Marché des actions USA des indicateurs inquiétants

Comme je vous l’ai mentionné déjà plusieurs fois, les valorisations sont élevées sur le marché US.

Ces P/E élevés sont certainement le fait d’avoir en face des taux extrêmement bas, voire négatifs.

Cet environnement biaise totalement la valeur des actifs.

Autre conséquence, les investisseurs prennent de plus en plus de risques alors que les titres continuent de monter dans un environnement de baisse des bénéfices.

Ils achètent les titres au plus haut (les technos en exemple ci-après) alors que le momentum global annonce la baisse (advance / decline line). En résumé, ils achètent les grandes capitalisations technos (FOMO = Fear Of Missing Opportunity)

Lire la suite

La #BNS spécule avec l’argent des #banques (donc le vôtre)

Comme vous le savez peut-être, la banque nationale suisse (BNS) possède un bilan en constante augmentation. Comme le PIB recule – à cause de la crise du Covid19 – l’impact sur le ratio est donc plus important.

Pour l’instant, dans la course de la banque centrale avec le plus grand bilan, la BNS et la banque du Japon (BOJ) mènent (et de loin) le bal.

Lire la suite

Le blog de Gautier : BNS juin 2020: +7,5 milliards de francs

A force d’échanger sur le net et de produire des articles, on fait des rencontres intéressantes !

J’aimerais porter à votre connaissance le blog de Gautier et notamment son dernier article (avec des graphiques très pointus) sur la BNS et la création monétaire par habitant.

ndlr : Je suis bien conscient que pour certains c’est peut-être redondant et BNS répétitif, mais les créations monétaires, plans de relances extrêmes et notre banque centrale sont des sujets plus que d’actualité)

BNS juin 2020: +7,5 milliards de francs

dont le contenu est le suivant, je cite :

“On voit que l’épisode “COVID-19 première vague” touche à sa fin puisque la Banque Nationale Suisse n’a fabriqué “que” 7,5 milliards de francs (CHF), dont un modeste demi-milliard imprimé en billets.

Histoire de ramener ces sommes à l’échelle humaine, voici les sommes d’argent créées par la BNS durant cet épisode, divisées par la population suisse (8,6 millions d’habitants):

  • mars: 1’582 francs
  • avril: 5’772 francs
  • mai: 3’357 francs
  • juin: 873 francs

En moyenne: 2’896 francs par mois et par habitant, enfants inclus. Pour une famille avec deux enfants, cela représente 11’584 francs par mois de dilution monétaire ! “

Source: BNS

MUNDUS VULT DECIPI ERGO DECIPIATUR

   Envoyer l'article en PDF   

Billet invité : L’épargne des suisses et la BNS

“L’épargne des Suisses a été engagée par la BNS pour financer sa politique d’affaiblissement du franc.”

Il y a tout juste un an, est paru un excellent article dans le magazine “L’illustré” à propos de notre BNS et de sa politique de lutte contre le franc fort.

Vous pouvez y accéder via ce lien :

https://www.illustre.ch/magazine/bns-aspire-lepargne-suisses

Je vous recommande fortement de le lire, juste pour être plus ou moins conscient de ce qui se passe.

J’avais lu le livre de M. Vincent Held qui est interviewé dans cet article et partage ses opinions.

Voici quelques points si cela vous intéresse :

La “monnaie centrale” regroupe les billets et pièces en circulation (le numéraire) et les avoirs à vue détenus par les banques auprès de la banque centrale.

En Suisse, la monnaie centrale est créée par la banque nationale.

La BNS peut émettre autant de numéraire (billets et pièces) qu’elle le désire. Ce poste représente actuellement un peu moins de 10% de son bilan.

Le gros de la “monnaie centrale” est constitué des avoirs à vue détenus par les banques. Pour augmenter le volume de “monnaie centrale”, la BNS achète des devises ou des titres à une banque commerciale et lui crédite la contre-valeur en francs sur son compte à vue (compte de virement).

