Vidéo : “Princes of the Yen” : Central Bank Truth Documentary

Film Intéressant (sous-titré en français) au sujet des banques centrales qui ont probablement leurs propres agendas ! (Merci à Pascal pour cet envoi)

Le film de Michael Oswald «Les princes du yen: les banques centrales et la transformation de l'économie» révèle comment la société japonaise a été transformée pour répondre à l'agenda et au désir de puissants groupes d'intérêts, et comment les citoyens ont été tenus complètement dans l'ignorance à propos de ça. D'après le livre du même titre du professeur Richard Werner, chercheur invité à la Banque du Japon lors du krach des années 90, au cours duquel la bourse a chuté de 80% et les prix des logements de 84%. Le film révèle la véritable cause de cette période extraordinaire de l'histoire récente du Japon.
Le livre de Richard Werner : https://www.amazon.com/Princes-Yen-Central-Bankers-Transformation/dp/0765610493

PRINCES DU YEN – Synopsis du livre

Les banquiers centraux du Japon et leur bataille pour transformer la nation


Avec la fin de la guerre froide, il est devenu clair que la puissance militaire est remplacée par la puissance économique. Principalement, les gouvernements ne peuvent influencer l’économie, et donc les moyens de subsistance des personnes, que par des politiques réglementaires, monétaires et fiscales. Cependant, les politiciens et leurs gouvernements ont perdu le contrôle des trois outils politiques: la déréglementation, le resserrement budgétaire et les banques centrales indépendantes signifient que le pouvoir économique et politique passe de plus en plus des mains de gouvernements démocratiquement élus aux mains de banquiers centraux non élus. Puisqu’ils ne sont que de simples humains, ils sont également sujets aux erreurs et aux actes d’égoïsme. Dans son livre Princes of the Yen (Armonk, New York: ME Sharpe, 27,95 $) Werner fournit de nouvelles preuves sur l’étendue du pouvoir entre les mains des banquiers centraux et sur la mesure dans laquelle ils peuvent être disposés à utiliser et abuser de ce pouvoir à leurs propres fins. Les preuves viennent du Japon.

Princes of the Yen jette un regard neuf sur l’économie japonaise d’après-guerre et les principaux facteurs qui l’ont façonnée. L’auteur révèle le rôle inexploré de la banque centrale et de ses contrôles informels du crédit dans la création de la grande bulle d’actifs et de la longue récession des années 1990. Il évoque également en détail le rôle de Toshihiko Fukui, le nouveau gouverneur de la Banque du Japon.

Les énigmes du Japon
L’économie japonaise d’après-guerre est restée une énigme pour de nombreux observateurs. Ayant mérité le titre d ‘«économie miracle», elle a sombré dans un marasme prolongé dans les années 1990. Les experts ont eu du mal à expliquer la bulle des années 80 et son effondrement dans les années 90. Ils ont trouvé encore plus difficile d’expliquer pourquoi toutes les tentatives du gouvernement pour stimuler l’économie ont échoué au cours des années 1990.

L’occupation américaine crée un juggernaut d’après-guerre
Montrant que le Japon d’avant-guerre ressemblait étroitement au capitalisme à la roue libre d’aujourd’hui, les princes du yenidentifie la vraie nature de la structure «unique» d’après-guerre du Japon. Son système a été introduit pendant la Seconde Guerre mondiale. Le miracle économique de l’après-guerre a été réalisé, car l’économie est restée pleinement mobilisée et sur le pied de guerre. Cela a été possible, car l’occupation américaine, sous la pression de l’avancée du communisme en Asie, a décidé de maintenir en place le système de guerre et son personnel. Alors que le leader économique allemand de la guerre languissait dans une prison militaire dans les années 1950 et 1960, son collègue japonais a été nommé Premier ministre. En effet, dans la période d’après-guerre, sous la supervision et avec le soutien de l’occupation américaine, les dirigeants bureaucratiques du temps de guerre pouvaient mettre en œuvre nombre de ces réformes fascistes qu’ils n’avaient pas pu mettre en œuvre pendant la guerre.

