Les marchés des actions en dé-corrélation

Les marchés des actions sont (à mon humble avis) complètement dé-corrélés de la réalité économique.

Les dernières nouvelles sur le front économique sont affreuses.

La production industrielle allemande s’écroule à un niveau historique en mars. La production totale (manufacturing , Energy and Construction) s’est effondrée de 9.2% par rapport à février et de 11,6% en comparaison annuelle.

Les Commandes d’usines allemande ont – elles aussi – chuté.

Elles mesurent la variation de la valeur totale des commandes de nouveaux achats placées auprès des usines pour des bien à la fois durables et non-durables. -15.6% sur un mois contre -10% attendus.

L’Inde subit aussi un grand choc économique

L’indice des services chute de 5,4% et envoie un -15% sur le PIB ! lire bloomberg

Je m’arrête ici avec les nouvelles économiques sombres. Vous pouvez les lire pas vous-mêmes dans les rubriques des divers journaux.

Que se passe-t-il sur les marchés boursiers depuis le bas ? Ils remontent fortement !

Un niveau de survente engendre généralement un rebond, mais il m’est difficile de croire que les marchés des actions revoient leurs plus hauts, surtout que la récession (dépression ?) guette : https://www.bbc.com/news/business-52557191

Par ailleurs, Je ne pense pas que les banques centrales (sauf la BNS et la BOJ) commencent à acheter des actions, mais tout est possible. Cela ne fera probablement que d’alimenter encore plus le côté de la bulle. Acheter des actions a-t-il vraiment un sens pour l’économie ? Si c’est juste pour maintenir les caisses de pensions et le système à flot, c’est une “action” que nous payerons plus tard.

Certains prônent l’achat d’actions par les banques centrales: https://www.lepoint.fr/economie/coronavirus-il-est-temps-que-la-bce-achete-des-actions-17-03-2020-2367442_28.php et d’autres s’interrogent : https://www.lecho.be/dossiers/chroniques-financieres/et-si-la-bce-et-la-fed-achetaient-des-actions/10219925.html

En conclusion, une probable deuxième vague de baisse pourrait survenir dans les prochains temps. Ce rebond ne semble que technique, des énormes dégâts à l’économie et à la sainte croissance ont déjà été engendrés.

   Envoyer l'article en PDF   

8 réflexions au sujet de « Les marchés des actions en dé-corrélation »

  • 7 mai 2020 à 19 h 06 min
    Permalink

    A mon sens les banques centrales sont déjà largement à la manoeuvre et la seule stratégie est d’acheter tout ce qui bouge (ou qui n’est pas fermement attaché qq part) tout en ayant une stratégie de sortie lorsque ca va exploser (car ca va exploser… un jour). Pour ça un produit comme https://www.universa.net/ est interessant (pas le seule approche bien sûr mais intéressante et a bien marché lors des deux derniers accidents).
    En tout cas perso c’est 120% ETF (oui leverage) et 5% universa. Plus qq lingots dont personne de sait où il sont… Les fondamentaux, l’analyse technique et/ou le stock picking sont morts dans le nouveau paradigme.

  • 7 mai 2020 à 19 h 38 min
    Permalink

    C’est ce que vous pensez.

    Je continue de rester bien gentil avec mon fondamental.
    Only time will tell

  • 7 mai 2020 à 19 h 48 min
    Permalink

    Indeed 🙂

    RDV dans 5 ans ? 10 ans 🙂 ?

  • 7 mai 2020 à 19 h 54 min
    Permalink

    Si c’est comme 1929 et suivantes ça va durer

  • 10 mai 2020 à 18 h 21 min
    Permalink

    Cher Olivier, vous n’êtes pas le seul à être dubitatif devant cette reprise boursière.

    https://www.lemonde.fr/blog/finance/2020/04/27/chronique-dune-crise-financiere-annoncee-26-ne-tombez-pas-dans-le-piege-du-miroir-des-alouettes/

    Et pourtant, une grande majorité de spécialistes-décideurs comparent les crises précédentes avec les crises passées pour estimer que les remèdes du passé (intervention des BC sans limites) pourraient à nouveau sauver le système mais surtout sauver les plus imprudents.

    Pour ma part, le désastre économique qui se met en place ne justifie pas un tel rebond sauf à croire que les BC en plus de la monétisation des dettes étatiques augmenteraient leur bilan par des achats d’actions comme pour maintenir une illusion collective avec le seul but d’influer positivement sur la psychologie de la foule (des consommateurs).

  • 12 mai 2020 à 17 h 03 min
    Permalink

    @JL

    “(…)que les BC en plus de la monétisation des dettes étatiques augmenteraient leur bilan par des achats d’actions(…)

    C’est exactement ce que fait, notamment, la BNS depuis 2008 …
    J’avais d’ailleurs une fois mentionné il y a quelques années que la BNS détenait plus d’action Facebook que Mark Zuckerberg lui-même !

  • 12 mai 2020 à 17 h 42 min
    Permalink

    Le portefeuille actions US de la BNS

    https://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1582202/000158220220000002/xslForm13F_X01/InfoTable_Q12020.xml

    sur le premier trimestre 2020 elle a augmenté ses positions sur

    Microsoft: +23%
    Apple: +21%
    Amazon: +23%
    Google: +22%
    Facebook: +23%

    (A la louche 4mia de $ de nouvelles positions)

    Bref après avoir un peu “allégé” fin 2019 c’est de nouveau des acahts agressifs (et probablement, en non réalisé, un excellent timing…).

    Et là on parle que de la BNS et de ses achats directs et rapportés.

  • 12 mai 2020 à 17 h 44 min
    Permalink

    @AlexT
    Merci pour le complément d’info.

Les commentaires sont fermés.