Le blog de Gautier : BNS juin 2020: +7,5 milliards de francs

A force d’échanger sur le net et de produire des articles, on fait des rencontres intéressantes !

J’aimerais porter à votre connaissance le blog de Gautier et notamment son dernier article (avec des graphiques très pointus) sur la BNS et la création monétaire par habitant.

ndlr : Je suis bien conscient que pour certains c’est peut-être redondant et BNS répétitif, mais les créations monétaires, plans de relances extrêmes et notre banque centrale sont des sujets plus que d’actualité)

BNS juin 2020: +7,5 milliards de francs

dont le contenu est le suivant, je cite :

“On voit que l’épisode “COVID-19 première vague” touche à sa fin puisque la Banque Nationale Suisse n’a fabriqué “que” 7,5 milliards de francs (CHF), dont un modeste demi-milliard imprimé en billets.

Histoire de ramener ces sommes à l’échelle humaine, voici les sommes d’argent créées par la BNS durant cet épisode, divisées par la population suisse (8,6 millions d’habitants):

  • mars: 1’582 francs
  • avril: 5’772 francs
  • mai: 3’357 francs
  • juin: 873 francs

En moyenne: 2’896 francs par mois et par habitant, enfants inclus. Pour une famille avec deux enfants, cela représente 11’584 francs par mois de dilution monétaire ! “

Source: BNS

MUNDUS VULT DECIPI ERGO DECIPIATUR

   Envoyer l'article en PDF   

9 réflexions au sujet de « Le blog de Gautier : BNS juin 2020: +7,5 milliards de francs »

  • 23 juillet 2020 à 11 h 19 min
    Permalink

    Bonjour, fort instructif. A qui est redistribué toutes ces nouvelles impressions, qui en sont tous les bénéficiaires ? Uniquement que pour continuer à acheter des devises et des actions étrangères ? Le COVID n’aurait-il pas bon dos ?

    “Economisme = sacrifier (ou endetter) une partie de la population au nom du maintien de l’activité économique.”

  • 23 juillet 2020 à 12 h 12 min
    Permalink

    les banquiers suisses ont des grandes poches !!

  • 23 juillet 2020 à 15 h 26 min
    Permalink

    @PDC: vous connaissez sûrement des expats qui ont converti en francs leurs économies en euros (ou livres, ou dollars, …), à la recherche de la sécurité de la monnaie helvétique? C’est un exemple parmi d’autres…
    A chaque sursaut de crise, depuis 2008, il y a une forte demande et cela se voit dans les graphiques ci-dessus: la BNS se sent obligée d’imprimer en douce, sous le guichet, des billets pour satisfaire à la demande (évidemment c’est une image: seule une fraction de ce nouvel argent est réellement imprimée).
    C’est difficile d’identifier des bénéficiaires en particulier. Mais si cet argent venait à circuler largement, il n’y aurait que des perdants dans la hausse des prix résultante. Pour le moment la propagation de l’inflation semble limitée aux actifs financiers et à l’immobilier (cette propagation inégale est un effet découvert il y a trois siècles par Richard Cantillon dans des circonstances similaires).

  • 23 juillet 2020 à 19 h 59 min
    Permalink

    @Zerte : je vous remercie.

  • 26 juillet 2020 à 17 h 23 min
    Permalink

    Je me souviens, lorsque j’allais à l’école, à la boulangerie, il y avait le ballon à fr. -.15 et le ballon, bien plus conséquent, à fr. -.25. Aujourd’hui le petit ballon est à CHF 1.10. C’était il y a 45 ans. Et puis le franc français est devenu nouveau. Il est passé de CHF 80.- à CHF 40.-, puis à 25.-, avant de rejoindre l’Euro. Alors oui, la monnaie suisse a comme vocation de baisser de valeur, comme toute monnaie. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de quantité finie en matière monétaire. La seule chose de bien dans le franc suisse, c’est qu’il baisse moins que les autres monnaies, ce qui donne l’impression qu’il prend de la valeur, ce qui est complètement faux et absurde. Le CHF baisse, mais il baisse moins que les autres monnaies. C’est la moins pire des monnaies, un point c’est tout. Et c’est normal. Malheureusement tout le monde ne profite, sauf les suisses. Car la monnaie n’est pas un objet de thésaurisation. C’est une abstraction. Si j’ai un million sur un compte, c’est un montant abstrait. Par contre, si j’ai un million en or, ou une maison à un million, ou un pour un million d’actions Nestlé, là ce n’est pas de l’abstraction, mais de l’investissement. De la détention d’un bien dans lequel j’ai investi et qui, lui, ne se dévalue que peu et qui suit en tout cas l’indexation en cas d’inflation. Donc, la BNS ne peut rien faire d’autre que d’être moins mauvaise que les autres. Etre bonne, c’est une utopie. Rappelons que la BNS est une institution qui relève de l’administration et que l’administration n’est pas le monteur de l’économie libérale, loin s’en faut. Si la BNS voulait faire tomber le franc suisse, cela serait très facile : il suffirait que son taux d’intérêt passe progressivement, sur quelques mois, de -.75 à +3.75. Les étrangers prendraient peur et nous rendrait les CHF qu’on leur a vendus, ce qui ferait baisser notre cours. Serait-on gagnant ? absolument pas. Chaque fois qu’il y a une crise, la balance commerciale de la suisse devient plus fortement bénéficiaire. Parce que les suisses disposent d’un surplus qu’ils sont libres de ne pas dépenser. Et c’est ce que la crainte d’une crise les conduit à faire. Du coup : moins d’importation. Tandis que les autres pays, qui n’ont pas cette chance, continuent à acheter nos produits. Du coup, la balance des payements s’accroît en notre faveur ce qui fait monter le CHF relativement aux monnaies étrangères… Non la BNS n’est pas sage, mais elle est moins dispendieuse que les autres banques. Voilà tout.

  • 26 juillet 2020 à 20 h 08 min
    Permalink

    @Yaroslav: “Si la BNS voulait faire tomber le franc suisse, cela serait très facile : il suffirait que son taux d’intérêt passe progressivement, sur quelques mois, de -.75 à +3.75.”

    Dans ce cas, il vous faut tout de suite écrire à M. Jordan: il cherche désespérément un moyen d’affaiblir le franc suisse. Visiblement il n’a pas essayé votre solution!

  • 1 août 2020 à 9 h 20 min
    Permalink

    Tout ce que je lis sur internet c’est que le bénéfice a été réalisé grâce au taux d’intérêt négatif sur les placements. Alors que grâce a la minuscule position en métal précieux doré il y a une hausse de 7 milliards. Il ne faut surtout pas dire que c’est 1000 tonnes d’or sont profitables

  • 1 août 2020 à 16 h 58 min
    Permalink

    A moins que je me trompe, 38,2 (pertes T1 compensées) + 0,8 = + 39 milliards (bénéfices T2). Il me semble que c’est honorable pour un trimestre si l’on compare sur la perte précédente.

    Les bénéfices de l’augmentation du cours de l’or sur leurs réserves se verront sur le résultat du T3 voire aussi sur le T4 voire encore plus longtemps.

    Ils doivent compter là-dessus (augmentation de la valeur du cours de l’or) pour compenser le risque sur l’achat de devises (affaiblir le CHF pour l’industrie d’exportation).

    Et pour le moment, bien leur a pris d’acheter des actions Apple, même s’il reste discutable si c’est (ou non) le rôle d’une BC. D’autres BCs en Europe vont dans le futur effectuer des achats ‘patriotiques’ de soutiens (du type BoJ) à leur bourse … la BNS achète du Apple ? Cela n’a absolument rien de patriotique, c’est 100% de spéculation gagnante.

    Bon 1° août, Chers Patriotes !

Les commentaires sont fermés.