La Ville de Lausanne bientôt en Faillite ?

Est-ce mon article du 11 novembre dernier qui a réveillé quelques journalistes ?

Pour rappel: La ville de Lausanne se finance à bon compte sur les marchés (pour combien de temps ?)

Toujours est-il que désormais on constate enfin publiquement que la ville a été très très mal gérée financièrement avec un passif aujourd’hui de plusieurs milliards de CHF (dette supérieur – en montant – à celle du canton de Vaud dont Lausanne est le chef-lieu). Où est passé cet argent ?

J’ajoute en que la caisse de pension (la prévoyance retraite) de la Ville de Lausanne est en sous-couverture très très importante et le syndic (maire) est épinglé par la cours des comptes. Ce dernier réfute toute mauvaise gestion de la caisse.

Daniel Brélaz fait débat

L’article de Lausanne Cité: http://www.lausannecites.ch/node/1758

 

Un exemple de faillite par le passé: Loèche-les-Bains (Leukerbad)

Il semble que mondialement les communes font preuve de largesse financière. Ceci étant normal ce n’est pas leur argent, mais celui des contribuables. Toujours facile de dépenser l’argent des autres.

J’aime à répéter Milton Friedman à ce sujet:

1) Vous dépensez votre propre argent pour vous-même. Vous faites alors attention et essayez d’obtenir le plus possible de votre argent.

2) Vous dépensez votre propre argent pour quelqu’un d’autre. Par exemple, vous achetez un cadeau pour quelqu’un que vous connaissez. Vous ferez sans doute plus attention au coût du présent qu’au plaisir qu’il pourra procurer.

3) Vous dépensez l’argent de quelqu’un d’autre pour vous-même. Par exemple, vous êtes à un déjeuner d’affaires que vous allez régler avec la carte de crédit de votre entreprise. Vous ferez certainement moins attention au coût et plus au fait de bien manger.

4) Enfin, vous dépensez l’argent de quelqu’un d’autre pour quelqu’un d’autre. Dans ce cas-là, vous ne serez pas inquiets au sujet de la dépense, ni préoccupés par ce que vous allez dispenser.

L’Etat représente le tiers de notre revenu national…(en Suisse) et 50% en France.

PS: Pour la version originale, voir « Free to choose » de Milton Friedman

 

 

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

34 réflexions au sujet de « La Ville de Lausanne bientôt en Faillite ? »

  • 15 décembre 2011 à 15 h 38 min
    Permalink

    Proverbe italien:
    L’argent public c’est comme l’eau bénite
    Tout le monde se sert……

    Bien dommage que les élus ne fassent pas plus attention à notre argent!

  • 15 décembre 2011 à 16 h 36 min
    Permalink

    Il serait intéressant de pouvoir comparer le taux d’endettement des différentes communes de Suisse (un peu à la manière du comparatif de taux d’imposition sur comparis), il y a surement quelques beau lièvres dans le tas…

  • 15 décembre 2011 à 16 h 36 min
    Permalink

    Comme tjs , personne n’est responsable.

    Mais essayez de voler une pomme !

  • 15 décembre 2011 à 17 h 39 min
    Permalink

    Lausanne c’est-elle endettée en francs suisse comme tant de communes françaises ?
    Cà serait très très grave !

  • 15 décembre 2011 à 18 h 48 min
    Permalink

    heureusement que lissac donne la 2 paire de lunettes gratuite
    sinon ont aurais put continuer a ne rien voir
    cordialement

  • 16 décembre 2011 à 8 h 43 min
    Permalink

    lorsqu’on fait des dettes publiques, celles ci durent tellement de temps que les générations suivantes doivent les payer.Or, cette cavalerie financière dure maintenant depuis quelques décennies.Je reste convaincu que ma génération (née en 70), lorsqu’elle sera au pouvoir dans une petite décennie, décidera d’une façon ou d’une autre de ne pas accepter l’héritage de ces anciens qui ont surtout profité d’un cadre de vie formidable sur notre dos.Le poids des dettes devient tel que le choix sera vite fait.Je déconseille de s’endormir sur les obligations d’états et de bien éviter les prêts aux municipalités.Par ou commencera le phénomène ? (USa ?)En France, il existe la possibilité de refuser un héritage lorsque celui ci est surtout composé de dette.Extrapolons cela au niveau des générations !

  • 16 décembre 2011 à 10 h 24 min
    Permalink

    @ tloc

    Les dettes étatiques ne sont quasiment jamais remboursées (les quelques exceptions se comptent sur les doigts de la main). Elles engendrent le cycle débitiste (inflation – désinflation -déflation) et finissent pas faire sombrer non seulement l’État, mais l’économie tout entière.

  • 16 décembre 2011 à 12 h 13 min
    Permalink

    La ville est à gauche depuis 20 ans.
    La dette a doublé en 20 ans.
    Trouvez l’erreur.

  • 16 décembre 2011 à 13 h 10 min
    Permalink

    Euuh Larry, excusez-moi: inflation-désinflation-déflation, je veux bien comprendre, mais si les dettes des Etats ne sont jamais remboursées, comment faire le “joint” avec l’effondremment de l’économie toute entière… mondiale, terme plutôt vague, non?! Vous parlez de quoi là? De chômage ou de disparitions de services puublics ou des deux, voire autre chose(émigration/immigration, insécurité de l’emploi , insécurité tout court, marché noir, économie souterraine, etc.)? Donnez-moi un exemple pour mieux comprendre. A mon humble avis, les dettes se paient toujours autant dans leur singularité que dans leur définition étatique. Il y a forcément un perdant. Dites que les banques ne veulent rien perdre et ponctionnent les plus pauvres et les classes moyennes mais les dettes étatiques se paient aussi… in fine.

    Prenez cet exemple de la dette publique des USA. Où voyez-vous qu’elle diminue? Pour celles et ceux qui croient qu’étant né(e)s en 1970 ils doivent payer les frasques de leurs géniteurs, ils se trompent lourdement; je suis de cette génération(1950): http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Dette_US_longue_periode.png pas terrible la dette remboursée des USA depuis 1800… 🙂

    Mes parents ont dû trimer pour m’éduquer et l’ont bien fait et je bosse depuis l’âge de 16 ans. Ce qui est loin d’être le cas des générations actuelles. 😉

  • 16 décembre 2011 à 14 h 31 min
    Permalink

    Vendredi 16 décembre 2011 :

    Le Fonds de secours de la zone euro (FESF) a nié aujourd’hui vouloir mettre en garde des investisseurs contre un éclatement de l’Union monétaire.

    Le Fonds européen de stabilité financière va ainsi supprimer du document de présentation de sa prochaine émission obligataire une clause informant les investisseurs de la possibilité d’un éclatement de la zone euro, un sujet devenu sensible, a-t-on appris aujourd’hui de source proche du FESF.

    Le Financial Times avait rapporté hier que le projet de prospectus mentionnait explicitement le risque de voir l’euro disparaître ou cesser d’être une “monnaie légale” à part entière.

    Une source du FESF a dit à Reuters que cette clause avait été ajoutée au document par des juristes, mais qu’elle n’avait pas été approuvée par la direction de l’institution et qu’elle ne figurerait pas dans la version définitive du texte.

    “La phrase avertissant du risque d’éclatement de la zone euro figurait entre crochets dans le projet et elle va être retirée”, a déclaré la source.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/12/16/97002-20111216FILWWW00295-le-fesf-nie-s-inquieter-de-la-fin-de-l-euro.php

  • 16 décembre 2011 à 14 h 38 min
    Permalink

    BA répondez une fois pour qui vous roulez? La destruction de l’Europe ou pour la survie des USA?!

  • 16 décembre 2011 à 15 h 26 min
    Permalink

    @Amora

    Cette monnaie unique est un désastre. Il faut que ces dirigeants cessent de nier la réalité.

    Je n’ai pas suivi votre discordance avec BA, mais les Etats-Unis d’Amérique ont bcp moins de désavantages que les européens pour se sortir de leurs problèmes. Déjà rien que la langue unique, la monnaie unique et la capacité à rebondir.

