L’argent, l’or du pauvre (update 1)

L’adage qui dit que – parce qu’il est moins cher en terme de prix pour une once – l’argent est l’or du pauvre a du sens, mais pas seulement.

Je vous avais déjà écrit un article en juin 2020 avec ce titre : https://www.crottaz-finance.ch/blog/largent-lor-du-pauvre/

L’argent est industriellement utilisé (plus que ne l’est l’or qui est pour grande partie du stockage (réserve monétaire, de guerre ou assurance contre l’inflation)).

L’argent monte aussi mais de manière assez différente et n’a toujours pas rejoint ses plus hauts historiques

Un indicateur historique parmi d’autres est le ratio or divisé par argent (gold/silver ratio). On peut ainsi essayer de connaître la sur ou sous évaluation d’un métal par rapport à l’autre.

L’argent est donc sous-évalué sur cette base comparative. Il est donc possible d’acheter de l’argent physique (TVA en Suisse au contraire de l’or) ou des actions minières (voir mes articles précédents).

Voici une liste de titres avec les coûts d’extraction et les Free Cash Flow

Ou au travers d’un ETF comme SILJ https://www.etf.com/SILJ#overview

Happy silver Investing

   Envoyer l'article en PDF   

L’Uranium décolle

Je vous ai écrit en début d’année quelques articles sur l’uranium et son potentiel (hors débat écologique).

Le lien pour tous les articles uranium : U3O8

Voici le moment de faire le point.

Pour mémoire, les grandes mines ont été fermées parce que le prix de l’uranium étant bas, il n’était pas intéressant d’exploiter.

Le secteur semble vraiment en hausse depuis mes interventions et cela semble continuer. Le manque de production (écart entre offre et demande se creuse avec le temps qui passe et cette commodité revient au centre des réserves stratégiques : https://smallcaps.com.au/uranium-stocks-take-off-us-senate-committee-strategic-reserve/ le sénat américain ayant suivi Trump dans cette voie.

Lire la suite

Les indicateurs du marché US sont toujours au ciel !

Dans mon dernier article, je vous avais produit un grand nombre de graphiques qui montraient que le marché américain défiait les lois de la gravitation.

Je me permets de vous en montrer d’autres qui sont (malheureusement) inquiétants du point de vue de la surévaluation des actions américaines.

Les modèles d’évaluation montre que nous nous trouvons dans les hauts.

Les shots sont en train de jeter l’éponge (voire la lancer !)

Les marchés n’ont jamais été aussi cher après une “recovery” en 20 ans d’après JP Morgan

Reste à déterminer quand la baisse va s’enclencher.

En tous les cas, il faut travailler beaucoup d’heures (comparativement au passé) pour acheter 1 fois le Sp500.

La monnaie perdrait-elle son pouvoir d’achat ? Mais non vous dirons les banquiers centraux

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Le #SP500 : performance en trompe l’oeil.

Les vacances sont terminées et les enfants ont repris le chemin de l’école ce lundi dans la canton de Vaud. Après cette pause estivale me voilà aussi de retour.

Le marché américain des 500 valeurs (le fameux Standard and Poor’s 500) a continué son ascension initiée après la chute de mars.

Malheureusement, la majorité des médias ne parle que de l’indice et non pas des composants de celui-ci. Je vais donc me dévouer pour, comme d’habitude, démontrer que cette hausse de l’indice est très sélective.

En effet, 5 titres sont responsables de cette hausse, le reste des sociétés affichant des performances en moyenne de -6% depuis le début de l’année !

Voici l’article en anglais https://www.cnbc.com/2020/08/06/stocks-rise-after-better-than-expected-jobs-data-what-to-watch-now.html

Je cite dans l’article :

" Ainsi, les cinq premières entreprises dont nous parlons toujours autant et qui sont concentrées dans le S&P sont en hausse de 35% depuis le début de l'année. Si vous prenez les 495 dernières entreprises, en baisse de 6% depuis le début de l'année."

Ou un autre article qui nous informe que le SP500 est au plus haut et que 40 sociétés “value stocks” sont en baisse de 30%

https://247wallst.com/investing/2020/08/24/sp-500-all-time-highs-but-40-value-stocks-still-down-over-30-ytd/

Les bénéfices réels du SP500 chutent, ce qui n’est pas bon signe.

Les titres technologiques sont fortement en hausse et commencent à vraiment être sur-évalués.

Un certain titre qui va intégrer le SP500 bientôt affiche un p/e de plus de 1000. Payer plus de 1’000 x les bénéfices me fait assez peur (Tesla). Cela me rappelle la bulle techno de 2000.

Après le début d’achat de minières (Barrick) par Warren Buffet et sa vente d’actions bancaires, il semble que les ultra-riches sont en train de vendre pour se positionner cash : https://finance.yahoo.com/news/ultra-rich-club-stockpiles-cash-141234659.html

Jusqu’à quel moment est-ce que cela va durer ?

Impossible de le dire, mais il est probable qu’en 1929 on pensait aussi que le marché ne pouvait chuter. En superposant aujourd’hui à 1929, on peut réellement se faire peur. Pour mémoire le marché américain avait chuté de 90%, mais bon cela n’arrivera pas aujourd’hui car tout est différent…..me dit-on.

   Envoyer l'article en PDF   

Les marchés des actions en dé-corrélation

Les marchés des actions sont (à mon humble avis) complètement dé-corrélés de la réalité économique.

Les dernières nouvelles sur le front économique sont affreuses.

La production industrielle allemande s’écroule à un niveau historique en mars. La production totale (manufacturing , Energy and Construction) s’est effondrée de 9.2% par rapport à février et de 11,6% en comparaison annuelle.

Les Commandes d’usines allemande ont – elles aussi – chuté.

Lire la suite

Short squeeze et tous aux abris ?

Short squeeze et tous aux abris ?

Il y a quelques jours, je vous ai proposé de vendre le SP500. Je continue de le prôner surtout que – désormais – le coronavirus est entré dans la danse et va faire ralentir l’économie mondiale de manière forte. D’après Goldman Sachs, Morgan Stanley et consorts, un ralentissement mondial de l’ordre de 0,4% va se faire sentir. Votre humble serviteur pense qu’il sera bien plus élevé : https://www.cnbc.com/2020/01/31/goldman-sachs-coronavirus-to-weigh-on-us-economic-growth-this-quarter.html et https://www.reuters.com/article/us-china-health-economy-morgan-stanley/morgan-stanley-warns-coronavirus-could-drag-on-global-chinese-gdp-growth-idUSKBN1ZS27P

Je me permets aussi de relativiser la croissance chinoise et le mythe que la Chine va sauver le monde avec sa croissance. Le PIB chinois est en baisse constante depuis bientôt 10 ans.

La semaine passée un événement s’est produit. La capitalisation boursière de Tesla a explosé suite a de bons résultats (d’après certains analystes alors que d’autres pensent que les comptes sont arrangés et les promesses de ventes exagérées). Cette hausse est surtout le résultat d’un “short squeeze” (liquidation forcée des positions à découvert) car Tesla, Apple et Microsoft sont les titres les plus vendus à découvert en janvier 2020 : https://money.usnews.com/investing/stock-market-news/articles/most-shorted-stocks. On ne peut que constater ce que cela a généré sur leurs cours et les pertes (1.5 milliards de USD) par les shorts : https://www.cnbc.com/2020/01/30/tesla-shorts-lose-more-than-1-billion-as-stock-surges-on-earnings.html

Je me suis intéressé aussi au SP500 et au poids des plus grandes sociétés de l’indice.

A ce jour, les 5 plus grandes sociétés du SP500 affichent un poids jamais vu de 17.5% de l’indice (les 5 sont des “technologiques”) et 28% pour les 10 plus grandes. Leurs hausses ont entraîné l’indice à la hausse.

Au sujet du SP500, que s’est -il passé avant le correction et quelle a été la durée de la hausse ?

Et surtout ce qui m’inquiète, c’est la valorisation des actions de l’indice.

Depuis 10 ans les actions (SP500) ont battu à plate couture les autres investissements.

En conséquence, il me semble que la hausse du SP500 est terminée pour un moment. Only time will tell

   Envoyer l'article en PDF   

Résultats 2018 de la BNS, les comptes d’apothicaire

La BNS a publié hier une estimation son résultat annuel 2018 et a annoncé une probable perte de 15 milliards de CHF.

voici l’article : https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Quinze-milliards-de-pertes-pour-la-BNS-31864819

Ce qui me marque, c’est le phrasé (formulation) dans l’article, car il est mentionné :

” Le stock d’or de la BNS, qui représente environ 5% du bilan de la banque centrale, a pour sa part accusé une moins-value de 300 millions de francs, ressort-il du communiqué diffusé mercredi par la banque centrale dans sa traditionnelle première estimation de résultat annuel. Quant aux positions en francs, elles ont dégagé un bénéfice de 2 milliards, à la faveur notamment des taux d’intérêts négatifs appliqués aux avoirs à vue des banques commerciales auprès de l’institut d’émission.”

Je me permets de faire quelques petits calculs:

  • 2 milliards de profit grâce à des taux d’intérêts négatifs (rappel : on paie pour mettre son argent à la BNS (en sécurité paraît-il) et ceci impact aussi les caisses de pensions, donc nos retraites….
  • La perte attendue est de 15 milliards, mais il y a ces fameux 2 milliards de profit. On peut donc légitimement en déduire que la BNS a perdu environ 17 milliards sur les positions en devises, actions et or (0,3 milliard pour l’or)
  • Les 0,3 milliard de “perte non réalisée” sur l’or, ne représente que 1.75% du total des pertes (17 milliards) pour une exposition de 5% du bilan.
  • La perte totale de 15 milliards sur le bilan de 800 milliards donne une “performance” négative (méformance) de -1,875%, dont l’or est responsable de 0,0375%, le CHF (taux négatifs) responsable de +0,25% et le reste (devises, actions, obligations = -16,7 milliards) pour -2,087%

A trop vouloir décrédibiliser la position or, cela devient assez ridicule.

Voici quelques graphiques intéressants tirés de zerohedge

La taille de la position en actions

Les positions détaillées en actions US

Les bénéfices / pertes historiques (depuis que le bilan a augmenté on remarque bien évidemment de plus grandes fluctuations (en milliards))

et l’évolution du cours de l’action de la BNS

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le cours de l’uranium pourrait monter de façon importante

En novembre dernier, je vous avais écrit un billet sur le bouillonnant uranium: https://www.crottaz-finance.ch/blog/luranium-bouillonne/

Depuis cette date d’autres mines ont réduit leurs productions et environ 15-20% de la production mondiale s’est arrêtée. A ce que j’ai pu lire, il faudrait que le cours remonte vers 50 USD la livre pour que ces mines soient remises en fonction.

Voici donc une petite mise à jour.

Pour mémoire le cours de l’uranium sur une longue période:

Nous sommes donc vers un bas et le dernier rebond du prix n’est peut-être qu’un début. Nous sommes dans un cycle de croissance de la demande.

Lire la suite

Les actions ne protègent pas de l’inflation

Contrairement à une idée reçue, les actions (indices) ne protègent pas de l’inflation.

Je vous joins un tableau  sur le marché américain qui le démontre bien.

inflation-et-les-actions

Petite explication: Vous observez les colonnes avec (0) qui signifient le niveau de départ de l’inflation (CPI) et de l’indice Standard and Poors. Les colonnes avec un (f) signifient la fin de la période d’observation.

La dernière colonne est celle de l’évolution du Standard and Poor’s en termes réels sur la période.

Si vous anticipez de l’inflation, le seul moyen de se protéger sont les matières premières.

L’article concernant les matières premières en sortie de crise prend ainsi tout son sens.

   Envoyer l'article en PDF