La prévoyance à fin juillet 2011

Voilà bien longtemps que je n’avais écrit un article sur la prévoyance suisse (article qui peut s’appliquer globalement sur les systèmes de retraites).

Pour commencer, je rappelle que le système de prévoyance/retraites en Suisse est l’un des meilleurs du monde (description rapide du système ici: le concept des trois piliers). Par contre, il encourt des risques, ntoamment systémiques quand la machine s’enraye et surtout quand les postulats sur lesquels cette prévoyance est basé sont erronés.

Je m’explique et m’exprime sur le deuxième pilier.

Il s’agit d’un montage dans lequel, les assurés cotisent durant leur vie pour financer une retraite. Jusque là rien de bien sorcier, sauf que les assurés versent les montants dans une caisse globale qui leurs assure une rendement (sur une partie seulement, la partie obligatoire). Le postulat est que les marchés (actions notamment) montent toujours sur le long terme.

Questions:

  1. Qu’est-ce qu’aujourd’hui le long terme ? Les caisses doivent financer des prestations à court-moyen terme avec des stratégies à court terme, ce qui engendre des problèmes lorsque les marchés/devises/obligations chutent.
  2. Comment allons-nous financer les retraités alors qu’ils sont de plus en plus nombreux et les cotisants de moins en moins nombreux (pyramide des âges oblige)
  3. Les caisses de pension étatiques sont mal gérées, qui va payer ? (prévoyance lausannoise, retraites en péril)
  4. Quelles mesures pourraient être prises ? (votre retraite placée à un taux de 0% ou prévoyance négative c’est possible)

Mais je persiste et signe, les caisses de pension sont un schéma de Ponzi légalisé: Ponzi, Madoff, Pensions, Etat, même combat

Après avoir rémémoré à tous les lecteurs, mes articles passés, je passe à l’actualité du jour.

L’Indice Pictet qui est l’indice de référence pour les caisses de pension

Depuis le début de l’année les caisses affichent des rendements bien négatifs, certainement dus aux devises en grande partie.

Comme je l’ai écrit plusieurs fois, le retrait du deuxième pilier doit se faire sous certaines conditions:

  1. Le renflouer par la suite (ou plutôt conclure des assurances privées complémentaires ou se créer un bas de laine d’une autre manière) sous peine de devoir vendre son bien à la retraite car plus assez de revenus, ces derniers ayant été amputés (Berne s’en inquiète par ailleurs berne veut rendre moins facile achat logement 2eme pilier)
  2. Ne pas avoir trop de dettes, car pour mémoire tant que le bien n’est pas intégralement remboursé, la banque peut vous obliger à vendre ou à lui fournir des garanties plus grandes

Entre retirer un montant certain aujourd’hui et incertain demain, certains ont fait leur choix.

N’oubliez jamais qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ou alors les belles promesses rendent les fous joyeux.

Conseil du jour: remboursez vos dettes dès que possible

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

41 réflexions au sujet de « La prévoyance à fin juillet 2011 »

  • 3 août 2011 à 15 h 21 min
    Permalink

    J’ai du mal à comprendre votre raisonnement sur les dettes: tout laisse à penser que nous allons subir une forte inflation dans les années à venir (compte tenu des quantités incroyables de monnaies qui sont fabriquées pour renflouer les dettes publiques d’une part, et de la forte de hausse de la population mondiale d’autre part)… Or en période d’inflation, il est plutôt bon d’avoir des dettes (à taux fixe)… non ?

  • 3 août 2011 à 15 h 25 min
    Permalink

    Oui selon votre scénario.
    Non concernant le mien. si vous me suivez depuis quelques années, je vois un déflation (voire stagflation) dons une baisse des prix dus à une récession (dépression !?!?!) donc les dettes vont prendre du poids.
    Du moment où je verrai de l’inflation, je me mettrai à prôner une autre stragégie.
    regardez autour des vous, le chômage monte, les allocations (food stamp en hausse),les faillites etc.. c’est inflationniste ? Je n’y crois pas un seul instant.
    et n’oubliez pas de NE PAS écouter les communiqués officiels qui parlent d’inflation..ils ne parlent que de hausse des prix…donc staglfation au mieux (d’ailleurs j’ai écrit un article sur la stagflation)

  • 3 août 2011 à 15 h 55 min
    Permalink

    Completement d’accord avec Olivier la bulle de crédits va se dégonfler et entrainer les prix vers le bas la hausse ou la baisse des matiéres premiéres minorera ou majorera selon les cas cette tendance mais la tendance de fonds est là, le prix des actifs va baisser.
    Une preuve, de 1922 à 1929 la bulle de crédits aux US a gonflé, voitures, maisons, actions, …, ont été achatés par millions grâce au crédits, dés 1930 la déflation débuta.Voir chiffre ci dessous

    Year – Unemployment level – Price Level (1929 – 100%)
    1930 – 8.0% – 95.5
    1931 – – 84.0 Great Depression Deflation
    1932 – – 74.3
    1933 – 24.9% – 73.3
    1934 – – 78.1
    1935 – – 77.1 Great Depression, 1929-1940
    1936 – – 80.3
    1937 – – 81.0
    1938 – 19.0% – 80.6
    1939 – 17.2% – 80.0
    1940 – 14.6% – 80.9

    Donc le prix de l’immobilier, des actions, de l’art de votre salaire va baisser, le prix de votre endettement lui va augmenter. Que faire, j’ai mon idée mais je préfére laisser Olivier répondre c’est lui, le spécialiste.
    Bravo pour la qualité de votre blog, un vrai lieu d’échange même si l’on ne partage pas tjs les mêmes convictions. Félicitations

    Jean Michel

  • 3 août 2011 à 16 h 22 min
    Permalink

    Comment expliquer alors que les prix de la nourriture et de la majorité des prestations qui nous entourent ne fassent qu’augmenter ?
    Deuxio, si on est dans un pays en faillite virtuel, ou plutôt qui va se faire dégrader sa note par les agences de notations, les taux vont automatiquement augmenter fortement. Je ne vois pas l’intérêt de rembourser par anticipation un emprunt à taux fixe dans ce cas, je vois uniquement le cas d’un taux variable qu’il faut absolument fixer avant que le taux augmente. Sinon je suis d’accord que l’immobilier va baisser…déjà de part le fait que les taux risquent d’augmenter fortement si le pays (par ex la France) est dégradée.
    Merci par avance pour vos lumières.

  • 3 août 2011 à 16 h 43 min
    Permalink

    Je ne suis pas un spécialiste, mais je constate que ce que nous pouvons acheter avec de la monnaie fiduciaire, de la baguette de pain à l’immobilier, devient de plus en plus cher au fil des ans. Normal, la monnaie mise en circulation ne correspond pas à de la richesses créée. Si on prend pour référence l’or, il faut de plus en plus de $ ou d’€ pour en acquérir. L’indice CRB des matières premières a progressé de plus de 20 % en moins de 2 ans (un bon placement !). Autre exemple, si vous prenez des fonds anti-inflation, celui commercialisé par AMUNDI progresse actuellement de 6 %/an, c.à.d. presque 3 fois plus que les annonces officielles de la BCE (un autre bon placement !). Alors si çà ne s’appelle pas de l’inflation, comment qualifier le phénomène ?

    En fait, nous n’en sommes qu’au début et je pense que la montagne de dettes qui nous vaut la crise de l’Euro, va entraîner, vous l’avez dit maintes fois, l’implosion de la monnaie unique, et cela débouche inéluctablement sur une belle et bonne dévaluation vraisemblablement à 2 chiffres si elle n’est pas maîtrisée.

    Les dettes accumulées depuis 30 ans sont irremboursables, au moins en grande partie, et cela vaut autant pour les européens que les américains.

    Historiquement çà s’est toujours passé comme çà, et je ne vois pas par quel miracle notre époque s’en tirerait autrement. Alors déflation ? Je demande à voir.

  • 3 août 2011 à 17 h 35 min
    Permalink

    si on suit le mm schéma que dans le passé, y’aura une dévaluation de la monnaie avec une impression d’une nouvelle monnaie pour calmer le jeu (et hyperinflation et ruine du rentier).

    mais bon… est ce qu’on est dans le mm schéma qu’autrefois (nous, on a trop de productivité et trop mal répartie).

    faut voir qu’autrefois aussi, il n’y avait pas ou prou de système social (les gens étaient plus ou moins autonomes ou carrément pauvres) et les gens vivaient en fonction de leurs moyens (1 famille par pièce, pas de dépendances, pas de fioritures). aujourd’hui, quasiment tout le monde dépend des systèmes sociaux pour sa survie et personne n’est autonome et la société n’est pas du tout conçue pour supporter les restrictions vitales (apparts trop petits, pas d’accès à la terre, grande dépendance à l’emploi salarié etc etc).

    comment on va gérer ça ?

  • 3 août 2011 à 20 h 26 min
    Permalink

    Fonds Européen de Stabilisation Financière (FESF) : quels sont les Etats qui apportent le plus de garanties ?

    Réponse :

    1- L’Allemagne apporte une garantie de 119,39 milliards d’euros, soit 27,13 % du FESF.

    2- La France apporte une garantie de 89,66 milliards d’euros, soit 20,37 % du FESF.

    3- L’Italie apporte une garantie de 78,78 milliards d’euros, soit 17,90 % du FESF.

    4- L’Espagne apporte une garantie de 52,35 milliards d’euros, soit 11,89 % du FESF.

    5- Les Pays-Bas apportent une garantie de 25,14 milliards d’euros, soit 5,71 % du FESF.

    6- La Belgique apporte une garantie de 15,29 milliards d’euros, soit 3,47 % du FESF.

    7- La Grèce apporte une garantie de 12,39 milliards d’euros, soit 2,81 % du FESF.

    Autrement dit :

    Pour sauver les Etats européens surendettés, les Etats européens ont décidé de créer un Fonds de sauvetage, mais ce sont les Etats européens surendettés qui apportent des dizaines de milliards d’euros de garanties !

    Exemple : pour sauver l’Italie surendettée, l’Italie surendettée apporte 78,78 milliards d’euros de garanties au FESF !

    J’éclate de rire !

    C’est du pipeau, ce FESF !

  • 3 août 2011 à 22 h 19 min
    Permalink

    @ BA

    hhhhhhhhhhhhh…….ils le savent tres bien mais ils essayent de retarder le maximum possible.

  • 3 août 2011 à 23 h 17 min
    Permalink

    @Jean-Michel
    “Completement d’accord avec Olivier la bulle de crédits va se dégonfler et entrainer les prix vers le bas la hausse ou la baisse des matiéres premiéres minorera ou majorera selon les cas cette tendance mais la tendance de fonds est là, le prix des actifs va baisser.
    Une preuve, de 1922 à 1929 la bulle de crédits aux US a gonflé, voitures, maisons, actions, …, ont été achatés par millions grâce au crédits, dés 1930 la déflation débuta.Voir chiffre ci dessous”

    Attention à ne pas calquer la situation de surendettement actuelle sur la crise des années 30 aux US

    En 1929 si l’explosion de la bulle de crédit a débouché sur une période de déflation cela est du au fait que l’essentiel des biens de consommation étaient produits sur place, alors que ce n’est plus le cas maintenant, aux USA comme en Europe.

    En clair, les américains et européens ne sont plus les seuls à consommer et si la croissance s’effondre aux US, l’Asie trouvera assez rapidement d’autres débouchés à commencer par l’Afrique et l’Amérique-Latine.

    Autre différence essentielle entre 1929 et la crise de la dette actuelle, en 1929 l’Etat fédéral était peu endetté, l’endettement était d’ordre privé.

    Pour avoir une idée de ce qui nous attend il faut plutôt se tourner vers la Biélorussie (magasins vides, bankrun et hyper inflation). Ceux qui s’attendent à payer tout à moitié prix demain en gardant leur cash à la banque risquent d’être fort déçus.

  • 4 août 2011 à 0 h 55 min
    Permalink

    C’est incroyable de croire encore à la déflation.
    En réalité la seule déflation à venir est celle du niveau de vie !
    Le poids des dettes va en effet devenir plus lourd pour ceux qui perdent leur revenus, mais la déflation ne sera pas au rendez-vous car les matières premières à bas prix c’est fini et la pénurie qui s’annonce ne pourrait être compensée que par une décroissance démographique ce qui n’est pas (encore ?) à l’ordre du jour.
    Mon conseil : endettez-vous au plus que vous pouvez afin d’acheter de l’or !

  • 4 août 2011 à 6 h 12 min
    Permalink

    Ce qui m’attriste le plus est que la fin d’injustices s’accompagne toujours, et ce depuis toujours, d’un bain de sang pour les gens qui ne sont pas responsables de la situation injuste qui a été établie.
    Car la fin du système monétaire adossé à l’or, cela n’a pas été une si mauvaise chose pour plus de justice, vu que cela a permis de renverser économiquement le système rigide en place (au moins en partie, même si sans doute pas pour quelques personnes les mieux placées), de permettre l’augmentation du niveau de vie du peuple, la croissance, etc.
    En 1960 on connaissait une classe moyenne de plus en plus large qui bénéficiait d’un confort moderne ; les enfants ne travaillaient plus alors que c’était encore le cas en 1860, etc. Tout cela n’aurait pas été permis sans tous ces prets qui ont fait que plutôt de devoir vivre avec un napoléon par mois (ou moins), une famille bénéficiait de l’expansion monétaire générée le papier. Le seul hic c’est que deux guerres ont été nécessaires pour en arriver là.
    Maintenant avec le temps nous dépassons les limites de ce nouveau système qui finit lui aussi par entrainer des inégalités aussi criantes que le précédent. Revenir à l’étalon or permettra une nouvelle fois de renverser la vapeur et d’aller vers un futur plus juste pour la masse… Mais à quel prix pour cette masse justement ??? Combien de morts en perspective ?

  • 4 août 2011 à 9 h 04 min
    Permalink

    Pour en terminer : j’ai souvent parlé de ma génération comme de LA “génération sacrifiée”.
    Puis j’ai pensé que c’était pire : ma génération n’était que la première génération sacrifiée. Plusieurs autres suivraient.
    Maintenant je crois que je me trompais, car ma génération est bien la seule génération sacrifiée : les suivantes seront DECIMEES.

  • 4 août 2011 à 9 h 14 min
    Permalink

    PS : Et je n’envisage ici que les pays occidentaux privilégiés.
    Pour les autres, deux cas de figure :
    -soit il s’agit de pays émergents >>> ils sont occupés à revivre notre vécu d’un siècle (un meilleur rattrapé par un pire)… mais en accéléré.
    -soit il s’agit de pays pauvres non émergents >>> le meilleur n’est jamais venu !

  • 4 août 2011 à 11 h 51 min
    Permalink

    L’Espagne réussit à emprunter 3,3 milliards d’euros, mais à un prix plus élevé.

    Le Trésor espagnol a émis jeudi pour 3,311 milliards d’euros d’obligations à 3 et 4 ans, à des taux d’intérêt en forte hausse par rapport aux dernières émissions similaires, souffrant de la crise de défiance des investisseurs envers l’Espagne et l’Italie.

    La demande a cependant a été importante, atteignant 7,4 milliards d’euros, soit le double de l’objectif fixé qui était de lever 2,5 à 3,5 milliards, a annoncé la Banque d’Espagne.

    Les taux ont particulièrement bondi sur l’émission à 4 ans, à 4,984 %, contre 2,862 % lors de la dernière émission comparable. Mais il faut noter que celle-ci avait eu lieu le 15 octobre 2009.

    Sur celle à trois ans, le taux a aussi augmenté, à 4,813 %, contre 4,037 % lors de la dernière émission de cette échéance, le 2 juin 2011. Il est toutefois inférieur au taux du marché, les obligations espagnoles à trois ans ayant clôturé mercredi à 5,090 %.