La Banque du Japon en position clé
La disparition de l’armée d’après-guerre a déclenché une lutte de pouvoir entre le ministère des Finances et la Banque du Japon pour le contrôle de l’économie. Alors que le ministère s’efforçait de maintenir le système économique contrôlé qui a créé le miracle économique d’après-guerre au Japon, la banque centrale a comploté pour se libérer du ministère en revenant aux marchés libres des années 1920.

Malgré le statut juridique dominant du ministère, la banque centrale avait les meilleures cartes: elle était en charge d’un mécanisme secret de contrôle monétaire – un autre héritage de la guerre. L’occupation américaine avait mis les initiés de la banque centrale dans leurs positions. Mais ils en ont abusé pour créer une petite élite au sein de la banque centrale qui avait le pouvoir sur la vie et la mort des entreprises, des industries entières et même de l’économie. Et ils n’avaient aucun scrupule à l’utiliser. Ils ont trié sur le volet et soigné leurs successeurs dès le début et les ont appelés “ Princes ” Se cachant derrière l’écran de fumée des politiques de taux d’intérêt traditionnelles, les cinq princes qui dirigeaient le Japon d’après-guerre n’avaient de comptes à rendre à personne – ni au Premier ministre, ni au ministère des Finances, ni leur propre gouverneur.

Les princes du yen ont prolongé la récession
Les princes ne voulaient rien de moins qu’une révolution. Ils ont estimé que le système économique du temps de guerre et les vastes pouvoirs juridiques du ministère des Finances ne pourraient être renversés qu’en cas de crise grave – une crise qui serait imputée au ministère. Alors que les observateurs ont supposé que tous les décideurs avaient fait de leur mieux pour relancer l’économie japonaise au cours de la dernière décennie, la vérité surprenante est qu’une institution clé n’a pas du tout essayé. Au contraire, la Banque du Japon a systématiquement saboté les tentatives du gouvernement de créer une reprise au cours des années 90. Les surprises continuent, car nous apprenons que ces banquiers centraux qui étaient en charge des politiques qui ont prolongé la récession étaient les mêmes personnes qui étaient responsables de la création de la bulle. Comme le révèlent les témoignages de témoins oculaires enregistrés, les princes de la Banque du Japon avaient ordonné aux banques d’augmenter leurs prêts de manière agressive pendant les années 80. La menace de sanctions sévères de la part de la banque centrale n’a laissé aux banques réticentes que le choix de se conformer. En 1989, les princes ont soudain resserré leurs contrôles de crédit, faisant ainsi tomber le château de cartes qu’ils avaient construit auparavant.

Le «prince» clé en charge des politiques de crédit serrées des années 1990 qui ont créé et prolongé la crise du Japon se révèle être nul autre que Toshihiko Fukui, le nouveau gouverneur nommé en 2003. Les «princes» en charge des contrôles clandestins du crédit et ainsi l’homme qui crée la bulle des années 80 se révèle être nul autre que le même Toshihiko Fukui. Nous apprenons également le fait étonnant que ses mentors au sein de la Banque du Japon ont déjà décidé il y a trente ans qu’il serait le gouverneur officiel aujourd’hui.

Récupération surprise à venir
Les banques étant paralysées par les créances douteuses, la banque centrale détenait la clé d’une reprise: elle seule pouvait intervenir et créer plus de crédit. Il ne l’a pas fait et la récession s’est donc poursuivie pendant des années. Grâce à la longue récession, le ministère des Finances a été démantelé et a perdu ses pouvoirs. La Banque du Japon est devenue indépendante et son pouvoir est désormais légalisé. Les réformes financières du Big Bang, y compris la modification des normes comptables, transforment désormais la structure économique du Japon. Enfin, la longue récession a également changé le paysage politique et inauguré un Premier ministre voué à une profonde réforme structurelle. Les jours de l’économie de guerre sont comptés. Des marchés libres sont en cours d’introduction. La récession a presque complètement atteint son objectif. La bonne nouvelle est que le Japon La récession n’est pas due à des problèmes structurels insolubles. Les Princes peuvent organiser une reprise en un temps record.

Implications pour le monde – Le pouvoir des banques centrales
Le livre de Werner met l’expérience japonaise dans le contexte de la conduite de la politique monétaire en Asie, en Europe et aux États-Unis. Il demande ensuite au lecteur de reconsidérer le rôle et la fonction des banques centrales dans une démocratie. Werner estime qu’il est nécessaire de renforcer les freins et contrepoids démocratiques sur leurs activités. Aucun homme politique ou gouvernement démocratiquement élu n’a jamais donné à la Banque du Japon le mandat de prolonger la récession ou de mettre en œuvre des changements structurels. Alors que l’article premier de la loi sur la Banque du Japon (valable jusqu’au 31 mars 1998) stipulait clairement que la banque centrale devait soutenir les politiques gouvernementales, la Banque du Japon a fait le contraire. Ses dirigeants ont décidé que des changements structurels devaient être imposés, même au prix de plus de cinq millions de chômeurs et d’un taux de suicide record. Au lieu d’un débat public ouvert sur les problèmes et sur la question de savoir si les coûts en valent la peine, les princes ont comploté dans l’obscurité. Une banque centrale devrait-elle pouvoir faire ce que la Banque du Japon a fait et s’en tirer?Les princes du yen demandent l’institution d’un comité gouvernemental chargé d’enquêter sur la mise en œuvre de la politique monétaire, afin que les responsables de ses politiques désastreuses rendent des comptes. De plus, il fait des suggestions détaillées sur la manière de mettre fin à la récession. La Banque du Japon doit accroître la création de crédit, ce qu’elle peut faire en achetant directement des actifs au secteur privé (tels que des obligations, des CP, des actions, des biens immobiliers, etc.). Pour rendre la banque centrale responsable et orientée vers les résultats, le livre appelle à l’imposition d’un objectif de croissance du PIB nominal que la banque centrale doit atteindre, au risque de perdre le tiers supérieur de son personnel. Pour ce faire, une révision de la loi sur la Banque du Japon est souhaitable.

   Envoyer l'article en PDF   

Vendez le SP500 et allez sur les mines d’or maintenant

Vendez le SP500 et allez sur les mines d’or maintenant

Souvent les graphiques en disent plus que 1’000 mots.

1 – Le poids des 5 plus grandes sociétés du SP500 est aujourd’hui à un record.

2 – Le cas Apple (AAPL) (à mon humble avis) montre la totale exubérance du marché des actions. La capitalisation boursière de cette société est identique à la taille totale du marché australien des actions !

3 -La capitalisation d’Apple est aussi plus grande que l’entier du secteur de l’énergie

4 – L’évolution du cours de bourse d’Apple est complètement dé-corrélé de l’évolution des bénéfices de la société !

5 – Du côté du marché, personne ne semble réellement inquiet. Les indices grimpent chaque jour plus haut. Un indicateur important, le très connu PUT / CALL ratio touche des niveaux très bas. Cela signifie que personne n’a peur et que tout le monde est positif sur la future hausse du marché.

6 – Le nombre de “bears” qui voient la chute du SP500 est au plus bas.

7 – Le VIX (indice de la volatilité) est aussi vers ses plus bas niveaux.

J’entends des analystes, des bloggeurs qui s’attendent à une continuation de la hausse du marché en disant à qui veut bien l’entendre que les “pessimistes vont être décimés”.

8 – La valorisation du marché américains. : Prices / ventes estimées et les bénéfices sont vers les plus hauts. Les P/E semblent chers (source Shiller)

9 – Finalement le SP500 / BEAVIT est au même niveau d’avant l’explosion de la bulle internet de 2000.

10- Les taux d’intérêt peuvent être aussi le déclencheur de la prochaine chute du marché.

Tout ce qui précède me dit que ça ne sent pas très bon, que quelque chose couve. Cela me pousse à chercher une place pour investir son argent.

L’or est au bord d’un fantastique come-back après sa grande chute depuis les hauts de 2011 (1900 USD) jusqu’aux bas de 2015 (1050 USD ). L’or est le sous-jacent des actions minières et je désire montrer la sous-évaluation de ce secteur.

A – Pour commencer, l’or a toujours conservé son pouvoir d’achat contre toutes les monnaies.

B – L’or n’a baissé que 4 fois sur les 20 dernières années.

C – Les actions minières comparées au SP500 sont bon marchés.

D – Les actions minières ont touché le fonds.

E – Les actions minières juniors sont meilleur marché que les séniors

En résumé, Je pense qu’il est temps de quitter l’entier du marché standard et de plonger dans le secteur minier. Vous pouvez trouver différentes catégories de sociétés, les producteurs (moins de risque mais rendement espéré moins grand) mais elle ont déjà répondu à la dernière hausse de l’or, les développeurs (risqué mais avec un potentiel de gain important spécialement quand le projet est dans une juridiction de qualité et que le projet a reçu un permis) et finalement les explorateurs (très haut risque, mais aussi énorme potentiel de gain).

J’ai identifié un titre minier avec un grand potentiel. Si vous voulez en savoir plus contactez-moi ici : Contact

Happy Investing et n’oubliez pas de lire mon “disclaimer”

   Envoyer l'article en PDF   

Malgré des swings d’enfer, l’or a gardé sa valeur

Avant de parler des monnaies, passons en revue quelques dates importantes :

-1850, remplacement des monnaies cantonales par le franc suisse (https://fr.wikipedia.org/wiki/Franc_suisse)

-1907, création de la Banque Nationale Suisse (BNS).

-1926, fin de l’union monétaire latine, seul le franc suisse a cours légal en Suisse.

-1931, abandon du bimétallisme, le franc est défini uniquement par rapport à l’or (https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89talon-or)

-1936, dévaluation de 30% du franc suisse par rapport à l’or (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F45078.php)

-1971, suspension de la convertibilité du dollar en or.

-1973, fin du système des cours de change fixes.

Sur le graphique suivant on se rend bien compte que le pouvoir d’achat des monnaies s’étiole avec le temps.

Pourtant le CHF est mondialement considéré comme une monnaie forte !

Imaginez donc ce que d’autres monnaies affichent comme perte de pouvoir d’achat  (voir mes anciens articles : 200 ans de GBP contre CHF et 200 ans  de FRF contre CHF )

 

et aussi l’évolution cours du USD contre CHF depuis 200 ans et le cours de l’or en CHF sur la même période

Après lecture de ce billet, il n’y a qu’un banquier central qui peut vous soutenir que la monnaie papier c’est ce qu’il faut détenir.

Cela fait combien de lustres que j’entends les discours (notamment à la TV française) au sujet du pouvoir d’achat !

Happy paper investing

 

PS: merci à celui qui se reconnaîtra pour sa contribution à cet article

   Envoyer l'article en PDF   

Plus de 200 ans de livre sterling contre franc suisse (mise à jour)

Voici un graphique des plus révélateurs concernant la livre sterling

La puissance de frappe de l’empire anglais s’est totalement effritée durant les deux siècles derniers. Sachant que le franc suisse lui même a perdu 90% de son pouvoir d’achat depuis l’abandon de l’étalon or en 1936, on peut raisonnablement se poser des questions au sujet de la monnaie fiduciaire et du pouvoir d’achat de la Livre Sterling

When Britain ruled the World, il fallait 25 francs suisses pour acheter une livre sterling. Aujourd’hui, moins de 1.5 !

   Envoyer l'article en PDF   

Le ratio or / argent depuis 1300

L’actualité des métaux est importante ces derniers jours, notamment le ratio entre les deux métaux qui peuvent (pour certains) être assimilés à des monnaies.

Certains comme Bo Polny voient ce ratio baisser à ….10! http://usawatchdog.com/stocks-cut-in-half-gold-doubles-in-2016-bo-polny/

ou celui-ci

IMG_8890

Les derniers graphiques sur internet montrent un ratio vers 80 (1200/15).

Historiquement c’est un niveau élevé mais on peut y mettre des bémols:

  1. L’or est plus concerné par le stockage de valeur contre l’argent qui est beaucoup plus industriel
  2. Il y a 542 onces papier d’or contre 27 d’argent (source zerohedge: http://www.zerohedge.com/news/2016-02-17/collapse-paper-gold-silver-market-may-be-close-hand)
  3. Il semble que l’or performe mieux en cas de déflation alors que l’argent fait mieux en cas d’inflation (à vue de nez à confirmer, mais cette théorie semble assez logique avec le côté industriel de l’argent métal) mais pour cette analyse comme le mentionne mon ami: “Une telle analyse ne peut que porter sur une période récente 1971-2016. En effet, il faut éliminer toutes les périodes de bimétallisme et celles où l’or servait d’étalon”

Voici quelques graphiques intéressants, libre à vous d’en tirer des conclusions qui s’imposent (merci à mon ami H.)

Les cours des deux métaux depuis 1800:

gold et silver price

Le ratio or/argent depuis 1300 (log):

gold silver ratio from 1300

Le ratio or/argent depuis 1800

gold silver from 1800

Le ratio or/argent depuis 1300:

ratio gold silver

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Les monnaies émergentes sont des paniers (de monnaies) percés

Le Yuan baisse, baisse (le marché aussi avec encore 6% ce matin)

Ce qui est fabuleux et je reprends, telle quelle, la phrase d’un ami (je cite):

“Alors que de nombreux investisseurs, analystes, économistes, le gouvernement américain, et je ne sais qui d’autre, pendant des années, ont pensé ou se sont plaint, que le Yuan était artificiellement maintenu sous-évalué et que cela a été rendu possible par le strict contrôle de la banque centrale chinoise qui maintenait un cours plancher (ou « Peg ») par rapport au dollar américain à coups d’interventions quotidiennes, ET que maintenant que ce contrôle a été rendu un peu plus lâche, que le Yuan peut fluctuer plus librement, dans une fourchette élargie, n’est-il pas déconcertant pour tous ces gens que le cours de cette monnaie baisse ?

Le Yuan n’a-t-il pas été artificiellement maintenu sous-évalué ces dernières années comme on nous l’a souvent répété ?

Ne devrait-il pas monter pour refléter le « miracle économique chinois » (le pays est devenu la 2e économie du monde ou même la 1er en termes de parité de pouvoir d’achat) ?

La seule explication qui me vient en tête est que peut-être, ces nombreux investisseurs, analystes, économistes, le gouvernement américain, et je ne sais qui d’autre, se sont complètement trompés… ;-)”

Effectivement quel paradoxe !

rmb yuan

Avant 1998, si mes souvenirs sont bons plusieurs banques avaient lancé des produits d’investissement sur l’Asie, l’Amérique Latine etc. avec la superbe idée que les monnaies de ces pays et la croissance de ces régions allaient être magnifiques. Grave erreur la crise de 1998 a démontré le contraire.
Aujourd’hui les monnaies, dites émergentes, se ramassent des…

bouillon-de-poule-au-pot-maggi-x15-bouillons

comme par exemple:

 

 

sans-titre

 

monnaie

http://www.boursorama.com/actualites/la-roupie-indonesienne-continue-sa-glissade-c24c99664e0b297a799722f33cdad83e

5f372cfc1335ae758fa5ff768c0f0d06 20150815_woc434

 

Source: http://www.economist.com/news/business-and-finance/21661207-rupiah-and-ringgit-plumb-depths-unseen-asian-financial-crisis-south-east-asias

No place to hide !! And a lot of place where you can lose money !

 

   Envoyer l'article en PDF   

Les billets sont garantis par de l’or…..mon oeil ! (mise à jour 2015)

Le 29 mai 2009, je vous avais écrit un article sur cette fameuse couverture or des billets.

Il est grand temps de faire une mise à jour suite à tous les développements 2015 dont l’abandon du taux plancher sous la pression.

Abandon que je vous avais annoncé le jour même de la fixation de cette hérésie de taux plancher dans mon article: “La BNS devra rendre des comptes” (et ce n’est pas fini, foi de Crottaz ! (j’aurai pu écrire “foie de Crottaz”, tellement le bilan de la BNS est indigeste))

Revenons à nos moutons.

Je vais vous montrer la couverture or de nos billets de banques en vous produisant tout simplement les chiffres et tableaux de la BNS (Banque Nationale Suisse).

Tout d’abord le montant en or de la BNS

bilan bns 2014

Soit 1040 tonnes d’or qui représentent 38’612.4 milliards fin mars 2015

Quelle est la quantité de billets en circulation ?

billet et comptes à vue 2015

Et l’explication “fumeuse” de la croissance ! (à oui la fameuse croissance….on est en déflation en Suisse ! ) la BNS veut dire la croissance du bilan ?

circulation billets de banques ch en 2014

 

Si je sais bien lire 66.897 milliards en billets pour 38 milliards d’or, soit une couverture or de 57.71% des billets en circulation.

Mais le propos ne s’arrête pas là car il faut tenir compte des autres « billets » qui physiquement pourraient être réclamés. Les comptes à vue (crédit etc.) et des comptes épargnes qui ne figurent pas dans le tableau précédent.

Voici donc le total de ce qui est appelé masse monétaire M3….. et sa merveilleuse évolution

agregat monetaire mars 2015

Toutes données peuvent être compulsées ici: annrep_2014_komplett.fr

Si on prend l’extrême, soit 958.546 milliards cela offre une couverture or de 4.02%……..je défaille ! (38.612 milliards en or pour une M3 de 958.546 milliards de CHF)

J’ajoute en plus que la BNS a augmenté son exposition en actions à 18% du bilan soit 100 milliards de CHF en actions, ce qui correspond à 13’000 CHF par habitant (pas par contribuable!)

reserves de devises et titres en CHF BNS

On comprend pourquoi certains titres n’arrêtent pas de monter…

Zerohedge l’a bien mentionné, la BNS possède plus de 1.1 milliards de USD dans Apple (entre autres)

Vous trouverez les détails ici: http://www.zerohedge.com/news/2015-05-07/guess-who-owns-11-billion-apple-stock

Soit vous pensez que les banques centrales ont tout pouvoir (et achetez les titres qu’elles achètent, soit vous pensez que cela ne peut aller à l’infini)

 

C’est l’histoire d’un type qui se demande combien font 2+2.

Il demande à son médecin à l’occasion. Ce dernier répond: « Je pense connaître la réponse, mais il va falloir que je demande l’avis de mes confrères ».

Notre homme se tourne alors vers un mathématicien et lui pose la même question. Le savant lui répond 3,9 périodique.

La réponse ne le satisfait pas. En désespoir de cause, il contacte un économiste et un comptable. Combien font 2+2 ?

L’économiste: « D’après mes tables environ 4, mais je vous dirai dans quelques temps pourquoi la réponse que je vous fournis est fausse. »

Le comptable: « Dîtes moi combien vous voudriez que ça fasse ! »

   Envoyer l'article en PDF   

La mort du dollar…..

C’est l’idée derrière le livre de Myret Zaki.

Le dollar va mourir, vive l’euro

Je ne fais pas de publicité pour ce livre dont je trouve le titre très racoleur.

Discussion au sujet de cet ouvrage sur la Radio Suisse Romande: forum_20110414_standard_developpement-9_0ad906da-d5f4-4a14-b24b-4db3ac766005-128k

Je veux bien que les USA soient dans la panade (je l’ai écrit plusieurs fois déjà), que les Etats américains soient dans la panade (idem) et que les municipalités soient en difficultés (idem bis), mais c’est comme voir la paille dans l’oeil du voisin, mais pas la poutre dans le sien.

Cette dame dit que l’Europe va mieux.

C’est faux et le banquier de Bordier le relève très bien.

Elle dit aussi que ce sont les hedge funds qui sont responsable de la chute de l’euro. Je n’y crois pas. Ils peuvent initier un mouvement, mais très certainement pas décider de la tendance. On l’a bien vu avec la BNS qui a acheté plus de 100 milliards d’euros et n’a pas réussi à faire remonter la monnaie européenne.

Elle écrit aussi dans son livre que si la Grèce fait faillite ce n’est rien, tout au plus comme si un petit canton suisse faisait défaut. Elle occulte tous les pays de la zone euro et le calendrier colossal des emprunts dont le prochain: L’Espagne.

Il existe une similitude entre les USA et l’Europe: Les achats par les banques centrales de dettes pourries.

Il existe de grandes différences entre les USA et l’Europe:

Aux USA on parle la même langue, on mange la même chose, ce qui n’est de toute évidence pas la cas en Europe, d’où une grande différence de mentalité, entre autres. Le poids de la finance est très différent dans l’économie (beaucoup plus lourd en Europe, je ne tiens pas compte des dérivés)

Techniquement, aujourd’hui, les bulls sur le dollar index ne sont plus que 7%.

La sortie de ce livre (pour un contrariant) serait-elle annonciatrice et correspond-elle à d’un jet de l’éponge des positifs sur le dollar ? Cela nous donnerait un rebond du dollar.

Quant à dire que les BRICs vont prendre le relais et qu’un panier de monnaies fortes va être créé, là je souris devant tant de naïveté (et mon article sur le Braise-île – montrant que tout est monté à crédit – le prouve bien) et avancé que le franc suisse c’est comme de l’or……là je doute fort.

Des monnaies fortes vous avez dit ?

Les monnaies sont toutes faibles.

Elles ont toutes perdu leur pouvoir d’achat dans le temps, sans AUCUNE exception et je vous encourage à relire mes articles:

Laquelle choisir ?

   Envoyer l'article en PDF   

200 ans de Francs Français contre le Franc Suisse

La nouvelle du jour: Les traders attaquent l’euro:

Force est de constater que les traders ne sont que le maillon final (et le bouc émissaire) de la chute des monnaies de la zone Euro.

Je suis très circonspect quand d’un côté je lis que les Etats sont super forts, qu’ils ont tout pouvoir et que nos retraites sont à l’abri etc. alors que d’un autre côté, ils se permettent de pleurer dès que de petits traders attaquent la monnaie…je reste dubitatif.

Nous aurait-on menti sur la puissance des Etats ? De leurs banques centrales ? On a le droit d’acheter leurs dettes mais pas de les vendre !

Au sujet du Franc Suisse (CHF), ce dernier n’est pas une monnaie européenne et son évolution n’est pas aussi corrélée à l’évolution des monnaies européennes qu’on veut bien le dire ou que la croyance populaire perpétue.

En prenant, par exemple, le Franc Français (FRF) on arrive à démontrer que l’idée générale que la puissance d’une monnaie reflète la puissance d’un pays est erronée (autre exemple le USD). Je vais en faire la preuve plus bas avec un graphique très long terme.

Durant des siècles les monnaies ont servi d’échange et de pouvoir d’achat. Il n’y a pas si longtemps, il fallait 10 francs suisses pour 1 livres anglaises (aujourd’hui c’est moins de deux francs qui sont nécessaires, idem pour le USD qui s’est effondré contre le franc suisse)

Pour la petite histoire, nous avions plusieurs monnaies en Suisse (plusieurs francs suisses) et ce n’est qu’en 1850 que la création d’un franc suisse unique a vu le jour. Comment depuis cette époque les Franc français s’est-il comporté contre la devise de l’emblématique coq ?

Tout a commencé par la fixation d’une parité avec le FRF à 1 CHF  = 1 FRF en 1850.

Toute l’histoire du Franc Francais peut être lue ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Franc_fran%C3%A7ais

Question: Ou deviez-vous investir en tant que citoyens français……….européens……..anglais……….américains……….

Il me semble dès lors mieux comprendre ces attaques contre mon pays et sa richesse…SA MONNAIE ! (et pourtant elle a aussi perdu son pouvoir d’achat au cours du temps)

Une image vaut plus que mille mots.

L’évolution du Franc francais contre Franc Suisse depuis 200 ans en image ci-après

   Envoyer l'article en PDF