Le financement des actifs de la BNS, principalement en euros et dollars (dont des actions), se fait donc à crédit, en grande partie via les comptes de virement des banques commerciales ! 

Quelques chiffres (à fin 2019) pour montrer l’ampleur du problème:

Bilan de la BNS : 861 milliards.

PIB de la Suisse : 703 milliards.

Bilan de la BNS par rapport  au PIB : 122% (contre moins de 30% il y a vingt ans) !

Investissements en monnaies étrangères : 794 milliards.

Financés par…

Avoirs en comptes de virement des banques : 506 milliards.

Le détail se trouve ici (résultats et bilan de la BNS) :

https://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20200302_1/source/pre_20200302_1.fr.pdf

N’est-ce pas “un peu” inquiétant ?

Une “bombe à retardement” pour la Suisse ?

Quelle époque formidable nous vivons !

Monsieur U.

   Envoyer l'article en PDF   

Investir dans le minier, les points dont il faut tenir compte

Comment bien choisir le projet minier dans lequel vous pensez investir ?

Pour imager le propos, voici une anecdote.

Quatre investisseurs se croisent à un salon minier et parlent chacun d’un projet aurifère dans lequel ils ont engagé des fonds.

Lire la suite

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

On me demande mon avis sur l’évolution prochaine des marchés suite à une pandémie mondiale. N’étant pas médecin, ni chercheur, je ne peux que constater les faits et essayer d’en tirer des conclusions (plus ou moins justes ou fausses) sur les implications financières du Covid19.

Les faits sont la mise en quarantaine (de 14 jours en général alors que quarantaine veut dire 40 !) de millions de personnes, de villes et que soit 1) les gouvernements sur-réagissent ou 2) sous-réagissent. Je pense que c’est le deuxième cas de figure qui a lieu, pourquoi ?

Parce qu’on nous dit qu’il y a quelques cas en Suisse par exemple (on parle de 8, mais que soudainement : On interdit les manifestations de plus de 1’000 personnes, on va jouer les matches de hockey à huis clos et que la journée de football de première division est tout bonnement annulée ! Le salon de l’automobile est annulé et cela va engendrer des pertes colossales. Ce n’est rien à côté des pertes que vont subir les marchés financiers et surtout les caisses de pensions et accessoirement la BNS !

Les marchés financiers sont donc en phase de petite correction, car comme vous le voyez plus bas, ils étaient en véritable lévitation.

Le Dow Jones sur une année est en légère baisse
Le Dow Jones sur 20 ans est en très forte hausse

Dernièrement, certains avaient tiré la sonnette d’alarme sur la sur-valorisation des actions (dont mon article : https://www.crottaz-finance.ch/blog/short-squeeze-et-tous-aux-abris/ qui mentionne un autre article de ce début d’année : https://www.crottaz-finance.ch/blog/vendez-le-sp500-et-allez-sur-les-mines-dor-maintenant/ ). Désormais, il semble que cela soit parti.

Concernant les métaux précieux, je continue de penser que l’or reste et restera une valeur refuge (même si une correction passagère peut survenir à cause de vente de margin call ou autre). Le cours de l’or semble très bien se tenir. L’argent quant à lui, étant beaucoup plus industriel subit quand même un peu de pression vendeuse.

L’or sur un mois
L’argent sur un mois

Concernant les actions minières, elles sont encore sous-valorisées, mais il se peut qu’elles corrigent aussi à cause de vente en appel de marge” ou de panique (on vend tout sans réflexion). A mon humble avis, elles corrigeront moins ou peu et seront un endroit où les entrées de fonds seront dirigées prochainement surtout si l’or continue sa hausse. Je ne suis pas trop inquiet sur ce secteur.

Concernant les actions dites “standards”, il peut y avoir une énorme correction car les p/e étaient déjà élevés et si la croissance chute, les p/e seront toujours élevés. Une anecdote : Après les grandes corrections, les titres boursiers affichent des p/e de 2 (2 fois les bénéfices) avec des gros dividendes, mais personnes n’en veut.

Les personnes qui pensent que les banquent centrales peuvent tout sauver se trompent grandement, car le flux vendeur peut être gigantesque.

L’élément le plus dramatique à mon avis c’est la dette !!

Avec le ratio dettes/ PIB on sait déjà que les Etats sont fortement endettés et un ralentissement, s’il perdure, va laisser d’énormes traces sur le PIB. La dette (qui est incompressible d’un claquement de doigts) aura un poids plus grand pour un PIB en baisse……moralité le ratio dettes/PIB va s’envoler.

En cas de baisse de 10% du PIB…..la dette de la France passe à 111%.

Un résumé, il peut y avoir un rebond des marchés, mais si rien ne change vraiment ce sera un occasion de vendre les actions standards car la baisse va s’installer durablement. Quant aux minières, ce secteur ne me semble pas devoir subir une énorme correction, toujours à mon humble avis (restons humble toujours face aux marchés).

   Envoyer l'article en PDF   

Jancovici : CO2 ou PIB, il faut choisir

Cette intervention de Jean-Marc Jancovici à Sciences Po du 29/08/2019 est à écouter attentivement. La croissance infinie est totalement impossible. Démonstration énergétique sans faille.

Les politiques, rois des promesses, les journalistes ne disent pas la vérité.

Tout y est !

son site : https://jancovici.com

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici

   Envoyer l'article en PDF   

Des prêts personnels à taux négatifs, on y est !

Dans quel monde vivons nous ? Celui bien étrange des taux négatifs.

Cet environnement a été créé de toute pièce par nos fameuses banques centrales, ces dernières voulant à tout prix maintenir la pseudo croissance.

Pseudo croissance évidente puisque cette dernière est créée artificiellement par les taux bas.

En effet, les “investisseurs”, pénalisés par les taux négatifs, se dirigent de plus en plus vers des investissements risqués (dans le terme “investisseurs”, on trouve aussi nos caisses de retraites),

Voilà que désormais on peut emprunter à taux négatifs et s’enrichir sans rien faire (comme les banques centrales) ( cet état de fait date de 2018 mais cela m’avait échappé)

voici le lien de l’article en allemand :
https://www.smava.de/blog/finanz-news/negativzins-kredit-smava-senkt-zinssatz-auf-minus-5-prozent/

et sa traduction partielle via google

Prêt à intérêt négatif: smava abaisse le taux d’intérêt à moins 5%

Le portail de prêts smava réduit maintenant le taux d’intérêt annuel effectif de son prêt à taux d’intérêt négatif de moins 0,4% à moins 5%. “Grâce au prêt smava à intérêt négatig, les consommateurs profitent une fois encore de la phase de faible intérêt”, explique Alexander Artopé, directeur général de smava. “Cela reste le cas: smava offre du crédit bon marché en Allemagne.” Les consommateurs de smava économisent avec un taux d’intérêt de moins 5%, soit 76,94 euros, l’autre fournisseur représentant moins de la moitié.

Le taux d’intérêt négatif de moins 5% s’applique à un montant net de prêt de 1 000 euros et à une durée de 36 mois. Cela signifie: “J’emprunte 1 000 euros et je ne dois rembourser que 923,06 euros”, a déclaré Artopé. “À l’heure actuelle, les consommateurs ne peuvent emprunter de l’argent nulle part ailleurs en Allemagne.” Des prêts peuvent être demandés par les employés, les travailleurs et les fonctionnaires disposant d’une bonne cote de crédit. L’offre n’est disponible qu’une fois par emprunteur. Il n’y a pas de coûts supplémentaires. Une assurance dette résiduelle n’est pas offerte. L’argent emprunté peut être utilisé librement. Le remboursement anticipé est possible gratuitement. Celui qui remplit les conditions pour obtenir le prêt reçoit 76,94 euros de smava. Le nombre de prêts à intérêt négatif est illimité. Le taux d’intérêt est valable jusqu’au 15 juin 2018. Le prêt est offert par smava en coopération avec Fidor Bank.

Comme dirait Charles Sannat sur son site https://insolentiae.com/:
“Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous ! “

   Envoyer l'article en PDF   

Suisse: L’immobilier devrait bientôt se planter (updated)

Il y a bien longtemps que je ne me suis penché sur l’immobilier.

En Suisse, comme vous le savez, la BNS a infligé des taux négatifs sur le franc suisse pour affaiblir la monnaie.

Ce combat dure depuis bien des années et les répercutions seront probablement douloureuses.

Ces taux négatifs ont été décidés pour tout le monde sans exception.

Je pense, humblement, qu’il aurait plutôt fallu mettre des taux négatifs sur le franc suisse, mais uniquement pour les avoirs étrangers (un bon 3% par exemple) et non sur les suisses. Pourquoi ?

  1. Parce que les suisses possèdent du franc suisse et ne peuvent que le vendre (ne spéculent pas)
  2. Parce que les caisses de pensions doivent payer 0.75% d’intérêts pour placer leurs francs suisses auprès des banques (une anecdote : une caisse de pension suisse paie même 0.95% car la banque lui prend encore 0,2% de marge)
  3. Parce que comme le cash est puni, l’épargne est investie dans des actifs plus risqués dont l’immobilier, sujet de ce billet.

Revenons à nos moutons (tondus).

Ce matin à la radio – au journal- on parle de l’augmentation du taux de vacance des logements (cela fait un petit moment que je guette ces signes et je les remarque avec le nombre élevé de bâtiments construits à même les bordures d’autoroutes).

Article du jour : Le taux de logements vacants en Suisse a atteint son plus haut niveau depuis 18 ans

Voici le graphique de l’évolution du taux de vacance en Suisse depuis 1980

Avant de commenter, il faut mettre en perspective avec les taux des intérêts hypothécaires (à mon humble avis) car l’immobilier (et sa bulle suisse) ont été largement soutenus par les taux extrêmement bas. Cette anomalie de taux a artificiellement augmenté la valeur des biens.

La pointe de taux vers 7% des années 1990 – 1992 à l’éclatement de la bulle.

Si le nombre de logements à louer sur le marché augmente, cela va engendrer une pression sur les prix de loyer. On observe déjà des exemples, comme à Sierre (Valais), où pour louer un appartement, on vous offre 6 mois de loyers gratuits. Depuis la vidéo (2017), on vous paie désormais le déménagement aussi.

Très bien expliqué à la fin de la vidéo : Les caisses de pension achètent ou développent à tout va, les rendements des immeubles fondent et comme ils ne sont pas loués, c’est la spirale.

La baisse des prix de biens loués va, par ricochet, se répercuter sur les prix de vente des biens.

Au surplus, il est à noter que les suisses – personnellement – sont les plus endettés au monde notamment pour l’immobilier : https://www.variantperception.com/2018/09/09/switzerland-facing-effects-of-consumer-debt-binge/

Les prix de l’immobilier en Suisse depuis 1970 à nos jours :

Voici le taux de vacances d’un dernier document UBS paru il y a peu : Immobilier suisse_fr_1385962

Ma question des plus naïve : Que va-t-il se passer le jour où – en plus d’avoir pléthore d’offres – les taux d’intérêts montent ?

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Forza Italia ?

Les dernières votations en Italie et surtout les derniers revirements au sein du gouvernement (M.Conte) engendrent des répercussions dans les marchés financiers.

Tout d’abord de manière générale sur l’euro qui baisse contre USD (et CHF)

Et pour ce qui est de l’Italie, le marché des actions qui plonge et les taux des emprunts d’Etats qui montent

Lire la suite

On va saigner

Cet article n’arrive pas comme la grêle après la vendange.

On va saigner, dans un avion ou sur le pont d’un bateau, on va saigner à se brûler la peau

La baisse d’hier sur les marché n’est, à mon humble avis, que le début de la forte correction qui s’annonce.

Pourquoi ?

Parce que depuis bien longtemps, je vous écris que les dettes sont trop lourdes que tout le système est basé sur le crédit.