  • 4 août 2011 à 15 h 11 min
    Permalink

    @cil
    Cher Cil,
    Les compétences professionnelles en moins, je pense avoir les mêmes analyse et convictions que M. Crottaz
    Quand je le lis, je vois un observateur lucide et intransigeant de la situation actuelle
    Ensuite, il fait ses scénarios sur la base de ses observations FACTUELLES
    Vous, vous refaites l’Histoire:
    1.Vous n’en avez apparemment ni les compétences, ni les connaissances pour le faire
    2.Même si vous les aviez, vous partez sur des considérations humanitaires qui n’ont rien à voir avec la rigueur exigée du vrai historien (je vous concède qu’ils ont presque tous les mêmes défauts que vous!)
    3.Prenez 1. et 2. positivement SVP: vous êtes un humaniste romantique et vous l’assumez: c’est une très belle qualité
    4. Malheureusement, les bons sentiments, s’ils apportent l’espoir d’un monde meilleur, ne sauvent malheureusement personne: seuls les actes comptent
    Mon avis: notre civilisation est un TGV qui fonce à 300km/h au pire dans un mur, au mieux dans une direction où les rails ne sont pas encore posés
    Problème: “C’est comment qu’on freine dit? J’veux descendre de là”
    Oublies!: tu es dans le train, tu vas y rester!
    Et dans le train, ya une place où je risque moins?
    Ça, c’est ce que tous les lecteurs de ce blog (et d’autres blogs/sites/etc.) recherchent
    Loin du romantisme, c’est le “sauve-qui-peut!
    Sortons des images. Le réel nous dit quoi?
    A.Plus (ou presque) de pétrole (pour tout le monde)
    B.Pas de solutions de rechange au pétrole
    Donc C.La Loi du Plus Fort (les States): je vais le chercher là où il y en a: Koweït, Irak, Libye ou là où il passe/proximité: Afgha, Paki
    Idem pour les matières premières (voir nos cousins jaunes sur le continent africain p.ex.)
    Résultat en Suisse: STAGFLATION
    Pour ceux qui s’écharpent entre inflation et déflation, sachez qu’on a là le meilleur (!) des deux: une stagnation voire récession économique (on ne vend plus rien à l’étranger du fait de notre franc fort) et une inflation due au renchérissement des matières premières, dont l’augmentation risque fort de dépasser la hausse du CHF
    OK, tout ça n’est pas rigolo, mais ça peut arriver demain ou en 2014
    Allez, on va dire 12.2012, comme ça les fervents du calendrier Maya vont pouvoir citer ce blog pour se crédibiliser 😉
    Asta!
    PS: M. Crottaz voudrait bien évoquer les mécanismes et les conséquences de l’Anlageverbot de la dernière vraie crise nationale (39-45) et quels seraient les arrêtés urgents que notre Gouvernement a déjà certainement dans le tiroir “crise” de ses beaux bureaux bien encaustiqués?
    Ça doit être pas triste s’il y en a du genre: “Interdiction” ou “Limitation (drastique bien sûr) des transactions financières” (p.ex. des remboursement des police assurances-vie, des versements anticipés des libres-passages LPP, sans parler des retraits en liquide aux guichets des banques
    Entre-temps, tout pourra se crasher et au réveil, tu n’auras “plus que les yeux pour pleurer”…
    Merci d’avance
    Azook

  • 4 août 2011 à 15 h 59 min
    Permalink

    Jeudi 4 août 2011 :

    Dette : Barroso prône une “réévaluation” des capacités du fonds de soutien.

    Le président de la Commission européenne a prôné une réévaluation des capacités du Fonds de soutien européen, déclarant que la crise de la dette s’étend au-delà des pays fragiles de la zone euro, dans un courrier adressé aux dirigeants de l’Union européenne, obtenu jeudi.

    “Je saisis l’occasion pour inviter à une rapide réévaluation des éléments relatifs au Fonds européen de stabilité financière (FESF) et au mécanisme appelé à lui succéder (le MES), afin de s’assurer qu’ils sont proprement équipés pour gérer des risques de contagion”, a écrit José Manuel Barroso, dans une lettre datée de mercredi 3 août.

    Interrogée pour savoir si cela signifiait une augmentation du fonds, une porte-parole de la Commission européenne a répondu que la taille “faisait partie des éléments” appelés à être réévalués.

    Ce fonds créé en 2010 pour venir en aide à l’Irlande puis au Portugal a une taille de 750 milliards d’euros, avec une capacité effective de prêts de 440 milliards d’euros, jugée insuffisante pour sauver un pays comme l’Italie.

    Or, la crise de la dette “ne touche plus uniquement la périphérie de la zone euro” (pays les plus fragiles, ndlr), a estimé M. Barroso.

    Des risques de contagion ont touché cette semaine l’Italie et l’Espagne, mais des pays moins endettés ou mieux notés par les agences de notation ont également été sous pression par les marchés, et ont vu la prime de risque qu’ils paient pour se financer sur les marchés atteindre des niveaux record, comme la Belgique.

    (Dépêche AFP)

    En clair : le FESF était prévu à 750 milliards d’euros, puis ensuite le MES devait prendre le relais. Le MES était prévu à 700 milliards d’euros.

    Malheureusement, ce total de 1450 milliards d’euros sera insuffisant pour sauver tous les Etats européens surendettés.

