La BNS réagit

Pour faire suite à mon article qui montrait que la caisse de pension de la Confédération bénéficiait d’un passe-droit (ici: La BNS se tire une balle dans le pied) et que ceci avait fait l’objet de contestations d’autres caisses et des assurances notamment, la BNS annonce ce jour:

“Moins de dérogations à l’application du taux d’intérêt négatif aux comptes de virement détenus à la BNS”

La Banque nationale a achevé son examen

La Banque nationale suisse (BNS) a achevé l’examen des dérogations et réduit considérablement le nombre de titulaires de comptes de virement non soumis au taux d’intérêt négatif.

suite et lien du communiqué: http://www.snb.ch/fr/mmr/reference/pre_20150422/source/pre_20150422.fr.pdf

Ce qui a eu un impact rapide sur les taux de change du CHF avec les autres devises;

CHFEUR 22-4-15

CHFUSD 22-4-15

Est-ce que cela sera suffisant sur du moyen / long terme pour affaiblir le CHF, rien n’est moins sûr.

En tous les cas, ceux qui désirent retier du cash vont en être pour leurs frais: (Source: Gautier’s Blog). A partir d’Aout 2015, les retraits dépassant les limites autorisées seront taxé à 2%

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

3 réflexions au sujet de « La BNS réagit »

  • 23 avril 2015 à 11 h 57 min
    Permalink

    Intérêt négatif : c’est une violation claire du droit de propriétaire, puisqu’il s’attaque directement à la substance de celle-ci non pas au nom d’un ordre public, mais au nom d’un intérêt public. Même s’il s’agissait d’ordre public, on le taux négatif touche au noyau dur, à la substance même de la propriété. Pour le système capitaliste c’est la fin. En plus, voilà le retrait payant de la monnaie. Staline n’aurait pas fait mieux. En effet, jusqu’à preuve du contraire, l’argent mis sur un compte est un dépôt à vue, qui peut être retiré en tout temps. Venir le frapper d’une taxe et contraire à la mission de la BNS qui est de fabrique de la monnaie et de la mettre à la disposition de la population.

    Si nous analysons toutes les mesures coercitives introduite dans notre législation depuis trois à quatre, on constate que la tranquille démocratie consensuelle et libérale de la Suisse est en train de basculer vers l’autoritarisme géré par les fonctionnaires. Une copie conforme du système soviétique qui n’a jamais recherché autre chose que le bonheur de sa population et sa protection contre les méchants étrangers.

  • 30 avril 2015 à 10 h 03 min
    Permalink

    Bonjour!

    “Une copie conforme du système soviétique”

    C’est très drôle de lire ça quand on voit QUI sont les dirigeants et responsables de la BNS, laquelle est, je vous le rappelle, “indépendante” du politique et des “fonctionnaires” que vous vomissez (la BNS est une S.A. cotée en bourse, don’t forget).
    Le terme de capitalisme mafieux, de connivence totale et criminelle des élites économiques me semble plus approrié au vu des circonstances, et ce n’est pas du côté de l’ex-URSS qu’il faut chercher le modèle et la paternité de ce système. Je sais que l’anticommunisme primaire dû à notre chère propagande a grillé les circuits nerveux de nombre de mes concitoyens et je n’ai aucune raison de défendre le soviétisme, mais la gravité de la situation oblige à interroger en profondeur la réalité et se départir des vieux reflexes et schémas de pensée. Les “méchants” ne sont peut-être pas ceux que vous pensez ou suggérez.

    Je vous conseille la lecture du blog de Liliane Held-Khawam, par exemple… https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/category/bns/

  • 30 avril 2015 à 13 h 33 min
    Permalink

    Magnifique Liliane !

    Et j ajoute que la BnS vient d’annoncer 30 milliards de perte soit 3’750.- chf par habitant

Les commentaires sont fermés.