Vidéo : “Princes of the Yen” : Central Bank Truth Documentary

Film Intéressant (sous-titré en français) au sujet des banques centrales qui ont probablement leurs propres agendas ! (Merci à Pascal pour cet envoi)

Le film de Michael Oswald «Les princes du yen: les banques centrales et la transformation de l'économie» révèle comment la société japonaise a été transformée pour répondre à l'agenda et au désir de puissants groupes d'intérêts, et comment les citoyens ont été tenus complètement dans l'ignorance à propos de ça. D'après le livre du même titre du professeur Richard Werner, chercheur invité à la Banque du Japon lors du krach des années 90, au cours duquel la bourse a chuté de 80% et les prix des logements de 84%. Le film révèle la véritable cause de cette période extraordinaire de l'histoire récente du Japon.
Le livre de Richard Werner : https://www.amazon.com/Princes-Yen-Central-Bankers-Transformation/dp/0765610493

PRINCES DU YEN – Synopsis du livre

Les banquiers centraux du Japon et leur bataille pour transformer la nation


Avec la fin de la guerre froide, il est devenu clair que la puissance militaire est remplacée par la puissance économique. Principalement, les gouvernements ne peuvent influencer l’économie, et donc les moyens de subsistance des personnes, que par des politiques réglementaires, monétaires et fiscales. Cependant, les politiciens et leurs gouvernements ont perdu le contrôle des trois outils politiques: la déréglementation, le resserrement budgétaire et les banques centrales indépendantes signifient que le pouvoir économique et politique passe de plus en plus des mains de gouvernements démocratiquement élus aux mains de banquiers centraux non élus. Puisqu’ils ne sont que de simples humains, ils sont également sujets aux erreurs et aux actes d’égoïsme. Dans son livre Princes of the Yen (Armonk, New York: ME Sharpe, 27,95 $) Werner fournit de nouvelles preuves sur l’étendue du pouvoir entre les mains des banquiers centraux et sur la mesure dans laquelle ils peuvent être disposés à utiliser et abuser de ce pouvoir à leurs propres fins. Les preuves viennent du Japon.

Princes of the Yen jette un regard neuf sur l’économie japonaise d’après-guerre et les principaux facteurs qui l’ont façonnée. L’auteur révèle le rôle inexploré de la banque centrale et de ses contrôles informels du crédit dans la création de la grande bulle d’actifs et de la longue récession des années 1990. Il évoque également en détail le rôle de Toshihiko Fukui, le nouveau gouverneur de la Banque du Japon.

Les énigmes du Japon
L’économie japonaise d’après-guerre est restée une énigme pour de nombreux observateurs. Ayant mérité le titre d ‘«économie miracle», elle a sombré dans un marasme prolongé dans les années 1990. Les experts ont eu du mal à expliquer la bulle des années 80 et son effondrement dans les années 90. Ils ont trouvé encore plus difficile d’expliquer pourquoi toutes les tentatives du gouvernement pour stimuler l’économie ont échoué au cours des années 1990.

L’occupation américaine crée un juggernaut d’après-guerre
Montrant que le Japon d’avant-guerre ressemblait étroitement au capitalisme à la roue libre d’aujourd’hui, les princes du yenidentifie la vraie nature de la structure «unique» d’après-guerre du Japon. Son système a été introduit pendant la Seconde Guerre mondiale. Le miracle économique de l’après-guerre a été réalisé, car l’économie est restée pleinement mobilisée et sur le pied de guerre. Cela a été possible, car l’occupation américaine, sous la pression de l’avancée du communisme en Asie, a décidé de maintenir en place le système de guerre et son personnel. Alors que le leader économique allemand de la guerre languissait dans une prison militaire dans les années 1950 et 1960, son collègue japonais a été nommé Premier ministre. En effet, dans la période d’après-guerre, sous la supervision et avec le soutien de l’occupation américaine, les dirigeants bureaucratiques du temps de guerre pouvaient mettre en œuvre nombre de ces réformes fascistes qu’ils n’avaient pas pu mettre en œuvre pendant la guerre.

La Banque du Japon en position clé
La disparition de l’armée d’après-guerre a déclenché une lutte de pouvoir entre le ministère des Finances et la Banque du Japon pour le contrôle de l’économie. Alors que le ministère s’efforçait de maintenir le système économique contrôlé qui a créé le miracle économique d’après-guerre au Japon, la banque centrale a comploté pour se libérer du ministère en revenant aux marchés libres des années 1920.

