La BNS toujours impuissante ! et inconsciente ?

Il y a quelques temps j’avais écrit un article sur l’impuissance de la BNS à contrer la force du Franc Suisse: http://blog.crottaz-finance.ch/?p=4182

Aujourd’hui il semble que la BNS se gave d’Euro (qui baisse régulièrement) afin de freiner la hausse du franc.

Voici un graphique sur lequel on voit bien les paliers d’intervention de la BNS:

Et l’Euro contre CHF depuis 5 ans

Cette hausse du Franc Suisse contre la devise européenne commence à poser des problèmes. Est-ce vraiment si grave ou est-ce que la BNS ne panique-t-elle pas en achetant à tour de bras des Euros ?

Il semblerait que désormais la BNS (les derniers chiffres ne sont pas encore communiqués) possède plus de 100 milliards d’Euros (Dans l’article de la tribune de Genève on parle d’une augmentation de 95 à 230 milliards des réserves de change: La Banque nationale suisse a décidé hier de maintenir 

Je suis quasiment certain que la majeure partie de ces réserves est en libellé Euros (ce n’est en fait qu’une simple écriture)

L’excellent journal “Le temps” mentionne le problème de Franc Suisse: La bataille du franc et L’évolution de l’Europe et le franc fort pèseront sur l’économie suisse

Il y a quelques années, les banque centrale des pays comme les Emirats, l’Arabie Saoudite, la Russie se plaignaient de la faiblesse du dollar américain et voulaient faire coter les matières premières – plus spécifiquement le pétrole – dans un panier de monnaies, voire en Euro. Ces mêmes banques centrales ont ainsi accumulé des Euros durant des années afin de diversifier leurs réserves.

Elles se retrouvent avec une grande quantité de devise européenne qui baisse tous les jours.

Les Banques Centrales, à mon humble avis, commencent à paniquer et faire n’importe quoi, partagée entre l’envie de soutenir une devise qu’elles possèdent en masse dans leurs “coffres” et l’envie de la vendre pour sortir de ce “traquenard”.

Plus les Banques Centrales attendent, plus elles sont mal prises et plus les décisions de ventes ou d’achats seront irréfléchies. Qui va perdre de l’argent à la fin ? Je vous le livre en mille: Le contribuable

J’espère que la BNS a prévu un plan de repli, car selon l’adage bien connu  “Never try to catch a falling knife”, elle pourrait bien se retrouver à devoir rendre des comptes.

LA BNS se doit aussi mettre la pression sur les banques suisses et contrôler leurs couvertures: La BNS insiste contre UBS et ceci malgré le fait que les banques suisses ont passé le cap de l’année 2009 Les banques suisses surmontent le choc de 2009 et le rapport de la BNS à ce sujet: BNS pre_20100617_2.fr

Cette dernière pression sur les banques suisses est bienvenue. Ce n’est pas parce qu’elles ont bien passé un cap d’une année que tout est réglé. Il subsiste encore bien des inquiétudes au sujet des banques en général.

Force est de constater que le Franc Suisse se renforce désormais contre toutes les monnaies du monde sur les dernières semaines, ce qui montre que les intervenants se réfugie sur cette monnaie. La BNS n’a absolument pas les reins assez solides pour contrer cette déferlante. Sa seule solution serait d’imposer des intérêts négatifs sur les comptes épargnes comme dans les années 70 pour empêcher un afflux de liquidités sur la monnaie nationale.

Ce qui risque d’arriver (et qui n’était pas arrivé à l’époque car les investisseurs était moins investis dans d’autres véhicules de placement que les comptes épargnes) c’est que les investisseurs ne placent plus sur les comptes, mais directement sur des actions suisses:

Ceci expliquant cela, on comprend ainsi mieux pourquoi les indices actions des divers pays évoluent en ordre dispersé, les investisseurs privilégiant l’Allemagne, la Suisse plutôt que l’Italie, l’Espagne ou même la France

En conclusion le BNS n’est-elle pas la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf ?

