobre 54 pour faire plaisir à Douglas Mortimer) signés par tous les pays européens et américains pour valider l’entrée de la République fédérale d’Allemagne « en voie de remilitarisation » dans l’OTAN après l’échec du projet de Communauté européenne de défense! De quoi a-t-on parlé?! Du renoncement par l’Allemagne à produire des armes atomiques, biologiques et chimiques! On voit ce qu’il en a été dès 1980 par la fourniture d’armes chimiques à Saddam Hussein en Irak et l’armement français à Saddam Hussein provoquant la pire guerre entre l’Iran et l’Irak!

    Ensuite il y a le traité de Rome en 1957, mais comme ça faisait trop italien pour le “couple franco-allemand”, on l’a appelé « Traité instituant la Communauté économique européenne », et a constitué l’acte fondateur de la Communauté économique européenne (CEE) signé dans la salle des Horaces et des Curiaces du Capitole de Rome, par l’Allemagne, la France, l’Italie et les trois pays du Benelux : BElgique, Pays-Bas ou NEtherlands et le LUxembourg. On fait croire qu’il s’agit de la base de la politique agricole commune(on sait ce qu’il en ait advenu!…) en oubliant de parler que le même jour est signé le traité EURATOM, faisant suite à la “baffe magistrale” prise par la France et la Grande-Bretagne dans l’expédition colonialiste de Suez en 1956! Toujours ce même esprit: coloniser et voler les matières premières des autres! Et faire coïncider les essais nucléaires français en 1957 dans le désert algérien de Reggane(après l’abandon des sites corse, pyrénéen et alpin pour raisons politiques! Ben oui, plus facile de polluer le sol des autres…Donc 210 essais nucléaires en Algérie! Puis la Fraaance a décidé d’aller pollué le sol pacifique, sans jeu de mot, de Mururoa tout en volant l’uranium malien et nigérien). Donc, on est bien dans le rêve idéal d’une belle Europe!

    On retourne en Belgique à Bruxelles en 1965 pour signer “le Traité de fusion des exécutifs des trois Communautés” (pas européenne, non les trois communautés!!). Ce traité fusionne les structures exécutives mises en place par les traités CEE, CECA et Euratom, les trois Communautés partageant déjà Cour de justice et Parlement. Il institue le Conseil des communautés européennes (à ne pas confondre avec le Conseil européen ou le Conseil de l’Europe) et la Commission européenne (auparavant appelée Haute Autorité dans le cadre de la CECA) uniques, partageant un même budget et siégeant à Bruxelles. Donc on ajoute l’aspect légal qui faisait défaut jusqu’ici à ce montage que De Gaulle appelait “Machin”!

    En 1986, on signe l’Acte unique européen(AUE) à Luxembourg et à La Haye voulu par Jacques Delors, ministre de l’Economie, des Finances et du Budget et fondateur du think tank “Notre Europe”, pas celles des citoyens vivant en Europe…, et syndicaliste démocrate-chrétien, mais où l’on parle à nouveau d’économie: la question des fusées Pershing, missile balistique à carburant solide et à courte portée(780 km) donc impact en Europe… utilisé par l’armée de terre des Etats-Unis) et de finance: réévaluer le Deutsche Mark de 5 % pour accompagner la dévaluation de 4 % du franc français due aux politiques expansionnistes des socialistes de ce fameux “couple”! On reste dans la logique colonialiste de cette Union! Rien de social ni de culturel!

    Comme ça commence à faire long, allez regarder les détails du traité de Maastricht(les 3 piliers) de 1992, le traité d’Amsterdam en 1997(« espace de liberté, de sécurité et de justice » ), le traité de Nice en 2001(nouvelle répartition des voix attribuées à chaque Etat au Conseil, ainsi que la définition d’un nouveau calcul de la majorité qualifiée, pour éviter la paralysie démocratique au bon fonctionnement de cette instance décisionnelle autocratique) et le traité de Lisbonne en 2007(Là Sarkozy fait une gaffe en le nommant “mini-traité” alors qu’il s’agissait d’un « traité sur le fonctionnement de l’Union européenne », en clair modifier les instruments de ratification… donc ne pas demander les avis aux peuples de cette belle entité qui avait besoin d’un passeport légal, même si pas du tout démocratique!).

    Oui tloc, je suis très agressif vis-à-vis de cette entité qui n’est pas, mais de loin, l’Europe idyllique que vous croyez!

    Quant “au ravitaillement allemand” par la Suisse lors du 2e conflit mondial, il n’est rien face au Régime de Pétain, le STO(Service du Travail Obligatoire) français(650’000 de 1942 à 1944) ou belge(400’000), ni les 200’000 volontaires de Laval, ni de la 33e division de grenadiers SS Charlemagne, etc.

    Inutile de vous rappeler l’Histoire glorieuse de la France… en Algérie dès 1945: Le peuple algérien a subi dans un anonymat indigne des peuples dits civilisés un autre holocauste que peu de peuples ont connu à une telle échelle en termes d’horreur et de nombre, avec un caractère quasi systématique, 45.000 martyrs(Sétif, Guelma, Kherrata) ont payé de leur vie, de la manière la plus barbare, le courage d’avoir bravé l’ordre colonial, sans autre arme que leur foi et leur courage. Le général Duval qui avait dirigé la répression féroce avait même prédit : “Je vous ai donné la paix pour dix ans”, mais la paix coloniale allait donner naissance dix ans plus tard à l’étincelle du 1er Novembre, car la Révolution algérienne a commencé en vérité le 8 mai 1945. Inutile de parler de la culture française au Tonkin où on enseignait aux vietnamiens, laotiens et Cambodgiens “Nos ancêtres les gaulois”!

    Non tloc, je ne veux pas de cette Europe-là, si l’Europe politique et/ou économique a un sens, ce que je ne crois pas! Et je ne suis pas le seul à partager cette opinion. La vraie Europe économique a existé avant les deux conflits mondiaux et fonctionne parfaitement si les « va-t-en-guerre » français et allemands nous « lâchaient un peu la grappe » ! 😉

  • 9 mai 2013 à 19 h 21 min
    Permalink

    Les banques de l’Union Européenne ont dans leurs livres 1500 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Par exemple, en Italie, les banques ont 131 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Lisez cet article :

    Italie / Banques : les créances douteuses en forte hausse en mars.

    Les créances douteuses détenues par les banques italiennes ont connu en mars leur plus forte hausse sur un an depuis décembre 2011, selon des données publiées jeudi par la Banque d’Italie.

    Leur montant a atteint 131 milliards d’euros, une hausse de 21,7% par rapport au même mois de 2012, qui se compare à une augmentation de 18,6% en février.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php

  • 9 mai 2013 à 23 h 36 min
    Permalink

    Loin d’être un va t en guerre, je crains que l’absence d’une union européenne voit de nouveau de vives tensions au niveau des monnaies (dévaluation compétitive entre les pays) comme on assiste de nos jours en asie, ayant pour effet le réarmement (comme en asie). Je reste persuadé que l’idée d’europe dépend des générations au niveau européen et des niveaux d’étude(Les plus diplômés pouvant le plus faire agir la concurrence pour faire valoir leurs niveaux).

  • 10 mai 2013 à 11 h 37 min
    Permalink

    A propos de l’Italie :

    Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d’euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d’Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php

    Les banques italiennes préparent l’avenir : les banques italiennes se chargent en obligations de l’Etat italien.

    Quand la prochaine crise bancaire arrivera, les banques italiennes diront à l’Etat italien :

    “Maintenant, tu vas lever des impôts supplémentaires pour nous renflouer. Si tu le fais, tout ira bien. Si tu ne le fais pas, nous faisons faillite, mais nous t’entraînons dans notre chute. Il n’y aura plus personne au monde pour te prêter de l’argent. Quant aux milliers de milliards d’euros que vont perdre les épargnants italiens, tu t’expliqueras avec eux.”

    En clair : les banques italiennes tiennent l’Etat italien par les c… , et elles le tiennent très fort.

    Pronostic :

    – Les banques italiennes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat italien va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques grecques vont faire faillite ET AUSSI l’Etat grec va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques irlandaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat irlandais va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques portugaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat portugais va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques espagnoles vont faire faillite ET AUSSI l’Etat espagnol va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques chypriotes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat chypriote va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques slovènes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat slovène va se déclarer en défaut de paiement.

    – Les banques belges vont faire faillite ET AUSSI l’Etat belge va se déclarer en défaut de paiement.

    (Liste non exhaustive)

  • 13 mai 2013 à 14 h 03 min
    Permalink

    Les banques européennes ont dans leurs livres 1500 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Les banques européennes sont devenues des banques zombies.

    Comment dézombifier les banques européennes ?

    Réponse : en faisant subir des pertes énormes à tout le monde.

    Les banques vont subir des pertes énormes, les actionnaires aussi, les épargnants aussi, les Etats européens aussi.

    Lisez cet article :

    “La restructuration des banques d’après le modèle chypriote pourrait débuter dès septembre”

    La zone euro est en récession et elle doit encore s’attendre à deux ou 3 ans de récession suivie d’une relance molle, même si les politiciens de la zone euro prennent les bonnes décisions, estime Willem Buiter, l’Economiste en Chef de la Banque Citigroup dans le Financial Times.

    Il explique que c’est l’endettement excessif qui est à l’origine de la crise : celui des banques « zombies » qui ont abusé de l’effet de levier, et se sont trop endettées pour accorder des crédits sans veiller à détenir une proportion suffisante de dépôts en contrepartie, celui des Etats souverains qui ont abusé de l’endettement et des déficits dans la périphérie de la zone, et celui des ménages surendettés dans beaucoup de pays.

    Le retour à la croissance est conditionné par le désendettement de ces agents, mais il ne faut pas s’attendre à ce que la BCE accepte de générer de l’inflation pour le faciliter.

    Ce désendettement passera donc par des restructurations et la mutualisation des dettes, mais sans que celle-ci passe par des euro-bonds, qui nécessiteraient une intégration fiscale plus importante. Une partie sera réalisée par l’interruption du paiement d’intérêts sur la dette, une autre par la prise en charge par la BCE des pertes relatives à la faillite d’Etats et de banques insolvables, mais cela ne suffira pas.

    Le reste proviendra donc probablement d’une restructuration selon le modèle chypriote, d’après lequel les grands épargnants sont mis à contribution, plutôt que les contribuables de la zone euro. Dès la mise en place d’un mécanisme de supervision des banques de la zone euro, le MES pourrait être utilisé pour recapitaliser directement les banques. Les dirigeants européens pourraient décider d’initier ce programme juste après les élections allemandes en Septembre, pense Buiter.

    « La BCE va bientôt commencer un examen de la qualité des actifs (AQR pour Asset Quality Review) de la zone euro, qui sera réalisée par des experts indépendants, sans l’interférence excessive de superviseurs prisonniers de l’avis de leur pays. D’ici la fin de cette année, la boîte à outils institutionnelle et informationnelle pour « dézombifier » le système bancaire de la zone euro pourrait être en place », écrit Buiter.

    Les restructurations de dettes ne seront plus confinées à la Grèce, et l’on pourrait assister à la mise à contribution de créanciers privés à Chypre, au Portugal, en Espagne, mais également potentiellement en Italie, en raison de l’incapacité apparente de la classe politique à décider les réformes structurelles qui s’imposent.

