Vidéo du jour: Hors l’euro, point de salut !

Tout d’abord pour commencer, l’intervention de Monsieur Jacques Attali au TJ Suisse du 5 janvier dernier

Maintenant il est temps de mettre les points sur les “i”. Les comiques sont de sorties.

Le deni de grosse dette fait peine à voir et “les mensonges pas vrai”  des pro-européens font pitié. Monsieur Attali a touché le fond dans son intervention.

Comment comparer l’incomparable pour justifier l’existence d’une entité.

Monsieur Attali dit: “Les Etats européens sont comme des cantons suisses. L’Europe n’a pas de dettes alors que la Suisse Oui. Les Etats sont l’équivalent des cantons suisses….”

Jolie comparaison, mais complétement DEBILE ! Les cantons suisses ne sont pas endettés à la hauteurs des Etats Européens ! Certains canton, comme celui de Fribourg, n’affichent AUCUNE DETTE !

Je pense que tous les lecteurs du blog doivent comprendre qu’aujourd’hui on essaie par tous les moyens de dire que chez les autres c’est pire- en inventant n’importe quel argument falacieux -tout simplement pour jusitifier l’injustifiable.

D’alleurs je ne suis pas le seul à m’indigner de cette intervention: http://www.cartonrougeducitoyen.ch/index.php/component/content/article/1-nouvelles-quotidiennes/1299-attali-prend-il-les-telespectateurs-suisses-pour-des-cretins-des-alpes- (à lire notamment dans l’article: “Oser prétendre que l’Allemagne est “malade” et que la Suisse est “plus endettée que l’Europe” est un affront grossier à notre pays et un jugement de déraison pour ne pas dire une sottise de première grandeur.  Notre franc fort, notre taux de chômage peu élevé, notre indépendance et notre pratique de la démocratie réelle  ” à la suisse” agaceraient-ils le brillant et  prolixe intellectuel français à un point tel qu’il en oublie de raisonner ? Ou prend-il son public suisse pour de fieffés crétins des Alpes ?”)

Petite histoire d’un petit garçon qui rentre de l’école.

“Maman j’ai eu 2 (sur 10) de géographie”.

La maman s’indige !

Le petit européen ne se démonte pas: ” Oui mais la moyenne de la classe c’est 1.95, je suis donc meilleur !”

   Envoyer l'article en PDF   

32 réflexions au sujet de « Vidéo du jour: Hors l’euro, point de salut ! »

  • 7 janvier 2011 à 14 h 46 min
    Permalink

    C’est ça la compréhension intellectuelle des français sur leurs problèmes?
    Ce video en forme de caricature lira ‘sans commentaire’….

  • 7 janvier 2011 à 14 h 52 min
    Permalink

    Cela fait bien longtemps qu’Attali (économiste à la télé, la radio et tout autre média) ne fait que raconter des inepties. Je ne suis pas Suisse mais je viens d’un autre petit état souvent attaqué lui aussi et je sais ce que cela fait d’entendre des imbécilités à son propos.

    Comparer des états à des cantons, il faut être la plus grande truffe du monde pour faire ça. Les cantons sont assez indépendants certes mais l’organisation de la confédération est complètement différente de celle qui régie l’Europe.

    Il veut donner un pouvoir d’endettement à l’Europe, merveilleux! la fuite avant!

    Il parle de l’Allemagne, je pense que là il a touché le fond. Si l’Allemagne est plus malade que la France alors là je ne peux que rire! Un chômage moindre, une balance des paiements positive, une industrie prospère, ils ont dépensé 15000 milliards d’euros pour remettre l’Allemagne de l’Est plus ou moins sur les rails (équivalent de la dette française), ils ont mis dans leur constitution que l’endettement de l’état serait impossible après 2014, etc…

    Les autres pays européens sont à des années lumières de l’Allemagne et de la Suisse! Rigolons donc devant Monsieur Attali ce grand économiste français (c’est à dire nul d’un point de vue même européen). Il y a tant d’autres bons économistes capables de bien parler à la télé, je ne vois qu’une seule raison de le faire venir: l’envie de bien rigoler!

