LVMH plus “safe” que la France

C’est, en tous les cas, ce qu’indiquent les taux des CDS à 5 ans

La France est à 79 et LVMH à 65, cherchez l’erreur

C’est possible, mais je crois que les CDS ne sont qu’une indication et il me semble que la société LVMH n’est pas capable d’imprimer des billets en euro (à moins que…).

Il y a peut-être une exagération de positivisme sur les obligations d’entreprises (corporate bonds)

   Envoyer l'article en PDF   

9 réflexions au sujet de « LVMH plus “safe” que la France »

  • 27 octobre 2010 à 17 h 18 min
    Permalink

    Un article de paul dontigny sur les obligations corporates…

    Si Goldman émet une dette de 50 ans, et gonfle la taille de l’émission, c’est un très bon indicateur que le risque des obligations corporatives est beaucoup plus élevé que ce que le marché anticipe. C’est un signe que les taux d’intérêts corporatifs sont beaucoup trop bas par rapport au risque réel d’acheter ces obligations.

    Quand Goldman vend quelque chose au public, c’est habituellement un bon moment pour faire comme eux, et ne pas faire comme le public !

    http://www.lesaffaires.com/blogues/paul-dontigny/goldman-sachs-emet-une-obligation-de-50-ans-/519817

  • 27 octobre 2010 à 17 h 42 min
    Permalink

    Entièrement d’accord avec Cédric. Quand les banques vous disent que c’est bien d’en acheter et en vendent, il faut aussi vendre! Pourquoi se débarrasent-ils de quelque chose qui va prendre de la valaur?

    Sinon, beaucoup disent que les multinationales ont plus de pouvoir que les états dans notre monde mondialisé, de la à penser qu’elles sont plus solides financièrement…

    “La société LVMH n’est pas capable d’imprimer des billets en euro”
    Non, mais la France non plus!! Depuis 1973, l’état français s’interdit d’imprimer la monnaie. il est donc obligé d’emprunter sur les marchés financiers (d’émettre des obligations) pour se financer.
    La BCE, depuis quelques mois, achète des obligations d’états. Si elle a acquis des bons du trésor français, alors ca revient un peu au même que si l’état les imprimait directement.

    cordialement,

  • 27 octobre 2010 à 19 h 00 min
    Permalink

    @ Antoine :
    « La BCE, depuis quelques mois, achète des obligations d’états. Si elle a acquis des bons du trésor français, alors ça revient un peu au même que si l’état les imprimait directement. ».
    Vous croyez ?…
    Je pense que si l’Etat les imprimait, il ne se paierait pas à lui-même des intérêts. A l’inverse, l’obligation émise et acquise par la BCE le contraindra à verser des intérêts à cette dernière. Cela ne me semble pas tout à fait la même chose.
    Notez que l’impression n’aurait pas été faite par l’état française, mais par la Banque de France, laquelle aurait acquis les obligations à la place de la BCE et aurait engrangé les intérêts…
    Bref, on n’en sort pas…

  • 27 octobre 2010 à 19 h 25 min
    Permalink

    Sur le sujet de la dette des états, je trouve succulent la dernière déclaration de Bill Gross / PIMCO

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iCswtOXqgdFIwapCD-C7EKGQJcuw?docId=CNG.189d3fd0ab6efce9d9f6d44bcb73d1fe.461

    Un fonds obligataire compare la dette des Etats-Unis à une fraude pyramidale
    (AFP) – Il y a 2 heures
    WASHINGTON — Le directeur général du fonds obligataire américain Pimco, Bill Gross, l’un des plus grands créanciers privés de l’Etat fédéral, a comparé mercredi la dette publique des Etats-Unis à une gigantesque fraude pyramidale.
    Dans sa lettre mensuelle sur les perspectives d’investissement, M. Gross a comparé cette dette à l’escroquerie inventée par l’Italo-Américain Charles Ponzi, condamné en 1920 après avoir leurré des investisseurs avec des rendements qu’il payait grâce à l’arrivée d’autres investisseurs.

    La suite dans le lien….

  • 28 octobre 2010 à 8 h 52 min
    Permalink

    Les obligations d’Etat seront trés probablement remboursées mais avec quel niveau de monnaie ? Depuis le moyen age,le roi Philippe le Bel (je crois) avait diminuer la quantité d’or dans les pièces pour “créer” de l’érosion monétaire.Les US multiplient les dollars pour survivre dans un premier temps et les couillons seront au final les prêteurs (comme presque à chaque fois).Normalement, la puissance militaire du débiteur est une notion essentielle dans le rapport de force avec les créditeurs.C’est pourquoi les US ne baisseront pas la garde au niveau militiare.

  • 28 octobre 2010 à 9 h 14 min
    Permalink

    ”et les couillons seront au final les prêteurs (comme presque à chaque fois)”

    Oui, mais le problème est que le couillon a tendance à se faire rare.

    Il serait d’ailleurs intéressant de connaître l’exposition des banques européennes au marché de la dette US.

    Détenteurs d’assurance vie, vous pouvez dormir tranquille…

  • 28 octobre 2010 à 14 h 15 min
    Permalink

    DOZIER, justement pas, je ne dors pas tranquille!! 🙂

Les commentaires sont fermés.