Le marché des actions plus sur-évalué que jamais ?

Le SP500 continue de remonter. Les injections monétaires gigantesques et les soutiens économiques jouent momentanément un effet. La récente chute des marchés a aussi mis les indicateurs techniques à un niveau de survente important.

La question qui se pose est : “Sommes-nous dans un rebond du chat mort” (en anglais “dead cat bounce”) ?

Pour mémoire, lorsque le 3 mars 2000 le Nasdaq (500) a entamé sa chute, l’indice a passé du sommet de 5’132 points à 3’042 point (le 24.05.2000) soit 40.7% de baisse. A ce niveau de correction, l’indice a commencé une “remontada” qui l’a amené à 4’289 point le 17.07.2000, soit un rebond de +40.99%. La suite ? On la connait avec un indice qui à chuté de 78% depuis le sommet de 2000 pour taper les 1’108 points en 2002.

En 2020, Le coronavirus (Covid19) passe par là et l’activité économique s’arrête de manière brutale (certains parle de crise plus grave que 1929 et j’y reviendrai). La question reste donc : Est-ce que le rebond du SP500 est justifié en terme de valorisation ?

Cette année, passant de 3’393 à 2’295 points, le SP500 a enregistré une baisse de 32% et depuis le bas affiche un rebond de 23% environ. Une correction dans un bear market ?

En tous cas, pas de quoi être sûr que la baisse soit terminée.

A mon humble avis les P/E (ratio cours/bénéfices) doivent désormais être beaucoup plus hauts, eux qui étaient déjà hauts en janvier 2020 quand j’ai écrit qu’il fallait vendre le SP500. Les entreprises faisant face à un ralentissement comme jamais vu (sauf exceptions comme les fabricants de masques ou contenu en ligne ou éventuelles biotech par exemple), les bénéfices chutent et chuteront pour les années à venir.

Les p/e avant la chute de 2020
Les bénéfices estimés chutent
Les p/e s’envolent
Les p/e montent (Fresh p/e) notamment l’énergie

Cerise(s) sur le gâteau, les sociétés (notamment de l’énergie à cause de l’effondrement du prix du pétrole) vont devoir couper (voire supprimer) les dividendes.

Goldman Sachs anticipe des baisses de dividendes

Tout cela laisse beaucoup d’incertitudes pour les prochains temps.

Même si comparaison n’est pas raison, il est possible d’essayer de comparer l’évolution actuelle du marché américain avec les évolutions lors de krachs historiques (le Dow Jones est l’indice le plus ancien). Voici quelques graphiques glanés sur divers sites et qui essayent d’anticiper l’évolution future du marché américain en cas de récession / dépression.

Les prochains temps seront déterminants, mais je pense humblement que l’économie ne vas pas se redresser aussi rapidement que certains le prévoient. La France par exemple annonce un PIB en baisse de 10% pour 2020 et un rebond de 12% en 2021….

Les suisses plus pragmatiques (ou réalistes ?)

Scénari noirs : Le SECO a présenté deux prévisions conjoncturelles de mars concernant l’évolution possible de l’économie d’ici à la fin de 2021. 1- La Suisse risquerait d’encaisser une perte de PIB de CHF 90 milliards (-13%) 2- perte de PIB CHF 170 milliards (-25%)

La vérité est peut-être au milieu

   Envoyer l'article en PDF   

14 réflexions au sujet de « Le marché des actions plus sur-évalué que jamais ? »

  • 12 avril 2020 à 18 h 30 min
    Permalink

    Bonsoir Olivier.
    Les conditions économiques
    , bien que la FED s’en défende, sont très dégradées depuis des décennies. C’est peut-être même pire qu’en 1929 à écouter les ténors de l’analyse fondamentale (vous, Delamarche, Bertez, Booner, Béchade……..
    ). De plus les PER sont survitaminés
    Les actions sont survalorisées (argent gratis, rachats d’actions etc..)
    Les dettes des états sont énormes !
    Alors, oui la chute risque d’être profonde, et, très longue.
    Merci pour vos recherches, et, vos graphiques.9

  • 12 avril 2020 à 20 h 05 min
    Permalink

    La question est aussi et surtout de savoir si la consommation va repartir ? Et dans combien de temps ? Ou s’arrêter tôt ou tard ?
    Pour ma part elle pourrait, en plus repartir (d’ici 3 à 6 mois peut-être,), repartir encore plus fort qu’avant le Conoravirus.