    Des banques, des ménages et des Etats subiront donc des pertes, mais ces pertes seront inférieures à celles qui pourraient survenir en cas de procrastination, conclut Buiter.

    http://www.express.be/business/fr/economy/la-restructuration-des-banques-dapres-le-modle-chypriote-pourrait-debuter-ds-septembre/190199.htm

  • 13 mai 2013 à 18 h 57 min
    Permalink

    BA, si les banques européennes ont 1’500 milliards d’actifs pourris, comment expliquer les 1’700 Mds € en 2011(1’800 Mds € en 2012 soit 90% du PIB) de la dette publique française?! 2,5% de PIB payés en frais financiers (théoriquement par les impôts des français) contre une croissance nulle. La charge annuelle d’intérêt est devenue insoutenable et s’élevait à 49 Mds € en 2011.

    Question : ces 1’500 milliards de dettes pourries sont-ils dans ces 1’800 milliards de la dette publique française ?! 😀

    La dette française résulte de quatre composantes :
    1. Le cumul de déficits de fonctionnement(l’Etat dépense plus que ses recettes).
    2. La charge financière des intérêts( effet “boule de neige”).
    3. Les emprunts affectés à des investissements(par exemple le “délire” du “Grand-Paris”).
    4. La prise en charge d’une autre dette(prêt au fond européen FESF, la dette sociale de la Sécurité Sociale et des retraites, ainsi que la dette des collectivités publiques territoriales, etc.

    La dette française est détenue à plus de 65 % par des “non-résidents” français dont les 3/4 sont hors UE.

    Le terme de “non-résidents” désigne les fonds de pension, les grandes banques, les compagnies d’assurance, les fonds souverains, etc…

    Mais, Il est impossible de savoir précisément quel pays possède le plus, un comble! La loi française interdisant la divulgation de cette information, à part aux vendeurs eux-mêmes.

    Avant de critiquer toujours les pays de l’UE(et je parle surtout de l’Italie, de l’Espagne, puis du Portugal et de la Grèce… bien avant la Suisse) mettez un peu d’ordre dans vos finances car votre pays va plus mal que vous ne croyez! Et plombe la belle UE que vous chérissez tant… 😉

  • 14 mai 2013 à 21 h 42 min
    Permalink

    La France est en faillite ?

    Oui, et alors ?

    Tout le monde le sait depuis belle lurette.

  • 15 mai 2013 à 21 h 27 min
    Permalink

    A propos du premier trimestre 2013 en Europe :

    Pourcentage de variation du PIB par rapport au même trimestre de l’année précédente :

    Hongrie : – 0,3%.

    Allemagne : – 0,3%.

    France : – 0,4%.

    Belgique : – 0,5%.

    Pays-Bas : – 1,3%.

    République tchèque : – 1,9%.

    Finlande : – 2%.

    Espagne : – 2%.

    Italie : – 2,3%.

    Portugal : – 3,9%.

    Chypre : – 4,1%.

    Grèce : – 5,3%.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-15052013-AP/FR/2-15052013-AP-FR.PDF

  • 17 mai 2013 à 6 h 00 min
    Permalink

    Bernard Maris est un économiste. Il est actuellement professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Maris

    En septembre 1992, Bernard Maris avait voté “oui” au référendum sur le traité de Maastricht, “oui” à la création de l’euro.

    Mercredi 15 mai 2013, en conclusion de son article dans “Charlie Hebdo”, page 6, Bernard Maris parle de la zone euro.

    La conclusion de Bernard Maris est ultra-pessimiste concernant la zone euro :

    “Le redressement passe par :
    1) une annulation pure et simple d’une partie de la dette, collective [souligné trois fois : si un seul pays annule, il est cuit] ;

    2) une fiscalité commune à la zone euro ;

    3) un pouvoir bancaire soumis à un pouvoir politique supranational.

    C’est possible ? Non. Ni 1, ni 2, ni 3 ne sont possibles. Donc ? Donc mégacrise en perspective. A demain, Marine Le Pen.”

  • 17 mai 2013 à 13 h 24 min
    Permalink

    Bof, je ne vous suis que modérément là-dessus, BA. Si ce Maris s’est trompé une fois, il peut se tromper deux fois. Voter “oui” au référendum sur le Traité de Maastricht ne semble pas témoigner d’une grande clairvoyance. Quant au pouvoir bancaire, il est complètement en collusion avec le pouvoir politique, qu’il soit national ou supra-national.