    Les gouvernements sont focalisés sur la dette, mais le problème c’est la balance commerciale et tant qu’ils ne comprendront pas qu’ils doivent recommencer à exporter (sauf les allemands) ils ne sont sortiront pas.

    La zone euro court à sa fin. C’est assez clair pour moi.

  • 16 décembre 2011 à 15 h 56 min
    Permalink

    Valentine_13, il est faux de dire que l’Amérique n’a qu’une langue. A part l’espagnol(population déterminante) et autres langues condamnées indiennes, créoles, etc., il y a au moins 6 dialectes anglais! De plus l’UE c’est une création américaine et non européenne faisant suite à la fin du 2e conflit mondial. Et cette union monétaire a été voulue technocratique par les USA pour avoir un allié faible et contrôlé pour faire face à l’ex-URSS.

    Comme vous dites: “La balance commerciale” n’est pas des meilleures depuis 1800 pour les USA. Comme par hasard la dette américaine augmente mais pas les affaires qui augmentent uniquement, à chaque guerre, pour les spéculateurs terriens, industriels et bancaires: guerre de Sécession dont je me tue(sans jeu de mot) pour dire qu’elle est à l’origine de la pire idiotie américaine mettant en valeur sa propre ignorance de l’économie, de la stratégie militaire et du sens humaniste(guerre la plus meurtirère connue par les USA)! Et à l’origine de son expansionisme délirant qui croit encore durer! Même Obama fait de la désinfo sur “la victoire des USA en Irak” alors que c’est un énorme flop humain(plus de 4’000 morts qui étaient soldats parce que chômeurs!Etre Marine aux USA c’est un statut social, le saviez-vous?), économique et monétaire pour le contribuable américain que je dénonce depuis 2001 si vous me suivez depuis cette date sur d’autres forums. La monnaie unique dites-vous? Pas plus que l’€uro quand on sait la Californie en faillite.

    L’€uro court à sa fin si les européens ne comprennent pas leurs intérêts et qui commande réellement sur cette pauvre planète. Oui bien sûr la culture américaine ne m’a jamais attirée car trop superficielle et ses cerveaux sont tous…. non américains. Un pays qui se développe intellectuellement possède plus de 20% d’étudiants étrangers. Seule l’Amérique arive à ce résultat mis à part les chinois, que tout le monde dénigre mais qui sont patients et silencieux dans les actes et ont compris que les étudiants allant aux States y vont pour apprendre et revenir chez eux! Les européens ne l’ont pas compris! Relisez l’Histoire de Chine! Elle a été plus évoluée depuis des siècles et l’Europe était barbare alors que la Chine était au summum du progrès intellectuel, économique et scientifique! Les chinois ne croient pas à Hollywood et ses paillettes! L’Europe léthargique et complexée oui; et vivant encore avec idées colonialistes dépassées comme la France, la Grande-Bretagne qui croit encore à son Empire et la Belgique avec son Congo dévasté par sa cupidité expansioniste “pour faire comme les autres” au XIXe siècle et j’en passe(!).

    Tout ça pour ne pas bosser à bon marché et préférer exploiter le seul continent vraiment riche, l’Afrique en humiliant ses peuples dans l’esclavage. Obama n’a rien de Keynian! C’est un américain aussi stupide que ses prédécesseurs! Qu’a-t-il fait pour les peuples d’Afrique exploités par ce beau monde arrogant occidental? Rien! Ouvrez les yeux Valentine_13 😉

  • 16 décembre 2011 à 16 h 30 min
    Permalink

    Amora, mes yeux sont grands ouverts et très ouverts. Vos mots sont trop longs et trop confus. Une ligne aurait suffit.

    Tout ce que j’ai voulu dire, c’est que les USA sortirons de la crise parce qu’ils ont cette capacité à rebondir que les européens n’ont pas. On parle d’un seul pays. Irak, militaire, chinois, étudiants, deux langues, soit si vous le voulez, mais eux ils ont compris comment ça fonctionne et des autres ils n’en ont que faire. C’est chacun pour sa pomme.

    Et pour la balance commerciale c’était spécifiquement à celle de la France que je faisais référence.

  • 16 décembre 2011 à 17 h 36 min
    Permalink

    Valentine_13, ne répondez pas par le subjectif. Donnez-moi des preuves de la capacité réelle des Etats-Unis à “rebondir”. Rebondir de quoi?! Cela fait plus d’un siècle qu’ils ne rebondissent pas?! La seule chose qu’ils savent faire c’est la guerre, voler les matières premières de la planète entière et la capture de cerveaux ébahis par le show!

    Mais je vous rejoins: chacun pour sa pomme! Mais excusez-moi je préfère la mienne à celle américaine( pas réputée pour son aspect culinaire!) 😉

    Maintenant je suis navré si vous ne me comprenez pas ce que j’écris. Là je ne suis pas responsable! 🙂

    Une citation pour vous de Spinoza:
    “Si fort qu’un homme soit supposé adhérer à des idées fausses, jamais, pourtant, nous ne dirons qu’il est dans la certitude.”

    Lisez son livre sur l’Ethique!

  • 16 décembre 2011 à 20 h 27 min
    Permalink

    @ Amora

    Le cycle débitiste est résumé ici (si vous ne comprenez toujours pas après, je peux développer):

    http://debitisme.blogspot.com/p/le-ba-ba-de-leconomie.html

    Par effondrement, j’entends chute brutale et massive du PIB, faillites en série, effondrement du système financier, explosion du chômage, etc.

    Vous commencez par prétendre que les dettes étatiques se payent tout en constatant que celles des USA n’ont jamais été remboursées (sauf en 1835, sous Jackson), pour le moins contradictoire…

  • 16 décembre 2011 à 20 h 32 min
    Permalink

    Un grand merci à BA pour son excellente couverture de l’actualité, on espère que ça dure!

    @ Valentine_13

    Il suffit que par ex. l’I fasse banqueroute pour qu’elle entraîne avec elle tout le système financier et donc l’économie mondiale. Il n’y a pas de “découplage” possible, l’interdépendance est totale.

  • 16 décembre 2011 à 22 h 22 min
    Permalink

    Larry, un peu maigre comme argumentation en citant l’unique année 1835 sur 211 ans… Peu crédible pour un scientifique. Vous me décevez! 😉

    Pour l’Italie , ce pays est en faillite depuis 1943… date du débarquement des américains en Sicile et Salerno accompagnés de la mafia que le régime fasciste de Mussolini avait foutu presque totalement dehors d’Italie! Al Capone a sévit à Chicago pas à Palerme ni à Naples! Et les bases de l’USAF n’ont toujours pas quitté ni Naples, ni Grosseto, ni l’Allemagne. Fais-je erreur?! 😉

  • 16 décembre 2011 à 22 h 34 min
    Permalink

    @ Amora

    Mon propos est que les dettes ne sont jamais remboursées et votre exemple, les USA, confirme largement mon propos (même s’il n’est bien sûr pas le seul, loin de là). Le remboursement sou Jackson est l’exception qui confirme la règle, rien de plus.

  • 16 décembre 2011 à 22 h 40 min
    Permalink

    Personnellement, je me pose la question des incidences de cette faillite… (ou mauvaise gestion)

    Pensez vous que cela puisse affecter la situation de la banque cantonale du valais??
    En la rendant plus vulnérable à la crise. Ou cela n’a rien à voir?

    Je suis d’autant plus préoccupé par cette question que j’ai misé mes billes dans cette banque!

    Merci

  • 16 décembre 2011 à 23 h 05 min
    Permalink

    @ Néophyte

    Si une commune vaudoise devait faire banqueroute, elle serait sans doute mise sous tutelle du canton, qui passerait sans doute à la caisse. Du moins c’est ainsi que ça se passe à GE, mais je ne pense pas que ce soit différent dans les autres cantons.

  • 16 décembre 2011 à 23 h 21 min
    Permalink

    Larry, Néophyte pose la question sur la Banque Cantonale du Valais, pas la Banque Cantonale vaudoise! Peut-être le valais est une région étatique trop loin de Genève?! 😉

  • 17 décembre 2011 à 2 h 11 min
    Permalink

    @ Amora

    Si le canton de VD assume la dette, la BCVs et ses investisseurs n’ont absolument rien à craindre.