    1. Parce que les Banques Centrales impriment tellement massivement (que les forêts ont du souci à se faire … juste pour la blague !)

    2. Parce que les citoyens sont entrain d’épargner (!?) même avec des salaires à 80% … (car plus de aucunes dépenses annexes ; loisirs, voyages, habits, transports, essence, restaurants, … etc)

    3. Parce que l’infrastructure industrielle mondiale existe déjà et elle est fonctionnelle. Il ne reste plus qu’à remettre les employés (sous-fifres) dedans.

    4. Parce que vu de mes propres yeux jeudi dernier, une petite société de loisir et détente qui fait CHF 400’000 de CA p/an recevoir sur son compte courant CHF 200’000 à taux zéro à 5 ans (!) Et ce n’est donc certainement pas la seule bien entendu.

    Et imaginez quelles dépenses seront faites avec ces CHF 200’000 ?! (et je vous passe la réponse de l’intéressé qui m’a laissé un peu tout de même sur les fesses)

    Et autres promoteurs immobiliers qui vont recevoir des sommes colossales à taux zéro afin de pouvoir investir dans de nouveaux projets immobiliers … entre autre, avec des loyers oligopolistiques (cartel).

    Bref, les dépenses des citoyens seront bien plus importantes qu’avant le Covid et soutiendront la consommation et donc la production, car avec cette crise, les millionnaires vont devenir des multimillionnaires et les milliardaires des multimilliardaires …. et pas mal de PME vont se retrouver avec du cash en cpte courant comme ils n’en ont jamais eu !

    Et l’infrastructure industrielle mondiale existe déjà et elle est fonctionnelle. Il ne reste plus qu’à remettre les employés dedans …

    … et cet été, le taux d’immatriculation des voitures de luxe va être historique !

  • 12 avril 2020 à 20 h 45 min
    Permalink

    Je suis émerveillé par les prévisionnistes ou 2 projections s’auto-alimentent selon vos sources d’informations…
    – La dépression du siècle
    – Une reprise plus forte qu’avant
    Bonne journée

  • 12 avril 2020 à 21 h 23 min
    Permalink

    Bonsoir, permettez-moi d’apporter une autre approche, celle d’un petit entrepreneur qui a les deux pieds dans l’économie réelle dans le domaine des services (pas la restauration ni le tourisme), en opposition à un patron dont l’activité est directement liée avec le monde de la finance. Il n’y a pas de jugement de valeur de ma part à votre égard, peut-être même que nos réflexions sur le fond peuvent se rejoindre.

    Vous vous basez sur un certain nombres de graphiques et sur le passé pour essayer d’entrevoir dans quelle direction vont aller les prochaines étapes et événements, allez, disons dans les 12 prochains mois.

    Une de mes activités a une clientèle dans 60 pays dans le monde avec 100% de marketing sur Internet (très peu de clients en Suisse). Je fais au plus bref :

    – la première quinzaine du confinement : effondrement des ventes pourtant il n’y a pas eu de baisse du nombre quotidien de visiteurs (voire même une augmentation). Après la méfiance et le déni, Je qualifie le comportement des consommateurs de ”pétrifié de peur” dans le monde entier, (sur-)alimenté par le battage non-stop des médias mainstream en général.

    – troisième quinzaine de mars jusqu’à présent : les commandes reviennent à peu près au même rythme qu’avant. Toutefois, je ne peux pas m’en satisfaire et en rester là dans la réflexion. Comme vous, je cherche à essayer de voir au-delà du brouillard pour anticiper. Toujours à l’affût, même de signaux ‘faibles’, je dois me baser uniquement sur du ‘factuel’. J’ai enfin trouvé un factuel de poids, qui semble crédible et dans la durée :

    – Lufthansa : le big boss annonce ‘réduire la voilure’, se séparer d’un certain nombre d’avions (dont les grands porteurs 380 340 330 mais pas que … Il cherche à les vendre), ‘optimiser’ (se séparer ?) de filiales du groupe (actuellement pas Swiss … plutôt Austrian et SN Brussels). La flotte en grounding, 60% des employés au chômage partiel (pour le moment, faut voir après combien au chômage tout court, pas sûr à 100% de mes chiffres).

