L’uranium dans les starting-blocks

Plusieurs articles sur l’Uranium ont été rédigés sur ce blog au sujet de ce métal si particulier et à propos des sociétés cotées qui en produisent et/ou en détiennent.

Comme souvent le timing est la clé, mais il semble que ce soit enfin parti pour ce métal (si précieux pour nos besoins énergétiques).

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que ce billet n’est pas à vocation de débattre sur le bien-fondé de ce métal et de son utilisation.

Si vous voulez retrouver les anciens articles du blog sur l’uranium c’est ici :

20 janvier 2018 : L’uranium pourrait monter de façon importante

22 janvier 2017 : L’uranium bouillonne

1er novembre 2015 : Pourquoi l’uranium pourrait monter et comment en profiter !

Les derniers développements concernant le secteur ont été dans le sens de fermetures (encore !) de productions, cette fois-ci dues au coronavirus : Kazatomptrom et Cameco

Sur la période 2018 – 2019 (voir justement le premier article mentionné ci-dessus), la baisse de production n’a (étonnamment) pas eu un impact immédiat escompté sur le cours du métal.

C’est finalement en ce début d’année 2020 que la chute de production génère un impact significatif sur le cours de l’Uranium. Cet événement, couplé à la décision de Donald Trump sur le côté stratégique de l’uranium pour les Etats-Unis d’Amérique, permet au secteur de se réveiller.

Source : https://tradingeconomics.com/commodity/uranium

Comme aussi mentionné dans un de mes précédents billets, la production d’uranium baisse, la demande augmente et la construction des centrales ne suivra pas celle des démantèlements.


Ci-après une liste de sociétés cotées (Uranium sector Guide 2020 de Haywood)- avec les différents stades (producteurs, développeurs et explorateurs) – qui devraient répondre à la hausse du prix de l’uranium.

La sélection est toujours délicate, mais peut se révéler étincelante (faire des étincelles), mais si vous ne voulez ou pouvez pas choisir, l’ETF URA peut faire l’affaire.

Je vous renvoie à mon disclaimer concernant les investissements

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « L’uranium dans les starting-blocks »

  • 28 avril 2020 à 19 h 30 min
    Permalink

    Intéressantes comparaisons historiques si ce n’est qu’il y avait (plus ou moins) un marché à l’époque. Maintenant la bourse et les marchés des capitaux sont nationalisés – leur évolution ne dépend plus des fondamentaux.
    Personnellement je trouve amusant les gens qui veulent faire de l’analyse technique ou fondamentale. Le seul flux qui compte c’est lui de la FED. Pour le moment il faut acheter tout ce qui bouge (ou plus précisément ce que les banques centrales achètent, pas trop difficile à repérer) ou alors jouer les commos qui sont aussi manipulées mais où les fondamentaux ont encore un vague semblant d’importance (ex. avec le pétrole, s’il y a comme maintenant surcapacité massive ça a quand même des effets) ! En tout cas c’est ma stratégie et pour le moment je m’en tire bien…. Evidement rester super attentif car à un moment ils vont perdre le contrôle et là ça va faire très mal très vite. Mais c’est la seule chose qui mérite observation…

Les commentaires sont fermés.