  • 7 janvier 2011 à 15 h 42 min
    Permalink

    Je vais aller à contre courant encore une fois c’est peut être que je suis un peu maso, bref, on peut reprocher beaucoup de choses à Attali mais conclure, cher Olivier, qu’il veut montrer que c’est pire ailleurs, sous entendu par rapport à la France, c’est aller vite en besogne, Attali est extrêmement critique vis à vis de la France il suffit de lire ces écrits et d’écouter ces interviews,il vous a simplement taquiné comme vous, cher Olivier vous le faites avec les français sur ce blog.
    J’ai d’ailleurs un point qui m’interpelle, sur un de vos anciens articles “Aujourd’hui l’Allemagne et la France veulent juguler la libre circulation des bulgares et Roumains. Tous ces éléments montrent des dissensions dans la zone euro”, je pense que la Suisse est assez mal placé pour donner des leçons sur l’immigration.
    Pour conclure je ne suis pas anti Suisse et pense d’ailleurs beaucoup de bien de l’économie, du peuple Suisse avec ces qualité et ses points à améliorer, comme les Français. Dans ces temps difficiles que nous attendent attention à ne pas stigmatiser un peuple contre un autre, une profession contre une autre, …, cela ressemble alors a du populisme et malheureusement on sait où cela même lorsque les gens ne réfléchissent plus et prennent des raccourcis.
    D’ailleurs pourquoi ne ferez vous pas une réponse étayée sur le blog d’Attali.

    A nouveau Bravo pour la qualité de votre blog, et la liberté d’expression que vous y laisser.

    Jean Michel

  • 7 janvier 2011 à 15 h 46 min
    Permalink

    Bonjour TLM.
    Tout le monde n’affiche pas la même béatitude sur l’économie Suisse. Faudrait il que les exportations des fameuses montres (c’est le fer de lance) puissent se faire vers des pays qui pourront encore acheter. Bien sûr les US fabriquent de la monnaie ! mais ces jours ci on discute en comité privé de l’opportunité de relancer la planche à billets. Doit on dépasser le plafond ? Geithner supplie le congrès pour qu’on le fasse. Les Chinois s’inquiètent de l’inflation !!
    l’OCDE dans son ensemble est sous l’eau, les économie sont obérées par les dettes budgétaires ! La Suisse n’attend pas des miracles si je m’en réfère à ces commentaires:

    https://www.credit-suisse.com/news/fr/media_release.jsp?ns=41577

    Alors oui le monde occidental va mal. La critique est facile sur Attali. Rien n’est comparable, bien sûr. On ne compare pas un canton Suisse à une nation comme l’Allemagne, comme on ne peut la comparer à un état fédéré des USA. Le lien qui existe entre un état fédéré comme La Californie, et Washington est plus “fort” que celui qui lie pour l’instant l’Allemagne à Bruxelles. L’Europe, qui n’a que 10 ans, ne se fera pas qu’en féderant, nous aussi nos problèmes, et, nos solutions à ces problèmes. Mais avant tout il nous faudra expulser tous les FEDéistes ne nos instances gouvernementales aux niveaux nationaux, et, Européens. La route est longue pour cela, et, bien entendu il faudra dans le même temps résoudre ce problème de la dette.
    Paris ne s’est pas faite en un jour, mais vaut bien encore une messe. Pareil pour l’Europe.