  • 17 décembre 2011 à 11 h 58 min
    Permalink

    Je n’ai jamais cru en la construction europenne, encore moins depuis l’entrée des pays de l’est.Non pas que je sois “raciste anti ex-comunistes”, mais que cela allait rajouter de l’héterogénéîté.Bientôt l’entrée de la Turquie et on passera au cran supérieur : la contradiction.N’y voyez aucune islamophobie !
    L’Europe doit se construire pour elle même et non pas pour emmerder la Russie.
    Il ne faut pas se renier.L’hétérogèneïté n’est pas un handicap à priori.Comme la biodiversité , elle peut être un avantage..
    Cette contruction passe à une vitesse supérieure.Profitant de la crise, on transformera tout le monde en allemands.Il y a trois grandes zones, qui correspondent à des mentalités très différentes.Donc encore plus de divergences entre les peuples et ceux qui commandent…
    Et bientôt tous devront parler le Novlang ( une variété de sous anglais, langue officielle de la fédération).Gare aux parias ne la bredouillant pas.
    Cette Europe n’a pas d’âme : nos billets ne s’ornent que de batiments fictifs.Pas un philosophe, pas un musicien, pas un scientifique.Quelle honte y aurait-il a avoir un billet français avec la tour Eiffel, un autre avec la tête de Pasteur.Quelle problème avec mozart Bach, Goethe, Erasme, Vivaldi, Galillé.Les grecs auraient pu y mettre Socrate, Platon, le parténon.Cela aurait été l’occasion de découvrir des monuments et des personnages baltes, un darkar viking,…Certains personnages auraient faché certains voisins (pas ex Wagner ne fait pas l’unamimité,… tant pis !).

    J’aurais préféré des motifs géométriques à ces monuments fantoches.
    On détruit les histoires nationnales mais on a en face que du kitch, du faux.Rien ne l’incarne !

    Cette Europe , si elle ne s’amande pas finira comme cette langue synthétique qui ne s’est jamais développé : l’espérento !

    La Suisse m’étonne .Trois langues dont deux dominantes.Je vous connais mal.Mais je suppose que vous vous sentez tous suisses, un sentiment nationnal fort, enchassé entre des montagnes qui marquent bien votre chez vous.Il y a certainement des à priori des germanophones à l’encontre des francophones et réciproquement.Mais rien de bien grave apparemment.Pour vos dettes, si une province tombe, les voisins la sauveront.Vous n’aurez pas de syndrome grec.Vous ne feriez pas d’un petit problème un cas systémique !

    Si Lausanne trébuche, toute la Suisse ne tomberait pas.
    Nous, la grèce trébuche.On la roue de coup, elle tombe.Nous sommes menacé de tous sombrer …

  • 17 décembre 2011 à 16 h 42 min
    Permalink

    @ Crottaz

    Vous citez Friedman:
    “1) Vous dépensez votre propre argent pour vous-même. Vous faites alors attention et essayez d’obtenir le plus possible de votre argent.”

    Sur la 2ème partie de son postulat, Friedman oublie qu’une partie significative de la population ne se soucie pas de faire attention à son argent. Sinon, comment expliquer les phénomènes suivants que sont l’endettemnt privé, le crédit à la consommation, les dépenses compulsives, les jeux d’argent…

    Sur le N°2), Friedman a déjà un doute sur ce qui dominera: l’intérêt porté sur le prix du cadeau ou le fait de faire plaisir.

    Sur le N°3), Friedman prend un mauvais exemple. Une entreprise peut plafonner la dépense de ses collaborateurs. En France on a l’exemple du ticket restaurant qui coûte à l’entreprise, c’est vrai, mais aussi à l’employé par deux moyens: 1) il côtise pour une partie du ticket restaurant (l’employeur en met plus que lui c’est vrai); 2) au-dessus de la valeur du ticket, le salarié a tout pour lui.

