La caisse des pensions

Ce matin sur RTS, un de mes sujets fétiches : Les retraites et le taux de couverture de nos chères caisses de pensions étatiques.

Les marchés actions sont en hausse (pour l’instant) et cela donne un peu de souffle au rendement des caisses de pensions car du côté de l’obligataire, c’est le désert des taux-tarres

Hé bien ce n’est toujours pas le cas des caisses de pensions étatiques !

Elles affichent des taux de couvertures catastrophiques (Neuchâtel 59% de taux de couverture)

Ceci malgré la hausse de leurs indices de référence (LPP Pictet 2000)

 

evolution indices pictet depuis 1985

En fait, et c’est presque toujours le cas, les caisses étatiques sont très-très-trop généreuses avec les affiliés (notamment les montants de retraites par rapport aux cotisations), car elles savent que le contribuable sera toujours là pour mettre la main à la poche et renflouer.

 

 

Dans les caisses privées en cas de difficultés, on fait appel aux affiliés eux-mêmes et un prélèvement est effectué sur les salaires à des fins des contributions supplémentaires. (je l’ai vécu).

 

Les cantons romands sont les mauvais élèves (1.4 milliards à renflouer pour Vaud, 6 milliards pour Genève) et les suisses allemands font mieux (je ne suis pas étonné par la rigueur germanique).

 

Je me permets de vous remettre un article de  mai 2012 qui date un  peu, mais reste d’actualité: Prévoyance-retraite, la polémique enfle (encore dirais-je) et qui traite de la caisse de Neuchâtel notamment.

 

   Envoyer l'article en PDF   

4 réflexions au sujet de « La caisse des pensions »

  • 8 mai 2014 à 18 h 17 min
    Permalink

    L’Union soviétique a montré ce qu’il advient lorsque la gestion financière d’intérêts collectifs est confiée à des organismes collectifs. Les retraites seront donc provisionnées deux fois. Une fois par prélèvements moitié-moitié sur les salaires et sur les marges des entreprises, prélèvements pourtant supposés, selon les calculs actuariels empiriques, constituer les réserves nécessaires. Une seconde fois par l’impôt qui viendra renflouer les réserves nécessaires que les caisses ne sont pas parvenues à constituer. La raison du manco ? Pas sorcier ! la mauvaise gestion de fonds et le coût exorbitant (réputés incompressibles) facturés par des ronds-de cuirs pour cette fabuleuse gestion.

  • 9 mai 2014 à 11 h 26 min
    Permalink

    Là aussi :

    Too important to fail .

  • 12 mai 2014 à 16 h 09 min
    Permalink

    en france, le choc démographique associé à des promesses désastreuses font que ma génération va se faire escroquée pour retarder l’échéance de la banqueroute du système de retraite pour le privé.
    Exemple: en 2008 cotisation de 15600 euro sur des revenus de 104500 euro
    en 2011, cotisation de 15200 euro sur des revenus de 86000 euro.
    Cherchez l’erreur.

  • 15 juillet 2014 à 13 h 07 min
    Permalink

    Un chiffre étonnant voire effrayant concernant la pyramide des âges en France: en 6 ans, 3 actifs sur 10 partent à la retraite.
    Conclusion: le chômage devrait baisser mais les cotisations retraite augmenter énormément.
    Comme toute pyramide de ponzi, le système n’est pas tenable à court terme d’autant plus que les attaques juridiques se multiplient.Entre autre, les caisses complémentaires ne peuvent s’endetter (heureusement)pour payer les pensions.

Les commentaires sont fermés.