    – Easyjet : le big boss annonce que sa société va redevenir une petite start up qui cherchera des destinations qui soient rentables (comme à leurs débuts). Egalement, il dit que le monde de l’aviation mettra des années et des années (5 ans ?) pour retrouver le nombre de voyageurs en 2019. Rien que ça.

    Pourquoi ces deux annonces me parlent ? Parce que :

    – Ces gens-là n’ont pas une vision à 3 ou 6 mois mais sur 3 à 5 ans (voire plus).

    – Investissements lourds avec des dizaines de milliers d’employés nécessaires pou faire tourner la boutique. Rien à avoir avec de petites start up.

    – Même pendant la crise de 2008, les grands patrons de l’aviation n’avaient pas tenus des propos aussi noirs. Donc, d’un côté c’est typiquement le genre de business qui recevra des aides financières et ils le savent parfaitement surtout pour les compagnies nationales, mais d’un autre et comme ce n’est pas une crise ‘classique’ (financière, bancaire), quoi qu’il arrive ils ont déjà intégrés le fait que leurs entreprises ne retrouveront plus leur taille d’avant et devront s’adapter à un ‘nouvel’ environnement.

    – Les concurrents (autres grandes compagnies) vivront la même chose. Cela sous-entend aussi qu’Airbus, Boeing, les caterings, les aéroports, etc., etc. vont morfler.

    Alors oui, vous allez me rétorquer que le patron de Siemens vient d’annoncer qu’il n’est pas prévu de se séparer d’employés. Peut-être que ce discours est dirigé aux marchés (financiers) et l’opinion publique allemande. Peut-être qu’ils s’adaptent en se lançant dans la production de machines pour fabriquer des masques et des respirateurs.

    Je ne me fie pas aux prédictions des marchés financiers. Au-delà des biais et manipulations en tout genre, comment comprendre une augmentation de 7,7 millions de chômeurs en plus aux US en 1 semaine alors que WS finit avec un gain de 1,2% le 9 avril ? Cela sous-entend que même avec 30 millions de chômeurs en plus cela peut continuer à grimper. C’est trop décorrélé pour mon esprit simple.

    A moins que je me trompe.

  • 13 avril 2020 à 9 h 21 min
    Permalink

    “… et cet été, le taux d’immatriculation des voitures de luxe va être historique !”

    @Seb : Bonjour, vos propos sont-ils ironiques ?

  • 13 avril 2020 à 11 h 04 min
    Permalink

    @Olivier

    Bonjour,
    Merci pour ces graphiques, très parlants.
    J’aimerais avoir votre avis sur 2 points:

    1/ Ne faut-il pas mettre les valorisations historiques en lien avec le niveau des taux pour modérer un peu les variations historiques ?
    si vous espérer un taux de croissance à 3% et que empruntez dans un premier cas à 5% ou dans un deuxième cas à 1%, ça change beaucoup de choses…

    2/ Pensez-vous que nous soyons à l’aube d’un nouveau mouvement massif de dépenses/investissements publics, comparable à l’après 2de guerre mondiale (avec de la planche à billet un pue partout sur la planète) qui pourrait engendrer à la fois une nouvelle grande période d’inflation mais également peut-être de nouvelles “trente glorieuses” ?

  • 13 avril 2020 à 12 h 12 min
    Permalink

    @PDC
    Non cela ne se veut pas ironique, bien au contraire (même si je n’ai pas dit si le taux d’immatriculation sera historiquement ELEVÉ ou BAS !)

    Il pourrait être historiquement BAS en cas de déconfiture vraiment magistrale, ce que je doute au vue de mon post du 12 avril à 20h05)

    Je pense qu’il sera historiquement élevé … grâce aux prêts à taux zéro et aux futures faillites (frauduleuses) !

    Et pensez aussi : UN PRÊT à TAUX ZÉRO GARANTI PAR L’ETAT ET REMBOURSABLE DANS 5 ANS !
    Que va-t-il se passer dans les cinq ans à venir pour toutes les entreprises qui feront les cigales avec cet ARGENT GRATUIT … Alors qu’en temps normal, elles n’arrivent même pas à gérer le peu de cash qu’elles ont en compte … (MDR)

    Mais ce qui me désole le plus justement, est de voir qu’un arrêt de l’activité économique de maintenant 3-4 semaines (en Suisse), met en péril une très large partie des entreprises !!! Vous allez me faire croire que les entreprises n’ont même pas UN MOIS de réserve (épargne, cash, fond de roulement) !? Surtout qu’elles n’ont même plus les employés à payer et pour une partie des entreprises, même plus le loyer/bail commercial à payer !

    Cela montre bien le délabrement pathétique de notre système social, économique, financier et politique (= crise structurelle comme je l’ai souvent dit).

    Et c’est tout ce délabrement qui va pousser les gens à être « malhonnêtes », « perfides » et machiavéliques » pour leur survie.
    Alors, dans ce contexte, inonder le marché d’argent imprimé et GRATUIT est inconscient et surtout irresponsable !

  • 13 avril 2020 à 12 h 14 min
    Permalink

    @Jeannot
    Totalement d’accord avec vous sur votre point 2/

  • 13 avril 2020 à 18 h 30 min
    Permalink

    @Seb :

    “Que va-t-il se passer dans les cinq ans à venir pour toutes les entreprises qui feront les cigales avec cet ARGENT GRATUIT … Alors qu’en temps normal, elles n’arrivent même pas à gérer le peu de cash qu’elles ont en compte … (MDR)”

    – Si ce que vous dites est juste, alors c’est grave. C’est grave car cela sous-entend que Berne a aussi prêté à des irresponsables. Cela veut dire que notre gouvernement n’aurait jamais dû prêter (puisque tout est censé être remboursé) sans au préalable vérifier, pour chaque dossier, la situation financière et la crédibilité de chaque demande.

    C’est quand même sur le dos des taxes et impôts de tous les suisses que Berne avance tout cet argent. Qui sera responsable en cas de perte ?? Qui remboursera les pertes dans les comptes de la Confédération ?? Qui assumera la faute politique d’un trou dans la caisse dans 5 ans ??

    Selon vos propos, cela sera la double peine avec ces emprunteurs peu scrupuleux … Ceux qui seront faillites nous enverront également leur personnel au chômage (à financer aussi).

    D’autre part et avant même que la pandémie disparaisse, il y a déjà un trou à milliards concernant le chômage partiel actuel et en plus les futurs nouveaux chômeurs à financer. De nouveau un paquet de milliards. La Confédération devra ‘avancer’ cette argent, et ne sera remboursée que des années après en ayant entre temps augmenté le taux de l’assurance chômage (ce seront tous les salariés qui feront office de compensation). Comme il sera plus difficile de toucher aux taux d’imposition (peut-être à part l’IFD, à voir), il n’est pas impossible que de nouvelles taxes nous soient infligées pour éponger toutes ces nouvelles dettes et déficits.

    “Vous allez me faire croire que les entreprises n’ont même pas UN MOIS de réserve (épargne, cash, fond de roulement) !? Surtout qu’elles n’ont même plus les employés à payer et pour une partie des entreprises, même plus le loyer/bail commercial à payer !”

    – Entièrement d’accord avec vous. Je gère actuellement une douzaine de sociétés, et aucune n’a demandé une quelconque aide financière, ni à la banque ni à la Confédération. Ce n’est pas un phénomène propre à la Suisse, c’est partout pareil. En France, ça couinait et chialait de partout déjà au bout de 10 jours de confinement (idem en Italie, etc., etc.)