  • 7 janvier 2011 à 16 h 17 min
    Permalink

    Bonjour Jean-Michel,
    merci de prendre le contre-poids. La conclusion de dire qu’il essaie de montrer qu’ailleurs c’est pire, ne m’est pas venue de sa théorie gravissime sur l’endettement suisse ,des cantons etc. mais de ses allégations que l’Allemagne va mal. Il voit la paille dans l’oeil du voisin, mais pas la poutre dans le sien.
    Il est critique envers la France, peut-être, mais il veut plus d’Etat et plus d’endettement pour relancer. Il l’a dit dans une émission avec Elkabach, c’est comme soigner un alcolique en lui filant du pinard (de la piquette en l’occurence).
    La Suisse n’a effectivement pas de leçon à donner sur l’immigration, mais je tiens à préciser que c’est le pays qui a le plus d’étranger dans sa population, ce qui montre que c’est une terre d’accueil. Il est par contre normal de réguler cette immigration.
    Quant à répondre sur le blog d’Attali, je crois que c’est peine perdue et je dois plus me concentrer sur la gestion de mes clients, de sauver, défendre, investir leurs patrimoines plutôt que de perdre du temps dans des combat “journalistiques”. Mon avis est exprimé ici. je vous rappelle que je passe beaucoup de temps gratuitement et pour tout et je n’ai….pas encore…de livre à vendre pour qu’on m’invite sur des plateaux télé. D’ailleurs je préfère m’occuper de mes clients que d’aller au TJ, surtout pour dire des bêtises.
    merci de votre intervention

  • 7 janvier 2011 à 16 h 39 min
    Permalink

    l économie politique en 1 leçon
    j ai pris le temps de lire
    le sophisme économique! la face caché du marché la force obscure
    pour ma part on est en plein dedans
    nos pays occidentaux sont malades malades de leur propre théories
    ou la meilleur des solution est la fuite en avent il roule leur positions tous les 3 mois en attendant des jours meilleurs qui ne viendrons pas mais l espoir fait vivre ,
    le rêve du capitalisme a tous les niveaux
    cordialement

  • 7 janvier 2011 à 16 h 50 min
    Permalink

    c est la toute la différence entre la suisse qui Control sont immigration et la France qui la subit sont immigration a cause de certain intérêt financier héritage d un passé colonialiste

  • 7 janvier 2011 à 17 h 16 min
    Permalink

    Je ne vois pas pourquoi chacun, en Europe, cherche à s’excuser d’agir comme il l’entend en ce qui concerne l’immigration. La France est chez elle, comme la Suisse l’est, en Suisse. Si chacun de ces pays prend des décisions à l’encontre des immigrants, elle en a le droit. Ce sont plutôt aux pays de ces immigrés, qu’il faudrait demander des comptes. C’est à eux d’assumer leurs populations et de faire en sorte de les nourrir, par des politiques apropriées.
    Pourquoi l’Europe devrait-elle être responsable des résultats piteux de l’Afrique ou de certains pays arabes ?

    Jacques Atali est un intellectuel, qui adore faire parler de lui. Je ne sais même pas pourquoi on lui donne tant d’importance. Il a déjà dit tellement de bêtises. C’était le conseiller de Mitterrand… Au vu des résultats : Quelle résussite !

  • 7 janvier 2011 à 17 h 32 min
    Permalink

    On peut être “brillant” et dans l’erreur (ou le mensonge ?)
    c’est un mal Français mais aussi plus généralement “politique”.
    Péripétie
    Si on parlait plutôt de l’incapacité du tout puissant Marché à dicter sa valeur au Yuan ?

  • 7 janvier 2011 à 18 h 40 min
    Permalink

    Attali est encore un imposteur qui propage des mensonges s’appuyant sur l’inculture éconnomique Francaise.

    Ils sont pret à tout pour faire grossir le mamouth européen et garder leur bon “job” de pipoteur en rajoutant des couches d’endettement

    Allez shortons moi cet € qu’on en finisse de ces gens malhonnetes

  • 7 janvier 2011 à 19 h 10 min
    Permalink

    Merci pour cette bonne rigolade. Pour ceux qui en veulent encore regardez LCP l’idiot inutile y radote fréquemment. L’exemple parfait du genre de pseudo économistes à 3 francs que seul la France sait fabriquer et que le monde entier nous envie. Le plus hilarant avec “the corbeau qui sort du lit” c’est qu’il se prend réellement pour un génie.

  • 7 janvier 2011 à 19 h 26 min
    Permalink

    M. Attali est payé par l’Etat français pour dire ces sottises. Hors l’Etat, point de salut. Il semble cependant qu’en France même cet étatisme soit manifestement épuisé… Et sa projection au niveau européen à travers le projet de monnaie unique connait de très grandes difficultés. Le mythe de la démographie allemande est une vieille chimère populationniste liée à une idéologie autoritaire. Et la comparaison de l’UE avec la Confédération n’a aucun sens, puisque l’UE n’est pas un Etat et que les cantons ne sont pas ou peu endettés.

  • 7 janvier 2011 à 21 h 03 min
    Permalink

    A mon avis, à l’avenir, il faudra raisonner en terme de bloc économique, et, non en tant que nation. Et je pense que la Suisse sera bien isolée. Rendez vous dans 15 ans, ou 20 ans.

  • 7 janvier 2011 à 21 h 45 min
    Permalink

    Rien de bien nouveau

    Le dogme, “plus de dettes, plus d’euros, plus d’eurocratie”, commence à se lézarder.

    N’est ce pas assez comique de voir la Hongrie prendre la présidence de l’UE et ne pas respecter le traité de Maastricht (on ne sort même pas le carton rouge, mais où est donc l’arbitre).

    Monnaie unique ou pas, l’Europe est restée et restera une zone de libre échange économique et rien de plus.

  • 7 janvier 2011 à 22 h 26 min
    Permalink

    Jacques Attali et sa méthode Coué : “Tout va très bien dans l’Union Européenne, madame la marquise”.

    Vendredi 7 janvier 2011 :

    Obligations : les inquiétudes sur les dettes des pays fragiles persistent.

    Les taux des pays fragiles de la zone euro, notamment ceux de l’Espagne et du Portugal, ont poursuivi leur envol vendredi, franchissant de nouveaux sommets dans un marché obligataire toujours inquiet de leur capacité à mener à bien le redressement de leurs finances publiques.

    Vers 18H00 (17H00 GMT), les taux espagnols à 10 ans se tendaient à 5,526% contre 5,460% la veille à la clôture, après avoir atteint un plus haut depuis 2000 à 5,543% dans la matinée.

    Les taux portugais s’envolaient à 7,193% contre 6,957% jeudi, un record depuis l’entrée du pays dans la zone euro.

    Les propos du Premier ministre portugais José Socrates, qui a réaffirmé vendredi que le déficit du pays serait bien ramené à 7,3% du produit intérieur brut en 2010, n’ont pas réussi à rassurer les opérateurs.

    “L’Espagne et le Portugal ont une croissance et une inflation faibles. Ajoutez à cela des taux obligataires élevés et le cocktail est explosif”, commente Patrick Jacq, stratégiste obligataire chez BNP Paribas.

    Les investisseurs restent aussi prudents car “les vrais tests pour le marché sont à venir la semaine prochaine” où l’on attend des émissions du Portugal (mercredi), de l’Italie et de l’Espagne (jeudi), souligne René Defossez chez Natixis.

    “Il y aura de la demande mais à quel prix ? voilà toute la question. Si les taux d’emprunt sont encore plus élevés, cela deviendra très alarmant”, ajoute-t-il.

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=2d8fee2af4db870728273b58eb11b959

  • 7 janvier 2011 à 22 h 54 min
    Permalink

    je suis français et suis désolé pour les propos de cet homme, qui nuit depuis bien trop longtemps, auprès des Suisses. Il est hélas à l’image de nos zélites à la pensée tordue. par je ne sais quel mécanisme, la classe politique française a arrêté de réfléchir, de s’instruire depuis déjà de nombreuses années. Je demande officiellement à la Suisse de bien vouloir nous libérer de leur joug.

  • 7 janvier 2011 à 23 h 23 min
    Permalink

    Mr ATTALI est l’enfant caché de Madoff.Toutes les solutions proposées ont deux points communs:- il s’agit toujours d’un principe de cavalerie ou système de ponzi à mèche suffisamment longue pour que cela ne lui explose pas au visage.Une fois, l’europe n’est pas endettée.Une autre fois, il faudrait un gouvernement mondial.Bientôt il nous proposera la banque centrale lunaire qui n’est pas endettée et qui donc pourra émettre sa propre monnaie pour racheter les dettes de tout le monde …..(si vous dîtes qu’il n’y a pas d’habitant sur la lune, vous êtes vraiment mesquins)
    -il faut toujours plus d’etat et de fonctionnaire.Ce monsieur ne sait peut être pas le nombre de fonctionnaires ou assimilés que nous avons en France et oublie un peu facilement le scandale des régimes spéciaux de retraite qui je le rappelle côute 70 milliards d’euro par an pour 3.8 millions de privilégiés (sncf, edf, gdf,politiques etc) qui partent à la retraite entre 50 et 55 ans, et qui accumulent tellement d’avantages issus d’un autre monde qu’il vaut mieux se taire.Ce cher visionnaire a beau rassurer sur le moyen terme de la France mais il oublie un peu vite que nous sommes proche de l’infarctus et qu’avant de vivre centenaire, il faut survivre au lendemain.Je n’arrive pas à comprendre comment cet individu qui a commencé ses nuisance sous Mitterand (nationalisation, 1 million de fonctionnaire et retraite à 60 ans ont ruiné le pays)peut encore avoir une certaine écoute.Je crois qu’il doit faire concurrence à Radio Nostalgie.

  • 8 janvier 2011 à 6 h 21 min
    Permalink

    j’adore la petite phrase de la présidente Suisse ” nous respectons le traité de Maastricht , si il existe encore !” et je t’envoie un grand sourire à Vanrompuy ! j’adore

  • 8 janvier 2011 à 9 h 33 min
    Permalink

    Je ne vois pas ce qu’il dit de faut?La Suisse à peut être pas de dette publique mais des dettes privées très élevées qui est comparable à la sitautation Espagnole (dette public faible mais privée élevée).La Suisse cache tout on le sait,son argent,ces dettes,ces chômeurs.la BNS a achete 60 milliard de dettes UBS,sinon le PIB Suisse aurait été celui de l’Irlande.La Bns à pour plus de 200 milliard de devise qui ne sont que des dettes potentielle,avec leurs Euros et autres.Le faible chômage est du à leurs façon de compter qui prend comme personne active(env.4,5 million)des salariés qui effectue seulement 1 heures par semaine.

  • 8 janvier 2011 à 10 h 43 min
    Permalink

    merio: oseriez vous dire que le syndrome grec de la comptabilité farfelue et inique touche aussi votre confédération ? Quel est le salaire pour 1 heure de travail par semaine lol ?

  • 8 janvier 2011 à 12 h 41 min
    Permalink

    @merio
    Ah que vous êtes rigolo.
    1. Les dettes privées existent dans tous les pays et si on en tient compte c est apocalyptique
    2. La Suisse cache quoi? Le usa ont un taux de chômage officiel largement en dessous de la réalité et vous vous cachez votre orthographe
    3. Le chômage en Suisse est toujours bas historiquement mais je ne crois pas que la Suisse soit armée pour un taux élevé à l’européenne. Vous parlez de 4.5 mios de peronnes actives d’où proviennent ces chiffres?
    Le seul point sur lequel je vous rejoins c’ est la taille du système bancaire suisse. Les banques n ont pas d exposition sur les piigs par contre très certainement aux banques des piigs comme BNP oui la France est désormais un membre piigs, bonne chance

  • 8 janvier 2011 à 14 h 29 min
    Permalink

    Une dette est une dette quel soit publique ou privée,et je maintient que la Suisse en est pleine,citoyens,confédération,BNS donc tous ceci additionné représente le même niveau d’endettement que les autres pays d’europe.A voir concernant la population active http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/03/01/key.html

  • 8 janvier 2011 à 16 h 24 min
    Permalink

    J’ajoute que si un canton suisse fait faillite, on lui donne peut-être de quoi s’en sortir, mais pas dans les conditions de libre marché. C’est généralement la confédération qui va le financer, à un taux qui lui permettra de payer ses intérêts (en plus du capital) et donc de s’en sortir. Mais de surcroît, ce canton sera mis sous tutelle de la confédération qui le gérera durant cette période.

  • 8 janvier 2011 à 16 h 28 min
    Permalink

    @ merio
    Concernant la dette privée, la Suisse est dotée d’un système qui empêche de facto le surendettement grâce à sa centrale du crédit. Ce contrôle n’existe pas ên France par exemple.

