Gestion passive ! Gestion soumise ?

Depuis des lustres, les caisses de pension, les portfolios managers ne jurent que par la gestion passive.

L’idée (noble) est – qu’à la fin – les risques pris en se détachant des indices par une gestion active n’apportent pas le supplément de rendement escompté (appelé alpha).

En conséquence, on a assisté à des mouvements de capitaux ENORMES de la gestion active vers la gestion indicielle passive.

 

On économise aussi des frais de gestion et du personnel…sauf qu’à force de vouloir minimiser le risque on en prend de plus en plus. Pourquoi ?

Parce que même si vous détenez le plus beau des titres avec la meilleure gestion, le plus beau management, mais qu’il fait partie d’un indice, si la correction s’enclenche et que les “investisseurs” allègent les positions, ils vendront les indices !

Et par ricochet ou effet domino, tous les titres de l’indices (bon ou mauvais, bas ou haut).

Je pense donc qu’aujourd’hui, il faut fuir les indices et les modes et investir hors marchés standards.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Le graphique qui révèle les flux des investisseurs / banques depuis 2008

Bonne année à tous et désolé de mon silence, mais l’administratif du début d’année prime sur le reste.

La récente correction de début d’année du marché n’est pas une surprise pour moi, ni par sa rapidité, ni par son ampleur.

Je suis tombé sur un graphique que je vous le livre.

IMG_8152

Depuis la crise de 2008, les flux se sont dirigés vers les fonds passifs (trackers, fonds indicés) et sont même sortis des fonds actifs, ce qui signifie (à mon humble avis):

  • Qu’après la correction boursière de 2008, les investisseurs qui avaient investi sur des titres individuels ont préféré les indices (ils ont perdus sur des positions individuelles)
  • Le “risque” individuel a donc été écarté.
  • Plus les indices montaient, plus les grands titres des indices montaient.
  • Plus les indices montaient, plus les titres non-indicés étaient délaissés (et probablement baissaient)

La moralité de cette fable est que:

– Tout vient à point pour qui sait attendre et que cette leçon faudra bien un fromage sans doute.

–  On a toujours besoin d’un plus petit que soit

– Que patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

Si les indices corrigent fort, ce sera probablement parce que la majorité des intervenants sont investis dans les titres des indices et sortiront ensemble. Le flux sera colossal.

Les gestions actives avec des actifs hors indices ne seront probablement pas touchés (ou peu).

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF