Il est venu le temps des mines

Il est venu le temps des mines

L’or est dans une phase de consolidation depuis plusieurs mois

Pour mémoire, j’avais recommandé l’or en 2015 (vers 1050) et encore une fois en 2017 (vers 1300), voir graphique attaché et les articles ci-après

Les articles d’octobre 2015 c’est parti mon goldy et d’août 2017 c’est reparti mon goldy

Pour l’instant le cours du sous-jacent est monté et quelques producteurs aussi (ceux de qualité qui avaient des coûts d’extractions bas).

Par exemple Agnico Eagle (AEM) (graphique sur 10 ans)

Les autres par contre sont toujours à la traine car n’ont pas encore annoncé des bénéfices (ça va venir car il n’y a eu qu’un trimestre reporté (T3) avec l’or au-dessus de 1300)

par exemple Iamgold et Argonaut

Actuellement, le marché subit de ventes (tax loss) de fin d’année au Canada qui met un peu de pression sur les cours (comme chaque fin d’année), mais si – comme en 2018 – les ventes se présentent en avance, il est possible d’assister un rallye de fin d’année.

De toute manière, 2020 sera l’année du secteur minier. En effet, les sociétés sont en train d’emmagasiner du cash (les marges augmentent) et vont faire des acquisitions (qui ont commencé comme on peut le voir ces jours)

St-Barbara qui rachète Atlantic Gold pour 490 millionshttps://www.mining-journal.com/gold-and-silver-news/news/1367879/st-barbara-completes-atlantic-takeover

Osisko rachète Barkerville : https://www.juniorminingnetwork.com/junior-miner-news/press-releases/350-tsx/or/70005-osisko-gold-royalties-completes-acquisition-of-barkerville-gold-mines.html

Kirkland Lake achète Detour Gold pour 3.7 milliards : https://www.mining.com/kirkland-lake-buying-detour-gold-in-stock-deal-worth-3-7-billion/

RedLake qui se fait racheter par des australiens (Evolution Mining pour 375 millions) https://evolutionmining.com.au/red-lake-acquisition/

Continental Gold est acheté par le chinois Zijin pour 1.4 millard : https://www.reuters.com/article/us-china-mining-zijin/chinas-zijin-mining-to-buy-canadas-continental-gold-for-about-1-billion-idUSKBN1Y617H

Ce matin Edeavour lance une opa sur Centamin (1.9 milliard) https://www.proactiveinvestors.co.uk/companies/news/908347/endeavour-mining-proposes-merger-with-centamin-908347.html

Quant aux juniors (explorer et developers) leur heure arrive tout soudain. On assiste a des acquisitions par des grandes sociétés, mais les sociétés de tailles moyennes appelées mid-tiers doivent aussi remplacer leurs réserves et leurs ressources.

Je me permets de joindre quelques graphiques parlants :

Le retard des titres miniers juniors par rapport au seniors

Le ratio indice minier Barron’s divisé par le prix de l’or. Les actions ont beaucoup de retard

Et que l’indice minier est en énorme retard sur le SP500

je suis de près le marché et les sociétés qui pourraient être cibles de convoitises et je conseille de faire de même.

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Acheter ou fusionner plutôt que de travailler ?

C’est en forgeant qu’on devient forgeron dit la maxime. Dans le secteur minier aujourd’hui ce n’est (actuellement) plus le cas. Pourquoi ?

Parce que forer, découvrir, développer coûte plus cher (ou est moins rentable) que de s’emparer d’actifs sous valorisés.

En effet, la chute des actions minières offrent des opportunités incroyables pour ceux qui ont 1) des moyens 2) un actif aussi sous valorisé à adjoindre pour des synergies / économies de coûts 3) du courage

Les coûts d’acquisitions sont aujourd’hui plus bas que les coûts d’exploration

La dernières fois que ce cas de figure est apparu, c’était en 2015…suivez mon regard :
https://www.crottaz-finance.ch/blog/lor-et-les-mines-cest-parti-mon-goldy/

Aujourd’hui, encore plus qu’en 2015, le P/E des minières est très attractif

Sachant désormais qu’acquérir ou fusionner est une meilleure affaire que forer, à quel prix doivent être payées les onces à acheter ?

Les grandes sociétés font face à des coûts importants pour remplacer leurs onces (214 USD en moyenne)

Parce que les découvertes sont de plus en plus rares et difficiles à trouver.

Les budgets dévolus à la découverte sont en baisse depuis le pic de 2012

Les coûts des onces découvertes restent élevés

En conclusion, les coûts d’acquisition des onces restent meilleurs marchés que de forer.

Comme vous pouvez le constater, les graphiques ci-dessus couvrent des périodes de 2008 à 2017. Avec la hausse important de l’or depuis juin 2019, les sociétés productrices minières vont annoncer des bénéfices pour le troisième trimestre, augmenter leur cash et recouvrer du courage pour se lancer dans des acquisitions / fusions.

Source des graphiques :
https://www.dollarcollapse.com/katusa-junior-gold-miners-buying-binge/ (juillet 2018)

https://www.kitco.com/news/2018-10-08/Short-Sellers-Beware-Gold-Must-Go-Higher-Edelson-Institute.html (octobre 2019)

   Envoyer l'article en PDF   

Le cas Euroressources SA : C’est dans les mouvements de panique qu’on peut faire les meilleures affaires

Les histoires boursières, comme celle d’Euroressources, peuvent souvent être riches en enseignements.

On apprend de nos erreurs.

On comprend souvent par la suite qu’une situation intégrait souvent des explications rationnelles (alors que notre vision “psychologique” nous indiquait l’irrationalité).

Un des exemples qui me vient à l’esprit est le titre Euro Ressources (minière aurifère éligible au PEA en France) et qui avait subit une OPA en son temps.

En octobre 2008, IAMGOLD annonce que son OPA sur Euro Ressources, au prix de 1,20 € par action, a été déclarée conforme par l’AMF.

Une partie des actionnaires ont refusé l’OPA et n’ont pas apporté les titres.
Ces actionnaires dissidents se sont retrouvés minoritaires, mais ont empêché IAMGOLD de clôturer l’affaire.
Le titre Euro ressources est resté côté et IAMGOLD a dû continuer de verser le dividende.
Que c’est-il passé par la suite de l’OPA incomplète ? Je vous le donne en mille: Le titre est monté fortement (les minoritaires avaient compris que l’offre était trop faible).

Après un point haut vers 4.4 en 2010 (lorsque l’or était dans de bonnes dispositions à plus de 1900 USD l’once), la cours de cette société a baissé pour se retrouver sous 2€ en octobre 2015.

Durant ces années, on a même assisté à des ventes en clôture de séances parfois 1 titre (oui vous avez bien lu !).

Vous me direz c’est normal car l’or, dans le même temps a baissé de 1900 vers 1050 USD. Le mouvement du sous-jacent or pouvait expliquer en partie cette baisse du cours.

Néanmoins, le cash flow d’Euro Ressources (presque constant, les dividendes en sont la preuve) aurait dû empêcher une division par 2 du cours pour atteindre 1.91€ en août 2015.

Ce ne sont que des suppositions de ma part, mais il est probable que certains ont volontairement mis de la pression sur le cours pour faire lâcher les irréductibles minoritaires.

Ils ont en tout cas réussi à faire baisser le cours de 4.4 à 2 euros.

Et soudain – après 5 ans – en novembre 2015, nouvelle tentative d’OPA par IAMGOLD (le majoritaire) lancée sur la valeur pour racheter les minoritaire à vil prix  avec une prime de 31% faisant passer la valeur de 2.17 € à 2.84€ : 20151026EURORessourcesNotedinformationenrponse20151026

L’OPA échoue à nouveau, la valeur se retrouva à 4 € en mars soit 7 mois après un plus bas à 1.91€.

 

Conclusion :

Euro ressources – en laquelle les investisseurs avaient perdu confiance août 2015 lorsqu’elle se trouvait à 2€ – a plus que doublé en 7 mois pour se retrouver autour de 4€.

C’est un cas très classique de l’univers des mines où l’on est prêt parfois à nier la valeur d’un actif / d’une action car son cours baisse.

Malheureusement certains ont vendu dans le creux, désespérés par cette lente glissade, mais d’autres ont su profiter de l’occasion.

Comme dans tout bon film, à la fin de la projection on peut lire:  ”

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.”  Je vous laisse donc voir ce qui se passe sur les mines et leurs cours actuellement.

   Envoyer l'article en PDF   

OPA (au Canada) mode d’emploi

Un lecteur m’a demandé comment se passait une OPA , comment (techniquement) cela pouvait se dérouler et quelles étaient les implications

J’y ai répondu comme suit:

 

L’OPA peut être de deux ordres

1) Hostile

2) Amicale

 

Techniquement parlant, il est plus intelligent pour l’éventuel acheteur de prendre une position actions avant de lancer l’OPA.

En effet, les actions déjà acquises le sont à un cours plus bas que celui de l’OPA et au cas où une sur-enchère arrive (qui emporterait la mise), il y aura un gain pour la société qui aurait lancé la première tentative sur ses premiers achats.

 

En général, la société qui acquiert accumule 9,9% du capital (pas besoin de s’annoncer avant 10% au Canada, je crois 5% au USA)) et trouve un bloc de plusieurs pourcents et annonce au marché son intention avec le prix proposé.

 

1) Hostile: des chances d’aboutir si le capital est disséminé et l’offre intéressante, mais en général pas l’aval du Conseil d’administration. Peut s’en suivre un combat et le CA peut essayer de trouver un chevalier blanc

 

2) Amicale le CA appuie l’achat. Négociation déjà faite et approuvée par les dirigeantsavec valorisation pour les actionnaires.

Deux exemples de titres (OPA) ci-dessous:

on voit le volume en augmentation et finalement le prix monte.

S’il s’agit de titres plus petits, l’accumulation peut faire monter le cours fortement (surtout si titre sous valorisé), voire de multiples.

 

Probe Mines daily chart 20.1.15

 

Talisman Energy daily chart 16.12.14

Et un article sur 6 titres qui pourrait être rachetés !

http://www.smallcappower.com/posts/urge-to-merge-6-gold-juniors-22-04-2015

Happy investing

 

   Envoyer l'article en PDF