Le graphique qu’aucun banquier central n’osera vous montrer !

Le pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires sur plus de 120 ans.

PATHETIQUE !!

pouvoir d'achat du CHF et de l'or depuis 1890

 

Avec l’or le pouvoir d’achat a été maintenu.

On remarque – en 1936 – lors de l’abandon de l’étalon or que l’or s’écarte grandement de la monnaie fiduciaire suisse:

27.09.1936
Arrêté du Conseil fédéral instituant des mesures monétaires; le franc suisse est dévalué de 30% en moyenne (RO 52, 765).

http://www.snb.ch/fr/iabout/snb/hist/id/hist_wpc/7

J’ajoute à mon grand désespoir, que le CHF a été la meilleure monnaie.

J’avais déjà produit des graphiques comparatifs des monnaies fiduciaires FRF et GBP contre CHF:

200 ans de Francs Français contre le Franc Suisse

200 ans de livre sterling contre franc suisse

   Envoyer l'article en PDF   

3 réflexions au sujet de « Le graphique qu’aucun banquier central n’osera vous montrer ! »

  • 26 juin 2013 à 6 h 54 min
    Permalink

    Mardi 25 juin 2013 :

    Anglo Irish Bank : les deux dirigeants auraient menti aux autorités irlandaises.

    Les dirigeants de la banque irlandaise Anglo Irish Bank nient avoir trompé les autorités de Dublin pendant la crise financière en 2008, suite à la publication de discussions enregistrées au téléphone.

    Ces discussions révèlent que les dirigeants de l’Anglo Irish Bank – qui n’existe plus sous ce nom aujourd’hui – avaient sciemment sous-estimé les sommes nécessaires au sauvetage de la banque.

    Selon l’Irish Independent qui s’est procuré les enregistrements, les deux dirigeants de la banque parlaient de 7 milliards d’euros pour ne pas risquer un refus de Dublin, alors que l’addition pour les contribuables irlandais allait finalement avoisiner les 30 milliards d’euros.

    http://fr.euronews.com/2013/06/25/anglo-irish-bank-les-deux-dirigeants-auraient-menti-aux-autorites-irlandaises/

  • 26 juin 2013 à 6 h 55 min
    Permalink

    Les enregistrements des deux dirigeants de la banque Anglo Irish Bank sont ici :

    http://www.independent.ie/business/irish/inside-anglo-the-secret-recordings-29366837.html

    Les enregistrements audio de Anglo Irish Bank révèlent pour la première fois comment les dirigeants de la banque ont menti au gouvernement au sujet de la véritable ampleur des pertes de l’établissement.

    Ces incroyables enregistrements montrent le dirigeant John Bowe, qui avait été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, riant et plaisantant avec un autre dirigeant, Peter Fitzgerald, et racontant comment Anglo Irish Bank avait trompé l’État pour qu’il lui donne des milliards d’euros.

    M. Fitzgerald n’avait pas été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, et il a confirmé qu’il n’était pas au courant de toute cette stratégie, ni de l’intention de tromper les autorités.

    M. Bowe, dans un communiqué hier soir, a catégoriquement nié avoir trompé la Banque centrale.

    Les enregistrements audio proviennent de son propre système téléphonique interne, et ils datent du cœur de la crise financière qui a amené l’Etat irlandais à genoux en Septembre 2008.

    Anglo Irish Bank était à quelques jours de l’effondrement complet – et dans les années suivantes, les contribuables allaient lui donner 30 milliards d’euros. M. Bowe parle de la façon dont il avait demandé à l’Etat 7 milliards d’euros pour renflouer Anglo – mais les négociateurs d’Anglo savait depuis le début que ce n’était pas assez pour sauver la banque.

    Le plan était le suivant : une fois que l’État aurait commencé à donner de l’argent à la banque, il serait incapable de s’arrêter.

    M. Fitzgerald demande à M. Bowe comment ils étaient arrivés à ce chiffre de 7 milliards d’euros. M. Bowe éclate de rire en répondant : “Comme le batteur disait (le batteur est le surnom du PDG David Drumm) : “j’ai sorti ce chiffre de mon cul.”

    Il dit aussi : “S’ils avaient vu l’énormité du sauvetage avant, ils auraient pu décider qu’ils avaient le choix. Tu vois ce que je veux dire ?”

    “Ils auraient pu dire que le coût pour le contribuable était trop élevé … tandis que si la somme ne semblait pas trop grande au début … si elle est assez grosse, mais pas trop grande pour que ça gâche tout, alors je pense que tu as une chance qu’ils acceptent de payer. Donc maintenant je pense que le montant du sauvetage va augmenter. ”

    M. Fitzgerald, le directeur des services bancaires de détail, dit : “Ouais, ils ont mis le doigt dans l’engrenage.”

    Les commentaires de M. Bowe dans l’enregistrement audio révèlent que la stratégie d’Anglo Irish Bank était d’attirer l’Etat, en ne laissant aux contribuables d’autre choix que de continuer à fournir des prêts à la banque et à “soutenir leur argent”.

    L’enregistrement montre également M. Bowe et M. Fitzgerald éclater de rire en déclarant qu’il n’y a aucune chance pour que la banque rembourse les prêts.

    Pour la première fois, les contribuables obtiennent un aperçu exclusif des magouilles bancaires qui ont coûté à l’Irlande notre souveraineté.

    Paul Williams, “Irish Independent”, lundi 24 juin 2013.

  • 26 juin 2013 à 14 h 46 min
    Permalink

    Espérons qu’il y ait rapidement une traduction en français, il faut que ça fasse un maximum de buzz pour que les gens comprennent enfin ce que ça signifie, une “garantie de déficit”: le “moral hazard” ad infinitum, autrement dit l’abus généralisé et systématique aux frais de la princesse (contribuable).

Les commentaires sont fermés.