La BNS va-t-elle vendre les OATs français si leur rating descend à “single A”?

Telle est la question que me pose Olivier Delamarche.

Force est de constater que c’est une excellente question !

Les règles prudentielles stipulent que la BNS ne peut pas détenir plus de 10% de son portefeuille dans des obligations d’un seul et même Etat

A fin septembre sur un total de 429 milliards (de CHF) de devises

source: http://www.snb.ch/ext/stats/balsnb/pdf/defr/A3_2_Devisenanlagen_der_SNB.pdf

La BNS possède une exposition de 342 milliards (de CHF) en titres:

source: http://www.snb.ch/ext/stats/balsnb/pdf/defr/A3_1_Waehrungsreserven_der_CH.pdf

Comme je vous l’ai souligné début juin la BNS alimente la Bulle obligataire : “La Bulle des Emprunts d’Etats

Moody’s vient d’abaisser la note de la Fance à AA.

Qu’est-ce que cet abaissement signifie pour les détentions obligataires de la BNS, sachant que 88% des réserves sont placés dans ces véhicules d’investissement (cf page 6 de cette source: http://www.snb.ch/fr/mmr/speeches/id/ref_20121108_zur/source/ref_20121108_zur.fr.pdf du 8 novembre 2012) et 96% dans des emprunts AAA ou AA (page 7).

Le règlement autorise à la BNS de s’écarter de ces pourcentages pour des raisons tactiques.

Toujours est-il que la BNS possède probablement (supposition) une exposition à la dette souveraine française d’environ 10% (le maximum autorisé) soit un peu plus de 30 milliards de CHF.

En cas de vente, cela devrait mettre de la pression sur le cours des OAT et faire augmenter le rendement. Après avoir alimenté la Bulle, le BNS risque de faire exploser cette bulle.

Pour l’instant, rien de bien probant sur les taux à 10 ans français dernièrement

Mais voilà des mois que l’écart se creuse et Jean-Pierre Chevallier le mentionne: http://www.jpchevallier.com/article-ah-ah-ah-112637342.html, notamment l’écart avec les taux suisses

In Bubble we trust

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Notation – Rating de la BCV

Voici une nouvelle fraîche du jour:

Le rating de la dette long terme (AA-) et court terme (A+) de la banque cantonale vaudoise (BCV) est relevé par Standard and Poors.

494px_Blason_CH_Canton_Vaud_svg

Motif: Cela reflète la conviction que la BCV va continuer à bénéficier du soutien implicite du canton de Vaud.

A lire l’article de l’Agefi ici:bcv-rating

Ah ! oui j’oubliais que les contribuables avaient mis la main à la poche il y a quelques années pour la recapitaliser… donc en cas de problème, l’Etat sera là.

Question: Quel Etat ? Et dans quel état ? Juste pour information le Canton de Vaud possède encore une ardoise de 4 milliards de CHF (soit environ 6’000 CHF (4’000 euros) par habitant ou plus de 500 millions par conseiller d’Etat) et que les caisses de pensions affichent des taux de couverture très insuffisants (tout comme la ville de Lausanne) qui va payer ? Vous et moi.

Le coût de l’emprunt est somme toute relativement faible car les taux sont bas, mais si les taux montent ?

Dans le monde actuel, c’est l’Arlésienne. On imagine que si l’Etat est derrière, “tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes” (Pangloss dixit, dans Candide de Voltaire)

Un point positif, il faut aussi faire remarquer que la situation financière du canton de Vaud s’est très nettement améliorée, car en 2003, la dette avoisinait 8 milliards de CHF.

La diminution est importante et c’est bien, mais très insuffisant à mon sens, car cette amélioration n’a été possible que dans une phase d’expansion et d’augmentation des recettes.

Avec la crise qui pointe son nez, les conditions deviennent moins favorables et on pourrait voir la dette augmenter à nouveau (rentrées fiscales plus faibles, impôt sur la fortune plus faible, rentrée d’impôts sur les acquisitions de bien immobiliers plus basse etc.).

Pour conclure, le but de mon article d’aujourd’hui est de montrer qu’une banque cantonale affiche une notation supérieure à:

Danone (A), E.ON (A), Holcim (BBB), Carrefour (A) et j’en passe (pour information Total SA affiche AA  comme qualité de débiteur tout juste mieux que BCV !). Je privilégie toujours l’arbitrage des obligations d’Etats contre celles des entreprises (voir mon article d’hier).

Quand est-ce que les agences vont arrêter de donner des bonnes notes aux élèves dont les parents sont les Etats et les financières ? Et donner des bonnes notes aux entreprises (je sais, je sais Nestlé c’est AAA, mais c’est une exception. Au sujet du nombre de financières, je peux vous en produire une liste longue comme un jour sans pain).

Etant originaire du canton de Vaud (Saint -Barthélemy et son château), je joins une jolie présentation du canton qui fait la part belle à l’historique, aux typicités de notre beau canton et à ses autorités cantonales: http://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/organisation/chancellerie/bic/fichiers_pdf/depliantVD2008-fr.pdf

Citation du jour (merci JB): “Nous, les tiers-gérants, offrons des services financiers à des particuliers et non des services particuliers à des financiers”

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF