#Arte : La face cachée des énergies vertes

Sans entrer dans une polémique, j’abonde avec un des commentaires dans ce reportage. Il y a une espèce d’hystérie sur le vert écolo sans aucune réflexion.

Si quelqu’un a le malheur de remettre un tant soit peu en question ce qui est avancé par les pro énergies vertes, il se fait assez rapidement traiter de tous les noms d’oiseaux.

Un exemple quand on produit une étude démontrant que les véhicules électriques ne sont pas verts et polluent, la réponse obtenue par les fans (de Tesla par exemple) est que l’étude a été diligentée (dili-jantées) par BMW et qu’elle est bien évidemment fausse. Juste entre nous BMW produit aussi des voitures électriques, comme bientôt tous les constructeurs.

Ce reportage d’Arte montre les limites de notre planète (notamment les terres rares) et ô combien le soi-disant ZERO carbone est impossible a atteindre. Une voiture électrique ne sera jamais zéro carbone car il faut la construire et la détruire !

Par exemple, aborder ce sujet avec des constructeurs de voitures électriques (comme dans le reportage) relève de la gageure.

La réalité est que c’est tout simplement du BUSINESS et qu’on vend (à nouveau) du rêve.

Quant aux politiques, Jean-Marc Jancovici le dit très bien. Du moment qu’ils sont élus, ils n’ont plus le temps de lire les dossiers. Moralité, ils prennent des décisions sans connaissance de cause !

   Envoyer l'article en PDF   

Le #SP500 : performance en trompe l’oeil.

Les vacances sont terminées et les enfants ont repris le chemin de l’école ce lundi dans la canton de Vaud. Après cette pause estivale me voilà aussi de retour.

Le marché américain des 500 valeurs (le fameux Standard and Poor’s 500) a continué son ascension initiée après la chute de mars.

Malheureusement, la majorité des médias ne parle que de l’indice et non pas des composants de celui-ci. Je vais donc me dévouer pour, comme d’habitude, démontrer que cette hausse de l’indice est très sélective.

En effet, 5 titres sont responsables de cette hausse, le reste des sociétés affichant des performances en moyenne de -6% depuis le début de l’année !

Voici l’article en anglais https://www.cnbc.com/2020/08/06/stocks-rise-after-better-than-expected-jobs-data-what-to-watch-now.html

Je cite dans l’article :

" Ainsi, les cinq premières entreprises dont nous parlons toujours autant et qui sont concentrées dans le S&P sont en hausse de 35% depuis le début de l'année. Si vous prenez les 495 dernières entreprises, en baisse de 6% depuis le début de l'année."

Ou un autre article qui nous informe que le SP500 est au plus haut et que 40 sociétés “value stocks” sont en baisse de 30%

https://247wallst.com/investing/2020/08/24/sp-500-all-time-highs-but-40-value-stocks-still-down-over-30-ytd/

Les bénéfices réels du SP500 chutent, ce qui n’est pas bon signe.

Les titres technologiques sont fortement en hausse et commencent à vraiment être sur-évalués.

Un certain titre qui va intégrer le SP500 bientôt affiche un p/e de plus de 1000. Payer plus de 1’000 x les bénéfices me fait assez peur (Tesla). Cela me rappelle la bulle techno de 2000.

Après le début d’achat de minières (Barrick) par Warren Buffet et sa vente d’actions bancaires, il semble que les ultra-riches sont en train de vendre pour se positionner cash : https://finance.yahoo.com/news/ultra-rich-club-stockpiles-cash-141234659.html

Jusqu’à quel moment est-ce que cela va durer ?

Impossible de le dire, mais il est probable qu’en 1929 on pensait aussi que le marché ne pouvait chuter. En superposant aujourd’hui à 1929, on peut réellement se faire peur. Pour mémoire le marché américain avait chuté de 90%, mais bon cela n’arrivera pas aujourd’hui car tout est différent…..me dit-on.

   Envoyer l'article en PDF   

Short squeeze et tous aux abris ?

Short squeeze et tous aux abris ?

Il y a quelques jours, je vous ai proposé de vendre le SP500. Je continue de le prôner surtout que – désormais – le coronavirus est entré dans la danse et va faire ralentir l’économie mondiale de manière forte. D’après Goldman Sachs, Morgan Stanley et consorts, un ralentissement mondial de l’ordre de 0,4% va se faire sentir. Votre humble serviteur pense qu’il sera bien plus élevé : https://www.cnbc.com/2020/01/31/goldman-sachs-coronavirus-to-weigh-on-us-economic-growth-this-quarter.html et https://www.reuters.com/article/us-china-health-economy-morgan-stanley/morgan-stanley-warns-coronavirus-could-drag-on-global-chinese-gdp-growth-idUSKBN1ZS27P

Je me permets aussi de relativiser la croissance chinoise et le mythe que la Chine va sauver le monde avec sa croissance. Le PIB chinois est en baisse constante depuis bientôt 10 ans.

La semaine passée un événement s’est produit. La capitalisation boursière de Tesla a explosé suite a de bons résultats (d’après certains analystes alors que d’autres pensent que les comptes sont arrangés et les promesses de ventes exagérées). Cette hausse est surtout le résultat d’un “short squeeze” (liquidation forcée des positions à découvert) car Tesla, Apple et Microsoft sont les titres les plus vendus à découvert en janvier 2020 : https://money.usnews.com/investing/stock-market-news/articles/most-shorted-stocks. On ne peut que constater ce que cela a généré sur leurs cours et les pertes (1.5 milliards de USD) par les shorts : https://www.cnbc.com/2020/01/30/tesla-shorts-lose-more-than-1-billion-as-stock-surges-on-earnings.html

Je me suis intéressé aussi au SP500 et au poids des plus grandes sociétés de l’indice.

A ce jour, les 5 plus grandes sociétés du SP500 affichent un poids jamais vu de 17.5% de l’indice (les 5 sont des “technologiques”) et 28% pour les 10 plus grandes. Leurs hausses ont entraîné l’indice à la hausse.

Au sujet du SP500, que s’est -il passé avant le correction et quelle a été la durée de la hausse ?

Et surtout ce qui m’inquiète, c’est la valorisation des actions de l’indice.

Depuis 10 ans les actions (SP500) ont battu à plate couture les autres investissements.

En conséquence, il me semble que la hausse du SP500 est terminée pour un moment. Only time will tell

   Envoyer l'article en PDF