PIB et évolution(s) des marchés

Comme vous l’avez certainement lu, les PIBs des pays sont en fortes contractions au premier trimestre 2020 (janvier- mars). Les mois d’avril, mai ne figurent pas (encore) dans ces statistiques.

Le PIB de la France

Celui de l’Espagne

Les USA

Durant la grande dépression de 1929, période durant laquelle l’effondrement a duré bien plus longtemps, le PIB a mis 10 ans avant de retrouver son niveau d’avant chute.

Et l’indice des prix à la consommation qui a aussi mis du temps à revenir à la “normale” aux Etats-Unis.

En ce qui concerne l’Allemagne, on anticipe aussi un grosse chute du PIB

Je ne pense pas, comme le suggèrent certains prévisionnistes, que la reprise se fera en V. Il m’est difficile de croire que – lorsque cette crise Covid19 sera terminée – tout va repartir de plus belle comme avant, voire mieux.

Imaginez ! Vous avez un accident de voiture violent, est-ce que la première chose que vous aller faire c’est de reprendre votre voiture et foncer encore plus vite ?

C’est pourquoi le rebond des marchés m’étonne chaque jour, alors que l’économie ne s’améliore pas.

On va nous dire que le marché anticipe un retour à la normale. C’est un argument, mais il ne me convainc que peu.

Les banques centrales sont peut-être à la manoeuvre, mais le mal est fait.

S’endetter de manière incroyable pour sauver les meubles, me semble plutôt faire (à terme) l’effet du pompier pyromane.

Nous ne le saurons que plus tard, mais une chose est certaine, cette dette il faudra la payer d’une manière ou d’une autre.

Cela signifie par des impôts, des temps bien plus difficile ou…..un défaut.

D’ailleurs, l’Europe pense à transformer ses emprunts obligataires en emprunt perpétuels (suggestion M.Soros), ce qui revient à faire “défaut” finalement car on ne rembourse jamais la capital !

Concernant les marchés, le Dax vient de combler le “Gap” et rejoindre les deux bas d’avril et août 2019..

Les RSI, MACD, Stochastics sont revenus dans des zone où la baisse peut à nouveau s’enclencher.

Comme je l’ai mentionné déjà plusieurs fois, Les marchés étaient déjà sur-évalués avant la crise du Coronavirus.

Je vous souhaite à tous et toutes de réussir à surfer la vague.

   Envoyer l'article en PDF   

15 réflexions au sujet de « PIB et évolution(s) des marchés »

  • 30 avril 2020 à 14 h 40 min
    Permalink

    Bonjour Olivier,
    Tout cela illustre simplement le fait que les marchés ne sont plus du tout corrélés au monde réel, et ça n’est pas nouveau. Quand ils perdent 30 ou 40% en quelques jours c’est aussi stupide que la remontée à laquelle on assiste depuis quelques semaines. En fait il faudrait arrêter de croire que la bourse à un rapport avec le monde réel. Ce n’est qu’un mélange de sentiments, de sensations, de prévisions, de psychologie (pour ne pas dire de psychiatrie), c’est une science humaine, donc ça n’a rien de scientifique…

  • 30 avril 2020 à 14 h 47 min
    Permalink

    Je n’accorde aucun crédit à ces chiffres de PIB, car il inclut le “PIB” des secteurs non marchand ( par exemple le PIB des l’États est calculé en prenant en compte le salaire des fonctionnaires) Pourquoi pas, certains fonctionnaires produisent des vrais services mais pas tous. Par contre seul le PIB marchand est imposable par des taxes et impôts. C’est donc la variation du PIB marchand qui est important. et là la baisse est beaucoup plus importante.

  • 30 avril 2020 à 15 h 03 min
    Permalink

    @ Eric
    Merci de l’info avez vous des liens pour consulter le Pib marchand ?

  • 30 avril 2020 à 16 h 02 min
    Permalink

    @Laurent

    « En fait il faudrait arrêter de croire que la bourse à un rapport avec le monde réel »

    Totalement d’accord.
    Malheureusement l’argent mène (domine) le monde et les plus grandes fortunes se sont faites et existent encore aujourd’hui « grâce » (ou plutôt « à cause » pour ma part) à la bourse (marché financier). Et quand certaine personne se retrouve avec des fortunes colossales entre les mains, ça fait des dégâts …

    Je me rappelle souvent une phrase d’un film, Time Out (totalement inconnu du public), où l’unité monétaire est le temps : « Pour quelques immortels, beaucoup doivent mourir »

    Triste 21è siècle

  • 30 avril 2020 à 17 h 13 min
    Permalink

    Bonjour, comme d’habitude présentation professionnelle.

    Je pensais également à une maladie psychiatrique du type Trouble Bipolaire. Mais en fait non. Non parce qu’on peut même ‘jouer’ au fou. Je m’égarais. Il faut revenir aux fondamentaux : MANIPULATIONS et MENSONGES.

    J’aimerais bien que l’on m’explique quelque chose; prenons 5 indices boursiers différents en Europe, prenons la cotation d’aujourd’hui, comment cela se fait-il qu’il y a à peu près les mêmes variations (vers le haut ou vers le bas) et à peu près à la heure ou à la même minute partout (instant T) ? Cela ne pas être dû au hasard …

    A la page https://www.boursorama.com/bourse/, vous passez le curseur de votre souris (à gauche) sur CAC40 ensuite EUROSTOXX 50
    ensuite DAX ensuite BEL20 ensuite SBF120. Regardez à chaque fois le graphique et les résultats sont vraiment ressemblants. Pourtant, ce sont des marchés différents qui cotent des sociétés différentes avec des valorisations différentes.

    Mais peut-être que je suis à côté de la plaque,

  • 30 avril 2020 à 19 h 29 min
    Permalink

    @PCD

    Bonjour,
    J’ai travaillé pendant 14 ans dans le milieu bancaire oui, jusqu’en 2013. Ce qui malheureusement vous classe immédiatement dans la catégorie des Êtres à abattre, corrompus, cupides et manipulateurs ! L’idée reçue et préconçue.

    On peut l’expérimenter et le constater très facilement et tous les jours. La même phrase dans la bouche d’un politicien de gauche n’aura pas le même ressenti que dans la bouche d’un politicien de droite … et pourtant, c’est la même phrase au final ! Bref ce n’était pas le propos, mais les présentations sont faites 

    Les variations similaires sont la résultante de notre monde globalisé et, pour moi, aussi du trading à haute fréquence qui prend une part majeur. Les acteurs principaux des marchés financiers (Banques, Fonds d’investissement, caisses de pension et surtout depuis 2008 et encore plus aujourd’hui, les Banques centrales) lorsqu’ils achètent ou vendent des positions (actions en l’occurrence), opèrent sur tous les indices boursiers en même temps. Si un acteur principal décide d’alléger ou d’augmenter sa part dans l’automobile, il va opérer sur les actions VW et Daimler sur le DAX, les actions PSA sur le CAC, … etc ainsi de suite sur le secteur de l’automobile mondial de manière instantanée et similaire.

    Et les volumes de ces acteurs sont tels qu’ils arrivent à faire « bouger » un indice de manière significative.

    Et comme je pense que désormais le 50% au moins des fonds investis dans les principales places financières à travers le monde sont détenus par 1% des ces « fameux » acteurs, c’est bien évidemment à se demander aussi à quel genre de manipulation fait on probablement face depuis des décennies !

    « Pourtant, ce sont des marchés différents qui cotent des sociétés différentes avec des valorisations différentes. »

    Oui mais dans ce monde ultra-globalisé, les secteurs d’activités sont « pareils » et « communs » à tous les pays et les consommateurs sont issus de tous les pays. De plus, on conçoit un projet dans un pays, on fabrique dans un autre, on le vend dans les autres pays (le tout via holding) et on paie les impôts dans un tout autre pays encore.

    Et le peuple se fait tondre …

  • 30 avril 2020 à 20 h 15 min
    Permalink

    @Seb : aucun à priori à votre sujet, j’avais déjà retenu votre témoignage du post (500kg) dans ‘Histoire(s) de krach’ du https://www.crottaz-finance.ch/blog/histoires-de-krach/.

    Je tiens à vous remercier pour avoir pris le temps de me répondre. Effectivement, j’avais oublié cette affaire de trading à haute fréquence, je n’imaginais pas à quel point cela peut influer … ou manipuler.

    Très bonne soirée à vous,

  • 30 avril 2020 à 22 h 04 min
    Permalink

    @PDC

    Merci pour votre « a priori » tolérant et compréhensif.
    Je suis désolé d’ailleurs d’avoir remis sur la table les a priori négatif concernant les banquiers et/ou anciens banquiers, mais j’étais quelque peu échauder par des propos détournés et même calomnieux d’un certain Max, qui a oublié que nous sommes sur un forum et que les dires des intervenants sont écrit noir sur blanc. Comment attaquer une personne sur des propos qu’elle n’a tenu/écrit. Ca laisse songeur … Bref

    Juste pour compléter mon dernier « post » et le problème du trading haute fréquence (THF) ;

    Pour moi, mais cela n’engage QUE moi et MON SEUL sentiment/intuition, le THF, additionné à l’impression massive des Banques Centrales, pourrait être à l’origine de ce décalage insensé et inédit entre réalité économique et marché boursier.

    Pour faire simple, lorsqu’une personne vend (ou achète) une action en bourse, il passe un ordre. Un ordre soit «avec une limite prédéfinie» soit « au mieux ». Dans le cas d’un ordre « au mieux », la transaction en bourse se fait immédiatement dès qu’un ordre en contrepartie (acheteur si en face d’un vendeur et vice-et-versa) se présente avec un ordre au mieux ou un ordre qui se trouve dans la limite prédéfinie par la contrepartie.
    Dans le cas des ordres avec une limite, plus au moins éloignée du cours, l’ordre limité se met dans une « file d’attente » (un carnet d’ordres). Ce carnet d’ordre EST VISIBLE (sauf dans certain cas mais sans vouloir le détailler ici car ce n’est pas primordial pour l’explication) et influence les traders (ou ordinateurs dans le cas des THF) qui peuvent voir les volumes et cours demandés ou offerts pour définir une stratégie court terme d’achat ou de vente en fonction de cette information.

    Et de mon point de vue, certain THF sont programmé avec des algorithmes spéciaux pour créer des « faux ordres limités » plus ou moins éloignés, selon la stratégie choisie, des derniers cours payés (ou transactions effectives/décomptées) afin d’influencer les traders et les THF classique dans un sens « prédéfinit ». Le THF bidouillé n’a plus qu’à « parier » contre sa propre stratégie d’influence 

    Et les masses monétaires colossales imprimées et investies par les Banques Centrales dans le marché boursier nourrissent en quelque sorte cette déviance extrême (gros volume combiné à une grande volatilité).

    Cela peut paraître de la science fiction bien entendu. Ce n’est que mon ressenti.

    Lors de la crise de 2008, seul environ 10% des transactions boursières étaient effectuées via le THF. Aujourd’hui, les estimations sont de l’ordre de 80% !!!

    Et quand la machine (soi-disant l’IA ; c’est le mot à la mode …) prend le contrôle, je pense que cela pourrait être bien pire (mais pas mieux) qu’un Être humain. A voir notamment les nombreux problèmes que rencontrent les voitures autonomes …

  • 1 mai 2020 à 9 h 22 min
    Permalink

    Avec le confinement, non a appris que l’on pouvait vivre plus simplement en dépensant moins. C’est très bien. Et puis moins d’avions dans le ciel, c’est moins de pollution. Nous qu’on s’énerve avec la pollution de nos voitures, dans les statistiques fédérales, il y a toujours des gros trous, notamment celui de la pollution – énorme – générée par les avions qui survolent notre territoire. Et là, pas question de prélever une taxe écologique… En attendant, le peuple a voté contre l’extension de Cointrin : bravo ! Et si le pétrole est tombé si bas, cela correspond au moment où les compagnies sont clouées au sol. Encore bravo. Donc, il faudrait arrêter de nous casser le burnes avec la pollution des voitures et des chauffages (ces derniers sont low nox et polluent moins que les voitures) du moment que la moitié au moins de la pollution nous tombe du ciel. Je suis face au lac. Je le contemple tous les jours de 6 heures à 20 heures, je ne l’ai jamais vu comme ça. Avec ses brumes, une vision nette. Etc. Un paradis je vous dis. Et aussi arrêter avec les transports publics. 25 personnes dans un train ça vous fait ballader 20 tonnes de ferraille par passager. 20 fois plus qu’une voiture. Entretien d’un double réseau : la route et le rail. Energie électrique perdue dans le transport de l’électricité par les câbles ? près de 30 % de l’énergie consommée ! Le transport public ça vous prend où vous n’êtes pas et ça vous dépose où vous n’allez pas. Perte de temps. Par contre, la voiture, ça roule selon votre horaire, votre parcours et quand vous ne bougez pas, elle ne bouge pas non plus. En plus elle vous assure un confinement qui permet de vous déplacer librement. La politique des transports est à revoir, me semble-t-il. Il coûte moins cher de faire passer l’autouroute Lausanne-Montreux par les hauts que de réparer l’autoroute du Léman, qui est une horreur dans un magnifique paysage. Ces changements de cap relanceront l’économie. Ce que je veux dire par cet exposé, c’est que l’activité est génératrice de PIB. Que l’on fasse juste, ou que l’on fasse faux. Et qu’à choisir, à PIB égale, ce serait plutôt bien que l’on fasse juste A bon entendeur…

