Financement des retraites en question

Voilà une clôture à New York qui fait mal ce soir.

Tout avait pourtant bien commencé en Europe avec un rebond des financières (fort massacrées ces derniers temps) et une ouverture à New York qui tenait la route, Alcoa annonçant des résultats meilleurs qu’attendus (enfin moins mauvais).

Le pétrole descendait, tout allait bien, M. Bernanke s’exprimait en avançant qu’il soutiendrait la finance, etc.

Puis soudain, tout le monde se met à vendre (notamment Fannie Mae -13.11% et Freddie Mac -23.77%, cette dernière valait encore 60 USD en octobre 2007, aujourd’hui il se traite péniblement à 10 USD (soit 83% de chute !)).

Le marché (c’est qui ?) estime que ces sociétés vont devoir levers des fonds, leurs bilans ne cessant de se détériorer. Ben, ce n’est pas folichon tout ça ! Le rebond n’a pas fait long feu en tous les cas.

Le système bancaire / financier est dans de grande turbulence et la question qui se pose de façon récurrente et qui revient à mes oreilles est de déterminer si les dégâts ne sont pas déjà irrémédiables…..

En réalité, tout le système est imbriqué: Un véritable puzzle, un jeu de domino, une cascade.

Les marchés montent, les banques gagnent de l’argent, paient des impôts, l’état s’enrichit, investit, les caisses de pension vont bien, les gens achètent des maisons….. pas besoin de continuer la démonstration me semble-t-il.

Les actions font monter les avoirs des caisses de pension (qui, pour mémoire, doivent servir des rentes et offrir un rendement obligatoire sur le capital des assurés), l’AVS investit en action et en obligations etc.

Depuis début 2008 jusqu’à fin mai 2008, les indices Pictet, souvent utilisés comme référence pour les caisses de pension, ont cédé entre 1.9% et 5.9% en fonction du profil de risque.

Pour rappel, le mois de juin qui a suivi a été le pire mois depuis la grande dépression….on attend les performances fin juin, mais il n’y aura pas de miracles.

De plus, les caisses possèdent aussi des immeubles (ou fonds immobilier) qui doivent être évalués….et si l’immobilier venait à corriger fortement ?

Les caisses se trouvent donc mal prises. Celles qui ont un taux de couverture de 115% par exemple vont voir leurs “réserves” fondre, alors que les autres déjà en sous-couverture vont devoir ponctionner leurs assurés avec une cotisation supplémentaire d’assainissement ou diminuer les prestations, voire même pour certaines (CFF, Canton, Ville (de Lausanne?)) en appeler au contribuable !

Quand l’homo sapiens sapiens aura-t-il compris qu’il vaut mieux peu que rien ?

Il me vient à l’esprit la fameuse expression allemande: “besser den Spatz in den Hand als eine Taube auf dem Dach” (qui signifie mieux vaut un moineau dans la main, qu’un corbeau sur le toit) ou en français: “un tiens vaut mieux que deux tu l’auras”.

poussins_mains

Nous allons au devant de jours encore pénibles, mais espérons qu’il n’est pas trop tard. L’homme a toujours su évoluer, s’adapter et finalement survivre.

Bon jeudi

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF