Long term #gold, #silver and #mining co

A short article with several long term graphs.

First one: Gold

Second One : Silver

Third one : Gold / silver ratio. The recent silver run (and gold pullback) brought the ratio back to the 70s

Number 4 : The Barron’s gold Mining index is back up but still did not break the 2011 top.

The last one (and probably the most important to me) : The Barron’s Gold Mining index divided by the gold price.

It shows you how cheap mining companies are !

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

L’#or et l’#inflation

Il semble que l’inflation pointe le bout de son nez ou tout du moins les marchés commencent à l’anticiper.

Avec toutes les injections monétaires et plans de relance cela peut arriver effectivement. La question en suspens reste : “est-ce que le marché fait une bonne anticipation ou lecture de ce qui va arriver ?”

Pour mémoire, je vous avais écrit un article en son temps qui expliquait que les actions ne protégeaient pas de l’inflation : https://www.crottaz-finance.ch/blog/les-actions-ne-protegent-pas-de-linflation/

Tout d’abord pour poser les bases du billet du jour : Les injections monétaires n’ont jamais été aussi grandes

Les taux des emprunts des Etats sont en hausse. Les Etats ont une marge de manoeuvre sur les taux très courts, mais c’est – par contre – le marché de l’offre et de la demande qui fixe les prix des obligations plus longues et donc les courts des emprunts.

Lire la suite

Qu’est-il arrivé à l’or ?

Je serai un peu plus absent ces temps pour des raisons familiales. Je suis quand même tombé sur un article intéressant

source : https://theirrelevantinvestor.com/2021/02/26/what-happened-to-gold/

Si vous alliez dans un laboratoire pour construire un optimiseur de prix de l’or, vous aurez besoin de d’une certain nombre de choses :

  • Un dollar en baisse
  • Perspectives d’inflation à la hausse
  • Impression d’argent
  • Des bilans de banques centrales en expansion
  • Des déficits budgétaires qui augmentent
  • De l’agitation politique

Toutes ces choses étaient en place au cours des derniers mois, et pourtant l’or a fait le contraire de ce que vous vous attendiez à ce qu’il fasse. Il est en baisse de 9 % au cours des 6 derniers mois, et il est inférieur de 15 % à ses sommets d’août.

L’or pourrait se rallier sur l’un des éléments que j’ai mentionnés. Les six étaient même en place en même temps. mais l’or n’a pas pu s’écarter de son chemin baissier.

Le dollar est proche de ses plus bas niveaux pluriannuels, et l’or ne peut pas se en tirer un bénéfice..

Les anticipations d’inflation sur 5 ans sont à leur plus haut niveau en 5 ans, et l’or ne peut pas se redresser.

L’impression d’argent se fait à un rythme sans précédent, et l’or ne peut pas faire de rally.

Le bilan de la banque centrale augmente également à un rythme sans précédent, et l’or ne peut pas se redresser.

Le déficit augmente…

…comme notre dette vis-à-dire le PIB…

…ainsi que l’écart entre nos dépenses et nos revenus. Et l’or ne peut toujours pas faire de rally.

On dit que l’or se porte bien lorsqu’il y a des troubles politiques. Eh bien, le jour de la profanation du Capitole, l’or a chuté de près de 2 %. Deux jours plus tard, il a chuté de plus de 3 %.

Les derniers mois ont été la tempête parfaite pour l’or. Mais même avec le vent à l’arrière, il a coulé au fond de l’océan.

Que s’est-il passé ?

J’ai quelques idées. Nous avons toujours dit que l’or marche au rythme de son propre tambour. Peut-être que les histoires que nous avons attribuées à ses mouvements de prix n’étaient que cela. Peut-être que l’or peut monter et descendre et évoluer latéralement dans n’importe quel environnement de marché. Ou peut-être que l’or, malgré sa hausse de météorite parallèlement à l’inflation dans les années 1970, ne protège-t-il pas vraiment contre l’inflation ?

Voici Peter Bernstein, de The Power of Gold :

Le coût de la vie a doublé de 1980 à 1999 – un taux d’inflation annuel d’environ 3,5 % – mais le prix de l’or a chuté d’environ 60 %. En janvier 1980, une once d’or pourrait acheter un panier de biens et de services d’une valeur de 850 $. En 1999, le même panier coûterait cinq onces d’or.

L’idée que l’or protège contre le déclin de la monnaie papier ou l’avilissement du dollar est une très bonne histoire, qui a intuitivement du sens pour tout le monde. Mais peut-être que ce n’est tout simplement pas vrai ?

Et si Bitcoin était vraiment le nouvel or ? Stanley Druckenmiller, l’un des meilleurs macro traders de tous les temps, pense que c’est une possibilité. Paul Tudor Jones, un autre macro-investisseur légendaire est dans le même bateau.

