Robin sort de ce bois !

Avez-vous entendu parler de Robinhood.com ?

Je l’ai découvert il y a quelques semaines et je ne suis plus du tout surpris par le monde financier actuel. Tout devient débile, vraiment !

Désormais, les robinhood traders se pensent bien plus malin que Warren Buffet. Un certain roi du penny stock David Portnoy (que je dois avouer ne pas connaître malgré ses 1,5 millions d’abonnés twitter) va même jusqu’à traiter Warren Buffet d’idiot parce que ce dernier a vendu les actions des compagnies d’aviation.

Ces traders ont des visions à court terme et cela semble fonctionner ! Pour combien de temps ? ces traders battent les hedge funds sur le court terme.

Le risque évident est que les “retails” (petits investisseurs) soient tous investis dans les mêmes titres (en général le signe de la baisse rapide à venir et un déculottée probable).

Il suffit de visiter le site https://robintrack.net/ pour constater le rush des petits spéculateurs.

Mais pour l’instant le plus riche reste Warren Buffet non ?

Pour revenir sur Robinhood :

L’idée est d’être le robin des bois du trading en volant les titres au plus bas que (soi-disant) les gens ne veulent plus et de bénéficier des grands rebonds.ça a fonctionné sur Hertz en faillite sur un gros rebond du titres après sa mise au chapitre 11 de la loi sur les faillite, mais derrière ça replonge alors que les robinhood sont investis.

https://thenextweb.com/hardfork/2020/06/12/hertz-robinhood-bankrupt-pump-dump-shares-chapter-11-day-trading-billion/

Pour l’instant le volume des robinhood reste encore faible par rapport au volume total du marché, mais quand même !

Bloomberg a aussi relevé le danger : https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-13/robinhood-market-made-bursting-bubbles-wall-street-s-obsession

Ce trading a lieu sur des titres volatiles et notamment sur des titres qui ne font aucun bénéfice et dont la capitalisation boursière est énorme.

On trouve désormais 18 titres américains dont la capitalisation est de plus de 10 milliards de dollars et dont le ratio EV / Sales est de 20x.

On peut constater l’agressivité des traders avec les graphiques ci-dessous

La guerre est engagée entre les sociétés de trading / courtage pour attirer les clients. Je vous laisse lire l’article ci-après (traduit par google) qui explique que les commissions sont désormais nulles (trading gratuit) !

Ce qu’il faut relever dans l’article est que les sociétés se mettent à trader contre leurs clients en se plaçant avec eux dans le marché. Serait-ce du front running ?)

Tout ça ne dit rien de bon qui vaille, surtout qu’en utilisant ces plateformes on peut faire du trading avec un super levier.

Un jeune de 20 ans s’est suicidé parce qu’il perdait 700’000 USD ! Comment est-ce possible de se retrouver à -700’000 USD ? Quelle tristesse de lire cela !

https://www.zerohedge.com/markets/finance-not-worth-losing-your-life-over-family-tragedy-should-be-lesson-all-margind

STOP TRADING AND HAPPY INVESTING

   Envoyer l'article en PDF   

17 réflexions au sujet de « Robin sort de ce bois ! »

  • 24 juin 2020 à 17 h 04 min
    Permalink

    Je me fais l’avocat du diable… enfin, du “roi des traders” (malgré lui). Derrière ses bouffonneries (il tire notamment les tickers avec des lettres de scrabble, d’un sac!), il veut montrer que ce qui compte désormais, ce sont les liquidités de la Fed. Le reste (pertes, profits, valorisations, etc. des compagnies) n’a strictement plus aucune importance pour les actions.
    Effectivement, les vieilles gloires ont complètement manqué l’afflux exceptionnel de liquidités apportés par la Fed. Buffett attend depuis 4 ans “le bon moment” pour investir le cash (~130 milliards) de Berkshire. Il peut attendre encore longtemps. Pendant ce temps l’oncle Sam fait un déficit de 10 milliards par jour qui est entièrement monétisé: 140 milliards toutes les deux semaines. Donc Berkshire et d’autres “légendes de l’investissement” sont en train de disparaître gentiment dans une gigantesque dilution monétaire.

  • 24 juin 2020 à 17 h 52 min
    Permalink

    Pour faire bref :

    – Ce type est un T du C (pas vaudois) à la sauce américaine.

    – Voyons s’il est encore là dans 1 an, et pas en train de faire la manche devant la Trump Tower.

    – A la fin des années 80, la nouvelle génération de financiers c’était les ‘golden boy’ en costume cravate, même si certains sont devenus des escrocs ou ont tout perdu …

    – Des Robins des Bois ? mais quelle insulte pour la légende de Robin des Bois … partagent-ils une partie de leurs butins aux nécessiteux ? J’en doute, ils ont trop de frais. C’est night clubs, cocaïne, filles de joie et grosses cylindrées (électriques) la cravate en moins. Dans le fond, rien ne change.

    ça fonctionnera peut-être aux USA où on aime la mise en scène et le spectaculaire, mais je lui déconseillerais l’Amérique latine s’il n’est pas à 120% sûr de lui …

    Mais, ce n’est que mon avis.

  • 24 juin 2020 à 21 h 32 min
    Permalink

    Ca me fait penser à 1999, quand tout ce qui avait un .COM, telecom, Net, semicon(ductor),… dans son nom montait au ciel. Mais les arbres ne montent pas au ciel. Et comme Icare qui a voulu se rapprocher du soleil, il se sont tous crashés à la fin. Déjà à l’époque certains se moquaient de Warren, sauf que lui, il est toujours là, 20 ans plus tard et plus riche que jamais. Je suis atterré par l’arrogance de ce petit coq qui postillonne dans son micro. J’espère pour lui que ceux qui vont perdre leur culotte à cause de ses conseils foireux n’essaieront pas de le retrouver.

  • 24 juin 2020 à 23 h 12 min
    Permalink

    Avec l’aide d’une banque centrale accommodante, les arbres montent jusqu’au ciel!
    Cf les indices de la bourse de Buenos Aires ou de Caracas. Ou les actions allemandes dans les années 1920…

  • 25 juin 2020 à 9 h 55 min
    Permalink

    @zerte
    Cf les indices de la bourse de Buenos Aires ou de Caracas…à quelle période ? et combien de temps l’illusion a-telle durée ?

    Ou les actions allemandes dans les années 1920…et combien de temps l’illusion a-telle durée ?

    Merci de vos précisions 😉

  • 26 juin 2020 à 10 h 17 min
    Permalink

    Le Monsieur s’énerve parce qu’il a acheté tôt de put pour anticiper l’effondrement des cours des compagnies aériennes. Et… qu’il voit la valeur de ces titres augmenter nominalement contre le bon sens. Ce qui lui fait perdre son investissement dans l’achat de ces puts. Bein fait. Y a qu’a pas jouer avec les futures qui sont des non-valeurs. Mais la vérité n’est pas tout-à-fait claire. D’abord, les compagnies pourraient bénéficier d’apports colossaux – à des taux négatifs , tant qu’on y est – de la part du Fed via les réseaux financiers. Ensuite, l’augmentation de la masse monétaire fait que même si la valeur nominale de ces titres augmente, leur valeur relative, comparée à la part de la masse monétaire totale que leur capitalisation comporte reste stable. En d’autres termes, ce n’est pas la valeur réelle du titre qui augmente, mais seulement la valeur nominales, laquelle est exprimée par une monnaie dont la valeur s’effondre.

  • 26 juin 2020 à 10 h 28 min
    Permalink

    Nous avons tous acheté des titres dont la valeur s’est effondrée. Mais c’était lorsque la cause de l’effondrement était passagère. En général, de tels titres ne s’effondrent pas si facilement. Voyons cela aujourd’hui avec les titres horlogers où la baisse de Chaff a été de 70 %. Il y a aussi les ajustements, lorsque les sociétés ont liquidé leurs placements déficitaires et que leur restructuration les conduisent vers une position bénéficiaire. Autre cas : il peut y avoir une relèvement de Thyssen, si l’entrée de l’acier indien en Allemagne redevient soumis à taxe (écologique ou autre). En revanche, parier sur un secteur en ne se fondant que sur l’apport d’une aide publique, c’est aussi productif que d’investir en construisant une route sans payage… on se retrouve sans recette, mais avec une obligation d’entretien et d’amortissement. Génial ! Bon, il faut bien trouver de pigeons…

  • 26 juin 2020 à 18 h 01 min
    Permalink

    @JL: s’agissant de la bourse de Buenos Aires l’indice Merval ( https://finance.yahoo.com/quote/%5EMERV/ ) a grimpé comme une fusée SpaceX, mais semble indécis depuis un an et demi. En revanche, l’indice de Caracas ( https://www.bloomberg.com/quote/IBVC:IND ) aligne toujours les records et fait une performance éblouissante depuis la crise du COVID. De quoi rendre jaloux Jay Powell et bien d’autres banquiers centraux!

  • 26 juin 2020 à 18 h 47 min
    Permalink

    @Zerte, merci
    Effectivement les performances sont stupéfiantes,pour ces deux indices.
    Ce même phénomène pourrait-il réellement se produire sur nos places financières plus standardisées ?
    L’or a aussi de son côté joué son rôle de valeur refuge comme actif tangble, dans le cas du brésil, lorsque l’on compare la quantité de monnaie nécessaire pour acheter une once d’or sur les 10 dernières années.
    https://www.kitco.com/gold_currency/index.html?currency=brl&timePeriod=10y&flag=gold&otherChart=no
    Un bémol, pour le Bovespa ; son cours est très volatil à la différence de l’or qui s’apprécie progressivement en monnaie locale.

  • 26 juin 2020 à 18 h 52 min
    Permalink

    Les indices montent soit

    Mais c’est parce que les monnaies s’effondrent

    Bolivar peso etc la cata

  • 26 juin 2020 à 19 h 08 min
    Permalink

    @JL: “Ce même phénomène pourrait-il réellement se produire sur nos places financières plus standardisées ?” Oui, cela se produit déjà, depuis 12 ans. A chaque QE de la Fed, il y a une montée du S&P 500. Maintenant les choses se passent à plus grande dimension et de manière plus explicite: Jay Powell parle franchement d’impression monétaire alors que ses prédécesseurs se cachaient derrière un sabir technocratique.

  • 5 juillet 2020 à 9 h 50 min
    Permalink

    Un jeune de 20 ans se suicide après une séance de trading sur le site de ROBINHOOD.COM :

    https://www.rtl.fr/actu/conso/etats-unis-le-trading-devient-un-probleme-de-sante-publique-7800648582

    On y apprend : “monté par deux jeunes contestataires du mouvement Occupy Wall Street qui sont devenus milliardaires. Ils autorisent des prises de risque insensées.”

    Comme quoi le gauchisme (OWS) bobo irrespectueux apprécie aussi l’odeur du pognon facile ….

    «Le socialisme n’existe que tant qu’existe l’argent des autres.» (Margaret Thatcher)

  • 5 juillet 2020 à 10 h 09 min
    Permalink

    Lu il y a longtemps dans le Dictionnaire du parfait cynique: “Tout prolétaire est un candidat bourgeois”…

  • 7 juillet 2020 à 9 h 48 min
    Permalink

    La preuve : la tour construite sur la nouvelle gare du CEVA. La plus haute de Genève. Financée par le fond de pension des CFF ! Nous, les nantis, avec trois titres Nestlé (on est très vite un nanti), c’est nous qui finançons les trains et leurs déficits collllllosssaux aves nos impôts . Les caisse de pension, elle ne paye ni l’impôt sur la fortune ou le capital, ni l’impôt sur le bénéfice/revenu. Et ce n’est pas fini. Comme le matériel roulant, acheté au Canada, en masse sur un coup de tête visant au développement absolu, prioritaire, méprisant, et – houps – non confinable… des transports publics, l’a été d’un seul paquet ou deux, maintenant le matériel roulant est techniquement amorti et usé. Il va falloir réinvestir en masse, dans un contexte de crise, dans ce moyen de transport particulièrement avantageux pour les passagers, qui ne vous prend pas où vous êtes, qui ne vous confine pas, qui vous conduit ailleurs d’où vous allez et ceci à un horaire qui n’est pas le vôtre. Une voiture ne circule que si son conducteur se déplace; elle va et vient de là où l’on veut à l’horaire que l’on veut. Comme ça emm… les politiciens, ceux-ci rétrécissent les voies pour provoquer des bouchons. Genève a même attaqué devant le Conseil d’Etat français la construction de l’autoroute chablaisienne française qui ferait passer le traffic Genève- Valais par la côte française sans passer par l’autroute du léman ! Une voiture ça nous fait une tonne par passager.unique. Avec un tram de 60 tonnes, comportant trois passagers, on en est à 20 tonnes déplacée pour un passager à deux balles. Un train CFF à 500 tonnes avec 50 passager : 12.5 tonnes par passager. Il paraît que c’est écologique… Sachant qu’avec la dénatalité, de toute façon la production de polluants est en diminution, tous comme les besoins de la population. On comprend que la caisse de retraite des CFF n’ait pas financé ce cirque ! Mais son calcul est faux quand même. Bien fait ! Voici : pour économiser un taux négatif à 0.75 %, elle s’offrira une décote de 30 % sur son bien dans les 10 ans à venir. Cinq fois plus de perte qu’en gardant son cash en dépôt sur un compte-courant. Cela s’est déjà produit dans la crise de 1989 qui a duré 10 ans. La décote des immeubles a été de 30 %. Maintenant, les futurs retraités ont la chance de disposer – via le fond de pension – de locaux vides, inlouables, qui ne correspondent plus aux pronostics récessifs de l’économie indissolublement lié à la natalité récessive et le vieillissement qu’elle entraîne. Le seul effet auquel il faut s’attendre sera que les rabais qu’elle accordera sur les loyers pour la mise en location fera plonger au passage les rendements de tous les immeubles commerciaux envrionants. C’est ça le capitalisme d’Etat. Vive l’UDSSS (Union des cantons socialistes soviétiques suisse)

  • 7 juillet 2020 à 9 h 51 min
    Permalink

    pardon… 10 tonnes par passager. pardon… UDCSSS.

  • 7 juillet 2020 à 18 h 09 min
    Permalink

    Il y a quand même un énorme avantage avec le train: on peut rouler bourré. Même si je n’arrive plus à faire 500 / 50, je vise entre les deux portes et c’est bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *