Le pic de production de pétrole

Voilà plusieurs mois (20) http://blog.crottaz-finance.ch/?p=313 et http://blog.crottaz-finance.ch/?p=126 que je m’exprime sur le sujet et il semble que je commence sérieusement à avoir raison. Le peak oil est derrière nous !

Même l’agence internationale de l’énergie, qui pourtant fait foi dans le domaine, ne fait que de réviser ses dates de pic de production et ses inquiétudes sur la chute des investissements: WEO2009_es_french

Après avoir parlé de 2025, puis 2020, puis 2015, on arrive à 2011. Tout cela pour très certainement nous annoncer vers fin 2010 qui le pic était en 2003……

J’avais fait un pronostic avec un graphique il y a très exactement une année

Force est de constater que la prévision était juste.

Depuis aujourd’hui ?

Je pense que les 100 USD seront la prochaine étape, puis 120 USD le baril.

Only time will tell:

Asia – Only Time Will Tell

   Envoyer l'article en PDF   

10 réflexions au sujet de « Le pic de production de pétrole »

  • 6 avril 2010 à 21 h 56 min
    Permalink

    Merci Olivier pour 2 choses!

    1. Concernant la réflexion sur le pétrole.
    Question : si les prix montent si haut…quid de l’inflation et de la remontée des taux???

    2. Concernant ASIA…j’avais oublié que je voulais me procurer les remasters. j’y vais de ce pas.

    Bonne soirée

  • 6 avril 2010 à 22 h 10 min
    Permalink

    Bonjour Olivier.
    Cette hausse du pétrole me semble une fois de plus en désaccord avec l’économie mondiale. Pour l’instant la consommation est ralentie partout. Même en Chine les gens pauvres sont toujours aussi pauvres, et, ont toutes les misères pour se nourrir, à fortiori pour rouler en Chrysler. En ce qui concerne le peak oil c’est peu être sûr que nous l’ayons atteint, mais c’était également l’argument “matraqueur” de G.Sachs il y a 2 ans.

  • 6 avril 2010 à 22 h 30 min
    Permalink

    En effet, c’est un peu la confusion, j’avais vu çà en décembre : http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601109&sid=a14LJ33Y.yng&pos=13 .

    et çà en mars : http://finance.yahoo.com/banking-budgeting/article/109123/faults-exposed-in-oil-data-collection?sec=topStories&pos=7&asset=&ccode

    Difficile en tant que particulier de savoir ce qu’il en est vraiment. J’ai néanmoins le sentiment que les réserves de pétrole sont surévalué depuis pas mal de temps dans le but de nous permettre d’avoir accès à cette ressource essentielle pour notre société occidentale à un prix relativement bas.

    Donc oui, il n’est pas impossible d’avoir un rally puissant sur l’or noir qui est à contrebalancé par une chute de l’économie par asphyxie dans un deuxième temps.

  • 7 avril 2010 à 9 h 53 min
    Permalink

    @Joseph
    Justement les taux remontent (cf l’Australie qui montre la voie). La reprise économique mondiale est quand même là. Seul l’Europe et ses déficits m’inquiètent.

  • 7 avril 2010 à 15 h 45 min
    Permalink

    pas sûr que cela soit une reprise……une hirondelle ne fait pas le printemps dit-on. Comment est-il possible que la reprise soit là (au travers de la consommation) alors que le chômage augmente….

  • 7 avril 2010 à 15 h 46 min
    Permalink

    peut-être, mais il faut tenor compte de la dépletion. car même si notre consommation diminue, si la production diminue encore plus vite, on va avoir une raréfaction et par delà une hausse des prix.

  • 7 avril 2010 à 15 h 50 min
    Permalink

    l’inflation et le pétrole ne sont à mon avis pas lié. Le pétrole c’est la loi de l’offre et de la demande. et si nous tombions dans une crise économique avec hausse des prix…..stagflation….. only time will tell

  • 8 avril 2010 à 22 h 10 min
    Permalink

    Bonsoir

    Je n’aime pas faire de copier-coller qui pollues, mais ce papier de P. Béchade est intéressant.

    L’envolée du pétrole menace-t-elle la bulle obligataire ?

    Une flambée aussi irrésistible qu’insensée…
    A quelques rares exceptions près, l’évolution du baril ne reflète guère l’état réel de l’offre et de la demande de pétrole “physique”.

