La future guerre pour les retraites ?

Les retraités de demain ne seront pas logés à la même enseigne que ceux d’aujourd’hui.

Pourquoi ?

Parce que les retraites sont financées par les personnes actives, investies sur les marchés de capitaux (à l’exception de certaines situations où la retraite figure simplement comme ligne comptable dans la dette de certains Etats pour certaines professions) et subissent de plein fouet: 1) la baisse des rendements 2) La baisse du nombre de cotisants 3) Un montage ponzien (pyramide de Ponzi).

article inspiré par: http://www.zerohedge.com/article/prepare-global-pension-war

En Irlande trois quart des caisses sont dans le rouge: troisquart caisses irlandaises dans le rouge

En suisse, Swisscanto a publié un rapport très intéressant sur 2009: caisse des pensions swisscanto

d’où le graphique ci-dessous est tiré. Question subsidiaire, pourquoi les caisses publiques sont-elles plus dans le rouge ?

A Nice, les pompiers se mettent à manifester pour leurs retraites: affrontements-entre-pompiers

Aux Etats-Unis d’Amérique, le nombre des bénéficiaires ne cesse d’augmenter (source mybudget360).

L’âge des bénéficiaires augmente à chaque minute et un déplacement des jeunes de 1970 vers les “plus âgés” de 2000 montre clairement le problème (pyramide des âges).

Je vous renvoie à mes articles précédents au sujet de la prévoyance: http://blog.crottaz-finance.ch/?cat=16

En conclusion, en accord avec les anticipations de zerohedge et comme souvent répété sur ce blog, les retraites promises ne seront pas versées (tout du moins si rien ne change), économisez pour vos vieux jours et ne comptez pas sur l’Etat pour vos vieux jours, il existe de grandes chances pour que les caisses soient vides.

Plus  les assurés, bénéficiaires se rendront compte que les mesures prises par les gouvernements (allongement des durées de cotisations etc.) ne suffiront pas,  plus la grogne montera et plus l’instabilité sociale grandira.

En Grèce, en Italie, en France, les manifestations commencent et d’ici à ce qu’elle débordent, il n’y a qu’un pas.

Les Etats ne prennent que des mesurettes au coup par coup. Les peuples ne sont prêts et ne veulent pas affronter l’inéluctable ne voulant pas admettre qu’ on leur a fait des promesses qui ne seront pas tenues: MUNDUS VULT DECIPI

Monsieur Marc Faber le dit bien: “Soit on allonge directement l’âge de la retraite à 70 ans et on coupe dans les prestations pour qu’il subsiste des montants à distribuer, soit on fonce droit dans le mur”.

N’oubliez pas: “les belles promesses, rendent les fous joyeux”

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

15 réflexions au sujet de « La future guerre pour les retraites ? »

  • 30 juillet 2010 à 15 h 53 min
    Permalink

    En français MUNDUS VULT DECIPI[la phrase complète est: mundus vult decipi, ergo decipiatur et signifie: le monde veut être trompé, qu’il – le monde – donc le soit!] est une expression utilisée dans le monde des faussaires, donc de la finance?!!

    La fortune du faux au travers des siècles nous amène à nous questionner sur la propension de l’homme à s’abuser lui-même… Si cette diatribe est de Petronius du Ier siècle, il ne fait que répéter ce que Platon disait: “Comme le loup ressemble au chien et ce qu’il y a de plus sauvage à ce qu’il y a de plus apprivoisé! Si l’on ne veut pas se tromper, il faut se tenir toujours en garde contre les ressemblances; car c’est un genre très glissant.” Cela a porté d’ailleurs à confusion puisqu’il inventa de toutes pièces l’Atlantide, récit véridique dit-il, ne “venant” pas des dieux, mais – idée chère aux Grecs – transmis par un homme, le “sage” Solon, bâtisseur de démocratie. “Amicus Plato, sed major amica veritas”, parmi des amis de Platon, mais amis plus de la Vérité! Personne n’est donc a priori au-dessus du soupçon… Peut-être, sauf la Vérité elle-même…

    Les bulls restent avec des oeillères fixées sur les marchés à très, mais très court terme et se trompent eux-mêmes en manipulant ou réajustant constamment les statistiques comme le PIB des USA aujourd’hui qui passe de 2,7 à 3,7%!! 🙂

  • 30 juillet 2010 à 16 h 23 min
    Permalink

    @Amora merci beaucoup c’est relevé c’est velouté et ça se lit sans fin.
    Vous intervenez quand vous voulez !

  • 31 juillet 2010 à 15 h 38 min
    Permalink

    Bonjour,

    Mettre de l’argent de cote pour ses vieux jours,d’accord,mais sur quels supports aujourd’hui?

    JL

  • 31 juillet 2010 à 17 h 31 min
    Permalink

    Economisez, economisez; c’est bien beau encore faut il pouvoir le faire … Je ne parle pas pour moi mais pour d’autres , comment feront ils ? .Fidele depuis peu à votre blog ,je suis impatient d’avoir une réponse de votre part .

  • 31 juillet 2010 à 20 h 49 min
    Permalink

    Bonjour Vincent,
    on peut déjà commencer par ne pas s’engager dans le chemin de la dette. Le fait de devoir payer des intérêts sur des biens, surtout en cas de déflation, devient de plus en plus lourd.
    Nous sommes dans une consommation effrénée: TV plasma etc. Je reviens au sujet de mon grand père (décédé il y a longtemps déjà) qui me disait en me donnait une thune (5 francs suisses) que c’était beaucoup d’argent et que c’était difficile à gagner. Il n’a jamais acheter sans avoir l’argent. Aujourd’hui on fait croire aux gens (jeunes9 qu’on peut acheter et payer dans 4 ans. C’est débile et c’est comme cela qu’on se met dans la gonfle.
    Dans économiser, je dis remboursez vos dettes.
    Ce ne sont pas les gouvernements qui espèrent une croissance par la consommation qui vont adorer mon discours…..

  • 1 août 2010 à 18 h 14 min
    Permalink

    Merçi de m’avoir répondu .
    Sachez que je pourrai etre ce grand pere par mon âge et que les préceptes qu’ils vous a inculquer son les miens mon premier achat à ” crédit ” un canapé !!! j’ai attendu d’avoir la somme totale avant de conssentir à demander un crédit sur la moitié de la somme !!!
    Mes premier achats en bourse en 81 vous vous doutez pourquoi …
    Le décor étant planté, revenons aux retraites, en France je ne vois qu’une solution je ne sais pas si elle plaira à beaucoup mais pour moi c’est la seule qui vaille .
    Une retraite servie pendant la moitié du temps d’activité . Au delà de cette periode c’est l’impôt qui devrait prendre la suite…. sous conditions !!! Je me refuse d’accepter que l’on reçoive une retraite ad vitam eternam , alors que l’on vit de plus en plus vieux… en laissant les ressources d’un travail non consommé à sa progéniture !!!!!
    Mais c’est vrai je suis un doux réveur ….

  • 2 août 2010 à 9 h 57 min
    Permalink

    “Mettre de l’argent de coté pour ses vieux jours,d’accord,mais sur quels supports aujourd’hui?”

    Cher Jean-Luc, je me tournerais plutôt vers ce qui demain risque de faire cruellement défaut :

    Le foncier agricole (en France et à l’étranger)
    Les matières 1ères agricoles
    Les technologies vertes (crise de l’énergie)
    La gestion des ressources en eau
    et accessoirement les métaux précieux

    Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive.

