Islande et planches à billets

L’Islande sort pour la première fois de la crise avec une croissance positive, ce qui n’était pas arrivé depuis 7 trimestres.

L’Islande sort de la récession pour la première fois depuis la crise

Je retiens une phrase importante du communiqué:

L’Islande emprunte également à des taux plus favorables, signe d’une meilleure confiance et des économistes soulignent que le petit pays a peut-être fait un bon choix en laissant chuter ses banques plutôt que d’injecter à tour de bras des fonds publics, comme l’a fait l’Irlande par exemple.

Que va-t-il se passer avec toutes les injections actuelles ?

Voici une vidéo du chat de Bernanke et son imprimante à billets ! Jean-Claude Trichet aimerait l’adopter, paraît-il.

Quand ça veut pas, ça veut pas !

   Envoyer l'article en PDF   

5 réflexions au sujet de « Islande et planches à billets »

  • 7 décembre 2010 à 16 h 00 min
    Permalink

    Oui, d’accord, mais ce ne sont certe pas les banquiers qui ont payé l’addition, ce sont leur créanciers qui avaient souscrit des obligations sur base de ratings non proprement précis.
    Que font-ils actuellement les banquiers en question ?

    Est-ce que la situation présentée dans l’article va durer dans le temps ou bien est-elle soutenue par les acrobaties européennes ?

  • 8 décembre 2010 à 9 h 22 min
    Permalink

    Les banquiers n’ont ils pas fait faillite ?
    Ainsi, que les créanciers et les clients ?

    Mais maintenant, il n’y aurait plus de dettes….????

  • 8 décembre 2010 à 11 h 24 min
    Permalink

    Non, il ne reste plus que de bons… pécheurs/pêcheurs! 😉

  • 8 décembre 2010 à 13 h 54 min
    Permalink

    Finalement, si on revenait tous à l’âge de pierre, on pourrait de nouveau afficher de la croissance. C’est grave lorsque vous passez de 100 à 95 mais de 47 à 49 c’est génial…..

  • 8 décembre 2010 à 19 h 28 min
    Permalink

    Sauf, qu’aux états unis, lorsque l’état refinance les banques, il le fait en recevant de actions en contrepartie. Lorsde la revente, la plus value est pour l’état.
    En France, un léger taux d’intérêts sous pretexte, que l’état n’a pas à spéculer.
    Sauf, que les banques vont se faire taxer.
    Alors, si on prend les pertes sur l’or : 200 euros par citoyens français et le mnque à gagner sur les actions des banques qui ont doublé depuis ….. .
    Travailler plus pour gagner plus, bel exemple de donnage de leçon.

Les commentaires sont fermés.