La croissance est-elle infinie ou insoutenable ? Philippe BIHOUIX

Joyeux Noël à vous et vos foyers.

Je vous souhaite le bonheur et surtout la santé.

Pour avoir vécu personnellement une année 2019 assez difficile du côté de la santé, il est évident que cette dernière prime sur tout.

Pour ce jour assez calme en terme d’activité pour certains, voici une vidéo intéressante d’un ingénieur qui se nomme Philippe Bihouix.

Philippe BIHOUIX, ingénieur centralien et spécialiste des ressources non renouvelables, balaye les promesses d’un monde technologique meilleur, d’abondance et de bonheur pour tous, du rêve d’énergies propres qui ne tiennent pas compte des limites de notre planète “fatiguée”. L’auteur du livre “Le bonheur était pour demain” esquisse des solutions moins naïves, que nous pouvons mettre en oeuvre dès maintenant. Les médias nous donnent des promesses de technologies toujours meilleures : progrès du numérique, smart-city, hyperloop avec Elon MUSK, conquête spatiale avec Jeff BEZOS, minage des astéroïdes, techno-esclaves grâce aux machines (robots, voitures autonomes), promesses trans-humanistes…. on nous promet un futur radieux. Mais ces promesses se heurtent à une autre réalité : problème climatique, effondrement de la biodiversité, ressources non renouvelables, pic de pétrole jusqu’à un point ou certaines personnes prédisent un effondrement de la civilisation industrielle. Alors, va t’on vers un monde d’abondance ou un monde de pénurie ? Le développement est-il infini ? Ou va t-il y avoir un effondrement ? Le débat est lancé !

   Envoyer l'article en PDF   

4 réflexions au sujet de « La croissance est-elle infinie ou insoutenable ? Philippe BIHOUIX »

  • 25 décembre 2019 à 12 h 51 min
    Permalink

    Bonjour et bon Noël M.Crottaz,
    Je vous remercie pour vos voeux et vous souhaite aussi une très bonne année 2020, ainsi et surtout qu’une bonne santé. Je sais aussi que celle-ci est primordiale et que rapport à elle nos préoccupations financières sont dérisoires. Profitez bien de votre famille et de la vie en général et j’espère d’une bonne santé retrouvée. Sachez aussi que vos messages sont toujours aussi appréciés !
    André.

  • 25 décembre 2019 à 22 h 15 min
    Permalink

    Bonsoir, ce Monsieur ne fait que répéter ce que bon nombre d’autres personnes compétentes et pleines de bonne volonté essaient de transmettre à qui veut l’entendre depuis une douzaine d’années. Je ne prend pas en compte la petite suédoise, le masque est tombé puisque son but ultime étant in fine d’imposer les théories de l’extrême gauche au monde entier (en somme une charia idéologique) en prenant le prétexte du réchauffement climatique. Et pour ceux qui se pavanent devant sa maladie (Asperger) qui rend soit-disant plus intelligent, j’ai mille fois plus de respect pour Isaac Newton qui avait la même maladie, qui était plutôt antisocial, mais lui était un vrai génie comme on en fait un par millénaire.

    Tout ce qui compte c’est de passer concrètement à l’action, mais sincèrement (en opposition au double language des politiciens, les actes ne correspondant pas au discours). Aujourd’hui (enfin, pas tout à fait), les questions essentielles que je me pose sont, est-ce que 90% de gens sont prêts à :

    – à rouler substantiellement moins au fossile (les voitures électriques, c’est une grosse farce marketing)
    – à moins (voire plus) utiliser le charbon (Allemagne, Pologne, Chine, Inde, etc)
    – à moins (voire beaucoup moins) prendre l’avion
    – etc, etc, etc, etc, etc, etc ….

    La réponse est NON. Si au moins 80% des gens sur cette terre ne font pas l’effort de façon soutenue et dans le temps, alors l’effort consenti ne suffira pas à amoindrir la dynamique, Faut pas se voiler la face :

    – Ne pas compter sur les politiques (quel politicien voudrait avoir à la fois ses électeurs mécontents de nouvelles contraintes imposées et par-dessus l’Economie générale lui tomber dessus ? Heu, l’extrême gauche … ah oui, j’oubliais). Le politicien, lui, ne cherche qu’à se faire réélire.

    – Les major acteurs de ‘Economie mondiale et mondialisée, eux cherchent désespérément des solutions alternatives pour remplacer la façon de continuer à faire continuer à tourner la machine à cash au nom de la prospérité et de la croissance (veuillez vous référer aux propos de Mr Bihouix).

    On est en plein dans l’ambivalence, les mensonges et les contradictions. Oui il faudra attendre une première grosse ‘catastrophe’ qui va alors tétaniser le monde pour que la prise conscience commence à devenir généralisée. C’est comme une personne qui apprend qu’elle est atteinte d’une maladie grave, peut-être mortelle, et qui parce que le compteur de la fin du temps imparti proche tourne, commence à réfléchir si ses buts et choix de la vie ont été les bons, une remise en cause générale de ses priorités dans la vie, entre (sur)confort, futilités, égoïsme voire arrogance. Comment puis-je me rattraper (par de saines actions) pendant les instants qu’il me reste à vivre ? Enfin, je parle de ceux qui ont au moins un peu de scrupules.

    Et puis, dans le fond, pourquoi nous les européens on va nous imposer de sérieuses prochaines contraintes coercitives alors qu’Indiens, chinois, américains, canadiens, brésiliens n’entendent pas participer à l’effort général (il n’y a qu’à entendre le discours du 1° ministre australien sur l’énorme business local du charbon pendant que cela brûle…sec aux alentours de Sydney).

    Je ne suis ni pour Greta ni pour le 1° ministre australien ni pour les Verts d’ailleurs (les Verts c’est comme une pastèque. Vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur). Je suis là et j’observe mes congénères, et ce qu’ils disent c’est “Moi c’est (discrètement) NON en espérant que les autres soient OUI à l’effort”.

    On n’a pas fini d’entendre et de lire sur le sujet. C’est peut-être aussi volontairement l’arbre qui cache la forêt.

    Ne comptons pas sur les politiques de tout bord : “Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.” (Winston Churchill)

  • 26 décembre 2019 à 12 h 35 min
    Permalink

    Le progrès, le nucléaire, c’est ce qui nous protégera contre les épidémies. Après tout, l’uranium est un produit naturel. Et il met un point final à la pollution pour la production d’énergie à base de charbon ou de pétrole.

    En prend-on la direction, lorsque l’on voit la peste pulmonaire apparaître en Chine ?…

  • 27 décembre 2019 à 11 h 49 min
    Permalink

    Tout à fait d’accord Yaroslav …Et quelle décision a pris le conseil fédéral à ce sujet il y a quelques années et qui commence déjà à nous impacter ? Il ne faut pas toujours copier ce que décide Berlin, la preuve. Le lobby du gaz en Suisse pointe son nez. Die Schweiz über alles. Bonnes fêtes,

Les commentaires sont fermés.