Les titres de valeurs n’ont jamais été si bas…(#growth vs #value)

Les titres de croissance (growth) qui offrent des P/E élevé et des rendements faibles – voire inexistants – sont toujours au firmament alors que les titres de valeurs (value) sont au plus bas !

En divisant l’indice MSCI des titres de valeurs par le MSCI des titres dits de croissance, on constate que c’est effectivement le cas.

Par rapport au SP500 c’est aussi remarquable de dé-corrélation.

Historiquement, quand les titres “values” sont au plus bas contre ceux de croissance, on arrive dans un très haut de marché !

En conclusion et au risque de me tromper, je privilégie les titres avec de la VALEUR au détriment de ceux affichant de la CROISSANCE.

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

4 mauvais marchés baissiers

Je suis tombé sur un article très intéressant de

mentionnant “Four Bear Markets” et leurs remontées. Je recommande fortement leurs graphiques (D-Short)

  1. Le Krach de 1929 (grande dépression)
  2. Le choc pétrolier 1973 suivi d’une stagflation vicieuse
  3. L’explosion de la bulle Techno
  4. La Crise Financière de 2008
Lire la suite

Le marché des actions plus sur-évalué que jamais ?

Le SP500 continue de remonter. Les injections monétaires gigantesques et les soutiens économiques jouent momentanément un effet. La récente chute des marchés a aussi mis les indicateurs techniques à un niveau de survente important.

La question qui se pose est : “Sommes-nous dans un rebond du chat mort” (en anglais “dead cat bounce”) ?

Pour mémoire, lorsque le 3 mars 2000 le Nasdaq (500) a entamé sa chute, l’indice a passé du sommet de 5’132 points à 3’042 point (le 24.05.2000) soit 40.7% de baisse. A ce niveau de correction, l’indice a commencé une “remontada” qui l’a amené à 4’289 point le 17.07.2000, soit un rebond de +40.99%. La suite ? On la connait avec un indice qui à chuté de 78% depuis le sommet de 2000 pour taper les 1’108 points en 2002.

En 2020, Le coronavirus (Covid19) passe par là et l’activité économique s’arrête de manière brutale (certains parle de crise plus grave que 1929 et j’y reviendrai). La question reste donc : Est-ce que le rebond du SP500 est justifié en terme de valorisation ?

Lire la suite

Ohé Ohé capitaine abandonné !

Ohé Ohé capitaine abandonné  !

Mon dernier billet annonçait la poursuite de la baisse des marchés : Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés

Désormais c’est la Berezina.

Je pourrais prendre tous les indices, mais j’en ai choisi un : Le DAX

Mais juste entre nous….il y’a en encore de la place pour la baisse

Comme souvent, j’ai été trop en avance sur ce qui se déroule et mes visions (basées sur le fondamental) ont tiré la sonnette d’alarme sur les marchés depuis longtemps déjà. Je me suis rendu compte en janvier que les signaux étaient tous au rouge et que la correction arrivait. Non pas uniquement due à un virus, mais aux valorisations, à la dette et aux achats sur marges d’actions américaines.

Dernièrement, les personnes que j’ai croisées m’ont tenu des théories qui m’ont alerté. Ma gentillesse habituelle (et rien ne sert de vouloir convaincre des croyants endoctrinés à la drogue monétaire) m’a fait me mettre en retrait de ces grands théoriciens qui ne veulent et ne peuvent voir que la hausse.

Voici quelques exemples qui m’ont alerté:

  • Une vidéo/ interview internet du 14 janvier : “Les pessimistes vont encore se faire laminer en 2020” (je vous laisse la chercher)
  • Un email reçu le 20 janvier : Les marchés vont monter à l’infini, les banques centrales ont tous les pouvoirs…
  • Une rencontre dans la rue fin janvier : Ce coronavirus c’est juste une grippette, les marchés ne baisseront jamais (normal du point de vue de mon interlocuteur qui est dans la finance depuis maximum 7-8 ans et qui n’a jamais vu de krach ( je peux en citer quelques uns – liste non exhaustive – 1987, 1998, 2000, 2008 etc..))
  • Un reportage du TJ suisse sur les milliers d’ouvertures de comptes chez un courtier en ligne et une dame qui n’y connaît rien et qui a suivi un cours pour faire des investissements….J’ai juste passé des années à en suivre (je ne suis pas le meilleur loin de là et suis peut-être dans la finance depuis très (trop) longtemps).

Un article du 25 février (qu’on peut retrouver sur internet je vous fais grâce de l’entier, mais un passage m’a interpelé), je cite:

” Alors autant vous dire que ce matin ce n’est que du bonheur à lire la presse. Rien qu’avec tous ces abrutis qui font des comparaisons avec « les autres fois où le Dow Jones a perdu 1’000 points » et que ce n’est QUE la seconde fois dans l’histoire que le Dow Jones perd 1’000 points et c’est donc forcément HORRIBLE. Ce que ces imbéciles oublient de préciser c’est que PLUS LE DOW JONES MONTE, PLUS LE NOMBRE DE POINTS DEVIENT INSIGNIFIANT PROPORTIONNELLMENT PARLANT !!! – espèce de débiles – le jour où le Dow Jones sera à 100’000 points – parce que ça arrivera, faites-moi confiance – 1’000 points ça sera 1% – ils ne vont donc pas nous faire une théorie sur la fin du monde à chaque fois !!!”

“Imbéciles, débiles..” jamais je ne pourrais écrire cela, j’ai bien trop de respecte et d’humilité par rapport au marché.. J’ajoute gentiment que si le DOW passe à 10’000, hé bien 1’000 points ce sera 10%. Il est possible que le dow monte à 100’000, mais il faudrait tenir compte de l’inflation et de la monnaie pour connaître sa hausse réelle à la fin. Le Venezuela est au plus haut en bolivar…. J’ajoute que les achats des actions américaines sont faits sur MARGE !

En conclusion de ce qui précède, tous les ingrédients étaient en place pour une immense déwagonnée (la purge magistrale ?). La question à laquelle je n’ai pas la réponse est : “quand est-ce que cela va se terminer”. Certains ont essayé d’acheter il y a une semaine en pensant faire une bonne affaire : “Never try to catch a falling knife”. Je pense qu’il faut attendre de voir comment cela se déroule dans les prochains temps et attendre de trouver un fond.

J’avais écrit un article en 2015 : Le krach de 1929 a laissé des traces durant des décennies avec quelques graphiques dont celui-ci :

Ceux qui étaient investi juste avant le krach ont mis jusqu’en 1958 pour se refaire (en termes réels en tenant compte de l’inflation). Ce que je peux vous dire c’est qu’au plus bas en 1932, on trouvait des titres avec des P/E de 2-3 et personne n’en voulait. Ce genre de correction offre de magnifiques opportunités.

Le seul actif qui pour l’instant tient c’est l’or, car même les mines (qui sont des actions et dont j’ai écrit qu’elle pouvaient subir des ventes à cause des margin calls) subissent une pression vendeuse. Je continue de penser que quand ce sera un peu plus calme, les titres avec de la valeur reviendront à des cotations raisonnables en premier. Aujourd’hui tout est déraisonnable. Je n’exclu pas une intervention énorme des banques centrales, des baisses de taux directeur etc. La BNS doit être dans une sacrée panade actuellement.

Il est urgent d’attendre, mais soyez prêt à faire quelques achats prochainement, notamment sur des titres avec de la valeur (actifs), mais surtout prenez soin de vous et des vôtres.

   Envoyer l'article en PDF   

Smart Money Flow ou le flux de l’argent intelligent

 

L’indice de la “Smart Money” représente l’indice de l’argent intelligent (les professionnels ), ceci en opposition à la “Dumb Money” qui montre celui l’argent stupide (qui semble être celui de la foule).

Quand la Smart Money quitte le marché, il faut s’inquiéter, cela anticipe une correction (voir graphique ci-dessous)

 

Un autre graphique très intéressant est celui des heures de trading.Le public se montre le plus actif près de l’ouverture (première heure de trading, en rouge)

Les professionnels sont plus actifs à d’autres moments (entre 11h00 et midi en vert) et en particulier au cours de la dernière heure de négociation en violet.

Ci-dessus, les lignes cumulatives de chacun comparées à l’indice Dow Jones.

Qu’observe-t-on ? Les professionnels sont vendeurs.

 

Happy trading

   Envoyer l'article en PDF   

Le krach de 1929 a laissé des traces durant des décennies

Combien de temps pour revenir au niveau (en terme nominal) ?

Réponse: 29 ans

 

dow jones end months 1929 - 1959

Puis en terme nominal sur la période 1968 -1995 qui a suivi ?

Réponse: 27 ans

dow jones end months 1968-1994

Tout cela cause des taux élévés (inflation) sur cette dernière période

US interest rates 1798 - 2015

En résumé, mieux vaut avoir un rendement de 0% (voire négatif) en période de déflation qu’un rendement de 2% dans une période d’inflation supérieure à 2% (perte de pouvoir d’achat)

http://blog.crottaz-finance.ch/vocabulaire-crick-crack-krach/

 

source: https://research.stlouisfed.org/fred2/

   Envoyer l'article en PDF   

Le “Dow Jones U.S. Auto Index” nous indique-t-il le prochain mouvement ?

L’indice des voitures est dans une tendance baissière (-10.26% depuis juin 2015)

DJI vs DJT 2015

Durant la crise de 2008, l’indice avait perdu 69% contre 48% pour le Dow Jones Industrial

DJI vs DJT 2007-2009

La fameuse croissance n’existe que dans les yeux de ceux qui veulent la voir.

Les chinois et les américains possèdent des montagnes de stock(s) de voiture sur les bras et les ventes baissent!!! (source: http://blogs.piie.com/trade/?p=389)

export car china

20150710_inv2

 

20150710_inv3

 

20150813_autoinv

 

Source: http://www.zerohedge.com/news/2015-07-10/here-flashing-red-light-inventory-sales-ratio

http://www.zerohedge.com/news/2015-07-13/us-automakers-worst-nightmare-chinese-auto-inventories-explode-may

Vous dire que c’est un indicateur précurseur du ralentissement à venir, c’est un pas que je franchis allégrement

 

 

 

 

 

 

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le Dow Jones Industriel contre le pétrole et l’argent depuis le début du siècle

Je vous avais produit le Dow Jones exprimé en or pour vous montrer son évolution contre un actif réel (la seule monnaie)

Le voici contre deux autres actifs, le pétrole et l’argent métal.

On constate que le krach du marché des actions a bel et bien eu lieu. Le sommet du DJ (contre or, argent et pétrole) coïncide avec l’éclatement de la bulle internet en 1999-2000

PS: Un grand merci à mon ami pour ces données !

   Envoyer l'article en PDF