   Envoyer l'article en PDF   

17 réflexions au sujet de « La BNS toujours impuissante ! et inconsciente ? »

  • 21 juin 2010 à 11 h 14 min
    Permalink

    Bonjour Olivier,

    Décidément, La hausse du franc suisse préoccupe les esprits.

    “Ces derniers mois, nous avons observé un afflux de milliards d’euros en provenance d’épargnants inquiets de la crise de l’euro, qui voyaient dans la Suisse un pôle de stabilité” DORIS LEUTHARD, PRÉSIDENTE DE LA CONFÉDÉRATION SUISSE, le 21 juin 2010 dans un interview au quotidien les Echos.

    Article complet:
    http://mieux-investir.blogspot.com/2010/06/dans-quelle-devise-faut-il-investir.html

    Cordialement
    Yves Belmont

  • 21 juin 2010 à 11 h 48 min
    Permalink

    A part le franc suisse, il y a aussi la couronne norvégienne, les dollars canadien & australien.

    Mais si le prix des MP s’effondre (déflation) ces 3 dernières devises perdront de leur attrait.

    Encore faut il que le prix des MP s’effondre et pour le moment ce qui s’effondre ce sont plutôt l’euro et le dollar.

  • 21 juin 2010 à 19 h 06 min
    Permalink

    Bonjour Olivier,

    petite question: faut-il s’attendre à ce que l’Euro se déprécie encore beaucoup face au CHF ?

    Cordialement,

  • 21 juin 2010 à 19 h 08 min
    Permalink

    Bonsoir

    A’heure ou j’écris ce message et ou la parité eurchf touche les 1,37 l’intervention de la BNS n’est pour moi qu’une question de jours……. voir d’heures……
    Le Franc Suisse ne peut pas s’apprécier de la sorte surtout a cette vitesse… c’est économiquement pour moi “suicidaire”..

  • 21 juin 2010 à 20 h 13 min
    Permalink

    La BNS n’a pas le pouvoir de contrer le marché. Il est puissant et l’eruo déçoit tellement que je ne vois pas s’arrêter ici la descente de l’euro.
    Contre dollar je vois 1.1 (voire plus bas) et contre CHF..je n’ose le dire..
    Je vais préparer un billet à ce sujet.

  • 21 juin 2010 à 20 h 14 min
    Permalink

    Tant que les turbulences européennes continuent oui.
    Si l’Espagne se met à vaciller, l’euro chutera

  • 21 juin 2010 à 21 h 36 min
    Permalink

    j’ai quand même dans l’absolu du mal a voir le chf a 1,30 1,35…

  • 21 juin 2010 à 23 h 14 min
    Permalink

    A 1,10 c’est la mort économique de la Suisse !!!!

  • 22 juin 2010 à 8 h 17 min
    Permalink

    meuuuh non.

    De plus en plus du commerce extérieur de la Suisse part vers l’Asie. Et ce n’est pas du USD là-bas…
    Et je m’inquiéterai malgré tout plus de la GBP et du USD que de l’Euro.

    N’en déplaise à certain.

  • 22 juin 2010 à 10 h 57 min
    Permalink

    Bonjour

    Il y a eu des articles anglais parlant d’une scission en deux de la zone euro. Cette alternative serait à l’étude. Quelqu’un a qq infos à ce sujet ?

    Cordialement

  • 22 juin 2010 à 17 h 21 min
    Permalink

    DEVISES/Le franc suisse franchit un nouveau seuil historique face à l’euro
    développement avec commentaire analyste

    Zurich (awp/afp) – La monnaie helvétique a franchi mardi un nouveau seuil historique en passant en dessous des 1,36 franc suisse pour un euro, après l’annonce que la banque centrale renonçait dans l’immédiat à de nouveaux achats d’euros pour éviter un renforcement de sa devise.

