Le ratio put/call annonce une probable correction sur le SP500

Comme on peut le voir sur le graphique ci-après – et ceci comme en février 2020 – les intervenants sont peu protégés en puts et plutôt “bullish”. C’est souvent une très bonne indication de ce qui pourrait se produire à court terme (une forte baisse).

En plus, l’indice de la volatilité VIX est en phase d’atterrissage et en mouvement de calme.

Happy Investing

Suivez-moi sur Twitter : https://twitter.com/crofin67

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Le ratio put/call annonce une probable correction sur le SP500 »

  • 27 mai 2020 à 22 h 08 min
    Permalink

    La baisse est finie apparemment…repères graphiques, indices de confiance, données statistiques, économiques ou de sentiments, etc…ne donnent plus d’informations fiables pour un investissement boursier…les cours actuels montrent une exubérance des valeurs technologiques et cela tire le reste de la cote…l’argent déversé par les banques centrales n’a qu’un seul but faire croire que tout cela est viable…on peut raisonnablement se demander si un investissement boursier veut dire qqchose aujourd’hui…présente-t-il un intérêt en dehors de participer à un grand casino ?

  • 28 mai 2020 à 23 h 37 min
    Permalink

    Ce qui compte, c’est la vision sur le long terme. Pour la technologie, l’investisseur n’y comprend rien. Il écoute des commentateurs… qui n’en connaissent pas plus que lui, mais qui ont un intérêt à ce que l’investisseur l’écoute à son détriment. Par contre, pas besoin de commentateur pour savoir que l’homme continuera à manger, ce qui est l’affaire de Nestlé Coca-cola etc. A se parfumer, ce qui fait l’affaire des fabricants d’essences. A faire sa lessive. A se chauffer. A condition que les entreprises ne soient pas exposées à une concurrence parfaite, qui est un outil de destruction (Renault, Nissan, pétrole etc.). Alors oui, la bourse qui bouge au rythme des commentateurs n’a aucun sens. Son sens, il faut le chercher sur les éléments ayant une portée à long terme. Ce n’est pas parce que le banques travaillent exclusivement sur le court-terme que le long terme n’existe plus… Et dans cette bougeotte due aux commentateurs, il y a des moments de baisse pour acheter et des moments de hausse pour vendre. Evidemment, celui qui vend parce que ça baisse réalise une perte d’autant plus importante si, en plus, il a acheté parce que ça haussait… ce qui est le cas de boursicoteurs ou des gens opérant sur crédits-lombards qui se nourrissent de commentaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *