Le prix à la pompe commence à faire mal au portemonnaie

Constatation: le prix de l’essence à la pompe monte inexorablement.

http://www.zagaz.com/evolution-prix.php

 

Et comme toujours ma question:

A qui profite le crime ?

  • Bien évidemment aux gouvernements qui encaissent de lourdes taxes
  • Aux producteurs
  • Aux exportateurs
  • et grande surprise: AUX ETATS-UNIS D’AMERIQUE ! Pourquoi

Parce que le pétrole est coté en dollar et que les pays qui exportent reçoivent des dollars. Que font-ils des ces dollars ? Ils achètent des bons du Trésor américains !

La boucle est bouclée

Les pétrodollars volent au secours des Etats-Unis

Et comme je suis un adepte, depuis des années, de la théorie du peak oil, je ne vois pas comment cette situation pourrait changer.

Source: http://mazamascience.com/OilExport/

 

La consommation augmente et c’est surtout la production qui recule. Même si la demande venait à baisser cela ne suffirait pas à compenser la dépletion.

Je vous rappelle mes articles de 2008 et 2009: Pétrole! Tremblez! et le pétrole ça pique

 

   Envoyer l'article en PDF   

11 réflexions au sujet de « Le prix à la pompe commence à faire mal au portemonnaie »

  • 21 mars 2012 à 16 h 28 min
    Permalink

    Paradoxalement nous pouvons voir une multiplication des véhicules de grosses cylindrées du type 4X4 pesant près de 2 tonnes pour trimbaler un gosse pesant … 25 kgs.
    Je me demande si j’éxagère?

    Cordialement.

    J.T.
    MARSEILLE.

  • 21 mars 2012 à 16 h 33 min
    Permalink

    Toujours paradoxalement nos chères têtes blondes ne marchant plus, nous coutent un supplément de carburant pour être transportées en … salles de sport !

  • 21 mars 2012 à 16 h 37 min
    Permalink

    Tant qu’on peut se le payer… c’est la seule question qui vaille. Egoïste sans doute, mais, objectivement fondée. Le litre à 2.40 CHF, on mettra un an à le digérer, mais après, on l’oubliera. Comme la TVA, les impôts sur le revenu etc. Il n’y a que les belles-mères que l’on ne peut pas oublier. J’ai connu l’essence à 57 cts en 1964. Ce qui faisait beaucoup plus qu’aujourd’hui, toutes choses égales par ailleurs. Cela étant, la disparition de la Nation libyenne a fait disparaître un pays qui faisait du dumping pour survivre à l’international. Le marché en profitait, notamment les raffineries suisses. Maintenant que le méchant dictateur sanguinaire a disparu, terrasé par l’ange de la démocratie, on est prié de passer à la caisse… Foi de raffineries en faillite. Au fait, où va l’argent du pétrole libyen maintenant ? MM. les Journalistes ont sûrement une réponse démocratique à nous donner. Dans la construction de nouvelles salles de torture dans la provinces indépendantiste de l’est ? dans le financement de la démocratie en Syrie ? dans l’achats de produits de première nécessités à des multinationales de l’OTAN ? Chutt. Pas un mot.

  • 21 mars 2012 à 16 h 45 min
    Permalink

    un intervenant me dit: Peak oil, certes, mais le gaz va prendre la suite, surtout celui de schiste, pour une adaptation modique des moteurs.

    auquel je réponds:

    merci de votre intervention. En général je ne réponds que sur mon blog où l’article orginal paraît. Je ne crois pas à ce que vous anoncez schistement :

    http://schiste.owni.fr/2011/06/28/gaz-de-schiste-les-nouveaux-subprimes-ponzi-arnaqu/

    on nous rabache à longueur de temps que le peak oil ne sera bientôt plus qu’une illusion grâce au pétrole de schiste (il y a qqs années il en était de même avec le offshore). Il est vrai que ces dernières semaines, on nous a annoncé de belles découvertes. Néanmoins, la courbe des découvertes reste déclinante depuis plusieurs années et les découvertes des derniers mois qui seront mis en production dans qqs années ne compenseront même pas les productions déclinantes.

    et pour finir : http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/03/10/la-hausse-du-prix-de-lessence-devrait-continuer/#more-4312

  • 21 mars 2012 à 18 h 50 min
    Permalink

    Allez récupérer un peu de gaz dans de la roche(gaz de schiste),c’est la preuve qu’on gratte les fonds de tiroirs!

  • 21 mars 2012 à 23 h 12 min
    Permalink

    J’ignore bien sûr combien il reste de pétrole extractible, combien il y a réellement de gaz de schiste, mais je sais qu’il reste énormément de charbon qu’on peut transformer en combustible liquide, qu’on n’a pas encore touché aux clathrates de méthane (ce qui ne serait pas bête afin d’éviter leur évaporation brutale), qu’on se dirige vers des transports à base d’électricité qu’on obtiendra avec du nucléaire pour l’instant, mais bientôt avec de la géothermie, du vrai solaire (le rendement des panneaux est actuellement ridicule, mais augmentera, du nucléaire de fusion, bien moins radioactif…).
    Je ne crois pas du tout qu’on va manquer d’énergie ; je crois par contre beaucoup que de le faire croire permet aux états de nous parasiter en nous faisant accepter une essence vendue scandaleusement chère !

  • 23 mars 2012 à 12 h 36 min
    Permalink

    Dites-vous bien que la seule ressource naturelle est l’intelligence humaine, que là où il y a une volonté, il y a un chemin et qu’on ne manquera d’énergie que le jour où les cons auront par trop proliféré ; en attendant, voici la suite du pétrole :
    http://www.universcience.tv/media/3664/les-biocarburants.html

    Le pessimisme ambiant ne sert que le parasitisme étatique et le mondialisme.

  • 23 mars 2012 à 13 h 09 min
    Permalink

    Il n’y a sans doute plus beaucoup de pétrole a $100 le baril. Mais il y en a encore beaucoup a $200 le baril. La notion de réserve n’est pas statique, mais dynamique en fonction du coût (financier et environnemental) qu’on est prêt a accepter.
    http://www.erdoel-vereinigung.ch/fr/oilfacts/erdoelfoerderung/angebotsdynamik.aspx

    Le prix va donc inexorablement augmenter, la production exprimée en barils va baisser, mais les profits des Cie pétrolières se maintiendront.

Les commentaires sont fermés.