    Cordialement

  • 3 août 2010 à 14 h 00 min
    Permalink

    La “réforme des retraites ” voulue par le gouvernement car exigée par les marchés (encore merci à eux pour ma génération née en 70)n’en est pas une et n’améliore en aucun cas l’avenir lointain des retraites.Je m’explique: au niveau égalité, aucune amélioration conséquente véritable n’a lieu.Le gouvernement trop bas dans les sondages et désireux de faire passer “sa réforme” ne s’est pas attaqué aux injustices flagrantes entre le privé, le public et les régimes spéciaux.A savoir les différents calculs des droits de retraite, le montant des cotisations versées par rapport au salaire, les pensions de reversion mais aussi le panachage entre pensions versées par le régime de base (assuré par l’Etat)qui constitue 75% des pensions des fonctionnaires et les régimes complémentaires (garantis par de beaux discours et beaucoup de salive)qui constituent 75% environ des pensions du privé.De plus, concernant la fameuse solidarité intergénérationnelle, nous savons déjà que la démographie et la croissance très défavorables (lourdeurs administratives, juridiques, fiscales et sociales) sont deux facteurs essentiels pour l’impossibilité de maintenir le niveau des pensions dès aujourd’hui sans condamner les actifs.Actuellement, jamais les retraités en France n’ont historiquement perçus de tels montants de retraite et n’ont pu profiter d’un tel pouvoir d’achat.Pouvoir d’achat en moyenne supérieur à celui des actifs (en raison surtout du fort taux de propriétaire parmi les retraités ).En gros, en raison de la pyramide des âges et du mode de calcul de la répartition(semblable à une pyramide de ponzi), les retraités actuels ont pu cotiser peu (4 actifs pour un retraité à leur époque) pour toucher beaucoup alors que la génération née en 1970 cotisera beaucoup (1 retraite pour même pas 2 actifs bientôt)pour ne toucher que ce que l’Etat pourra offrir car les régimes complémentaires n’auront bientôt plus aucune réserve,les lourdeurs démographiques étant supérieures et plus réelles que les hypothétiques gains sur les marchés boursiers ou dans l’immobilier.Il n’est pas illogique de pronostiquer, toute chose égale par ailleurs et compte tenu de la détérioration trés progressive du montant des retraites que , si actuellement 1 retraité sur dix vit en dessous du seuil de pauvreté en France (contre 2.6 jeunes sur dix), vers 2030 2040, nous compterons 7 à 8 retraités sur dix en dessous du seuil de pauvreté dans le système actuel.De plus, il ne faut pas que les jeunes fonctionnaires imaginent que le système tiendra le coup pour eux aussi car la pression se fera de plus en plus forte pour une égalité de traitement.Comment un gouvernement peut supporter que la retraite des 4 millions de fonctionnaires coutent aussi cher que celle des 13.8 millions du privé vers 2012?(source CARMF)
    En conclusion: alors qu’il faudrait remanier intégralement notre système archaîque, injuste et couteux, les gouvernements par manque de courage, incompétence et calcul politique (les retraités votent plus que les jeunes)ne font que d’infimes retouches tout juste capable d’embrumer des agences de notations qui n’y connaissent rien de toute façon.Savent elles que la dette de la France est presque deux fois plus importante si on prend en compte le montant des futures retraites des fonctionnaires ? considèrent elles alors comme acquis que la France soit ne paiera pas les futurs retraités, soit fera défaut en spoliant toutes les économies que les français possèdent (surtout dans les assurances vies en fond euro )? Sachant cela,la déflation (au mieux), la stagflation au pire, est inévitable selon un rythme ne dépendant plus de la France mais des évènements extérieurs.Quelques conseils selon la catégorie d’âge:pour les retraités,sachez que l’avenir de vos enfants et petits enfants dépendra pour une grosse partie de la solidarité familiale bien plus que leur activité professionnelle.Il faut savoir qu’en 1977, on travaillait 78 jours pour l’Etat et que actuellement on travaille 280 jours pour l’Etat.(merci les adeptes du déficit).Il n’est pas illogique d’imaginer des tensions plus que vive dans les familles lorsque les jeunes actifs réalisent qu’en travaillant ils vivent moins bien que leur parents avec uniquement leur pension…..Il faudra de la pédagogie.Pour les jeunes actifs, si vous avez des diplômes et qu’en plus vous n’avez rien a attendre d’un quelconque héritage, fuyez ce pays qui vous sucera jusqu’à la moelle.Si malgré tout vous restez, préparez vous dés aujourd’hui votre retraite comme si l’Etat n’existait pas.(faut il encore le pouvoir).Dans un schéma de déflation, le prix des biens d’aujourd’hui est plus cher que celui de demain.De plus, la population dans son ensemble percevra de moins en moins de “capacité pouvoir d’achat”(à la japonaise ou les deux tiers des japonais sont pauvres alors que le tiers probablement peu endetté voit son pouvoir d’achat augmenter en proportion).Si vous partez, attention toutefois car selon certains métiers ou selon certaines configurations familiales, la France peut être très rentable.Par exemple, la GB est nettement moins rentable dés lors que vous devez scolarisé vos enfants.Le tout étant pour l’instant de ne pas investir plus que de raison dans ce pays sans aucune vision long terme.Au vu du tableau décrit, il est facile d’imaginer que tout risque d’être fait pour pousser les entrepreneurs en maintenant si possible les aides à la natalité (allocation familiale) et en réorganisant la fiscalité (augmentation des TVA mais aussi et surtout augmentation d’une façon ou d’une autre des restes à charge des retraités)et l’outil de travail de L’etat et des collectivités.20 % de réduction du déficit de l’hôpital correspond selon Debré à 70 milliard d’euro.(pour un déficit de 140 milliard l’année dernière).Malgré tout, je considère que nous sommes au milieu du Rubicon et que la France possède d’énormes effet de levier pour redevenir une nation offrant un meilleur avenir à sa population dans son ensemble.Heureusement qu’Internet avec des sites tel celui ci demeure un formidable contre pouvoir à la bêtise politico médiatique qui a prôné pendant tant de temps la vertu du déficit et l’omniscience de nos énarques et nos politiciens.
    PS: j’ai rêvé d’un jour ou on taxait les politiciens , syndicalistes du passé ou leurs descendants qui ont bâti leurs carrières et leur formidables patrimoines pour certains sur des mensonges très couteux afin de se faire élire….On peut rêver.