Les gens achètent sans discernement.

des Bitcoins à crédit, des actions à crédit et j’en passe.

la preuve: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/02/05/32001-20180205ARTFIG00277-bitcoins-l-interdiction-d-achat-a-credit-decidee-par-les-banques-arrive-en-europe.php

et le pire de tout, c’est le levier sur le SP500:

Ce graphique résume tout. C’EST PIRE QU’EN 2008 !

En rouge, c’est la “balance” négative des investisseurs.

Lire la suite

Une Barack de dettes

Sous les deux administrations Obama, la dette fédérale US a doublé !

Cela veut dire que, durant ces dernières huit années, le président Obama a accumulé autant de dettes (au niveau fédéral) que tous les présidents qui l’ont précédés…

barackdettes

 

Et le coût de la dette US

dette-et-son-cout

Si je prends un exemple fictif….

La France (sans la dette cachée) annonce 2’000 milliards de dettes et que le taux (coût) est de 1%, on obtient une charge annuelle de 20 milliards.

A l’époque (révolue) dette était de 1’000 milliards et le taux à servir de 2% soit une charge annuelle de 20 milliards.

Plus en arrière dans le temps, 500 milliards de dette et un taux de 4%, soit 20 milliards en intérêts.

 

Moralité: La baisse des taux n’a pas encouragé les gouvernements à des économies, bien au contraire !

Les taux peuvent remonter rapidement (on le sait), par contre on ne pourra pas couper la dette de moitié en cas de doublement des taux.

 

CQFD = Ce Qui Fait la Dette

   Envoyer l'article en PDF   

L’intiative Monnaie pleine (Suisse)

Cet article n’est pas pour vous donner des instructions de vote concernant l’intiative “monnaie pleine”, mais vous rendre attentifs à certains points au sujet de la monnaie scripturale que vous utilisez tous les jours.

Il faut absolument vous renseigner pour comprendre ce qu’est l’argent aujourd’hui (si vous ne le savez pas), qui le crée, comment il est détruit. Ce n’est pas compliqué, mais il faut absolument le savoir avant de voter (pour ou contre cette initiative).

http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/ (NB: Cette intiative ne vient d’aucun parti)

Les vidéos suivantes vous expliquent ce qu’est la monnaie et comment des sociétés privées (banques) créent de l’argent “public”.

Qui crée de l’argent:

Plus complet ici: (https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Argent_Dette)

Un banquier suisse explique en 36 minutes la création monétaire (part. 1)

Ainsi vous êtes désormais au courant pour avoir votre opinion sur le sujet.

Une autre vidéo sur le sujet:

   Envoyer l'article en PDF   

Les taux hypothécaires depuis 1850 (mise à jour 18 août 2015)

evol tx hypo depuis 1850 au 18.8.2015

Petite mise à jour des taux hypothécaires à taux variables

 

intérêt hypothécaire competiteurs CH

Et une petite liste des taux proposés par les banques en Suisse pour un bien en Suisse financé en CHF

Rappel: Les Suisses sont extrêmement endettés personnellement (privé)

Les suisses assis sur une montage de dettes

http://www.gbnews.ch/economie/economie-suisse/lendettement-2-les-suisses-de-plus-en-plus-endettes-une-realite

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le Brésil: La fin du miracle, chute du Real et hausse des taux

En 2011, je vous avais annoncé que le Brésil allait dans le mur car tout n’était bâti que sur l’emprunt, la dette:  Braise-île

Force est de constater que j’avais raison….

Inquiétudes sur le Brésil

Brésil Moody’s abaisse la note mais relève sa perspective

En plus, le réal brésilien se ramasse contre le USD qui monte (-30% depuis une année)

exch rate BR -USD 2007-2015

 

Et l’inflation monte et toujours pas de croissance, Quel miracle !

Brésil l’inflation ralentit en juillet mais reste à un niveau élevé sur 12 mois

Les taux des obligations à hauts rendements montent tout comme les taux des pays émergent: http://blog.crottaz-finance.ch/tout-est-une-histoire-de-taux/

taux Bresil

Et les CDS en apportent une preuve supplémentaire

 

bresil CDS 12-8-15

 

“He bien: Dansez Maintenant”

http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=1

   Envoyer l'article en PDF   

Comment la BNS va-t-elle affaiblir le CHF ?

Je ne vais pas revenir sur la perte de la BNS de 50.1 milliards de CHF pour le premier semestre 2015 dans le détail, je crois que les journaux l’ont assez bien mentionnée.

Ce que je vous prédisais arrive.

Après avoir anticipé- il y a près de 4 ans – l’abandon du taux plancher, je m’aventure dans un pronostic qui peut sembler hasardeux, mais tout à fait plausible.

Tout d’abord, je désire juste mentionner l’article du temps:

50 milliards de pertes pour la BNS dans lequel Monsieur Bakhtiari avance des arguments à tomber de la chaise: La BNS a les reins assez solides pour faire face à des réserves négatives

On doit savoir d’où viennent ces explications fumeuses: De la pensé unique de banquiers. Monsieur Laurent Bakhtiari est diplômé d’un Master en Finance d’Audencia Nantes et d’un Master en mathématiques quantitatives d’Imperial College London. en conclusion, un Français (dont le pays est plombé depuis 1974 sans aucun budget à l’équilibre)) avec une culture de banque anglo-saxonne vient nous dire que ce n’est pas grave de faire des pertes et que la BNS a les reins super solides !

Là je dis tout simplement BRAVO ! On est donc très loin de l’école autrichienne.

Plus sérieusement, comment peut-on être si convaincu que la banque centrale suisse est invincible. L’abandon du taux plancher (sous la pression d’une explosion du Bilan) n’a-t-il pas déjà démontré que la marché est bien plus puissant que toute banque centrale.

J’ajoute que Monsieur Bakhtiari se permet de faire de la politique puisqu’il avance qu’heureusement l’initiative 20% de réserve en or (qui a été balayée parce qu’incomprise par tout un chacun et surtout super attaqué par le lobby financier) était une aberration économique. Tout dépend du moment du vote. Je ne suis pas certains qu’après l’abandon du taux plancher cette initiative aurait été balayée aussi fortement. Tout cela n’est plus qu’histoire)

Pour revenir à notre bilan de la BNS et pour mémoire, car certains – dont Monsieur fait partie – semblent avoir la mémoire très courte.

A certaines périodes les réserves en or de la BNS étaient composées jusqu’à 50% d’or.

Monsieur Dominque Casai mentionne d’ailleurs: “La Banque centrale européenne  possède 27% d’or, les banques centrales des pays de la zone euro affichant des pourcentages très élevés d’or sur leur bilan, à l’instar de l’Allemagne (67%), de la France (65%), ou de l’Italie (66%). La BNS aurait donc une marge si elle devait suivre les allocations de ses voisines. «S’il est vrai que la forte concentration d’or qu’avait la BNS il y a vingt ans n’était pas judicieuse, il faut constater que les 8% actuels sont extrêmement bas”

Allez une piqure de rappel (source Bilan)

or bns bilan

Comme je l’ai mentionné rapidement dans un article, j’imagine (sans être comploteur) ce que nous mijote la BNS (involontairement ?) puisqu’elle garde les euros dans son bilan énorme (quasiment 90% du PIB, alors que les Japon en est à 50% et les autres pays encore plus bas)

Tout d’abord des chiffres:

PIB Suisse 640 milliards de CHF environ

Bilan de la BNS: 577 milliards de CHF (juste petite remarque: la BNS a perdu 50,1 milliards depuis le début de l’année 2015 et son bilan a passé de 561 à 577 (+16)…donc approximativement 66 milliards de CHF d’achats de devises (50+16)

bns bilan fin juin

Dettes de la Suisse (publique Canton et confédération) 34.5%

(source:http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/21/02/ind32.indicator.71103.3208.html) soit environ 220 milliards.