    Les Etats européens riches vont être obligés d’emprunter sur les marchés internationaux des centaines de milliards d’euros supplémentaires pour sauver de la faillite :
    – la Grèce
    – l’Irlande
    – le Portugal
    – l’Italie
    – l’Espagne
    – Chypre
    – la Belgique
    – etc.

    Il faudrait que les Etats européens riches acceptent d’emprunter environ 145 000 milliards d’euros, et après on serait peinards.

  • 4 août 2011 à 16 h 18 min
    Permalink

    Que la fête commence!!!

  • 4 août 2011 à 16 h 21 min
    Permalink

    @ Azook
    Je ne crois pas penser quelque chose de différent de vous, et je ne vois pas trop quels bons sentiments romantiques apportant l’espoir d’un monde meilleur vous pouvez trouver dans mes posts mais bon… soit je me fais mal comprendre, soit vous m’avez mal compris !

  • 4 août 2011 à 18 h 08 min
    Permalink

    @ Cil
    Vous vous faites très bien comprendre
    En fait, j’ai profité de votre intervention pour lâcher ma vision des faits et vous étiez ma victime toute trouvée:
    Je vous cite: “Justice, injustice, monde plus juste…”
    Au fond de chaque être humain (j’espère) il y a ce besoin de “justice”
    Mais l’application est aléatoire, voire absente (pourquoi des enfants sont victimes?)
    C’est déjà difficile dans le cadre d’une famille quand on élève ses enfants (le père qui essaie d’être “juste”, mais il n’était pas là pour voir qui a commencé à taper sur l’autre!)
    Alors au niveau de la société, des pays!!!
    Mon observation me fait penser qu’il peut y avoir une justice si on a les moyen de se la payer
    Mais qui a ces moyens?
    Je crains que la loi du plus fort, du plus malin s’impose de plus en plus (en espérant désespérément me tromper)
    Alors, oui, au fond, nous sommes très semblables vous et moi

  • 4 août 2011 à 19 h 52 min
    Permalink

    @Azook
    Oui en effet on doit être fort pareil car je trouve que vous avez tout à fait raison et j’aime beaucoup lire vos posts. Cerise sur le gateau, j’y ai même trouvé un petit clin d’oeil à Bashung, mon chanteur préféré ;-).
    … Et aussi “la loi du plus malin”, c’est incroyable j’y pensais justement ce matin.
    Bien cordialement,
    Cécile
    Sinon c’est vrai que j’ai une formation de psychologue
    alors en effet je dois avoir un fond d’humanisme 😉

  • 5 août 2011 à 1 h 08 min
    Permalink

    @ Cécile
    Désolé de m’être adressé à vous au masculin!
    Mes préjugés m’ont conduit à croire que seuls des hommes pouvaient fréquenter ce lieu “Économique” et sérieux: quel rustre!
    Oui, Baschung est un tout grand bonhomme et ce morceau est un de mes préférés…et si bien adapté à l’époque que l’on vit
    Restons optimistes
    Perso, je crois aux vraies valeurs (respect, amitié etc.), mais j’aime le confort, qui peut être écolo, voir le luxe: j’adore la musique
    D’où mon besoin de préserver l’acquit
    Mais pas seulement le mien
    Égoïstement, je ne peux pas être heureux seul
    Donc j’espère que des solutions existent pour chacun
    La musique, ultime richesse de l’humanité, de l’Univers
    Dans “Patience dans l’Azur”, Hubert Reeves, l’astrophysicien disait d’ailleurs à l’Homme: “Ne tuez pas la musique” (pour lui, la musique, c’était l’harmonie de la vie, de la Planète Bleue, des humains)
    Lui redoutait la destruction de la vie sur Terre par l’Homme, via le risque atomique
    Le risque est toujours là, mais il n’est pas que nucléaire
    Au fait, c’est quoi cette «loi du plus malin»?
    Je l’ai évoquée, mais de mon crû
    Y a t’il une référence par rapport à celle-ci?
    Must go to sleep
    Good night and sleep well!
    Fred (alias Azook)

  • 5 août 2011 à 9 h 53 min
    Permalink

    Vendredi 5 août 2011 :

    Taux espagnols et italiens au plus haut.

    La prime de risque payée par l’Espagne et l’Italie sur les marchés obligataires a atteint un plus haut historique vendredi matin par rapport à l’Allemagne, pays de référence de la zone euro, sur des craintes de contagion de la crise de la dette en zone euro.

    A 08H58 (06H58 GMT), le “spread”, ou prime de risque, était à 417 points de base pour l’Espagne et 416 pour l’Italie.

    (Dépêche d’agence)

    Italie : la Bourse de Milan ouvre sur une chute de 3,5 %.

    La Bourse de Milan a ouvert vendredi sur une chute de 3,5% à 15.563 points après s’être effondrée de 5,16 % jeudi, le marché étant pris de panique en raison des perspectives inquiétantes de l’économie mondiale et des craintes de contagion de la crise de la dette.

    Toutes les valeurs étaient dans le rouge. Parmi les plus fortes baisses, la banque Intesa Sanpaolo lâchait 7,72 %.

  • 5 août 2011 à 10 h 35 min
    Permalink

    Vendredi 5 août 2011 :

    Italie : nouveau repli surprise de la production industrielle en juin.

    La production industrielle a accusé un nouveau repli surprise de 0,6 % en Italie en juin sur un mois, alors que les économistes misaient sur une légère hausse, a annoncé vendredi l’Institut national des statistiques Istat dans un communiqué.

    Les économistes s’attendaient en effet à une légère progression de 0,1 %, selon un consensus établi par Dow Jones Newswires.

    Sur un an, la production industrielle a augmenté de 0,2 % en juin, un chiffre largement inférieur aux attentes des économistes qui misaient sur une hausse de 1,7 %.

  • 5 août 2011 à 17 h 59 min
    Permalink

    bonjour M. Crottaz,
    Manifestement, les commentaires sur votre dernier article émanent principalement de lecteurs qui ne sont pas concernés par le 2e pilier. Contrairement, à moi.
    Faites-vous une distinction entre les assurés en primauté de cotisation et ceux de primauté de prestation (je fais partie de la 1e catégorie).
    Votre adage du “un tien vaut mieux que eux tu l’auras” signifie que la valeur immobilière augmente avec le temps alors que simultanément l’âge de l’helvète moyen augmente aussi. N’est-ce pas contradictoire ? Si la pyramide des âges continue à tirer vers le haut (vieillissement des baby-boomers), ceux-ci sont casés, les enfants dehors du nid et la maison devient plutôt vide l’âge venant. Donc le prix des maisons ne devrait pas croitre significativement. Actuellement, nous (Suisse romande) assistons à un afflux “massif” qui entraîne cette croissance assez exceptionnelle du PIB (croissance qui va être à la peine suite aux aléas de l’€) ainsi que cette hausse de la valorisation immobilière.
    Ne croyez-vous pas qu’il est préférable de basculer dans le remboursement quand les taux seront à la hausse ?

  • 5 août 2011 à 19 h 45 min
    Permalink

    Depuis un an que cela s’annonce, voilà ça arrive maintenant.( merci a Mr.Jovanovic avec un an d’avance)
    Je pars en vacances une petite semaine (un euro a 1.16CHF) voilà de retour et là je vois une quasi parité euro francs!
    je sors mon 2eme pilier et achète un terrain c’est certain ou de l’or si pas de terrain.

    2012 sera vide, désert, néant, les caisses seront vidées sauf celle avec des obligations suisse et/ou fonds immobiliers suisse!! Anybody home la Suisse appelle la terre!!

  • 6 août 2011 à 0 h 21 min
    Permalink

    La BCE va acheter des obligations italiennes à partir de lundi.

    La Banque centrale européenne (BCE) est d’accord pour commencer à acheter des obligations d’Etat italiennes à partir de lundi en échange de l’engagement du gouvernement italien à accélérer la réduction des déficits, a annoncé vendredi un ministre italien.

    « Tout le monde craint que nos obligations ne deviennent des bouts de papier sans valeur mais avec le retour à l’équilibre budgétaire un an plus tôt que prévu, la BCE a garanti qu’à partir de lundi elle achèterait nos obligations », a déclaré aux journalistes le ministre des réformes institutionnelles Umberto Bossi.

    « Pour nous, c’est une solution, une garantie », a déclaré M. Bossi, qui est aussi le chef de la Ligue du Nord, principal allié du Premier ministre Silvio Berlusconi au sein de la coalition gouvernementale de centre droit.

    « Nous avons absolument besoin de ces obligations parce que si nous n’arrivons pas à les vendre nous ne pourrons pas payer les retraites ou la santé, c’est donc une obligation pour nous », a-t-il ajouté.

    M. Berlusconi avait indiqué plus tôt dans la journée que l’Italie allait accélérer son programme d’austérité adopté par le parlement le mois dernier afin de faire en sorte que l’équilibre budgétaire soit atteint en 2013 et non plus en 2014 comme prévu initialement.

    Les marchés boursier et obligataire italiens ont été bousculés au cours des dernières semaines en raison des craintes suscitées auprès des investisseurs par l’ampleur de la dette publique, la croissance anémique et les tensions qui affaiblissent le gouvernement.

    La prime de risque, à savoir l’écart entre le taux des obligations allemandes, référence du marché, et les bons du Trésor italiens a atteint des niveaux record au cours des derniers jours.

  • 6 août 2011 à 9 h 57 min
    Permalink

    Selon l’Italie, la BCE achètera des obligations italiennes lundi.

    La situation de l’Italie dans la crise de la dette dervrait trouver une accalmie lundi. La Banque centrale européenne (BCE) est d’accord pour commencer à acheter des obligations d’Etat italiennes à partir de ce jour. Elle le fera en échange de l’engagement du gouvernement italien à accélérer la réduction des déficits, a annoncé un ministre italien.

    «Tout le monde craint que nos obligations ne deviennent des bouts de papier sans valeur mais avec le retour à l’équilibre budgétaire un an plus tôt (que prévu), la BCE a garanti qu’à partir de lundi elle achèterait nos obligations», a déclaré aux journalistes le ministre des réformes institutionnelles Umberto Bossi.

    Interrogée dans la nuit, l’institution monétaire de Francfort a refusé de confirmer cette déclaration.

    «La BCE refuse de commenter», a indiqué une porte-parole.

    (Dépêche d’agence)

    Le plus fort, c’est Jean-Claude « Canadair » Trichet ?

    Ou alors c’est Ben « Helicopter » Bernanke ?

    On va voir qui est le plus fort.

