Le prix et/ou la valeur

Quand on se rend sur un marché aux légumes, poissons, fromages, les denrées présentées sur les étales sont analysées par notre cerveau. Le pourquoi de nos achats, les envies, besoins et le prix sont autant de données dont notre cerveau doit tenir compte afin de déterminer nos achats.

La bourse c’est un peu la même chose sauf qu’il y a plus d’irrationnel à mon humble avis. Pourquoi ?

Parce que probablement on y investit de l’argent (dont on a pas besoin, quoique…) et surtout notre cerveau ne fait pas la même analyse qu’au marché aux légumes.

Lorsqu’un acheteur voit une pomme, le prix et la valeur sont rapidement déterminés par des critères objectifs (poids, genre, offre/demande sur les étales, etc.) et convergent.

Il en est autrement pour la bourse, car l’investisseur possède peu ou pas de points de repères tangibles et historiques. Il doit creuser plus loin pour se faire une idée.

Un article dont la traduction ci-après résume tout : https://www.forbes.com/sites/forbesfinancecouncil/2018/01/04/the-important-differences-between-price-and-value/#1b07e6384237

L’une des citations les plus célèbres de Warren Buffett (via Benjamin Graham) est: “Le prix est ce que vous payez; la valeur est ce que vous obtenez.” C’est une idée qui guide largement ses décisions d’investissement et une idée qu’il a utilisée pour atteindre un niveau de succès inégalé. Mais que signifie exactement cette citation et comment pouvons-nous l’utiliser pour guider nos propres décisions d’investissement? Pour y répondre, examinons les différences importantes entre le prix et la valeur.

Shutterstock

Prix ​​par rapport à la valeur

La distinction la plus importante entre le prix et la valeur est le fait que le prix est arbitraire et que la valeur est fondamentale. Par exemple, considérons une personne qui vend des lingots d’or pour 5 $ la pièce. Le prix de ces lingots d’or est, dans ce cas, de 5 $. C’est un montant arbitraire choisi par le vendeur pour des raisons connues de lui seul. Pourtant, malgré le fait que ces lingots d’or sont au prix de 5 $, leur valeur est bien plus élevée.

Cela se produit souvent en bourse. Les exemples peuvent ne pas être aussi immédiatement perceptibles que des lingots d’or de 5 $, mais ils sont souvent assez extrêmes en eux-mêmes. Vous voyez, le prix d’une action est déterminé par une liste de facteurs qu’il faudrait des années pour même lire. Beaucoup de ces facteurs sont motivés par des caractéristiques et des émotions humaines, telles que la peur et la cupidité, les tendances du marché et des événements si lointains que tenter de démêler la corrélation entre ces événements et le cours de l’action vous ferait tourner la tête. Toutes ces choses peuvent affecter et affectent effectivement le prix d’une action, parfois dans une large mesure, mais elles affectent rarement sa valeur .

La bonne nouvelle pour les investisseurs est qu’à un moment ou à un autre, le cours d’une action revient presque toujours à sa valeur. Cette vérité est celle que des investisseurs tels que Warren Buffet ont utilisé pour gagner des milliards.

Tirer parti des différences entre le prix et la valeur

Trouver des différences entre le prix et la valeur est de loin la stratégie d’investissement la plus efficace. Ne pas reconnaître les différences entre le prix et la valeur est également ce qui fait que de nombreux investisseurs perdent leurs chemises, car les entreprises sont tout aussi souvent surévaluées que sous-évaluées.

Alors, comment trouvez-vous des entreprises qui sont en vente pour moins que leur valeur réelle? La réponse est de les évaluer à l’aide d’un ensemble de normes qui vont au-delà du prix actuel de l’entreprise. J’appelle ces normes les quatre Mme, et elles représentent le sens, le fossé, la gestion et la marge de sécurité.

La première étape consiste à vous assurer que l’entreprise dans laquelle vous investissez a du sens pour vous. Si c’est le cas, vous le comprendrez mieux, serez plus susceptible de le rechercher et serez plus passionné par l’investissement.