    Pas de quantités anormales négociées à Rotterdam ces derniers jours. Elles ne sont clairement pas à la hausse. Les commandes en provenance des Etats-Unis se contractent, les stocks de brut sont largement au-dessus de la moyenne historique et les réserves de fioul pleines à ras bord.

    Pas de fièvre acheteuse non plus en provenance des pays émergents en cette fin de période hivernale… La Chine a, par exemple, investi 35 milliards de dollars dans les énergies renouvelables et s’en remet au charbon plutôt qu’au pétrole pour ses centrales thermiques. Les causes de la flambée du Brent et du WTI sont donc ailleurs.

    L’une des pistes pourrait être la résurgence de pressions inflationnistes en Inde, en Chine, en Turquie, au Brésil et dans la courte liste de pays émergents… mais la dérive des prix se manifeste principalement dans le secteur alimentaire et l’immobilier.
    …… pourtant il n’y a pas de fumée sans feu
    La hausse apparente du pétrole, c’est d’abord la conséquence d’un afflux de capitaux sur les contrats à terme pour des approvisionnements à un horizon de trois à six mois. Question basique : d’où provient cet argent ?

    Pas du Forex (marché des changes) puisque le dollar est au plus haut.
    Pas des marchés d’actions qui sont tous au zénith (de Wall Street à Francfort en passant par Londres, Tokyo ou Paris).
    Pas du Comex non plus (les métaux industriels tels que le nickel, le palladium, le cuivre tutoient eux aussi des sommets annuels)…

    Alors il ne reste guère que les marchés des taux, toujours soupçonnés d’afficher toutes les caractéristiques d’une bulle obligataire.

    La concordance est alors frappante
    En effet, parallèlement au Brent et au WTI, le rendement du T-Bond 2020 a progressé de +30 points de base en 10 jours pour atteindre les 4% le 5 avril dernier.

    Autre coïncidence, la Banque centrale d’Australie vient de rehausser pour la cinquième fois depuis la mi-octobre 2009…

    De ce point de vue, l’écart entre le loyer de l’argent que pratique la Fed et l’évolution du PIB apparaît intenable.

    L’Amérique devra trouver 1 500 milliards de dollars pour se refinancer en 2010 ….

    Pourtant, la Fed persiste et signe
    Loin de corriger le tir, la Réserve fédérale réaffirme … qu’elle pourrait “maintenir ses taux d’intérêt à un niveau très bas…

    La promesse d’un argent presque éternellement gratuit ne saurait être plus claire… mais le marché peut-il encore y croire ?

    Les prêteurs ne vont-ils pas aller voir ailleurs ?

    Mon avis ?
    La hausse du baril est naturellement interprétée comme un signe positif par les éternels optimistes qui règnent sans partage sur Wall Street. Ils y voient un pari sur l’accélération de l’activité mondiale et la sortie définitive de récession des Etats-Unis…

    Pour ma part, il serait imprudent d’écarter cette autre interprétation : le pétrole ne serait autre que la “valeur refuge” de ce début de XXIe siècle…

    L’enjeu est décisif
    Parti de 79 $ le 25 mars, le baril de pétrole flirte à présent avec les 87 $. Ce niveau est moins parlant que le palier psychologique des 80 $. Mais c’est un niveau clé du point de vue de l’analyse technique puisque le WTI vient de refermer le gap des 86,5 $ du 9 octobre 2008 et de revenir au contact du triple plancher des 86,6 $ du 6 février et 22 janvier 2008 puis du 6 décembre 2007.

    Que d’ex-supports deviennent résistance, c’est un scénario classique… mais lorsqu’il s’agit de pivots majeurs moyen ou long terme, cela mérite d’y réfléchir quelques secondes.

    L’enjeu est en effet décisif, non seulement parce que le baril pourrait grimper ultérieurement vers l’objectif psychologique des 100 $ ou corriger en direction de la MM100 qui gravite vers 78 $ (base du canal ascendant court terme)… mais aussi parce que si notre hypothèse s’avère exacte, ce sont les marchés de taux qui pourraient amorcer une correctiondont les conséquences seraient considérables sur les indices boursiers et les perspectives économiques pour la période 2011/2013.

  • 29 avril 2010 à 11 h 37 min
    Permalink

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour votre blog et la richesse des échanges.

    J’apporte modestement ma contribution en vous proposant l’article du site ContreInfo sur les craintes de pénurie de pétrole de l’armée US :

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3028

    Bonne journée

Les commentaires sont fermés.