    A 15H15, le franc suisse s’échangeait à 1,3591 CHF pour un euro, un niveau jamais atteint depuis l’introduction de la monnaie unique européenne en 1999, avant de se stabiliser à 1,3606 CHF/EUR à 14H19 GMT.

    “Le franc suisse, qui a tenu la vedette durant la semaine écoulée, semble poursuivre son irrésistible ascension”, ont estimé les analystes de Pictet dans une note.

    Ce bond de la devise suisse intervient alors que le vice-président de la Banque nationale suisse (BNS, banque centrale), Thomas Jordan, a affirmé lundi que l’institut d’émission avait arrêté ses interventions sur les marchés pour éviter un raffermissement du franc suisse.

    “Le risque de déflation est largement banni, ce qui veut dire que pour l’heure nous ne devons pas intervenir”, a précisé M. Jordan sur la chaîne de télévision publique SF.

    Il a cependant rappelé qu’en cas de retour d’un risque de déflation, la BNS allait “utiliser l’ensemble des mesures à sa disposition” pour combattre ce danger.

    Afin de lutter contre l’appréciation de sa monnaie face à l’euro, la banque centrale a dépensé des milliards en intervenant sur les marchés des devises où elle a acheté des euros.

    Les réserves de change de la Confédération ont ainsi quadruplé depuis le début de la crise pour dépasser les 230 milliards de francs suisses (166,7 milliards d’euros).

    Les analystes de Citigroup ont souligné qu’à terme cette stratégie n’était pas viable et qu’elle allait à l’encontre de l’objectif fixé par la BNS de lutter contre l’inflation qui risque de s’accélérer.

    “Cela montre clairement que les conditions monétaires doivent être resserrées rapidement”, soit par une appréciation du franc suisse, une réduction des réserves de change ou un relèvement des taux directeurs, ont-ils souligné dans une note.

  • 25 juin 2010 à 17 h 20 min
    Permalink

    Le 1.35 est tombé… tout ça va bien vite…

    DEVISES/Le franc suisse franchit un nouveau seuil historique face à l’euro

    Zurich (awp/afp) – La monnaie helvétique, qui ne cesse de s’apprécier face la monnaie unique européenne depuis plusieurs semaines, a une nouvelle fois franchi vendredi un seuil historique en passant en dessous des 1,35 CHF pour un euro.

    Vers 16H10 HEC (14H10 GMT), le franc suisse s’échangeait à 1,3466 CHF pour un euro, un niveau jamais atteint depuis l’introduction de l’euro en 1999.

    L’ascension “irrésistible”, selon les analystes, de la monnaie helvétique a été encore stimulée cette semaine par des déclarations du vice-président de la Banque nationale suisse (BNS), Thomas Jordan.

    Ce dernier a affirmé lundi que l’institut d’émission avait arrêté ses interventions sur les marchés pour éviter un raffermissement du franc suisse.

    “Le risque de déflation est largement banni, ce qui veut dire que pour l’heure nous ne devons pas intervenir”, avait alors précisé M. Jordan à la télévision tout en spécifiant qu’en cas de retour d’un risque de déflation, la BNS allait “utiliser l’ensemble des mesures à sa disposition” pour combattre ce danger.

    (AWP/25 juin 2010 16h46)

  • 28 juin 2010 à 15 h 18 min
    Permalink

    Le seuil de 1.34 EUR/CHF est tombé aujourd’hui, la chute paraît sans fin (10% en 6 mois) mais cela ne semble pas inquiéter la bourse suisse. Je remarque que ce mouvement est général depuis début juin pour toutes les devises principales de l’OCDE (USD, EUR, YEN, GPD, CAD) ce qui me semble manifester de la force du mouvement.

    Évidement, les importateurs ne répercutent pas les prix à la baisse…

  • 4 octobre 2011 à 14 h 29 min
    Permalink

    Hello there, I discovered your website via Google whilst looking for a similar matter, your web site came up, it looks great. I’ve bookmarked it in my google bookmarks.

Les commentaires sont fermés.