La démocratie c’est par ici

En Suisse, la démocratie est un mot qui a un sens. J’en suis fier ! Trois exemples rien que ces jours

  1. Le parlement envoie le conseiller fédéral Berset à ses études au sujet d’une tentative de ce dernier de mettre en place un contre projet que ferait passer la caisse maladie unique par la petite porte (ici: Nouvelle volée de bois vert pour Alain Berset). Le peuple s’est déjà prononcé plusieurs fois sur le sujet, le rejetant. C’est fou comme certains politiques reviennent sans cesse avec les mêmes idées en espérant que ça passe. Le pire c’est que cela coûte de l’argent et de l’énergie alors qu’on pourrait s’atteler à d’autre sujet brûlants.
  2. L’initiative sauvez notre or a été déposée avec le nombre de signature requises (en espérant que peu de signature sera invalidé) et le peuple sera consulté: L’initiative Sauvez l’or de la Suisse a été déposée
  3. Ce matin à la radio, j’entends qu’une socialiste Mme Leutenegger (une parlementaire) lance un pavé dans la marre. Elle désire que les indemnités des parlementaires (33’000 CHF, ici: indemnités parlementaires) soient imposées à titre de revenu (comme tout contribuable) alors qu’actuellement c’est exonéré ! L’UDC soutient cette initiative parlementaire! (http://www.rts.ch/info/revue-de-presse/4757701-initiative-deposee-contre-les-privileges-fiscaux-des-parlementaires-federaux.html). Quand le sujet est important et intelligent, il n’y a pas de couleurs politiques.

Allez je me laisse aller avec quelques illustrations humoristiques sur le sujet

529312403

 

suisse

jpg_suisse6NARDO

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

7 réflexions au sujet de « La démocratie c’est par ici »

  • 21 mars 2013 à 9 h 37 min
    Permalink

    Oui, je suis fier d’être suisse pour ce système.
    Il faut le défendre becs et ongles et ne pas laisser passer des objets qui nuisent à notre droits de paroles! (cf. votation sur les traités internationaux par exemple)

  • 21 mars 2013 à 9 h 47 min
    Permalink

    Il y a une grande différence entre la Suisse et l’Union Européenne.

    1- La Suisse est une démocratie.

    2- L’Union Européenne est une dictature.

    Lisez cet article :

    20 mars 2013, par Georges Ugeux.

    Chypre : l’Europe est-elle dans l’illégalité ?

    Sans aucun pouvoir reconnu pour ce faire, et dans des circonstances qui ne sont pas prévues dans la législation de la BCE, Mario Draghi a mis en place un système visant à forcer Chypre à accepter les conditions imposées par les Chefs d’Etat et de Gouvernement. Techniquement, il s’agit de couper l’accès des banques cypriotes aux fonds d’urgence.

    Le Figaro est explicite : après avoir «pris acte» du rejet du plan d’aide par Nicosie, la BCE a sorti son arme de dissuasion massive: le blocus monétaire. Elle a prévenu qu’elle n’alimenterait plus les banques chypriotes en liquidités, tant que le plan de sauvetage UE-FMI ne serait pas accepté. «Les liquidités d’urgence de la BCE ne sont disponibles que pour les banques solvables, or les banques chypriotes ne sont pas solvables tant qu’elle ne seront pas recapitalisées rapidement», a indiqué Jorg Asmussen, le membre allemand du directoire de la BCE. [5] Qu’a fait la BCE pour BNP Paribas et d’autres banques en difficultés ? Nous notons bien que les liquidités d’urgence ne seront désormais plus disponibles en cas …d’urgence.

    C’est purement et simplement du chantage et cela provoque un sentiment de perte d’indépendance de la BCE. De surcroit, la décision de taxer les dépôts chypriotes vient de torpiller toute tentative de système de garantie mutuelle prévue par l’Union bancaire européenne. On ne voit pas comment un tel système européen pourrait avoir la moindre crédibilité.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2013/03/20/chypre-leurope-est-elle-dans-lillegalite/

  • 21 mars 2013 à 9 h 59 min
    Permalink

    “indemnités des parlementaires …soient imposées à titre de revenu”:

    Mr Minder se fait devancer par la gauche…pour la bonne cause.