  • 8 janvier 2011 à 18 h 11 min
    Permalink

    Merio
    c’est faux et je maintiens que vous ne pouvez comparer les endettements, les pays européens en additionnant les dettes publiques et privées ont un endettement élevé qu’en Suisse. Vos dires sous-entendent que les dettes privées suisses sont 2.5 fois plus élevées que de la zone euro. (car l’Etat suisse est à 40 et les pays eurozone à 100 environ)
    On a déjà bcp d’avance rien que dans le public….hihihihihi
    bonne chance

  • 8 janvier 2011 à 22 h 59 min
    Permalink

    Faillite du Portugal : l’Allemagne et la France commencent à paniquer !

    Lisez cet article :

    Samedi 8 janvier 2011 :

    Berlin et Paris veulent forcer le Portugal à demander l’aide de l’Union Européenne.

    Les gouvernements allemand et français veulent contraindre le Portugal à demander à son tour une aide financière dans le cadre du plan de sauvetage européen, affirme l’hebdomadaire Der Spiegel à paraître lundi 10 janvier.

    Sans citer de source précise, Der Spiegel affirme que “des experts gouvernementaux” des deux pays s’attendent à ce que le Portugal ne puisse bientôt plus se financer sur les marchés.

    “Le signal d’alarme a été tiré, selon eux, lorsque le Portugal a dû proposer la semaine dernière 3,69 % d’intérêts pour une émission obligataire à six mois. A titre de comparaison, le même jour, l’Allemagne a placé un emprunt à 2,87 % sur dix ans sur le marché”, écrit l’hebdomadaire.

    Le Portugal doit rapidement se placer sous l’assistance européenne pour éviter une contagion à l’Espagne voisine ou à la Belgique.

    Les membres de la zone euro devraient s’engager dans le même temps à fournir tous les moyens nécessaires pour défendre la monnaie unique, quitte à dépasser les 750 milliards d’euros déjà mis à disposition, assure encore le magazine.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ioU0qkhNoTdqnSNl5BmCiaFhOflQ?docId=CNG.b2faa182515312953f9b79472d025947.b81

  • 9 janvier 2011 à 22 h 35 min
    Permalink

    Dimanche 9 janvier 2011 :

    La France, l’Allemagne et d’autres pays de la zone euro exercent une pression grandissante sur le Portugal afin qu’il demande un appui financier à l’Union européenne et au FMI, cela pour tenter d’endiguer la propagation de la crise de la dette souveraine, a-t-on appris dimanche 9 janvier de source européenne à Bruxelles.

    En juillet déjà, des premières discussions avaient évoqué cette éventualité, mais pour l’heure, aucune négociation formelle n’a été ouverte, précise-t-on de même source.

    “La France et l’Allemagne ont dit, dans le cadre de l’Eurogroupe, que le Portugal devait solliciter une aide, le plus vite étant le mieux”, a dit la source, ajoutant que la Finlande et les Pays Bas avaient exprimé des voeux similaires.

    Un porte-parole du gouvernement portugais a toutefois démenti dimanche une information rapportée par un magazine allemand faisant état de pressions sur Lisbonne de la part de Paris et Berlin.

    Le Portugal passe depuis plusieurs semaines pour être un des pays les plus vulnérables de la zone euro, avec la Belgique notamment, tandis que Moody’s a placé en décembre la note de l’Espagne, pourtant jugée plus solide que certains autres pays de la zone, sous surveillance pour un éventuel abaissement.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE70809220110109

  • 10 janvier 2011 à 9 h 54 min
    Permalink

    Lundi 10 janvier 2011 :

    Un sauvetage du Portugal imminent.

    Le gouvernement portugais se débat face aux rumeurs insistantes sur un sauvetage imminent de son économie, après celui de la Grèce et de l’Irlande.

    Selon l’hebdomadaire Der Spiegel, le cas portugais fut au cœur de la rencontre, vendredi, à Strasbourg, entre la ministre de l’Économie Christine Lagarde et son homologue allemand Wolfgang Schäuble. Les deux gouvernements veulent pousser Lisbonne à faire appel, au plus vite, à l’aide financière internationale, afin d’éviter une contagion à l’Espagne et à la Belgique.