    Alors, pour les optimistes de tous bords qui pensent à une reprise en ‘V’ et aux prochaines ’30 glorieuses’ 2.0 (j’en rêve aussi bien-sûr, mais cela reste purement de l’ordre du rêve), faut m’expliquer comment y parvenir avec une majorité de sociétés (hors banques, assurances, multinationales et quelques autres) qui ne sont même pas capables de ne pas être déstabilisées avec 0 Francs de CA sur 1 ou 3 mois … Cela semble être une plaisanterie même si je ne demande qu’à le croire.

    Le PDG d’une fort connue compagnie aérienne voit une reprise en ‘L’ (même pas en ‘U’).

  • 15 avril 2020 à 20 h 40 min
    Permalink

    Article non connexe au post :

    “Coronavirus : comment la Chine a embrouillé l’OMS (et l’Occident…)”

    https://www.atlantico.fr/decryptage/3588819/coronavirus–comment-la-chine-a-embrouille-l-oms-et-l-occident—covid-19-organisation-mondiale-de-la-sante-who-tedros-adhanom-ghebreyesus-etats-unis-emmnauel-lincot-cyrille-bret-stephane-gayet

    Je me pose la question suivante : Pékin n’aurait-il pas laissé ‘filer’ ce virus intentionnellement dans le but de déstabiliser les élections américaines, sous-entendu de priver Trump d’un 2° mandat présidentiel pour cause d’explosion du chômage et crise économique aux US dont chacun maintenant a compris que c’est à cause du dit virus ? Trump le Méchant, Trump celui qui veut démondialiser … En opposition à Pékin la Pacifiste, qui n’a que de bonnes intentions (détrôner les USA et devenir le Number One, dégager le dollar comme monnaie de référence, etc.) et qui veut encore et encore plus ‘mondialiser’ ?

    Cette affaire n’est pas terminée. Loin de là. Je les plains à Pékin si Mr Trump est réélu.

  • 17 avril 2020 à 18 h 39 min
    Permalink

    L’injection massive d’argent par la FED et tous les gouvernements dans le système va inévitablement créer de l’hyper inflation amenant les banques centrales à augmenter leur taux à moyen long terme ou dévaluer leur monnaie. L’or va connaître une ascension fulgurante.

  • 19 avril 2020 à 18 h 43 min
    Permalink

    @Patrick : Bonjour,

    La remontée des taux, c’est déjà acquis et pour des raisons d’ordre ‘technique’ (marge de manoeuvre).

    Si ce que vous dites s’avérera vrai, l’hyper inflation (peste bubonique monétaire) tuera beaucoup plus de gens que le corona, quasiment toutes les devises seront impactées sauf le … CHF.

    Etant donné que ce n’est pas pratique de payer ses courses avec un support en or, il faudrait inventer un nouveau système de paiement du type ‘bitcoin’ (blockchain) mais uniquement adossé au cours du jour de l’or physique et sur la base d’un réel dépôt d’or physique, que les utilisateurs de tous horizons puissent ensuite alimenter du cash (en CHF) depuis leurs avoirs (en or) sur une carte bancaire pour pouvoir payer ses divers achats et transactions. Les détenteurs d’or seront doublement protégés, du début à la fin du circuit, de l’hyper inflation puisqu’il ne ressentiront plus les effets + le cash disponible sur la carte avec la plus crédible des devises … le CHF. Avec comme siège et base juridique en Suisse, agréé et surveillé par la FINMA pour un maximum de crédibilité et de souveraineté.

    Peut-être que ce type de plateforme existe déjà.

  • 20 avril 2020 à 11 h 38 min
    Permalink

    Faisant suite à mon post du 15 avril 2020 à 20 h 40 min à propos de la Chine :

    “Coronavirus: China oil titan warns of gathering ‘black swan’ risks for Beijing after pandemic”

    https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/3080419/coronavirus-china-oil-titan-warns-gathering-black-swan-risks

    En laissant pour le moment de côté les drones et les missiles, voila quelques bonnes idées pour faire raquer la Chine :

    “Coronavirus : 3 manières de demander des comptes à la
    Chine (sans aggraver la situation mondiale)”

    https://www.atlantico.fr/decryptage/3588906/coronavirus–3-manieres-de-demander-des-comptes-a-la-chine-sans-aggraver-la-situation-mondiale-emmanuel-lincot

    J’adhère.

Les commentaires sont fermés.