La Suisse avait vendu 1300 tonnes d’or entre 2000 et 2005 (rien de nouveau pour moi)

Manque à gagner aujourd’hui 60 milliards.

On m’interpelle sur le sujet ce jour, mais pour moi rien de nouveau. JE LE SAVAIS !

Je vous remets mon article sur le sujet (qui date déjà, mais personne en semblait l’avoir noté)

http://blog.crottaz-finance.ch/?p=7101 et le graphique contenu dans ce billet

 

et c’est zerohedge qui a retrouvé celui qui a vendu pour le compte de la BNS: http://www.zerohedge.com/news/2012-10-05/turns-out-dumping-1300-tons-swiss-gold-isnt-resume-builder-after-all

Michael Paprotta, or the guy who did sell 1,300 tons of gold for the Swiss National Bank from 2000 to 2005. As a reminder, the price of gold in the period was between $250 and $450 … Assuming a current price of gold of $1800 and a blended disposition price of $350/oz, this means that Switzerland effectively gave up on just under $60 billion in upside.

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

10 réflexions au sujet de « La Suisse avait vendu 1300 tonnes d’or entre 2000 et 2005 (rien de nouveau pour moi) »

  • 11 octobre 2012 à 16 h 28 min
    Permalink

    Celui qui vous a interpellé est probablement français… Un coup pour rigoler! Tout suisse le savait! Si à l’époque de la vente c’étaient les mêmes zigotos de l’UBS & Crédit Suisse “USA” aux commandes de la vente, probablement que cet or aura été vendu plus de trois fois, ça limiterait les pertes de la BNS pour acheter ce vulgaire papier €uroïtisé… 😀

  • 11 octobre 2012 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour Olivier et TLM

    Vous voulez que je dénonce celui qui a vendu 600 tonnes d’or de La France ?
    J’ai les preuves !!

  • 11 octobre 2012 à 17 h 48 min
    Permalink

    @zahnd
    hé non c’était sur zero hedge, mais je n’avais rien voulu écrire l’ayant déjà raconté sur mon blog.
    J’ai reçu plusieurs mails à ce sujet alors j’ai fait une petite mise au point

    Le Suisse connaissait cette histoire, à voir pas les français, ni les belges.
    merci

  • 11 octobre 2012 à 18 h 23 min
    Permalink

    En effet je me rappelle d’avoir mentionné ici au moins une fois que si la BNS avait vendu son or ces dernières années et que notre gouvernement avait disposé, comme il l’a fait alors, d’attribuer le gain obtenu à l’assainissement de l’AVS, celle-ci permettrait aujourd’hui de doubler toute rente après avoir assaini aussi l’AI et éventuellement encore.

    Comme je l’ai déjà écrit ici, je me rejouirais de connaître les (vraies) raisons de la vente entre 2000 et 2005, étant donné que celles qui nous ont été propinées ont été démontrées insoutenables par les faits.

  • 12 octobre 2012 à 11 h 54 min
    Permalink

    La meilleure de ce matin qui m’a fait rire aux éclats: le prix Nobel de la Paix pour l’Union Européenne. Quel discrédit d’un tel hommage qui n’avait pas beaucoup de valeur à mes yeuxjusqu’ici, mais là, c’est du domaine du comique troupier!

  • 12 octobre 2012 à 12 h 06 min
    Permalink

    Prix Nobel de la paix 2012 : l’Union Européenne.

    Prix Nobel de chimie 2012 : Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, car l’Union Européenne va exploser.

    Prix Nobel de physique 2012 : Edward John Smith, commandant du Titanic, pour ses travaux sur la mécanique des fluides.

    Prix Nobel de médecine 2012 : la BCE, car la BCE a guéri la Grèce.

    Prix Nobel de littérature 2012 : Herman Van Rompuy, pour l’ensemble de son oeuvre :

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-04-15/van-rompuy-presente-son-recueil-de-haikus-764586.php.

  • 12 octobre 2012 à 13 h 03 min
    Permalink

    Excellent BA! Olivier pense que le prochain Prix Nobel de la Paix reviendra à un arbre! Eh oui, j’avais oublié que c’était très en vogue les arbres de la Paix en Suissequ’on plantait un peu partout sur les places des villages après les massacres!

    Pour mémoire, pensons aux guerres de Kappel(et sa soupe) premières guerres de religion qui ont eu lieu en Europe et en Suisse au XVIe siècle, opposant catholiques et protestants. Dans la 2e guerre de Kappel, les catholiques ont perdu environ 100 soldats, alors que du côté des protestants la perte fut plus élevée d’environ 500 soldats et pendant cette guerre, Zwingli, y agonise au pied d’un arbre, et se fait tuer part un capitaine unterwaldien, Vokinger.

    Plus près de notre époque, l’île de Peilz qui est un îlot de Suisse situé à l’extrémité Est du Léman, devant la communes de Villeneuve, dans le canton de Vaud. Jadis simple rocher émergeant à peine des eaux du lac, il aurait été surélevé en 1797 par des habitants de Villeneuve. Le mur de soutènement a été plusieurs fois réparé au cours du siècle passé et une maison en bois aurait été construite.

    L’origine de l’arbre de Peilz remonte au XIXe siècle. En 1851, trois platanes sont mis en terre. En 1944, un des arbres est sec. En 1970, il reste un monumental platane et un marronnier malade. Actuellement, le marronnier a disparu et l’arbre séculaire règne sans partage au-dessus de quelques petits buissons.

    L’île a été décrite en 1816 par Lord Byron dans Le Prisonnier de Chillon, poème narratif dont l’action se déroule au XVIe siècle dans le château de Chillon voisin.

    Une histoire circule à Villeneuve sur la création de l’île: vers le milieu du XIXe siècle, deux jeunes fiancés anglais séjournaient à l’hôtel Byron, près du château de Chillon. Au cours d’une baignade, le jeune homme se noya et, à l’endroit où le corps fut retrouvé, la fiancée fit édifier en sa mémoire l’« Île de Paix », dont le nom se serait déformé en « île de Peilz ». Une légende semblable figure à la fin d’un conte d’Andersen, où Villeneuve est citée. Cette « possession anglaise » aurait été offerte quelques années plus tard par le Conseil fédéral à la reine Victoria qui séjournait dans la région. Selon les versions de cette histoire, soit la reine aurait par la suite découvert que la Suisse lui demandait des impôts en vertu de cette possession, si bien qu’elle aurait rendu l’île; soit elle aurait transmis ce patrimoine à ses descendants jusqu’à nos jours. Une île prémice qui a donné des idées sur les paradis fiscaux aux Suisses?! 😀

    Ne parlons pas de l’Île Rousseau, une île située à Genève. Elle se trouve au milieu du Rhônequi se jette du Léman(on ne dit pas Lac Léman, car Léman signifie Lac! Les journalistes l’ignorent systématiquement!). Auparavant appelée Île aux Barques car aménagée et utilisée pour les besoins de la flotte marchande locale au XVIIe siècle.La chanson “Genève” de William Sheller commence par ces mots: “Juste un concert au bord de l’Île Rousseau…”

  • 12 octobre 2012 à 21 h 02 min
    Permalink

    Cela fait 17.5 grammes d’or par citoyen suisse ! incroyable.
    Les 60 milliards ne sont pas perdu pour tous le monde je suppose. à peine de quoi renflouer fannie mae !

Les commentaires sont fermés.