La deuxième étape consiste à choisir une entreprise qui dispose d’un fossé. Cela signifie qu’il y a quelque chose d’inhérent à l’entreprise qui fait qu’il est difficile pour les concurrents d’intervenir et de se tailler une partie de leur part de marché. Par exemple, le fossé de Coca-Cola est leur marque. Tout le monde peut faire une boisson gazeuse, mais il n’y a qu’un seul Coca-Cola.

La troisième étape consiste à examiner la gestion de l’entreprise. Les entreprises vivent et meurent par les personnes qui les gèrent, et si vous envisagez d’investir dans une entreprise, vous devez vous assurer que leur direction est talentueuse et digne de confiance.

Si l’entreprise dans laquelle vous envisagez d’investir répond à toutes ces conditions, calculez sa marge de sécurité . C’est le prix auquel vous pouvez acheter des actions, étant presque sûr de ne pas perdre d’argent et confiant que vous ferez un bon rendement. Il existe une variété de formules et de calculatrices que vous pouvez utiliser pour calculer la marge de sécurité d’une entreprise. Si, cependant, le prix de l’entreprise est égal ou inférieur au nombre que vous proposez, ils sont sous-évalués et constituent une excellente opportunité d’investissement. Tirer parti des différences entre le prix et la valeur est aussi simple que cela. Trouvez une entreprise en laquelle vous croyez, qui a des fondamentaux solides, puis attendez que son prix tombe en dessous de sa valeur. Si vous faites cela, vous pouvez acheter des entreprises en vente, les vendre pour leur vraie valeur et gagner beaucoup d’argent dans le processus.

Il est parfois difficile de se faire une idée, car les investissements prévus peuvent se faire dans des sociétés qui ne font pas (encore) de bénéfices. Il faut alors anticiper les bénéfices futurs et aussi la valeur d’inventaire nette (Net Asset value) entre autres..

Un exemple parlant dans le secteur minier :

Un société australienne qui cote 1,5 milliard de AUD (1’500 millions) et une société identique en tout point au Canada qui cote 150 millions de CAD. A votre avis que faut-il faire ?

Si vous faîtes correctement l’analyse de la société moins chère en terme de prix et que sa valeur est effectivement basse, c’est donc le moment. Même si l’investissement prend du temps à se valoriser, la valeur finit toujours par apparaître.

PS: pour les spéculateurs, il est aussi possible de trouver des sociétés sur-évaluées….à shorter.

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

7 réflexions au sujet de « Le prix et/ou la valeur »

  • 26 septembre 2020 à 13 h 43 min
    Permalink

    Oscar Wilde disait: “Aujourd’hui, les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien.”

  • 26 septembre 2020 à 17 h 05 min
    Permalink

    Je vois le problème différemment:
    Distinguer les différences entre un Marché boursier et un Marché aux légumes. Les légumes vous savez comment vous les cuisinez et comment ils sont à l’achat, pas les produits boursiers qui souvent ne sont pas frais et ne se cuisinent pas! Un marché aux légumes sent bon, rarement le cas d’un marché boursier(je voulais écrire bousier!). Le marché boursier est virtuel, le marché aux légumes est réel, même quand vous achetez en ligne… Mais les deux marchés proposent tous des produits qui vont de l’éphémère à moins éphémère! Dans un marché boursier vous pouvez jouer le rôle de l’acheteur comme celui du vendeur, ce qui est rarement le cas sur le marché aux légumes sauf si vous-même êtes maraîcher ou paysan! Sur le marché aux légumes, les activités de vendeur et d’acheteur sont clairement séparées. Au marché aux légumes, en prenant un morceau de pain, on peut prendre un bon petit déjeuner, en essayant un peu de tout, mais cette possibilité ne fonctionne pas en bourse. Au marché aux légumes votre motivation est existentielle, vous y aller pour survivre en achetant ce qui rassasie votre faim et votre choix est plus lucide. En bourse, vous n’achetez rien qui soit existentiel et capital et votre choix n’est pas lucide. Sinon indirectement pour vous fournir l’argent nécessaire pour acheter au marché aux légumes.