Malgré le statut juridique dominant du ministère, la banque centrale avait les meilleures cartes: elle était en charge d’un mécanisme secret de contrôle monétaire – un autre héritage de la guerre. L’occupation américaine avait mis les initiés de la banque centrale dans leurs positions. Mais ils en ont abusé pour créer une petite élite au sein de la banque centrale qui avait le pouvoir sur la vie et la mort des entreprises, des industries entières et même de l’économie. Et ils n’avaient aucun scrupule à l’utiliser. Ils ont trié sur le volet et soigné leurs successeurs dès le début et les ont appelés “ Princes ” Se cachant derrière l’écran de fumée des politiques de taux d’intérêt traditionnelles, les cinq princes qui dirigeaient le Japon d’après-guerre n’avaient de comptes à rendre à personne – ni au Premier ministre, ni au ministère des Finances, ni leur propre gouverneur.

Les princes du yen ont prolongé la récession
Les princes ne voulaient rien de moins qu’une révolution. Ils ont estimé que le système économique du temps de guerre et les vastes pouvoirs juridiques du ministère des Finances ne pourraient être renversés qu’en cas de crise grave – une crise qui serait imputée au ministère. Alors que les observateurs ont supposé que tous les décideurs avaient fait de leur mieux pour relancer l’économie japonaise au cours de la dernière décennie, la vérité surprenante est qu’une institution clé n’a pas du tout essayé. Au contraire, la Banque du Japon a systématiquement saboté les tentatives du gouvernement de créer une reprise au cours des années 90. Les surprises continuent, car nous apprenons que ces banquiers centraux qui étaient en charge des politiques qui ont prolongé la récession étaient les mêmes personnes qui étaient responsables de la création de la bulle. Comme le révèlent les témoignages de témoins oculaires enregistrés, les princes de la Banque du Japon avaient ordonné aux banques d’augmenter leurs prêts de manière agressive pendant les années 80. La menace de sanctions sévères de la part de la banque centrale n’a laissé aux banques réticentes que le choix de se conformer. En 1989, les princes ont soudain resserré leurs contrôles de crédit, faisant ainsi tomber le château de cartes qu’ils avaient construit auparavant.

Le «prince» clé en charge des politiques de crédit serrées des années 1990 qui ont créé et prolongé la crise du Japon se révèle être nul autre que Toshihiko Fukui, le nouveau gouverneur nommé en 2003. Les «princes» en charge des contrôles clandestins du crédit et ainsi l’homme qui crée la bulle des années 80 se révèle être nul autre que le même Toshihiko Fukui. Nous apprenons également le fait étonnant que ses mentors au sein de la Banque du Japon ont déjà décidé il y a trente ans qu’il serait le gouverneur officiel aujourd’hui.

Récupération surprise à venir
Les banques étant paralysées par les créances douteuses, la banque centrale détenait la clé d’une reprise: elle seule pouvait intervenir et créer plus de crédit. Il ne l’a pas fait et la récession s’est donc poursuivie pendant des années. Grâce à la longue récession, le ministère des Finances a été démantelé et a perdu ses pouvoirs. La Banque du Japon est devenue indépendante et son pouvoir est désormais légalisé. Les réformes financières du Big Bang, y compris la modification des normes comptables, transforment désormais la structure économique du Japon. Enfin, la longue récession a également changé le paysage politique et inauguré un Premier ministre voué à une profonde réforme structurelle. Les jours de l’économie de guerre sont comptés. Des marchés libres sont en cours d’introduction. La récession a presque complètement atteint son objectif. La bonne nouvelle est que le Japon La récession n’est pas due à des problèmes structurels insolubles. Les Princes peuvent organiser une reprise en un temps record.

