#Uranium : Flux de fonds en arrivée

Voilà déjà pas mal de temps que je vous parle de l’uranium.

Dernièrement, les titres sont montés car les ETF URA et URNM ont reçu des souscriptions assez importantes et ont dû acheter des titres dans le marché.

Pour mémoire, voici les deux ETF URA (taille 275 M de USD) et URNM (taille 62 M de USD).

Concernant les titres individuels, je vous laisse regarder dans les ETFs directement pour obtenir une liste.

Concernant les flux de fonds, ils sont donc en augmentation.

et TD anticipe un déficit de production (comme je l’ai souvent évoqué).

ainsi que Cannacord (lien pour l’étude complète : ici)

Pour relire tous mes articles sur l’uranium : https://www.crottaz-finance.ch/blog/tag/uranium/

Je vous renvoie à mon disclaimer sur les investissements

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « #Uranium : Flux de fonds en arrivée »

  • 17 février 2021 à 21 h 07 min
    Permalink

    Même LARAMIDE semble reprendre quelques couleurs ( vous nous en parliez il y a déjà bien longtemps ). Cependant, je ne crois pas que ses problèmes en Australie aient été résolus, mais elle possède d’autres actifs ! Je suppose que, comme ses pairs, son avenir est essentiellement lié à l’évolution du prix de l’uranium !

  • 17 février 2021 à 23 h 43 min
    Permalink

    ça crevait les yeux. Les énergies non-polluantes sont a) l’hydrogène (H), car il produit, avec sa combustion (combinaison avec l’oxygène (O)… de l’eau pure ! Tout en dégageant une formidable énergie et aucun gaz.
    b) l’uranium enrichi : il dégage de la chaleur, de la chaleur, encore de la chaleur pendant longtemps, très longtemps, sans dégager le moindre gaz de combustion toxique. Ses résidus peuvent être réutilisés et les déchets finaux éliminés par ensevelissement de là où il viennent : le sous-sol. Les centrales nucléaires actuelles datent de l’époque où l’homme est parti sur la lune… sans ordinateur !!!! C’était un peu après Louis XVI. Aujourd’hui, l’efficacité des centrale nucléaires, avec nos connaissances, pourraient être décuplées et leur sécurité multipliée par 1000. Il existe par ex. depuis 20 ans des centrales à boulets d’uranium qui s’éteignent en roulant à l’écart du noyau. Tandis que les cellules solaires, les moulins à vent, les sondes géologiques à moyenne profondeur sont des gadgets qui ne produisent pas nécessairement lorsque l’on a besoin. Il faudrait utiliser tous les barrages disponibles pour emmagasiner l’énergie (remonter l’eau dans les barrages en périodes creuses et produire avec cette chute d’eau l’énergie qui est nécessaire au bon moment. Mais voilà, cette coordination est si lourde à mettre en place, qu’il faudrait, pour y parvenir, commencer par nationaliser tout le secteur, réaliser les coordinations nécessaires, puis privatiser pour assurer la pérennité du système. Cela entraîne une cacophonie économique et juridique improbable. Les cellules, les moulins à vent : leur fabrication nécessite une énergie grise (extraction des matières, transformation, fabrication, assemblage, transport, mise en service, suivi, élimination à court délai (entre 15-20 ans) à savoir des coûts d’exploitation qui les disqualifient. Non. La seule énergie efficace est le nucléaire. Mais tout le monde a été tellement ébranlé par 5 accidents majeurs issus de produits dont on pouvait savoir qu’ils étaient mal conçus, que se produit jour plutôt un rôle d’épouvantail. Bien géré, il ne mérite absolument pas. Au lieu de cela, les politiques se lance dans la production d’engins nouveaux dont la maîtrise relève du jeu de carte, plutôt que de faire bien ce que l’on sait faire. Un vraie cour d’école.

Les commentaires sont fermés.