    Pour conclure, le marché aux légumes vend des produits que vous pouvez toucher et manger. La bourse moderne se négocie sur des morceaux de papier qui sont essentiellement sans valeur. Il n’y a pas de vraies parts d’entreprises avec une valeur réelle, ces parts sont vendues ailleurs et à des prix différents. En fait, maintenant, l’échange n’affecte ni l’industrie ni les prix. C’est un jeu qui donne aux gens l’apparence de participer à une grande entreprise et de s’emparer de “leur propre part” du gâteau ordinaire. L’indice d’activité est simplement le nombre de transactions d’achat et de vente. Les sauts des prix du pétrole, le travail des gouvernements, mais pas le résultat de la négociation en bourse. Si l’échange pouvait réellement former des prix pour certaines marchandises, alors dans la poursuite de profits excessifs, le prix de ces marchandises augmenterait constamment, chaque jour. Ce n’est pas le cas.

    Adages:
    Celui qui ne mange pas à la table mange à l’étable.
    Comme on mange on travaille.
    Le riche mange quand il veut, et le pauvre mange quand il peut.
    Quand on a bien mangé, bien bu, un air de fifre vaut un écu.
    Inquiète-toi de ce que tu manges et non de qui te mangera. 😉

  • 26 septembre 2020 à 17 h 16 min
    Permalink

    cher Amora

    ce n’est pas une volonté de ma part de comparer des tomates avec des actions, mais pour faire comprendre que les personnes qui investissent n’ont pas toujours les connaissances référentielles et qu’il faut faire des analyses

  • 26 septembre 2020 à 18 h 14 min
    Permalink

    “Un cynique est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de rien.”

    Oscar Wilde.

  • 26 septembre 2020 à 19 h 35 min
    Permalink

    Cher Olivier, je partage pleinement votre point de vue!

    D’ailleurs quand j’achète mes tomates, je m’intéresse également à ses sauces en usant de mes connaissances référentielles sur le sujet qui est aussi complexe que celui de l’analyse du choix de vos actions boursières.

    En effet à la Migros mes analyses portent systématiquement sur les choix de valeur différente: Sugo alle olive Agnesi ou passata di Pomodoro Longobardi?! 😀

    Enrique Mac Iver Rodríguez, avocat et homme politique chilien, disait: “La civilisation est la sphère de l’utilitaire, la culture est celle des valeurs.” 😉

    PDC, à votre cynique homme Oscar Wilde, je rebondis en utilisant cette citation “Tout le monde a un prix, l’important est de savoir de quoi il s’agit.” de… Pablo Escobar, Gangster, Hors-la-loi, Trafiquant de drogue! 😀

  • 27 septembre 2020 à 7 h 25 min
    Permalink

    Euh, oui. Tout à fait. Mais il faut attendre parfois longtemps pour voir le cours rejoindre le niveau de la valeur. L’exemple de Holcim est frappant. Cela revient à retenir ce que disait empiriquement mon grand-père, né en 1884 : C’est à l’achat que l’on gagne. Personnellement, je l’ai vérifié toute ma vie. Tout simplement, il faut avoir une échelle de temps beaucoup plus longue. Et c’est là que le bât blesse, car le banquier, lui, vit des opérations aller-retour, où le risque de bénéfice est comparable à celui du casino. Le banquier s’en fiche : sa commission, il la prend à la hausse, comme à la baisse. Donc, si vous jouez sur le long terme, vous bougez peu, dont vous êtes un mauvais client. Pour l’instant, ces mauvais clients-là sont encore acceptés par les banques. Ca leur permet de tirer des leçons qu’ils utilisent ensuite dans les conseils qu’ils donnent. Mais pour combien de temps encore ?… Avec l’intelligence artificielle, dont le rôle s’accroît non parce que l’informatique progresse, mais parce que la bêtise s’étend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *