Les indicateurs du marché US sont toujours au ciel !

Dans mon dernier article, je vous avais produit un grand nombre de graphiques qui montraient que le marché américain défiait les lois de la gravitation.

Je me permets de vous en montrer d’autres qui sont (malheureusement) inquiétants du point de vue de la surévaluation des actions américaines.

Les modèles d’évaluation montre que nous nous trouvons dans les hauts.

Les shots sont en train de jeter l’éponge (voire la lancer !)

Les marchés n’ont jamais été aussi cher après une “recovery” en 20 ans d’après JP Morgan

Reste à déterminer quand la baisse va s’enclencher.

En tous les cas, il faut travailler beaucoup d’heures (comparativement au passé) pour acheter 1 fois le Sp500.

La monnaie perdrait-elle son pouvoir d’achat ? Mais non vous dirons les banquiers centraux

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

11 réflexions au sujet de « Les indicateurs du marché US sont toujours au ciel ! »

  • 7 décembre 2020 à 11 h 53 min
    Permalink

    L’inflation ne se retrouve plus comme dans les années 70 au niveau des salaires ni au niveau des prix des biens de consommation. Après la guerre du viet nam et l’abandon de l’étalon or, la dette fut résorbée par l’inflation faisant le bonheur des actifs et la faillite des rentiers. Jusqu’à Mitterand en France et l’application du programme commun qui, lorsque la France fut au bord de la faillite en 1983, fut dans l’obligation de proposer des obligations française à 16 et 17 % tout en augmentant l’impôt sur le revenu pour les actifs…..En regard de la masse de liquidité injectée sur un cycle à bout de souffle avant et surtout pendant le COVID, avec des taux faibles, que faire d’autre ? le taux bancaire ne rapportant rien, l’évaluation des actions est difficile, peut toujours augmenter surtout tant que les obligations ne rapportent pas. De mon point de vue, (qui n’est que le mien), 2 solutions: cash ou action en serrant les fesses. Plus terre à terre, les écarts entre les pays devraient se voir dans leur monnaie respective et je suis persuadé que le dollar peut dégringoler pour 2021 et 2022 par rapport à toutes les autres monnaies.

  • 7 décembre 2020 à 12 h 12 min
    Permalink

    Bonjour

    Quand on observe le passé, les récessions démarrent à deux conditions:
    – que la repentification du Spread de taux US 10 ans – 2 ans, après l’inversion de la courbe des taux, dure au minimum 15 mois.
    – que le Spread atteigne au minimum 1%.

    Dans le cas présent, nous serons aux 15 mois en Janvier prochain et le Spread s’approche des 1%. La baisse pourrait donc commencer à partir de Janvier. L’analyse technique sur le long terme, qui montre clairement le redémarrage des bourses à la suite de la crise de 2008, ne montre pas encore de signe de baisse. Il suffit donc d’attendre tranquillement, en dehors du marché actions pour le moment, le début de la baisse, et celle-ci devrait durer entre 2 et 3 ans.

    Cordialement

    Dominique Beau

  • 7 décembre 2020 à 16 h 16 min
    Permalink

    Et puis, il va y avoir 72 millions d’américains déçus du retour au pouvoir du parti de la mafia. Un président fatigué, dont la carrière montre qu’il est prêt à utiliser son pour voir à la promotion de toutes les compromissions, une ministre des affaires étrangères rompu aux coups tordus, chouchou de la vice présidente, laquelle a des chances réelles de devenir Présidente (un mariage en vue ?). Une Chambre des représentants paralysée par l’autre chambre. Ce qui pourrait entraîner un certain mécontentement venant d’une population conservatrice, armée jusqu’aux dents. Une Chine qui produit en sous-traitance pour toutes les multinationales les plus brillantes (Siemens, Philipps etc) et qui les tient ainsi par les, euh, les, heu, la, heu, par le manche. Alors que chez nous, si les prix son stables, c’est la qualité qui baisse. Ce qui revient à une sorte de hausse des prix occulte. Celle-ci accompagne l’inflation qui a touché l’investissement, investissement immobilier en tête, sans offrir consécutivement une hausse des rendements correspondante. Ajouté au fait que les collectivités publiques ne savent pas réduire les charges sociales (pour un simple accrochage à l’avenue de Morges à Lausanne, avec de la tôle froissée, on voit débarquer 10 (dix) (ten) (dieci) (zehn) (dieciet) policiers… Ce n’est pas comme cela que l’on construit l’avenir, des sociétés fortes. Que l’on obtient des retours sur investissement réels plutôt que comptables… Donc, que tout ce casse la figure, comme entre 1929 et 1932, serait l’occasion de faire le ménage dans la manière de conduire la politique.