  • 6 août 2011 à 17 h 29 min
    Permalink

    De fait, c’est la pyramide des âges qui, liée à la question du chômage et des rentes à verser aux retraités, qui pose problème
    Pas assez d’actifs pour trop de rentiers
    Avec l’augmentation phénoménale de la productivité, de l’automatisation, de la robotisation, on aurait pu penser que cela suffirait à compenser le ratio défavorable actifs/rentiers
    Apparemment, non
    Pourquoi?
    Rentabilité pas suffisante pour compenser?
    Ou confiscation des gains par des systèmes financiers, politiques, maffieux? (ah bon, les trois c’est la même chose? Désolé. Autant pour moi!)
    Parce que entre la masse monétaire réelle (celle qui correspond aux billets de banques émis par les banques centrales) et la virtuelle (effets de leviers, puts, calls etc.), il y a une immense différence
    J’y voit une énorme bulle financière
    Elle profite à qui, in fine?
    Certainement pas aux classe laborieuses ou défavorisées
    Ok, je suis profane, mais je prétends que des finances saines ne peuvent être que des finances que tout citoyen est à même de comprendre
    Or depuis le début de la finance “moderne” (fin de la couverture or?), il faut être un spécialiste pour la comprendre
    Je sais que si c’est trop simple et que des outils financiers manquent, comme les paris clandestins, ces outils financiers prohibés apparaîtront dans la clandestinité (vous limitez les taux d’intérêt: les usuriers fleurissent)
    Après c’est: mettons-nous les moyens pour empêcher et punir les fraudeurs?
    Aujourd’hui, la finance connaît ses escrocs impunis, à commencer par nos dirigeants qui, cela est évident, font du Ponzi avec les caisses de retraite et avec les budgets
    Alvin Toffler proposait, dans “La Troisième Vague”, que les gouvernants ne soient pas élus, mais tirés au sort!
    Impossible?
    On y viendra peut-être un jour, car même les meilleurs d’entre eux cèdent à la démagogie pour se faire élire
    Et je pense que c’est cette démagogie qui est le “Grand Satan”

  • 6 août 2011 à 20 h 51 min
    Permalink

    Samedi 6 août 2011 :

    La Bourse saoudienne, la première place boursière mondiale à réagir à la dégradation de la note souveraine américaine, a perdu 5,46 % samedi en clôture, dans un marché inquiet de cette décision sur les Etats-Unis et aussi affecté par la situation dans la zone euro.

    Ouverte le samedi alors que les autres places financières sont fermées, la Bourse de Ryad, la plus importante du monde arabe, est la première à réagir à la décision historique, prise vendredi par l’agence de notation financière Standard et Poor’s, d’abaisser la note souveraine des Etats-Unis.

    A la clôture samedi, l’indice vedette Tadawul All-shares (TASI) a terminé à 6.073,44 points et la baisse a concerné toutes les valeurs de l’indice.

    Le marché saoudien a réagi au coup de tonnerre créé par la décision de l’agence de notation financière Standard and Poor’s (S&P) de priver les Etats-Unis de sa notation AAA attribuée à sa dette publique, pour la première fois de leur histoire.

    “La décision de S&P et les problèmes de dette en Europe effrayent les investisseurs”, a déclaré un analyste financier Abdulwahab Abou Dahesh.

    Les actions des grandes banques saoudiennes ont perdu 4,7 % (Al-Rajhi a cédé 5,2% et Samba Bank -6,98%).

    Celles des compagnies pétrochimiques ont reculé de 6,7% comme les actions du groupe Sabic (-5,54%). Les valeurs liées aux groupes de construction ont également abandonné 6,4%, tout comme celles du secteur des télécommunications avec les actions de STC, qui ont lâché 2,56% et celles de Zain KSA (-6,15%). Etihad Etisalat a aussi perdu 5,9%.

  • 6 août 2011 à 21 h 09 min
    Permalink

    Vivement lundi matin!!

  • 7 août 2011 à 10 h 36 min
    Permalink

    Israël : échanges suspendus à la Bourse de Tel-Aviv après chute de 6 %.

    JERUSALEM – Les échanges de la Bourse de Tel-Aviv ont été suspendus dimanche après une importante baisse enregistrée dans le sillage de la dégradation de la qualité du crédit des Etats-Unis.

    Selon la radio publique israélienne, l’indice TA-100 des cent premières valeurs de la Bourse de Tel-Aviv a plongé de 6% avant la suspension des échanges, au début de la semaine boursière.

    De même source, le TA-25, l’indice qui regroupe les 25 plus importantes capitalisations du marché, a de son côté baissé de 5,2%.

    Vendredi, l’agence Standard and Poor’s a abaissé d’un cran la note attribuée à la dette publique des Etats-Unis, pour la première fois dans l’histoire de ce pays.

    La Bourse de Tel-Aviv est l’une des rares Bourses au monde à être ouverte dimanche.

  • 7 août 2011 à 13 h 27 min
    Permalink

    Dimanche 7 août 2011 :

    Effondrement de la Bourse d’Israël :

    TA-25 : chute de – 6,07 %.

    TA-100 : chute de – 6,48 %.

  • 7 août 2011 à 17 h 50 min
    Permalink

    @renaud

    c’est clair vivement lundi pour voir le château s’écrouler! Dommage que ce soit les petits qui payeront en fin de comptes.

  • 8 août 2011 à 8 h 53 min
    Permalink

    @Alain Sion
    Un tien vaut mieux que deux tu l’auras concerne les fondes de prévoyance. entre un montqant sûr aujourd’hui et une promesse future. cela n’a rien à voir avec immobilier et âge.
    Par contre vous êtes en primauté des cotisations, donc le risque c’est vous qui le prenez et non plus la caisse. Beaucoup de caisse ont basculé vers 2008 d’un système de prestations à celui de cotisations..alez savoir pourquoi…

  • 8 août 2011 à 20 h 30 min
    Permalink

    Pour M. Crottaz
    J’avais bien compris l’intérêt de m’a caisse de pension lorsqu’elle est passée en primauté de cotisation 😉
    Objectivement, ce passagers au détriment du cotisant est une excellente mesure pour lutter contre le ponzi de la pyramide des âges que vous et bcp d’autres décriés (moi également). Pour revenir au retrait de 2e pilier, le placer dans la pierre, réduire sa dette, c’est aussi faire un pari, qu’elle (la pierre) conservera sa valeur. Ma dette est uniquement de 1er rang et mon soucis était plutôt d’avoir des liquidités pour aider mes enfants quand ils se mettront en ménage, cad dans un bonne dizaine d’années une fois les études terminées.
    C’est un sujet passionnant qu’il est malheureusement difficile de traiter par commentaires sur votre blog. Merci grandement tout de même

  • 8 août 2011 à 21 h 17 min
    Permalink

    “mon soucis était plutôt d’avoir des liquidités pour aider mes enfants quand ils se mettront en ménage, cad dans un bonne dizaine d’années une fois les études terminées.”

    Alan sion, voilà une bonne remarque. Le problème est que plus on fabrique d’étudiants, moins ils produisent. Et plus ils doivent s’endetter pour trouver un job dans le tertiaire ou la recherche. Mais ils ne produisent rien, mais coûtent toujours plus aux Etats(si les Etats existent encore…). Je pense que l’avenir appartient aux jeunes qui maîtriseront deux activités: une activité intellectuelle et une activité manuelle. On vit une Révolution technologique, économique, démographique et anthropologique. Il y a trop de monde et plus assez de richesses. Les délocalisations ne font que mettre à jour ces disparités et ces dépendances créées par les politiques qui voulaient une uniformisation de l’instruction et de l’éducation: pays riches en intellectuels ne sachant rien faire de pratique car sans expérience pratique et pays sans intellectuels mais pleins de manuels non instruits donc exploités par les premiers. Et les pays ou les instruits privilégiés émigrent dans les pays des intellectuels au lieu de diversifier le tissu social de leurs propres pays.

    ça ne peut que créer des conflits entre groupes sociaux et développer la terreur de la culture à savoir le “clanisme”: aucune civilisation n’est issue du clanisme. Aucune de toute l’Histoire. Un étudiant veut devenir médecin actuellement non pas par conviction et amour du métier mais pour monter dans l’échelle sociale. Idem pour l’avocature(particulièrement criant aux USA) où ces gens atteignent le haut de l’échelle sociale pour ne produire que des déchets de paperasserie et une hypertrophie légilative encombrante et paralysante à la “Kafka”. Plus personne ne veut être agriculteur, la plupart des pays bradent le secteur primaire et cautionnent la location de terres surcultivées en monocultures dans les pays éloignés et pauvres dépouillés de leurs ressources. C’est bien ce qu’il se passe dans la corne de l’Afrique. Verser 50 CHF par habitant sur un bulletin de versement à une organisation caritative ne va pas aider les gens de cette partie du monde à manger. Les chinois ont pris silencieusement possession du continent africain au détriment de leurs habitants sans pouvoir satisfaire les besoins de leur propre population. Quelle utilité d’envoyer un agriculteur chinois en Afrique pour produire un aliment stérile Syngenta ou Monsanto qui dépensera de l’énergie pour aller nourrir peut-être un chinois si l’aliment n’a pas été transformé auparavant en benzine dite “Eco plus” ou en produits de beauté pour femmes milliardaires dans une autre partie de la planète?! C’est bien ça la globaliation ou la mondialisation? Alors si c’est ça c’est con, pervers et imbécile. Comme le fait de dévaloriser le métier de menuisier, plombier, carreleur, électicien, etc. Le teriaire dépense trop d’énergie et ne produit pas grand-chose. Elle est là la Révolution de la biotechnologie, microtechnologie et autres sciences. Il faudra mettre en pratique dès le début ses compétences théoriques pour produire une vraie richesse, donc de nouvelles industries et places de travails ou nouveaux métiers et non des étudiants au chômage.

  • 9 août 2011 à 9 h 32 min
    Permalink

    Bien dit Amora,

    Il y a 10-15 ans quand mes enfants étaient petits, et comme je sortais des études, je pensais encore que les études étaient le meilleur moyen de bien gagner sa vie.

    Cette position a bien changé… je suis convaincue aujourd’hui que la voie de l’apprentissage et d’un vrai métier sont plus importants.

    Ma fille sort d’une haute école de Tourisme… ce genre de filière est une imposture…… le boulot qu’on leur donne à faire pour ne rien savoir à la fin que du blabla bête et insipide est affligeant !!!
    On leur promet des places fantastiques, alors qu’ils sont tout juste bons à prendre finalement un poste de secrétaire dans une agence de tourisme.
    On a créé ces filières pour faire travailler des profs et de l’administration rien de plus, on fait payer des études qui n’aboutissent qu’à un papier ridicule. Je suis franchement dégoûtée de ce genre de procédé.

Les commentaires sont fermés.