Le monde entier nous envie cette dette basse (sauf les Russes qui en ont une encore plus basse) et c’est probablement le pourquoi de l’intérêt des investisseurs pour le CHF et ceci malgré les taux négatifs imposés sur les liquidités en CHF.

Vous me connaissez, vous me voyez donc venir.

Comment faire pour ne plus attirer les investisseurs ? Il suffit d’être super mauvais comme les autres. Pour cela, il faudrait endetter le pays de manière importante. La BNS nous y amène gentiment.

Il est possible dans un futur proche – sans que cela ne soit une utopie “débilissime” – que la BNS perde beaucoup, mais vraiment beaucoup d’argent, à savoir 100 ou même 200 milliards de CHF sur ses placement devises et aussi actions (pour mémoire la BNS possède une exposition de 100 milliards au marché des actions).

Comment ? hausse des taux, chute des marchés, chutes des devises etc.

Si la BNS perd 220 milliards, on pourrait imaginer qu’elle appelle au secours et demande a être recapitalisée. Par qui ? Par la Confédération (le peuple indirectement) qui lancerait une magnifique émission obligataire géante.

Par ce tour de passe-passe, la Suisse aurait un endettement immédiat de 69% et se rapprocherait des ses voisins.

Mais tout cela n’est que le fruit de mon imagination débordante qui m’avait vu annoncer, le jour de son instauration en 2011, l’abandon du taux plancher avec fracas: http://blog.crottaz-finance.ch/la-bns-devra-rendre-des-comptes/

Tout comme la pensée unique se trompe ou veut nous tromper (comme ici Bilan en 2012: Pourquoi la BNS va gagner son pari sur l’euro )

A relire sans modération:

http://blog.crottaz-finance.ch/si-la-banque-nationale-suisse-bns-metait-comptee/

http://blog.crottaz-finance.ch/si-la-bns-metait-comptee-episode-no-2/

 

La vidéo de la direction de la BNS

 

   Envoyer l'article en PDF   

Les prêts débiles des élites européennes à la Grèce

Voilà tout est bien qui fini bien. Comme dans tout bon film le happy end est de mise.

Nous sommes passé très prêt d’un Grexit et malgré le fait avoué que certains ministres des finances de certains pays étaient contre cette aide massive, les dirigeants politiques ont réussi un tour de force : Donner encore de l’alcool à un alcoolique dont le foie est complètement pourri.

Les révélations concernant ce polar de série B sortent chaque jour comme:

Tsipras: Alexis Tsipras aurait sollicité Vladimir Poutine pour aider la Grèce à imprimer des drachmes (démenti par Poutine lui-même)

(très étonnant que le sérieux “Le Temps” journal de “mainstream” ose citer le site Zerohedge…en général on décrie les sites alternatifs qui dénoncent certaines pratiques de manipulations de cours etc.)

Varoufakis: Le plan B aux allures de polar de l’apprenti sorcier Varoufakis (Le pire dans toute cela c’est les grecs n’avaient même plus de quoi imprimer des billets, ayant détruit les presses: https://uk.news.yahoo.com/cant-print-drachmas-says-greeces-101107328.html#im9UGnt)

Les Grecs impriment toujours des euros (billets) et il y a un tournus comme on peut le voir ici: http://www.ecb.europa.eu/stats/euro/production/html/index.en.html

Dès lors comment savoir si des billets imprimés dans un pays peuvent être valables ou non (en imaginant qu’un pays sorte de la zone euro)?

Une piste ici: http://www.zerohedge.com/news/2015-06-16/how-find-what-country-euro-note

Tout cela me fait penser à une tragi-comédie.

Plus sérieusement, les chiffres sont têtus et je ne vois pas comment ce que je prédis depuis des années ne va pas se produire, à savoir la sortie de la zone euro d’un (ou plusieurs membres)

Quand on regarde l’échelonnement de la dette grecque, on sait comment cela va finir. Ce n’est juste qu’une question de temps.

grece dette hors tbills

greece boat hole

 

 

   Envoyer l'article en PDF