  • 7 décembre 2020 à 16 h 30 min
    Permalink

    En plus, je vois cette mode qui consiste à être absent de son travail le vendredi. Ce qui nous fait des semaines de quatre jours. Mon appel à mon assureur a épuisé 5 interlocuteurs avant que je trouve une dame fort aimable qui admette que son employeur s’était trompé dans le no du contrat (pfff : on ne peut pas dire que c’est compliqué ! – une erreur de frappe..). Ce qui signifie que la branche la mieux rémunérée de suisse pourrait se passer de 80 % de son personnel. Et vous savez quoi ? C’est exactement ce qui va se passer lorsque la récession entraînera une concurrence réelle entre agents économiques de ce secteur. Et donc, l’Etat payera non seulement les fonctionnaires, mais aussi les chômeurs que les caisses de compensation ne peuvent déjà plus assumer. Et ce n’est pas en prolongeant à 2.5 ans la couverture- chômage que l’on va stimuler le travail et la production… Tout au plus va-t-on stimuler soit la hausse de prix à produit égal, soit la baisse de la qualité des produits et services à prix égal. Un train sur deux, un bus sur trois. On vient d’avoir ce week-end 10 heures de coupure de courant à Chexbres. Comme dans les pays latino-américains. Et ce n’est pas faute de payer l’électricité trois fois plus cher que chez nos voisins. Non. Je ne vois pas comment on pourra se relever de cette monumentale paresse à laquelle s’ajoute un niveau de formation d-é-p-l-o-r-a-b-l-e. Il nous reste l’image idyllique d’un pays paisible qui ne va pas aussi mal que ses voisins. Consolation bien maigre…

  • 7 décembre 2020 à 17 h 24 min
    Permalink

    Bonjour Olivier, et à tous.
    Merci pour tous ces renseignements, et analyses.
    je vais surveiller tout ça.
    Yaroslav cherchait le mot idoine : “et qui les tient ainsi par les, euh, les, heu, la, heu, par le manche”.
    qu’il ne cherche plus c’est : LUCIOLES.

  • 7 décembre 2020 à 19 h 35 min
    Permalink

    @Yaroslav : +1.
    Content de savoir que je suis pas le seul ‘dérangé’ dans ce pays à faire les même constatations, la baisse de qualité est à tous les étages (inclus également notre Poste nationale). Mais chut, ne critiquez pas trop fort, c’est pas ‘bien vu’.

    2021 va être croustillant, entre autre :

    – Ladies and Gentlemen, les fameux vaccins miraculeux arrivent, mais applaudissez donc s’il vous plaît ! Les hommes politiques vont enfin pouvoir encore plus se déresponsabiliser de leur ‘imparfaite’ gestion du COVID puisque le messie est censé se trouver dans une fiole à injection. Et puis on va continuer à compter sur la légendaire ‘responsabilité individuelle’ de chacun. L’argument type de nos (dé)responsables politiques quand il n’ont plus d’argument.
    Et puis ce n’est pas moi qui le dit mais l’OMS … Les vaccins ne vont pas résoudre la crise du COVID. Pas plus ici qu’ailleurs d’ailleurs. Cela n’empêchera pas la 3° vague.

    – Le grand élan de solidarité de Berne (stations de ski ouvertes) vis-à-vis de Bruxelles. J’ai comme l’impression que le prix à payer va être cher … a moins qu’à Berne ils auraient déjà choisi un avion qui serait ‘européen’ (Rafale ou Typhoon) pour faire ‘passer la pilule’. Est-ce un signal faible ?
    Dans le cas contraire, les éléphants ont la mémoire longue surtout que la Suisse ne tient pas le couteau par le manche dans les négos en cours (les bilatérales). On verra bien mais le plus important c’est avant tout en fonction du choix de l’alliance ou partenariat (avec ou sans ‘parapluie’ US antibalistiques). Avec ces nouveaux missiles balistiques intercontinentaux d’un certain pays hégémonique vers le détroit d’Ormuz on ne sait jamais.