  • 1 mai 2020 à 11 h 48 min
    Permalink

    @Seb : je vous remercie pour le complément d’info. J’ai une question très basique et probablement très naïve :

    – avec toutes ces stratégies concertées de manipulations en tous genres, toutes ces bulles et tous ces déficits abyssaux allant vers l’auto-destruction des marchés financiers et des finances des états, à qui exactement cela profite à la fin en partant du principe que forcément il y aura un jour prochain une fin ?

  • 1 mai 2020 à 11 h 56 min
    Permalink

    @Yaroslav : Bonjour,

    “Il coûte moins cher de faire passer l’autouroute Lausanne-Montreux par les hauts que de réparer l’autoroute du Léman, qui est une horreur dans un magnifique paysage. Ces changements de cap relanceront l’économie.”

    Vous avez peut-être oublié la brouette de procédures juridiques de blocage que va générer de nouveaux projets d’infrastructures. C’est comme cela en Suisse. Je vous donne un exemple simple, à Genève cela doit faire 70 ans (ou plus peut-être) que l’on nous parle de la traversée de la rade (pont ou tunnel), peut-être même que je serai mort et cela ne sera toujours pas construit. Les autorités devraient d’abord résoudre ces problèmes de blocages juridiques. Tout prend trop de temps en Suisse, et c’est dommageable pour la population et l’économie.

  • 1 mai 2020 à 15 h 10 min
    Permalink

    @PDC

    À la fin si ce château de carte bancale s’effondre, cela ne profitera à personne (mis à part quelques ermites ici et là), car même les « shorts » ne seraient pas forcément honorés (contrepartie en faillite)
    Mais aussi longtemps que ce cirque tient bon, le crime profite aux « grands » de ce monde (les ultra-riches).

    Et on peut le voir facilement, les Trump et Cie (Les Musk, Les Schwan, … etc) réclament tous une « re »prise économique immédiate et sans concession (sans se soucier que ce soit du Covid ou de tous les autres problèmes sociaux, structurelles, ainsi que des conditions humaines, les concurrences déloyales, … etc, car ils ne veulent pas voir leur milliard, truchement de leur pouvoir, fondre en bourse.

    Ce sont d’ailleurs ces mêmes personnes à milliard (à commencer par Trump) qui ont « réussit » à faire imprimer des milliers de milliard aux Banques Centrales … pour soutenir leur propre portefeuille en quelque sorte.

    Ce cercle de mafieux contrôle les politiques, l’exécutif (les lois), le fisc, toute la chaîne de production, la distribution, les téléréseaux (communication), … etc

    Et tout ceci aussi parce que les petites fourmis travaillent pour une bouchée de pain, consomment le 120% de ce qu’ils gagnent et nourrissent abondamment la reine (ou les rois selon) à l’autre bout de la planète, pendant que juste à côté de nous, des personnes n’arrivent pas à finir un mois décemment …

    J’y vais peut-être un peu fort là, mais bon, qui sait cela pourrait parler à certaines personnes.

  • 1 mai 2020 à 20 h 24 min
    Permalink

    @Seb :

    “Et on peut le voir facilement, les Trump et Cie (Les Musk, Les Schwan, … etc) réclament tous une « re »prise économique immédiate et sans concession”

    – Il n’y a pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète, il suffit d’écouter le conseiller fédéral surnommé maintenant (il l’a bien cherché, juste retour du boomerang) ” l’Oreiller de paresse ” pour le constater. Depuis quand sommes-nous en Suisse des ‘fainéants’ ? Du reste, c’est une faute politique qu’il finira par payer dans quelques temps. Un conseiller fédéral ne devrait pas insulter la population de la sorte. Il a fait son temps.