    Sur le N°4), Friedman a partiellement, raison. Mais, c’est oublier qu’un certain nombre d’hommes d’Etat ont bien géré les finances de l’Etat.
    Et si l’on applique cette vision friedmanienne aux entreprises, alors tout chef d’entreprise qui ne gère pas forcément son propre argent (mmmh, ça doit être la majorité, je crois…) est suspect, quoi qu’il fasse, de pouvoir entraîner par le fond la société qu’il gère.

    Je trouve Friedman trop partiel et partial.

  • 17 décembre 2011 à 17 h 37 min
    Permalink

    Cicero à propos de votre pseudo, avez-vous lu Cicéron?! Je vous le conseille: Un homme politique remarquable et un orateur hors de pair qui avait “des co….” comme on dirait aujourd’hui mais qui est mort de façon courageuse(par trahison et lâcheté de ses adversaires qui n’ont su l’affronter de face) après l’affaire Catilina! Un vrai aristocrate qui a fait sa fortune par son travail et a risqué sa vie comme tout citoyen romain – à la guerre – de l’époque et un sens aigu sur la signifiation de la RES PUBBLICA, la République, les choses de l’Etat ou les affaires qui concernent l’Etat! Lisez autant ses oeuvres philosophiques que ses oroatorii politiques et d’Assemblée politique, sa poésie, son traité de devoirs, ses Lois, au sujet de la Divination, etc. Je me régalais à l’école… je n’avais que ça à faire chez les prêtres!!

    Vous écrivez à Olivier:
    “Sinon, comment expliquer les phénomènes suivants que sont l’endettemnt privé, le crédit à la consommation, les dépenses compulsives, les jeux d’argent…”

    Friedman ne l’explique pas c’est un “analytique” pas un “synthétique”!! Il faut reprendre les paroles de Ford qui non seulement voulait produire des voitures parce qu’il fallait utiliser le pétrole de Rockfeller, sinon le pétrole ne servait qu’aux lampes et toxique, comme moyen de combustion! Mais Ford était conscient que construire des voitures lui coûterait de l’argent en payant ceux qui les fabriquaient! Donc il a fait le deal suivant stupide d’un esprit cupide: fabriquons des voitures pour ceux qui les fabriquent!! Mais il faut un réseau routier!! Alors miracle, l’asphalte produisait des bénéfices pour son copain Rockefeller roi du pétrole intuile! Et on créait les besoins pour la voiture et toute notre sociét est construite autour de l’utilisation cupide et merchantiles d’une poignées de crétins qui ont leur statut partout sur la planète pour un faux besoin qui est devenu une drogue car la mentalité d’un individu est que lorqu’il n’est pas heureux il développe une dépendance à un besoin. C’est exactement ce que font les trafiquants de drogue! Argent facile sans bosser pour produire un faux besoin et détruire une société. La drogue tue moins que la voiture et la voiture plus que les guerres…

    Amusant de voir que les chinois ont un tout autre comportement. Ils ne consomment que ce qu’ils peuvent payer. On as apprendre sur ce point de vue là! Aucun chinois prendra un crédit pour une voiture ou une maison. Il est plus intelligent et n’est pas encore contaminée par cette mode anglo-saxonne du consommérisme à outrance juste pour que tout le monde ait ce que tout le monde a mais avant tout le monde! Là en Occident on a un sacré problème psychiatrique et de déni de paresse et de manque de réflexion: oui pour les jeunes maintenant réfléchir ça fait mal au cerveau, alors rien de mieux qu’un pétard ou “une rave” pour se saouler… papa et maman paieront les dégâts, les morts et les invalides surtout en France.

    Bravo pat-mail pour votre commentaire. Enfin je vois quelqu’un de vraiment logique et grec en plus(?). J’adore la Grèce et sa Culture et sa langue bien plus riche que l’anglais avec des subtilités grammaticales que peu de langues ont. Le grec ancien j’adorais les cours à l’école, heureusement ma mère le parle, comme le polonais aussi complexe. En parlant le grec, on lit immédiatement et on parle le russe, langue d’origine cyrillique! 😉

  • 17 décembre 2011 à 18 h 03 min
    Permalink

    Toujours pour Cicero et ceux qui croient que la Politique n’a rien à voir avec l’économie!! 😉

    Texte original des Catilinaires:

    “Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra? Quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet? Quem ad finem sese effrenata jactabit audacia?”

