Vidéo Kyle Bass confused why gold is so low….

En Anglais malheureusement mais une top vidéo à écouter (cliquez sur l’image pour la vidéo)

kyle bass bets on gold

 

Bass on Japan:

“I actually think it’s the beginning of the end… When
you have 20 years of pro-cyclicality of thought manifesting itself in the way
that it has in Japan…I am not naive enough to think I can predict the end of a
70-year debt super cycle with any kind of precision, but looking at the changes
in the qualitative perception of the participants is something that I think is
key to the situation and we saw a big change on Friday.”

“When I started
sharing our views more globally it was the middle of 2010 and I said I believe
the stress would begin to show itself in the next three years. Pretty much three
years in, we’re close, and the stress is beginning to show. Maybe that was luck
at the time, but now when you ask the timing–look everyone wants the crystal
ball and it’s really difficult to predict this, but what you can do is follow
where I think the stresses are going to show in the marketplace, but more
importantly, you have to get into the heads of the participants because they all
have a collective sense of fatalism. When you do the quantitative analysis here,
you know they are insolvent. Everyone who owns the bonds knows they are
insolvent. It’s a question of how long they can hang on. What changes their
views are a multitude of variables, but it’s really important to follow any
change in those views. When you see things like Argentina, Greece, Cyprus,
Ireland, Italy–you see how fast things go from perfectly stable to completely
unstable. In this case I think it will happen more quickly because of the 20
year buildup.”

On Hayman Capital having strong performance overall when
it has a trade that, even if it’s right, takes a while:

“When we think
about the globe, I think about positioning. When you invest in a fiduciary like
myself or someone else, you want someone that has the courage of their
convictions. You want someone that is not particularly dogmatic. And if they
are, you want to think about risk management. It is really important to size
things properly. So far, knock on wood, I think you have to be as thoughtful as
you can possibly be on the construct of the position and not set yourself up for
many years of losses until something like this happens.”

“It’s really
important to think about the capital at risk in your strategy and the construct
of how you put these kinds of hedges into place. We have 90+% of our money is
long–long U.S. structured credit, U.S. mortgages, U.S. stocks–the majority of
our capital is long.”

On structured credit and the importance of being
very liquid in the long side:

“Believe it or not it’s really liquid
right now. With Bernanke pinning rates at zero and the entire world continues to
chase yield. Our indices are being led by utilities and things that don’t
particularly lead us into new highs, it’s because of their dividend yield. So
the whole world continues to chase yield. Structured credit and even mortgage
credit are one of the most liquid areas in the marketplace today. People can’t
get enough of them. Even in subprime credit, 97% of the 20,000 line items are
still rated below investment grade. They’re still junk. The ratings-based buyers
aren’t even there yet. The money is being misallocated by the printing
press.”

On gold:

“We have always had a position in gold. When
you think about the largest central banks in the world, they have all moved to
unlimited printing ideology. Monetary policy happens to be the only game in
town. I am perplexed as to why gold is as low as it is. I don’t have a great
answer for you other then you should maintain a position.”

On George
Soros’ recent statements that he’s losing interest in gold:

“George has
been a much better investor than I over the years. When you think about the
global monetary base, it is north of $70 trillion. All the gold in existence is
around $7-8 trillion. There might be $1.2-1.3 trillion of investable gold. At
some point in time, I would much rather would own gold than paper. I just don’t
know when that time is.”

On whether he’d rather own gold than U.S.
treasuries:

“I do. If something happens in Japan like we think it is
going to happen, I think U.S. Treasury nominal yields will go negative in a
flight to quality. maybe gold moves up and Treasuries actually get much stronger
for all the wrong reasons, not as an endorsement of U.S. fiscal policy because
it is the only place money has to go… If monetary policy is the only game in
town, we are all in for a world of trouble. That is the way we see
it.”

On residential mortgage-backed securities:

“That investment
is working… The various concentric circles surrounding housing not getting
worse, which is how we think about it. We are not expecting it to get materially
better, just not to get worse. The services sectors, the new mortgage insurance
companies, the things that are actually asymmetric investments you can make
around the housing market not worsening are where the majority of our long side
of our portfolio is.”

On the future of Fannie and Freddie:

“I
have no clue… We decided to just exit, thinking about them when you meet with
both sides of the aisle, they both want a bullet in their head. Typically when
that happens you get a bullet in your head. The second thing we were thinking
about, if you remember there was a proposal to start raising the g-fees. There
is a way for the U.S. Treasury to get paid back all of the money they’ve pumped
into Fannie and Freddie if they start raising g-fees.”