  • 3 août 2010 à 16 h 52 min
    Permalink

    **on peut déjà commencer par ne pas s’engager dans le chemin de la dette. Le fait de devoir payer des intérêts sur des biens, surtout en cas de déflation, devient de plus en plus lourd.
    Nous sommes dans une consommation effrénée: TV plasma etc. Je reviens au sujet de mon grand père (décédé il y a longtemps déjà) qui me disait en me donnait une thune (5 francs suisses) que c’était beaucoup d’argent et que c’était difficile à gagner. Il n’a jamais acheter sans avoir l’argent. Aujourd’hui on fait croire aux gens (jeunes9 qu’on peut acheter et payer dans 4 ans. C’est débile et c’est comme cela qu’on se met dans la gonfle.
    Dans économiser, je dis remboursez vos dettes.
    Ce ne sont pas les gouvernements qui espèrent une croissance par la consommation qui vont adorer mon discours…..***

    J’aime votre discours. C’est ma façon de voir les choses également. Je n’ai jamais aimé faire d’emprunt et ai fait mon premier il y a 4 ans, à l’âge de 40 ans. Pas vraiment eu le choix, j’ai du prendre une décision rapide pour un bien qui allait me passer sous le nez si je n’intervenais pas.
    A part ça, j’ai monté mon entreprise, meublé mon appartement sans dettes à chaque fois en faisant avec les moyens du bord.
    Ok, lorsque j’ai pu me faire faire la bibliothèque de mes rêves sur mesure j’ai cassé les pieds à ma famille pendant 1 mois tous les jours, tellement j’étais heureuse d’avoir pu me la payer. J’ai un vieux “natel” dont mes enfants rigolent, mais il téléphone ! C’est sûr il n’a pas toutes les fonctionnalités, ni les mégapixels pour prendre des photos, mais ce n’est pas ce que je lui demande.
    Mais que c’est difficile de faire comprendre celà à nos jeunes. Qu’il est difficile alors que tout va si vite de leur faire comprendre que la consommation à outrance n’est pas le bonheur. Que le dernier gadget à la mode eh bien c’est pas grave si ils ne l’ont pas !!

  • 4 août 2010 à 0 h 46 min
    Permalink

    mauvais temps pour tous les beaux parleurs qui prêchent l’innovation pour nous sauver des importations chinoises.A quoi bon l’innovation 30% plus chère lorsque le produit concurrent fait tout de même l’affaire ? ceci ouvre le débat de la connerie monumentale des transferts de technologie avec la chine.Américain et européen doivent comprendre qu’on ne peut qu’être dupe avec une nation qui contrôle sa devise.

  • 13 septembre 2010 à 17 h 26 min
    Permalink

    Désolée mais pas d’accord avec vous concernant vos “inquiétudes” concernant les fonds de retraites, en tout cas en suisse. Dans vos explications vous ne tenez pas du tout compte du fait que 45% au moins de la masse sous gestion (fonds des assurés) proviennent de la part sur-obligatoire. Sur cette part sur-obligatoire, qui rapporte des millions chaque année le taux d’intérêt est plus bas voire inéxistant, et le taux de conversion également. Ce qui veut dire que les assurances qui gèrent les fonds du 2ème pilier encaissent (pour eux) la presque totalité des revenus (de la part surobligatoire du 2ème pilier qui je le répète représente plusieurs milliards) donc plusieurs millions dîntérêts chaque année. Je trouve scandaleux et inadmissible que personne ne souligne JAMAIS cette fameuse part surobligatoire (mais que l’employé est obligé de payer), non protégée par la loi et avec laquelle les assureurs font CE QUE BON LEUR SEMBLE!

  • 13 septembre 2010 à 17 h 45 min
    Permalink

    @Bertrand. Merci tout d’abord de votre message.
    Vous me parlez justement de la part sur-obligatoire 1 )qui ne représente qu’une petite partie et est délivrée à bien plaire (peut-être plus élevée dans le privé)selon les règlements des caisses 2) La part sur-obligatoire ne concerne en aucun cas la majorité des assurés, mais plus généralement les cadres, donc une minorité.
    Vous me parlez des intérêts raporté par la part sur obligatoire….et les pertes ?? les marchés ne montent pas toujours me semle-t-il e les indices pictet le démontre très bien.
    Quand à mes arguments qui avancent qu’il y a de plus en plus de retraités pour moins en moins de cotisants ? qu’en pensez-vous ? je pense que la pyramide des âges parle d’elle-même.
    J’ajoute que cet article ne parle pas uniquement du cas suisse, mais du problème mondial.
    Pour moi c’et inexorable et celui qui nie cette évidence est soit 1) un politique 2) une personne qui espère que rien en changera 3) un retraité bénéficiant déjà du système 4)…………….aidez-moi
    salutations

  • 14 septembre 2010 à 13 h 59 min
    Permalink

    Merci pour vos commentaire bien que je ne soit pas d’accord. Sachez que je ne fais partie d’aucune des 3 catégories que vous citez. Apolitique, ni de gauche ni de droite (je vote pour ou contre un projet ou une initiative et jamais pour un parti politique mais pour la personne qui me semble la plus compétante et la plus honnête ou devrais-je dire la moins “vendue” aux lobbys?), je suis objectif et réaliste tout simplement et bien informé.

    Concernant votre point “1)qui ne représente qu’une petite partie et est délivrée à bien plaire (peut-être plus élevée dans le privé)selon les règlements des caisses”. Cette part sur-obligatoire n’est pas délivrée “à bien plaire” mais correspond à la différence entre le salaire coordoné et le salaire assuré et l’employeur comme l’employé n’a pas le choix, le pourcentage LPP doit être payé sur cette part-là, dite surobligatoire, même si elle n’est pas protégée par la loi.

    *2) La part sur-obligatoire ne concerne en aucun cas la majorité des assurés, mais plus généralement les cadres, donc une minorité.* Encore une fois pas d’accord, il est possible que cela concerne un plus petit nombre d’assurés, (quoique il y a toute de même des centaines de milliers de gens qui gagnent plus de 83’000.- par an!) mais surtout, et c’était le point de mon précédent commentaire, le MONTANT global en jeu dans la part surobligatoire (et non pas le nombre d’assurés) et presqu’aussi importante que dans la part obligatoire justement parce que se sont les salaires allant de 100’000.- à 300’000.- qui paient le plus (14% (moyenne d’âge) disons sur 200’000 (ok + de 2 employés à 83’000)cela fait 28’000.- de prime par an.

    *Vous me parlez des intérêts raporté par la part sur obligatoire….et les pertes ?? les marchés ne montent pas toujours me semle-t-il e les indices pictet le démontre très bien* Je vos répondrai que pendant des années les assureurs (je ne parle pas ici des petites caisses de pension qui ont un autre mode de fonctionnement, ni des caisses publiques qui sont extrèmement mal gérées et dont les pertes sont compensées par nos impôts) mais des grandes companies d’assurances qui gèrent la plus grandes parties des fonds du 2ème pilier, pendant des années elles ont engrangé plus de 10% d’intérêt par an et n’ont reversé que 4% sur la part obligatoire et en moyenne 2% seulement sur la part sur-obligatoire voire 0,5% pour certaines assurances. Cette “différence” a été mise dans leurs poches. En ce qui concerne le paiement des rentes, là encore elles versent le taux de conversion légal sur la part obligatoire, mais sur la part sur-obligatoire elles utilisent un taux de conversion de 2,5% en moyenne. Les employés qui ont payé toute leur vie n’ont même pas reçu l’augmentation du coût de la vie, et seule une petite partie leur sera reversé en rente.

    *Quand à mes arguments qui avancent qu’il y a de plus en plus de retraités pour moins en moins de cotisants ? qu’en pensez-vous ? je pense que la pyramide des âges parle d’elle-même.
    J’ajoute que cet article ne parle pas uniquement du cas suisse, mais du problème mondial*

    Je répondrai d’abord à la 2ème partie de votre commentaire. La pyramide d’âge évolue mondialement oui et non, oui dans les pays développés pas dans les pays du tiers monde. On ne peut pas “mondialiser” le problème du paiement des retraites car chaque pays à un système totalement différent. Prenons la France, 35 h de travail par semaine, 30 jours de congés payés par an, retraite entre 50 et 55 ans pour les fonctionnaires ( dont 30% sont payés mais ne travaillent pas car sans postes et l’état ne peut pas les licencier donc doit continuer à payer leurs salaires à 100%) et 60 ans pour les autres. Il est normal qu’avec si peu d’heures travaillées, les retraites posent problème. Et en plus là il ne s’agit pas d’un 2ème pilier mais d’un premier pilier qui correspond à notre AVS pas à notre 2ème pilier, qui était le sujet de mon commentaire initial.

    Il y a de plus en plus de retraités et de moins en moins de cotisants? En bonne partie parce qu’il y a trop de chômeurs donc pas assez de postes de travail. En majeure partie parce que l’état ne soutient pas les petites PME, les banques ne prêtent pas ou alors à des taux extrèmement élevés aux petites entreprises (j’ai travaillé dans des banques je sais de qui je parle) et cela ne favorise pas la création d’emplois. Cela veut dire que le problème n’ait pas tant dans le nombre de retraités que dans l’incompétance de l’Etat à faciliter la création de nouveaux emplois (en gérant mieux les travailleurs étrangers/frontaliers entre autre) – je n’ai pas dit les supprimer j’ai dit MIEUX gérer.
    Il y a en effet plus de gens qui dépassent 70 ans qu’il y en avait il y a 15 and en arrière d’accord. Cela ne veut pas dire que TOUT le monde vit plus de 70 ans. Il y a encore malheureusement des quantités de gens qui meurent entre 30 et 61 ans. Et une grande parties des travailleurs dans les métiers pénibles, routes constructions etc meurent entre 60 et 65 ans. Il y avait peut-être 10 centenaires en Suisse il y a 15 ans on en aura peut-être 100 en 2050 et alors? Ce ne sont pas ces quelques centenaires qui vont peser dans le 2ème pilier! D’ailleurs en ce qui concerne les statistiques, comme par hasard ce sont les statistiques des assurances privées et celles de l’Etat qui sont les plus “optimistes” quand à la durée de vie moyenne dans les 20 à 30 prochaines années. Les actuaires privés suisses et étrangers prévoient au contraire une stabilisation de l’augmentation de durée de vie dans les 10 prochaines années et ensuite une trés probable diminution de la durée de vie. La médecine fait des progrès énormes dans le domaine chirurgical, mais pas dans la médecine générale et le stress, la polution, la peur et le mal-être, les effets secondaires de la quantité de médicaments (antidépresseurs, somnifères, antibiotiques etc. ) que les gens consomment pour tenir le coup raccourcissent sérieusement leur durée de vie.
    cordialement

Les commentaires sont fermés.