    “Et tout ceci aussi parce que les petites fourmis travaillent pour une bouchée de pain, consomment le 120% de ce qu’ils gagnent…”

    – Vous avez certainement factuellement raison. Mais, quelque chose dans votre argumentaire me dérange. Cela ressemble à un discours de ‘gauche’ (je reste poli). Attention, je ne vous catalogue pas d’office comme de gauche en tenant ses propos. Cette année cela fait 35 ans que je suis un entrepreneur, jamais ô jamais mon coeur politique a penché à gauche voire même j’étais un anticommuniste notoire. Mais, en même temps j’ai toujours gardé un sens aigu et constant de la justice humaine, essentiellement parce durant ma jeunesse j’avais beaucoup voyagé (environ 50 pays), et j’avais constaté passablement de misères et d’injustices en tous genres (politique, sociale, religieuse). Comme quoi, pas besoin d’être de gauche ou communiste pour s’intéresser à l’Injustice en général. Ce n’est pas le lieu pour en dire ou relater avec plus de détails, mais j’ai été un ‘virulent’ anticommuniste dans ma ‘fougueuse’ jeunesse et sur plusieurs continents.

    Je dois certainement être un de ces derniers dinosaures anticoco ringard comme à la belle époque qui finiront pas disparaître de cette terre.

    En fait, tout cela pour dire qu’il m’est encore intellectuellement difficile d’écrire la même chose que vous. Encore une fois, même si vous avez certainement raison, j’ai l’impression d’entendre les arguments … des gilets jaunes.

    La question que je me pose est comment décrire toutes ces injustices, manipulations et mensonges sans tomber dans la réthorique gauchiste. Cela fait longtemps qu’ils ont le monopole de la misère du monde, et ils y ont également bien contribué ou imposé pour l’avoir vu de mes propres yeux.

    Si quelqu’un a un élément de réponse, je suis preneur.

    Bonne soirée,

    “Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.” (Winston Churchill)

  • 2 mai 2020 à 14 h 30 min
    Permalink

    @PDC

    « Il n’y a pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète »

    100% d’accord. J’avais pris les exemples les plus « notoires » (Trump, Musk et Cie). Même si Schwan c’est le PDG de Roche, en Suisse. Mais bon ce n’est pas important.

    Et oui, ce fameux conseiller fédéral mériterait bien une bonne tarte (à la crème) dans le visage, pour rester poli et … politiquement correct !

    « Cela ressemble à un discours de ‘gauche’ (je reste poli) »

    Votre « a priori » me faire rire (mais dans le bon sens du terme, sans aucune amertume ou autre) car, cela fait plus de 20 ans que je vote, et j’ose le dire sans complexe, dans le 95% des cas, UDC. Mais de toute manière, politique et religion sont des pestiférés des forums et toutes autres discussions car ça finit toujours en pugilat, ou presque.

    Moi je pense/constate que les écarts sont actuellement beaucoup trop importants. Et pas seulement « écarts », mais aussi dans la proportion/nombre. Pour schématiser mon point de vue : Dans un village de 100 personnes, la première personne à 1 frs de revenu, la 2è 2 frs, la 3è 3 frs, … la 100è 100 frs, l’écart est important (100x) mais ça pourrait encore jouer. Mais si sur ces 5’050 frs (revenu total de ce village), 20 personnes ont 1 frs, 79 ont 30 frs et 1 personne a 2’660 frs, non seulement l’écart devient bien plus important mais la proportionnalité est fortement décalée et à mon avis, cela ne peut que créer un problème tôt ou tard.

    Moi j’appelle cela le système de l’entonnoir, où la quasi-totalité des revenus de plusieurs personnes ne va que vers 1 seule et unique personne.

    En gros, si dans ce village il n’y a qu’une personne qui est à la fois boulanger, maçon, comptable, informaticien, banquier, paysagiste, restaurateur, … etc et donc l’ensemble des dépenses de chaque habitant ne va que « dans la poche » d’une seule personne ! Et ceci est notre système actuel.

    Après du point de vue purement « de droite » :), je me dirais que celui de ce village exemple qui à 2’660 frs, l’a peut-être, contrairement aux autres « fainéants », mérité, lui ! Et que logiquement pourquoi le partager avec des personnes qui n’ont pas voulu/ou pu faire des efforts, qui n’ont pas tiré à la corde ?

    Voilà pour moi le dilemme à l’heure actuelle. Partir dans le mur à vélo ou partir dans le mur à moto?

    Faisant partie de la classe moyenne, de toute façon je partirai dans le mur (pouvoir d’achat, impôts, dettes, AVS, … etc) ! A moins d’essayer de changer de classe …

    P.S. parfaitement d’accord avec la “maxime” de Winston Churchill. Et malheureusement il n’y a pas d’entre-deux.

Les commentaires sont fermés.