Kyle Bass, an
American hedge fund manager, is the Founder of Hayman Capital. He received
extensive coverage in the financial press for profiting $590 million by short
selling the sub-prime mortgage bond market, before that market crashed. In 2011,
Bass initiated a huge position in Greek sovereign debt through CDSs. Media
reports were that he could profit up to 650 times his investment should Greece
default on its debt obligations.

   Envoyer l'article en PDF   

11 réflexions au sujet de « Vidéo Kyle Bass confused why gold is so low…. »

  • 10 avril 2013 à 17 h 17 min
    Permalink

    hier, l’or en backwadation

  • 10 avril 2013 à 17 h 17 min
    Permalink

    erratum: backwardation

  • 10 avril 2013 à 17 h 32 min
    Permalink

    dememe – Ans
    10.04.13 | 16h22

    Sous la pression des USA ? Mais quand allons-nous enfin nous rendre compte que ce sont les USA et la GB avec leurs hedges funds et toutes les grosses banques qui sont à l’origine de la crise et qui maintenant essayent de prendre le controle de l’UE pour éviter qu’elle ne fasse de l’ombre au dollar US ? Le fric des plus fortunés va se diriger vers l’ile de Man, le Delaware ou d’autres paradis fiscaux anglo-saxons sur lesquels on n’entend aucune pression de la part de nos amis US. Ce ne sont pas nos “petites” banques européennes qui détiennent nos dettes mais les grosses banques US qui maintenant tiennent l’UE par les c….. Ou bien on joue au bras de fer avec eux et on fait tourner la planche à billet Euro pour contrer le dollar (l’Euro fort que nos élus nous vantent comme une solution au prix de l’énergie détruit notre compétitivité mondiale et n’est rien à côté des 60% de taxes/
    Commentaire d’un lecteur …

  • 10 avril 2013 à 17 h 35 min
    Permalink

    Le secret bancaire à l’agonie en Europe
    Plus que tous les instruments intra-européens, c’est la pression américaine qui est sur le point de porter un coup fatal au secret bancaire.
    Les concessions faites mercredi par le Luxembourg et l’Autriche en matière d’échange d’informations fiscales semblent signer l’arrêt de mort du secret bancaire en Europe. Le Luxembourg a annoncé qu’il passerait à l’échange automatique d’informations sur l’épargne à partir du 1er janvier 2015, tandis que Vienne a fait part de sa volonté de négocier le secret bancaire pour les étrangers.
    La Commission européenne a “chaleureusement accueilli” cette évolution attendue de longue date, obtenue dans un contexte de pressions internationales croissantes, en particulier des Etats-Unis. Le Premier ministre chrétien-démocrate du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, a confirmé mercredi que son pays était prêt à “l’échange automatique à partir du 1er janvier 2015”, en soulignant que la place financière “ne dépend pas de manière existentielle du secret bancaire”.
    Le chancelier social-démocrate autrichien Werner Faymann a embrayé dans la journée en annonçant sa volonté de “négocier” la levée du secret bancaire pour les résidents étrangers détenteurs d’un compte sur son sol. “Nous allons mener les discussions en commun avec le Luxembourg”, a-t-il dit.
    Les deux pays étaient les seuls Etats membres de l’Union à refuser l’échange automatique d’informations prévu dans une directive de 2003 sur l’épargne, lui préférant un régime dérogatoire de précompte. La Belgique avait elle aussi initialement opté pour ce précompte, avant d’y renoncer en 2010. Le Luxembourg et l’Autriche étaient sous pression pour lui emboîter le pas.
    Une autre directive, relative à la coopération administrative – adoptée sous présidence belge en 2010 – avait également égratigné le secret financier en Europe, en instituant, à partir de 2015, l’échange automatique d’information pour d’autres catégories revenus, notamment les assurances vie.
    Plus que tous les instruments intra-européens, c’est la pression américaine qui est sur le point de porter un coup fatal au secret bancaire. Avec la législation FATCA (“Foreign Accounts Tax Compliance Act”), les Etats-Unis imposeront sous peu à toutes les institutions financières de la planète de leur livrer des informations sur tous les avoirs des Américains, sous peine de lourdes pénalités !!!Belga 10/04/2013
    Pauvre europe ; ne reste plus que l’or …

  • 10 avril 2013 à 17 h 38 min
    Permalink

    Et le dlawre et les paradis anglais; ils vont jouer le jeu ?…
    L’Europe se suicide et la Suisse ; va-t-elle plier …bagages ?…
    J’attends des remarques éclairées car je ne suis qu’un tout petit qui craint pour l’avenir de ses enfants .