Le 6 janvier, le jour où le Capitole a été pris d’assaut, le Bitcoin a brillé, pas l’or. Le premier a gagné 9 % ce jour-là tandis que le second a chuté de 2 %.

Ou peut-être que je me fais des histoires. Peut-être que l’or recule juste avant sa prochaine étape plus hausse. C’est certainement une possibilité.

Je suppose que le temps dira si l’or est cassé, ou s’il ne fait que reprendre son souffle.

Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer à quel point ce récent déclin est inhabituel compte tenu du fait que l’or n’a pas évolué vers le haut alors que tout disait qu’il devrait le faire.

   Envoyer l'article en PDF   

Les principales monnaies face à l’or dans le temps

L’année 2020 étant terminée, voici un graphique représentant la perte de valeur de quelques monnaies par rapport à l’or sur le temps.

Probablement un graphique qu’aucune banque centrale ne publiera.

Le franc suisse, la moins mauvaise monnaie du monde, a perdu près de 93.6% de sa valeur en 120 ans.

Le mark allemand, maintenant euro, est par deux fois est tombé à zéro durant cette période.

Depuis 1948, c’est la deuxième moins mauvaise monnaie avec une perte de valeur (par rapport à l’or) d’un peu plus de 95.5%.

Quant au dollar américain, première monnaie de réserve, sa perte de valeur est de 98.9% !!!

Qui a dit que l’or est une relique barbare ? Qui dit que l’or n’est pas une valeur refuge ? Qui dit que l’or n’est pas une monnaie ?

Mais la question finale à se poser est : “Comment conserver son pouvoir d’achat dans le temps ?”

   Envoyer l'article en PDF   

BNS : Vous prendrez bien un petit dernier pour la route ?

Ce matin dans les journaux (dont le 20 minutes) on peut lire :

“La BNS a acheté encore pour 11 milliards de devises étrangères au troisième trimestre 2020” https://www.20min.ch/fr/story/la-bns-a-achete-pour-11-milliards-de-devises-au-troisieme-trimestre-435844478875

Le bilan de la BNS au 30 septembre était de 975 milliards de CHF.

Comme le PIB est d’environ 630 – 650 milliards de CHF, le BNS possède un bilan de plus de 150% du PIB Suisse.

Lire la suite

Marché des actions USA des indicateurs inquiétants

Comme je vous l’ai mentionné déjà plusieurs fois, les valorisations sont élevées sur le marché US.

Ces P/E élevés sont certainement le fait d’avoir en face des taux extrêmement bas, voire négatifs.

Cet environnement biaise totalement la valeur des actifs.

Autre conséquence, les investisseurs prennent de plus en plus de risques alors que les titres continuent de monter dans un environnement de baisse des bénéfices.

Ils achètent les titres au plus haut (les technos en exemple ci-après) alors que le momentum global annonce la baisse (advance / decline line). En résumé, ils achètent les grandes capitalisations technos (FOMO = Fear Of Missing Opportunity)

Lire la suite

Résultats de la BNS

La BNS vient d’annoncer ses résultats pour le premier semestre.

Je cite : Cette performance en demi-teinte s’explique par les positions en monnaies étrangères qui ont affiché une perte de 6,8 milliards de francs, explique la BNS.

Parallèlement l’or, qui plus que jamais continue de jouer son rôle de valeur refuge dans les moments difficiles de la conjoncture mondiale, a dégagé une plus-value de 7,1 milliards francs (contre 2,8 milliards au trimestre précédent). De leur côté, les positions en francs ont permis d’engranger un bénéfice de 0,6 milliard de francs, alors que le produit retiré sur les intérêts et les dividendes s’est établi respectivement à 4,1 milliards (2,1 milliards au trimestre précédent) et à 1,8 milliard de francs (0,7 milliard).

Au total les pertes de change ont atteint 19,1 milliards de francs.

J’ai pu lire sur internet que le bénéfice était notamment dû aux encaissements sur les intérêts négatifs. Quelle blague ! C’est surtout l’or qui a permis de compenser les pertes de change.

Cette position or qui représentait (au 31.12.2019) seulement 5.7% du bilan a permis d’engranger 7,1 milliards. Dommage que la banque centrale suisse s’entête à ne vouloir accumuler que des monnaies fiduciaires !

D’ailleurs parlons-en !

En un mois (mai à juin) la détention de monnaies étrangères a augmenté de 34 milliards alors que les monnaies baissent. Petite déduction, la BNS continue d’accumuler des dollars et des euros.

Résultat le bilan explose (graphique fin mai, on se situe donc à 130% du PIB aujourd’hui)

Imaginez si le PIB chute ?? Le ratio monte !

La BNS est en train de jouer sa crédibilité !

https://www.swissinfo.ch/eng/business/monetary-policy_snb-s-swollen-balance-sheet-poses-risk-to–credibility-/45740088

   Envoyer l'article en PDF   

History of world currencies vs gold

From 1900 to the end of 2019, all currencies lost their value relative to gold.

The British Pound lost 99.63% and the US dollar 98.64%. Even worse, for the Japanese Yen and the French Franc.

The German currency lost its value completely twice and is about to go for a third time !

The German Mark called the Goldmark (backed by gold) was introduced in 1873. With the outbreak of World War I, the Mark was taken off the gold standard and became the Papiermark and briefly the Rentenmark in 1923.

The German currency lost all of its value.

From 1924, a new currency appeared, the Reichsmark. The German currency also lost all of its value and disappeared in 1945.

In 1948, a new currency appeared, the Deutsche Mark. In 1999, this currency became the Euro (at a rate of 1.95583 DM for one €). The German currency will probably lose all of its value for the third time. So far, it has lost 94.9% of its value relative to gold.

What about the Swiss Franc, the strongest currency in the world? 

The mighty Swiss Franc has lost 92.69% of its value relative to gold during the period 1900-2019.

So, gold, the “barbarous relic” has proven to be really useful to keep the purchasing power over the years.

All my english articles : https://www.crottaz-finance.ch/blog/category/english/

   Envoyer l'article en PDF   

Scary SP500

In January 2020, I wrote an article to you that suggested  to sell the SP500 and buy gold and gold mines.

The US equity market plunged sharply thereafter (March), mining stocks too and gold briefly. Today, after the huge rebound in the American market from the lows, what is the situation?

  • The SP500 is at – 4.1% (after a collapse of -35%)
  • Mining stocks (GDX) are at + 14.2%
  • Gold is + 7.9%

Sometimes graphics speak more than words. Below find 3 graphics that are really scary for those who remain invested in the SP500.

The Put / Call ratio is at the lowest of the lowest

Many of the stocks in the SP500 have an RSI above 70 ( overbought level), the number of stocks above their 50-day moving averages is at its highest in 20 years and it is the biggest upward rally in the market. ‘history.

Small traders bought calls like never before (very bad sign for a continuation of the rise)

This last graph makes me think of the abbreviation FOMO (Fear of Missing Opportunity) which is the fact of buying at any price for fear of missing the increase.

   Envoyer l'article en PDF   

Hyperinflation in Venezuela

In case of hyperinflation, which is a loss of confidence in the currency, nothing will protect your purchasing power better than precious metals.

Thanks to my friend H., we can just have a look at Venezuela. The country went from one Bolivar to another one : The Bolivar, to the Bolivar fuerte in 2008 (at the rate of 1 for 1,000) and to the Bolivar soberano in August 2018 (at the rate of 1 for 100,000).

The purchasing power of the currency is plunging, collapsing

Lire la suite

CRB index is at the lowest level

Here is a long term chart (1914 – today)of the CRB Index (end of month) (LOG).

It represents a basket of 19 different commodities. Agricultural products and energy account for 80% of it and metals 20%.

We are approaching a major low so the end of the commodities bear market. Low prices are destroying supplies so when the current recession/depression will end, this index will start a new bull market.
Time to put commodities producers on your radar so you know in advance what to buy when it will be time to do so.

Elliott Wave Analysis (made by one of my closest friend Mr H., thanks to him)

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Les indices / ETFs juniors ne le sont pas vraiment

Les deux ETF Miniers les plus connus sont le GDX et le GDXJ (Vaneck). Ces ETFS – de tailles respectables – sont composés de minières. Le GDX avec de grands producteurs et les GDXJ soi-disant avec des juniors. Nous allons voir plus bas que ce n’est pas vraiment le cas pour ce dernier et que comparer une société junior au GDXJ n’est pas tout à fait correct. (merci à Heinz pour l’idée de cet article)

Voici les deux “fact sheets”

Lire la suite

Gold Supply and Demand : Analysis for the 1st quarter 2020

Central Banks (China, Russia and some other small) have been buying gold. The net balance started to be positive from 2010

Unfortunately for the European and North American “tax payers”, their Central banks did not purchase any gold ounces

Lire la suite

La BNS en position de faiblesse.

Voilà bien longtemps que je n’ai écrit sur la BNS et son bilan démesuré.

La publication, ce jour, des résultats de la BNS pour le premier trimestre 2020 m’a fait l’ effet d’une piqure de rappel.

LA BNS perd 38,2 milliards (UBS avait anticipé 30 milliards)

Lire la suite

Discover, drill, add value, and put a mine into production

In 2018 I mentioned : The life path of a mine

Discover a deposit, bring value, get the authorizations (permit), build it (financing) and put into production cannot be done as fast as some people love to think.

Hereafter some graphs showing the required duration for all steps to enter into production.

Ascertainment : It needs (average) 16,9 years. Some countries are showing a big spread between the shorter and the longer period. I assume it is because of the difficulties to get a permit (The Grail) and financing problems (difficult market, hard to raise money).

   Envoyer l'article en PDF