    Pour sa première émission obligataire de l’année, à trois mois, le Portugal a dû concéder un prix exorbitant.

    Vendredi, les coûts d’emprunt à dix ans ont battu de nouveaux records à 7,193 %. À ce prix, il devient préférable de se financer via le Fonds européen. D’autant que l’émission, prévue mercredi 12 janvier, de 2 milliards d’euros à trois et neuf ans s’annonce déterminante.

    Mais le premier ministre José Socrates résiste aux pressions. Il redoute les contreparties qui lui seraient imposées par le FMI.

    «Le Portugal fait ce qu’il faut et continuera ainsi… Tout ce que j’ai à dire, c’est que nous allons atteindre l’objectif budgétaire en 2010 qui était de réduire son déficit à 7,3 % du PIB», a-t-il dit samedi. Il n’empêche, la pression monte dans les salles de marchés, mais aussi du côté des politiques, pour un déclenchement du sauvetage.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/01/09/04016-20110109ARTFIG00223-un-sauvetage-du-portugal-imminent.php

  • 10 janvier 2011 à 16 h 30 min
    Permalink

    Lundi 10 janvier 2011 :

    La BCE rachète de la dette portugaise.

    Selon des traders, la Banque centrale européenne est intervenue lundi sur les marchés pour racheter des emprunts d’Etat portugais à 5 ans et 10 ans.

    Vers 13 heures, les rendements portugais sur ces deux maturités se détendaient d’ailleurs respectivement de 12 points de base et 5 pb, à 5,99 % et 7,01 %.

    La flambée des coûts de financement du souverain, qui devrait encore se vérifier mercredi 12 janvier lors de deux adjudications prévues sur des lignes à 5 et 10 ans, rend cependant probable un recours du Portugal à l’aide européenne.

    La Commission européenne a nié lundi discuter d’une aide d’urgence au pays, un discours déjà entendu en novembre dans le cas de l’Irlande avec le résultat que l’on connaît.

    http://www.agefi.fr/articles/La-BCE-rachete-dette-portugaise-1163922.html

  • 11 janvier 2011 à 11 h 54 min
    Permalink

    Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a annoncé mardi que son gouvernement prévoyait d’acheter des obligations du Fonds européen de stabilité financière (EFSF) afin d’aider à stabiliser la zone euro, ont rapporté des médias.

    (Source : dépêche AFP)

    – Le Japon est hyperendetté.

    – Le Japon consacre 60 % de ses recettes fiscales à payer les intérêts de sa dette (dette publique du Japon : 200 % du PIB).

    – Le Japon va utiliser ses réserves en euros pour essayer de sauver les cinq Etats européens surendettés.

    – Le Japon hyperendetté va-t-il réussir à sauver les cinq Etats européens surendettés ?

    – Vous le saurez dans le prochain épisode.

    – Le suspens est à son comble.

    Mardi 11 janvier 2011 :

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,860 %.

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,581 %.

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 7,015 %.

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 8,923 %.

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 12,295 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

  • 11 janvier 2011 à 16 h 11 min
    Permalink

    Mardi 11 janvier 2011 :

    Allemagne : taux d’intérêt pour les obligations à 6 mois : 0,480 %.

    France : taux d’intérêt pour les obligations à 6 mois : 0,555 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GFRN6M:IND

    Et la Grèce ?

    Quel taux d’intérêt doit payer la Grèce pour un emprunt à 6 mois ?

    Réponse :

    Le 9 novembre 2010, pour un emprunt à 6 mois, la Grèce avait dû payer un taux d’intérêt de 4,82 %.

    Mardi 11 janvier 2011, pour un emprunt à 6 mois, la Grèce a dû payer un taux d’intérêt de 4,90 %.

    Plus les jours passent, plus la Grèce emprunte à des taux d’intérêt de plus en plus exorbitants.

    Plus les jours passent, plus la Grèce se rapproche du défaut de paiement.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/01/11/97002-20110111FILWWW00482-grece-leve-195-mds-en-dessous-de-5.php

Les commentaires sont fermés.