  • 10 avril 2013 à 18 h 06 min
    Permalink

    Bonjour TLM
    @andymichel : L’or, bien sûr ! mais où le stocker ? Hors du système bancaire, de toute manière, puisque là, aussi, les coffres peuvent être ouverts. Chez les stockeurs (Viamat), en Suisse, peut être ! En espérant que les boites, comme BullionVault, ne soient pas, un jour, obligés de trahir leurs clients-déposants.

  • 11 avril 2013 à 12 h 47 min
    Permalink

    @Milou: bonnes questions ; pour le moment , je ne vois qu’un coffre chez soi ou au fond de son jardin..Un coffre au tuperwarr ; puisque nos états vont tout savoir ; sauf EUX …. Et pour la revente ; quid ? Travailler et épargner toute sa vie et se voir spolier ; comment l’accepter?…

  • 11 avril 2013 à 12 h 52 min
    Permalink

    L’argent liquide est-il de l’argent sale ?

    La France vient d’interdire toute transaction en espèces sur son territoire ; l’utilisation et la détention d’argent liquide seront sévèrement sanctionnées. Les guichets des banques françaises ne sont plus autorisés à distribuer/encaisser des espèces…

    Scénario fictif ?

    Pour l’instant oui. Mais nous nous acheminons lentement mais très sûrement vers une “société sans cash”. Une société sans argent liquide dans laquelle toutes les transactions seront numériques.
    En Belgique, le plafond des paiements en espèces a été ramené l’an passé de 15 000 à 5 000 euros. Et il devrait être abaissé à 3 000 euros en janvier 2014.
    Les populations se soumettent. Pourquoi ?
    Parce que les raisons évoquées pour justifier leurs décisions sont louables (lutte contre le blanchiment d’argent et lutte contre la fraude fiscale) ; parce qu’il est aisé de faire l’amalgame entre argent liquide et argent sale…
    L’Allemagne pour l’instant encore fait de la résistance. Outre-Rhin on aime les grosses coupures et les espèces restent très utilisées. Tout peut être payé en liquide, sans limite de montant. Mais l’Europe pourrait bien venir mettre le holà si son projet de directive devait être adopté…
    L’argent liquide est gratuit. L’argent numérique en dépôt à votre banque ne l’est pas. Frais de garde, frais d’émission de chèques, frais de transactions de carte bancaire, frais de virement. Les banques jubilent… Votre argent travaille pour elles, dans tous les sens du terme.
    Vous ne pourrez donc plus vous affranchir du système bancaire (au sens large). Une forme de restriction de liberté malgré tout…
    Fini la “liberté de faire” sans marquage. Grâce aux paiements électroniques ou chèques, vos transactions sont exhaustivement tracées et archivées ad vitam aeternam. Votre espace de liberté et d’intimité se réduit.
    Bientôt viendra un jour où détenir des espèces fera de vous une personne suspecte. Les propos du ministre des Finances allemand Schaüble, qui qualifie les espèces de “moyen de paiement non-transparent” vont dans ce sens.
    Oui, les intentions de nos politiques (lutte contre la fraude) sont louables. Mais pourquoi n’y a-t-il pas de débat autour de ces sujets dans nos sociétés ?

    Les “mauvaises langues” vont plus loin
    Elles parlent de volonté des politiques :

    – d’empêcher la fuite des capitaux,
    – de surveiller toutes nos transactions
    – d’élargir la base taxable et d’en avoir à tout instant la maîtrise totale (répression fiscale)
    – de risque potentiel d’expropriation (comme le prouve la décision unilatérale et sans préavis de mettre la main sur les dépôts chypriotes)
    – d’empêcher de mesurer la réalité de l’inflation (un débit qui augmente un peu sur une carte passe inaperçu alors que le constat qu’un billet ne suffit plus pour acquérir tel bien se voit)

    Plus l’Etat gagne en contrôle, plus vous perdez en liberté. Une tendance liberticide, qui va à l’encontre du droit de disposer et stocker comme on le souhaite des fruits de son travail.

    Mais tout ceci n’est, bien entendu, qu’absurdes divagations. L’objectif est la lutte contre l’argent sale, l’argent fraudeur… et elle est menée par des politiques au-dessus de tout soupçon.
    La Chronique 11/04

    Super ;, l’avenir !