    Traduction:

    “Jusqu’à quand, Catilina, abuseras-tu, enfin, de notre patience ? Combien de temps encore serons-nous le jouet de ta fureur ? Jusqu’où s’emportera ton audace effrénée ?”

    Cicéron se lance dans la carrière politique: en 75 av.J.-C. il entame naturellement le cursus honorum par la questure, en devenant questeur à Lilybée en Sicile occidentale.
    Il suit les étapes du Cursus Honorum en devenant édile en 69 avant J-C , puis préteur en 66 avant J-C.

    Statue de Cicéron devant le palais de justice de Rome:
    http://www.mediterranees.net/histoire_romaine/ciceron/images/ciceron.jpg

    Alors les européens sont-ils plus nuls que les américains, dont les références et les monuments copient à l’identique mais de façon médiocre les monuments grecs et romains, ces deux pays qu’ils détruisent?! 😉

  • 17 décembre 2011 à 19 h 19 min
    Permalink

    @ Crottaz

    J’espère M. Crottaz que vous ne prenez pas ombrage de mon commentaire sur Milton Friedman, mais je dois avouer que Friedman, l’école de Chicago et Von Hayek, n’ont jamais été une référence absolue.
    C’est Friedman qui était visé, pas vous.
    Au contraire, dans ces temps troublés par la crise, votre blog est pour moi une source d’information précieuse pour comprendre ce qui se passe réellement.

    Continuez!!

  • 18 décembre 2011 à 9 h 40 min
    Permalink

    Néophite soyez sans crainte la Banque cantonale du Valais jouit d’une excellente santé et les dividendes tombent sans problème.
    Ironie :
    Il est vrai qu’elle possède quelques cadavres dans les placards, mais rassurez-vous ce ne sont que des vignes fort bien situées en zone à bâtir dont l’une ou l’autre vaut au bas mot 400 francs le m2.

  • 18 décembre 2011 à 9 h 42 min
    Permalink

    Personnellement je suis tout disposé à prêter à la Ville de Lausanne en francs suisses au taux de 6 % net d’impôt via des certificates of deposit aux Bahamas.

  • 18 décembre 2011 à 15 h 55 min
    Permalink

    @ pat-mail:
    Il est vrai que le risque de change CHF / CHF est très grand est qu’on est pas à l’abri d’une dévaluation subite de l’un contre l’autre.

  • 18 décembre 2011 à 21 h 01 min
    Permalink

    @ Cicero

    Je ne suis pas un inconditionnel de Friedman (loin de là), mais cette citation est probablement la meilleure chose qu’il ait écrite. Ce n’est pas parce qu’on a des dettes qu’on ne cherche pas à obtenir le meilleur rapport qualité/prix, le but étant de maximiser la consommation par rapport à l’argent qu’on a.

    Pour ce qui est du cadeau, il pensait probablement à des cadeaux “obligatoires” qu’on doit faire par politesse lorsqu’on se rend chez qqun qui n’est pas forcément un ami proche.

    Pour les repas d’entreprise, votre exemple ne fait que confirmer le propos de Friedman: si l’entreprise met un plafond, c’est justement à cause de la propension que les gens ont d’abuser dans ces cas-là. Les politicards qui ont remboursé la dette publique sont une minuscule exception, la plupart sont probablement suisses.

    La comparaison avec le manager n’est pas correcte, car le manager qui fait du déficit perd très rapidement son emploi, alors que le politicard qui fait des dettes est hélas souvent réélu.

  • 19 décembre 2011 à 16 h 11 min
    Permalink

    @Christian
    Je plaisantais pour dédramatiser…
    J’en profite pour rappeler le risque d’emprunter dans une autre monnaie que la sienne.Cela revient à spéculer sur le Forex.
    Je ne pense pas que cela soit à la portée d’un maire.
    C’est un argument contre l’€, qui je pense n’est pas la monnaie de la France.

Les commentaires sont fermés.