    “Quand le sujet est important et intelligent, il n’y a pas de couleurs politiques.”:

    Si tout fonctionnait au bon sens, on ne serait plus là pour dénoncer ou critiquer, ennuyeux quand même…bonne journée Mr Crottaz.

  • 21 mars 2013 à 10 h 40 min
    Permalink

    Vous avez bien raison d’être à l’écart de tout ce bordel.

    En france je ne vois pas ce que l’UE nous a apporté de bon, mis à part de belles paroles pour nous endormir .
    Avec l’aide de nos politiques plus ambitieux les uns que les autres qui nous ont forcé à rentrer dans l’UE , sortant de la même école l’ENA ,”Ecole Nationale des Arguments” farfelus à imposer au peuple, pardon aux gueux).

  • 21 mars 2013 à 11 h 13 min
    Permalink

    J’ai l’impression que les parlementaires Suisses sont plus corrompus dû à ces multiples lobbies et conflits d’intérêts que ceux Européens,par contre ils compensent par une démocratie direct unique au monde,c’est mon point de vue mais je peux me tromper.

  • 21 mars 2013 à 11 h 50 min
    Permalink

    Nous sommes en train de vivre un conflit ahurissant.

    Il y a deux pouvoirs qui s’affrontent, en ce moment même, en Europe.

    1- Premier pouvoir : le parlement de Chypre.

    Le parlement de Chypre est élu par le peuple au suffrage universel. Le parlement de Chypre est légitime. Or ce parlement de Chypre a voté “non” au plan de la Troïka. Et je précise : aucun député chypriote n’a voté “oui” au plan de la Troïka. Aucun.

    2- Second pouvoir : la BCE.

    La BCE est dirigée par un ancien de Goldman Sachs, Mario Draghi. La BCE exerce un chantage scandaleux sur le parlement de Chypre. Mardi 26 mars, la BCE arrêtera de fournir des billets en euros aux banques de Chypre si le parlement n’a pas voté un plan de la Troïka : en clair, c’est un ultimatum. La BCE dit au parlement de Chypre :

    “Vous avez jusqu’ à lundi soir pour voter un plan de la Troïka. Si vous ne l’avez pas voté lundi soir, nous arrêterons de fournir des billets en euros aux banques de Chypre mardi matin.”

    C’est un diktat.

    La BCE se permet un diktat contre un parlement élu par le peuple.

    C’est un diktat que l’oligarchie européenne impose à un parlement élu par le peuple.

    Dans ce conflit, la BCE a montré son vrai visage.

    Dans ce conflit, l’Union Européenne a montré son vrai visage.

    L’Union Européenne est une dictature.

    Les masques tombent.

    Nous sommes en train de vivre une guerre entre la dictature européenne et les démocraties nationales.

  • 21 mars 2013 à 14 h 29 min
    Permalink

    Jeudi 21 mars 2013 :

    L’Union Européenne demande à Chypre d’instaurer un blocage des capitaux.

    L’Union européenne cherche à convaincre les dirigeants chypriotes d’instaurer un blocage des capitaux placés dans les banques de l’île pour éviter leur faillite, a confié jeudi à l’AFP une source européenne proche des discussions.

    Les autorités chypriotes ont trois choses à faire d’ici mardi : présenter un plan B crédible et viable pour remplacer le plan de sauvetage rejeté par le Parlement, instaurer un blocage sur une longue période des capitaux placés dans les banques, et préparer la fusion entre les deux principales banques en difficultés, a expliqué cette source sous couvert de l’anonymat.

    Le risque sinon est une sortie de Chypre de la zone euro, a-t-il averti.

    Fin de citation.

    Comment ça, “instaurer un blocage sur une longue période des capitaux placés dans les banques” ? ? ?

    Mais c’est contraire à tous les traités européens !

    Je recopie le traité de Lisbonne, page 93 :

    CHAPITRE 4
    LES CAPITAUX ET LES PAIEMENTS
    Article 63
    (ex-article 56 TCE)
    1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.
    2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

    http://consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/st06655.fr08.pdf

Les commentaires sont fermés.