  • 11 avril 2013 à 13 h 06 min
    Permalink

    Il est devenu évident depuis quelques temps que les banques de nombreuses juridictions sont insolvables et qu’elles sont bien trop importantes pour être soutenues par les gouvernements. En plus de cela, bien que les gouvernements puissent penser qu’ils ont une chance de s’en sortir, ils sont tous conscients qu’une crise dans une nation majeure telle que l’Espagne pourrait entraîner des défauts en chaine qui iraient bien au-delà de leur contrôle…
    Cette solution, comme nous avons pu le voir à Chypre, est d’utiliser les fonds des créditeurs pour financer les banques en difficulté, ce qui revient à se servir directement dans les dépôts non-assurés plutôt que d’utiliser l’argent des contribuables. Cela signifie que si votre épargne est supérieure au niveau garanti par votre gouvernement (100.000 euros en zone euro), la part de votre dépôt qui tombe hors de cette garantie est libre d’être utilisée pour refinancer une banque.
    Nous sommes bien loin de la promesse que les banques centrales feraient de leur mieux pour venir en aide aux banques sans toucher aux dépôts des citoyens. Comme certains épargnants Chypriotes ont pu s’en rendre compte, cette promesse n’est plus d’actualité. !!!
    Tout le monde pensait jusqu’à présent que l’argent qui se trouve sur un dépôt bancaire appartient directement au déposant. Ce n’est pas vrai, parce que les déposants prêtent leur argent à leur banque. Cet argent devient donc la propriété de la banque qui ne fait que son devoir vis-à-vis de son déposant. Les déposants qui souffrent le plus de ce système sont habituellement les plus importants créditeurs non-assurés. Il existe cependant trois classes de dépôts à prendre en considération :
    Les dépôts assurés, garantis par un gouvernement ou une agence gouvernementale. Les plus petits dépôts sont protégés jusqu’à une limite fixée par le gouvernement.
    Les dépôts non-assurés qui appartiennent à des institutions non-bancaires et non-financières.
    Les dépôts de gros qui appartiennent aux institutions monétaires et financières…
    Comment quelqu’un qui se retrouve dans une telle position peut-il encore penser que son épargne est en sécurité ?…
    Les déposants non-bancaires non-financiers non-assurés ont trois solutions :Ils peuvent transférer leur argent vers une banque qu’ils estiment plus sécurisée. Cela pourrait permettre d’éliminer un risque spécifique mais pas le risque du déposant, si l’on prend en compte le fait que toutes les juridictions du G20 substitueront les dépôts non-bancaires non-financiers non-sécurisés à l’argent des contribuables en cas de faillite bancaire.Ils peuvent placer leur épargne auprès de plusieurs banques qui ne soient pas liées entre elles afin d’assurer chacun de leurs dépôts. Ce peut être une solution pratique pour les dépôts qui s’élèvent jusqu’à trois fois le montant assuré.Ils peuvent réduire leur dépôt en achetant quelque chose d’autre.
    Les deux premières options sont assez claires, mais la troisième demande à être approfondie. La possession directe de monnaie liquide peut être une solution, mais elle s’avère peu pratique pour de grandes quantités de monnaie, dont les gouvernements limitent l’utilisation en imposant des lois sur le blanchiment d’argent, par exemple. Les deux autres alternatives sont d’investir sur des actifs sécurisés tels que les obligations souveraines ou les métaux précieux. Il est possible d’investir sur les métaux précieux par le biais d’actions minières, d’ETF ou d’achat de métal physique…!!!
    Les banques centrales savent que s’en prendre aux comptes non-assurés est une question de convenance, et que toute panique qui viserait à sortir les dépôts à risque hors des banques les plus vulnérables peut être contenue par les banques centrales qui agissent en tant que prêteur de dernier recours. Cela repose sur le simple fait que si les dépôts sont déplacés au sein du système ou sont retirés à la faveur de quelque chose d’autre, la monnaie qui se retrouve ainsi libérée ne quitte pas le système bancaire. Il n’en est pas moins que s’en prendre aux dépôts n’est qu’une solution intérimaire, parce que l’idée derrière cette solution extrême est que le système bancaire cesse de se détériorer…
    Les déposants se rendent compte que les gouvernements, qui agissent au nom de leurs contribuables, font tout ce qu’ils peuvent pour assurer leur propre survie. Ils dévaluent l’épargne pour couvrir les dépenses gouvernementales et s’en prennent aux dépôts pour maintenir le statu quo. De nombreux déposants pensent que posséder des obligations à courte échéance et des actifs liés aux taux d’intérêts des banques est très risqué, c’est pourquoi ils ont des dépôts. Il est donc logique de penser qu’une majorité de ces dépôts sera redirigée vers les métaux précieux.