  • 17 mai 2013 à 23 h 02 min
    Permalink

    Jeudi 9 mai 2013 :

    Les banques italiennes ont dans leurs livres 131 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Lisez cet article :

    Italie / Banques : les créances douteuses en forte hausse en mars.

    Les créances douteuses détenues par les banques italiennes ont connu en mars leur plus forte hausse sur un an depuis décembre 2011, selon des données publiées jeudi par la Banque d’Italie.

    Leur montant a atteint 131 milliards d’euros, une hausse de 21,7% par rapport au même mois de 2012, qui se compare à une augmentation de 18,6% en février.

    Vendredi 17 mai 2013 :

    Les banques espagnoles ont dans leurs livres 163,257 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Lisez cet article :

    Le taux de créances douteuses des banques espagnoles a légèrement augmenté en mars, à 10,47% du total des crédits contre 10,4% en février, malgré le transfert d’actifs toxiques à la Sareb, la structure de défaisance du secteur en difficulté, selon les données officielles publiées vendredi.

    Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont atteint 163,257 milliards d’euros en mars, contre 162,038 milliards d’euros en février (donnée révisée), selon la Banque d’Espagne.

    http://www.romandie.com/news/n/Espagne_creances_bancaires_douteuses_en_legere_hausse_a_1047_en_mars40170520131105.asp

  • 21 mai 2013 à 9 h 52 min
    Permalink

    D’abord, il y a la cause.

    La cause, c’est ça : les banques européennes ont dans leurs livres 1500 milliards d’euros d’actifs pourris. En clair : en Europe, il va y avoir une cascade de faillites bancaires.

    La BCE s’inquiète du poids des créances douteuses en zone euro.

    La Banque centrale européenne (BCE) s’inquiète de plus en plus de voir le poids des créances douteuses dans les portefeuilles de prêts des banques européennes entraver le redémarrage du crédit dans un contexte de priorité donnée au renforcement des fonds propres, selon plusieurs responsables de l’institution.

    Selon KPMG, les créances douteuses des banques européennes atteindraient près de 1.500 milliards d’euros, dont 600 milliards pour les seuls établissements britanniques, espagnols et irlandais.

    Ensuite, il y a la conséquence de ces faillites bancaires en Europe.

    La conséquence, c’est ça :

    Un projet européen prévoit de moins protéger les gros déposants.

    Un projet de législation européenne approuvé lundi par une commission du Parlement européen prévoit que l’épargne des petits déposants sera protégée à concurrence de 100.000 euros, tandis que les titulaires de comptes disposant de soldes supérieurs risqueront de devoir passer des pertes en cas de faillite bancaire.

    Ce projet fait écho à la solution retenue dans le dossier chypriote dans le cadre duquel les déposants les plus fortunés avaient été contraints d’accepter de passer des pertes pour éviter un naufrage du système bancaire local.

    Pour entrer en vigueur, ce projet doit encore être approuvé par les 27 ministres des Finances de l’Union européenne et par les Parlementaires européens.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130520.REU4530/un-projet-europeen-prevoit-de-moins-proteger-les-gros-deposants.html

    Des Chypriotes.

    Nous allons devenir des Chypriotes.

    Ce qui s’est passé à Chypre va être étendu à toute l’Europe.

  • 21 mai 2013 à 13 h 54 min
    Permalink

    Maris: un charlatant qui suit toujours le courant.Avant la crise, il était un fervent défenseur de la dette en prenant exemple sur le Japon qui vivait très bien malgré sa dette abyssale.Maintenant, il change d’avis pour ne pas dire qu’il n’avait rien compris.Je ne comprends pas comment ce gars a autant de faciliter pour passer dans les journaux malgré son incompétence.Encore une anomalie typiquement française qui assure la longévité à l’incompétence.

Les commentaires sont fermés.