Implications pour le monde – Le pouvoir des banques centrales
Le livre de Werner met l’expérience japonaise dans le contexte de la conduite de la politique monétaire en Asie, en Europe et aux États-Unis. Il demande ensuite au lecteur de reconsidérer le rôle et la fonction des banques centrales dans une démocratie. Werner estime qu’il est nécessaire de renforcer les freins et contrepoids démocratiques sur leurs activités. Aucun homme politique ou gouvernement démocratiquement élu n’a jamais donné à la Banque du Japon le mandat de prolonger la récession ou de mettre en œuvre des changements structurels. Alors que l’article premier de la loi sur la Banque du Japon (valable jusqu’au 31 mars 1998) stipulait clairement que la banque centrale devait soutenir les politiques gouvernementales, la Banque du Japon a fait le contraire. Ses dirigeants ont décidé que des changements structurels devaient être imposés, même au prix de plus de cinq millions de chômeurs et d’un taux de suicide record. Au lieu d’un débat public ouvert sur les problèmes et sur la question de savoir si les coûts en valent la peine, les princes ont comploté dans l’obscurité. Une banque centrale devrait-elle pouvoir faire ce que la Banque du Japon a fait et s’en tirer?Les princes du yen demandent l’institution d’un comité gouvernemental chargé d’enquêter sur la mise en œuvre de la politique monétaire, afin que les responsables de ses politiques désastreuses rendent des comptes. De plus, il fait des suggestions détaillées sur la manière de mettre fin à la récession. La Banque du Japon doit accroître la création de crédit, ce qu’elle peut faire en achetant directement des actifs au secteur privé (tels que des obligations, des CP, des actions, des biens immobiliers, etc.). Pour rendre la banque centrale responsable et orientée vers les résultats, le livre appelle à l’imposition d’un objectif de croissance du PIB nominal que la banque centrale doit atteindre, au risque de perdre le tiers supérieur de son personnel. Pour ce faire, une révision de la loi sur la Banque du Japon est souhaitable.

   Envoyer l'article en PDF   

Le marché des actions plus sur-évalué que jamais ?

Le SP500 continue de remonter. Les injections monétaires gigantesques et les soutiens économiques jouent momentanément un effet. La récente chute des marchés a aussi mis les indicateurs techniques à un niveau de survente important.

La question qui se pose est : “Sommes-nous dans un rebond du chat mort” (en anglais “dead cat bounce”) ?

Pour mémoire, lorsque le 3 mars 2000 le Nasdaq (500) a entamé sa chute, l’indice a passé du sommet de 5’132 points à 3’042 point (le 24.05.2000) soit 40.7% de baisse. A ce niveau de correction, l’indice a commencé une “remontada” qui l’a amené à 4’289 point le 17.07.2000, soit un rebond de +40.99%. La suite ? On la connait avec un indice qui à chuté de 78% depuis le sommet de 2000 pour taper les 1’108 points en 2002.

En 2020, Le coronavirus (Covid19) passe par là et l’activité économique s’arrête de manière brutale (certains parle de crise plus grave que 1929 et j’y reviendrai). La question reste donc : Est-ce que le rebond du SP500 est justifié en terme de valorisation ?

Lire la suite

Le ratio Or/Argent (mise à jour 12 mai 2014) et le débat inflation /déflation

Une petite piqûre de rappel

 

ratio or argent 12 mai 2014

 

 

En règle générale, en cas d’inflation, l’argent sur-performe l’or et le ratio affiche de ce fait un nombre plus faible.

Le graphique semble montrer que nous ne sommes pas en vue d’inflation. Le grand débat inflation / déflation continue

Je reste toujours partisan d’une stagflation (ou déflation/récession) comme je vous le dis depuis des années (depuis 2010: Bienvenue à Stagflation), mais cela peut changer vite.

Inflation vs déflation : le débat est loin d’avoir trouvé une réponse

http://www.contrepoints.org/2014/02/07/155911-apres-la-recession-inflation-ou-deflation

Un peu long mais intéressant

http://blog.turgot.org/index.php?post/Guido-D%C3%A9flation

La zone euro au bord du gouffre déflationniste http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140331trib000822801/la-zone-euro-au-bord-du-gouffre-deflationniste.html

On aura probablement les deux  et probablement dans cet ordre: Monetary_Tectonics_Inflation_vs_Deflation_Incrementum_Liechtenstein_Chartbook

 

   Envoyer l'article en PDF   

Vidéo: RTS: La pauvreté en Europe

Crise en Italie: le pouvoir d’achat diminue de manière drastique

 

France: la crise touche principalement les femmes qui tombent plus vite dans la précarité

 

L’Europe face à la crise: l’Allemagne recrute des jeunes “cerveaux” dans toute l’Europe

 

Grèce: l’extension de la pauvreté est un des symptômes de la crise qui frappe le pays

 

Le Portugal, plongé dans une crise profonde, connaît une vague d’émigration inédite depuis quarante ans

La crise conduit des milliers d’Espagnols au chômage à quitter les villes pour aller travailler dans les champs

   Envoyer l'article en PDF