    Alasdair MacLeod

    Quelque extraits choisis ; commentaires SOUHAITES ..

    Merci pour ce blog super GENIALlL…

  • 12 avril 2013 à 8 h 31 min
    Permalink

    La perspective de hausse des taux d’intérêt réels incite à vendre de l’or
    Emmanuel Garessus
    Goldman Sachs prévoit une sensible baisse et Citigroup demande de vendre !!!
    Les cours semblent maintenant se stabiliser vers 1550 dollars, mais l’équilibre est précaire. «Si le support technique de 1520 dollars est franchi, la chute pourrait être brutale», selon Pierre Leconte, président du Forum monétaire de Genève pour la paix.Pour ces raisons techniques, UBS, qui reste haussière, recommande de protéger les positions.«L’or a perdu son pouvoir de fascination en tant que valeur refuge durant la crise de la dette et de l’euro», a déclaré mardi au China Morning Post l’Américain George Soros, fondateur de Quantum Fund. La crise de Chypre a en effet provoqué un faible sursaut du métal jaune. C’est surtout le dollar qui a profité de la crise de la zone euro. Les statistiques dé­cevantes de l’économie américaine n’ont pas davantage soutenu les métaux précieux. Il ne s’attend toutefois pas à une sensible baisse.
    Pourtant, l’incertitude, élément de soutien de l’or, est manifeste auprès des investisseurs. Elle demeure considérable dans un climat hostile à l’épargne et aux riches. Le gérant Marc Faber a déclaré à CNBC que, «par la fiscalité, l’expropriation ou la révolution, les riches peuvent perdre 40, 50 ou même 60% selon la qualité de la banque et la forme du dépôt». !!!!
    Rien n’y fait. De plus en plus d’experts sont pessimistes pour l’or. «La tendance baissière devrait s’accélérer, selon Jeffrey Currie et Damien Courvalin, analystes auprès de Goldman Sachs. Il faut se positionner pour une baisse future des prix et vendre le métal jaune à découvert», écrivent-ils dans une étude parue mercredi. Goldman Sachs a ainsi abaissé ses objectifs de cours à 1450 dollars l’once en 2013, 1270 dollars en 2014 et 1200 dollars en 2017. Il faudrait ensuite que l’inflation parte à la hausse pour engendrer un nouveau cycle haussier..Les deux économistes expliquent leur recommandation en grande partie par leur optimisme sur la reprise de l’économie américaine attendue ces prochains mois. La vigueur de l’économie serait négative pour l’or parce que les taux d’intérêt réels (après inflation), actuellement négatifs, se tendraient et redeviendraient positifs. Or, la hausse du métal jaune à 1923 dollars l’once en 2011 a largement été alimentée par la baisse des taux d’intérêt réels..Citigroup Private Bank a déclaré sortir entièrement l’or de son allocation. A la fin de mars, la Société Générale prévoyait un cours de 1375 dollars l’once pour 2013.A l’inverse, les banques centrales achètent de l’or à un rythme qui s’est accru ces trois derniers mois. Pour Goldman Sachs, le déclin des cours ne sera que ralenti par ces achats.Il faut toutefois distinguer entre les banques centrales occi­dentales et les émergentes, se­lon Pierre Leconte. Les instituts d’émission occidentaux font tout leur possible pour peser sur les cours de l’or, selon lui, pour améliorer les chances de succès de leur politique de répression financière et orienter les placements vers les obligations d’Etat et les actions.La baisse de 1923 dollars en 2011 à 1550 dollars a fait de nombreuses victimes parmi les investisseurs. La situation des compagnies minières s’est également détériorée, ainsi qu’en témoigne la chute de leurs actions en bourse. En dessous de 1500 dollars l’once, beaucoup ne sont plus rentables, en raison des coûts de production, selon Pierre Leconte.

    Lu dans Le Temps ; autant d’avis qui me disent qu’il ne faut surtout pas vendre ; je ne sais pas s’ul va baisser , ni quand mais si tel est le cas , ce sera un nouveau bon moment pour en rereacheter.. A moins que la crise ne soit finie…
    Monsieur Leconte a fait une prévision avec selon les “retracements” de Fibonacci …. Est-ce vraiment SA position ?….

Les commentaires sont fermés.