    Et bien d’autres sujets encore … Que va nous sortir Trump de son chapeau dans les jours qui suivent (les Grands Electeurs se réunissent bientôt) ? En fonction de ce qu’il va décider, les marchés financiers pourraient trinquer.

  • 7 décembre 2020 à 20 h 46 min
    Permalink

    Bonsoir,
    J’aime bien votre commentaire de fin : La monnaie perdrait-elle son pouvoir d’achat ? Mais non vous dirons les banquiers centraux.
    C’est exactement ce que je pense concernant le marché immobilier et le marché des actions.

  • 8 décembre 2020 à 18 h 30 min
    Permalink

    @Yaroslav : +1000

    Je l’avais mentionné déjà au début du Covid mais je m’étais fait remettre en place par certain que je généralisais mes expériences mais le fait qu’autour de moi, famille, ami, connaissance, il y a 1 personne sur 2, pourtant comme moi dans la fleur de l’âge, qui travaille à temps partiel (60-80%) et pas par obligation (maladie, problème ….) mais par choix ! Et ils me disent tous : comme ça on a plus de temps pour soi, des vacances … etc (mais bon, bcp moins d’argent par/jour libre au final : super !) et surtout bcp moins de cotisations sociales… Et 1/3 travaille à l’Etat (Profs, service des contributions)

    De plus ici dans le super Canton du Valais, les écoles ont décidé (sans surprise pour ma part) d’annuler les examens semestriels vu le retard des élèves et pour ne pas trop les charger juste avant Nöel … mdr
    Le monde (occidental) est devenu un gigantesque NIVELLEMENT PAR LE BAS. C’est pathétique !

    Notre démocratie est devenue un système où tout le monde s’efforce de vivre au crochet d’autrui !

    Gros problème structurel. Une issue désastreuse est inévitable.
    Sinon marché US surévalué : oui peut être. Mais comme il n’y a aucun placement de rendement (pour les Etats, caisses de pension/retraite, institutionnels, sociétés d’investissement) seules les actions comptent. Et comme les caisses de pension, institutionnels, sociétés d’investissement et grosses fortunes de ce monde ne savent plus où mettre leur pognon TELLEMENT ils en ont : voilà le résultat du marché des actions.

    Et contrairement à bcp, je pense que cela pourrait durer encore plusieurs années (5-10ans). Surtout dès l’été prochain si le vaccin tient la route. Les marchés vont flambés ! (sur-dépense de l’épargne combiné à la planche à billet des BC)

  • 8 décembre 2020 à 18 h 34 min
    Permalink

    @Yann

    «C’est exactement ce que je pense concernant le marché immobilier (…) »

    Pour revenir sur « mon » beau Valais. Un couple d’ami vient d’acheter automne 2019) un appartement au nord de Sion pour 1’450’000 Frs pour … 150m2 en PPE
    Et les 18 appartements de ce complexe de 3 immeubles ont tous été vendu en 12 mois ….

    Qu’est-ce que je me sens pauvre 🙁

  • 9 décembre 2020 à 22 h 38 min
    Permalink

    Entre ceux qui prédisent (depuis des années) un effondrement économique et des marchés financiers ….. et la vision des élites de ce monde, il y a un écart de réalité stratosphérique ….

    03.12.2020 Stéphane Monier, directeur des investissements chez Lombard Odier

    http://www.boursorama.com/bourse/actualites/dix-convictions-d-investissement-pour-2021-fa46176c401794a8c13cd8499b4f7bd7

    Quelques points évoqués :
    « Rester investi dans les actifs risqués »
    « Les bénéfices des entreprise ont surpris à la hausse au troisième trimestre »
    « C’est un choc externe dû au virus, plutôt qu’une faiblesse fondamentale de l’économie mondiale, qui est à l’origine de cette crise »
    « L’once d’Or à 1’600 USD à 12 mois »
    « Baisse continue du dollar »

Les commentaires sont fermés.