Et si le dividende m’était coupé ?

Les actions américaines sont toujours en rebond depuis les plus bas. Certains pensent par ailleurs que les actions sont plus intéressantes que les obligations, car le rendement du dividende est plus élevé que celui des obligations

Ce qu’il faut savoir c’est que si les résultats des sociétés deviennent moins bon voire mauvais, les dividendes seront diminués et même coupé. Les P/E (ratio cours / bénéfice) vont monter.

Je prends tout simplement pour exemple Royal Dutch qui offrait un très beau rendement quand le cours était à 25-27 euros. Le paiement trimestriel de 0.42 euros environ engendrait un rdt de 6.7% annuel sur un cours de 25 euros.

Aujourd’hui le titre traite 14,5 euros environ et maintenir un tel niveau de dividende est impossible. Cela ferait 11.6% de rendement. Royal Dutch a d’ailleurs annoncé une réduction du dividende à 0.16 par trimestre. Cet ajustement ramène le dividende à 4.4% annuel pour un cours de 14,5 euros.

Ce que j’essaie de dire ici, c’est que si on achète Royal Dutch à 25 euros avec un dividende attendu 6.7%, que le titre chute et -en plus – que le dividende est coupé, on se retrouve bec de gaz pour un moment.

Avec une perte en cours de 10.5 euros (-42% de baisse sur le titre) et un dividende qui baisse de 1 euros annuellement, si rien ne bouge il va falloir plus de 10 ans investi dans le titres rien qu’en recevant les dividendes. (10.5 euros à combler à coup de 1 euro annuel de dividende (et j’exclu les impôts et frais).

Peut-être faut-il acheter Royal Dutch aujourd’hui ? Mais ce n’est pas le sujet.

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

4 réflexions au sujet de « Et si le dividende m’était coupé ? »

  • 22 mai 2020 à 16 h 10 min
    Permalink

    Mérite aussi d’être mentionnées les demandes que les société aidées par les différents programmes gouvernementaux en cours ne payent plus de dividendes ni ne rachètent des actions en attendant le remboursement des aides reçues.

  • 23 mai 2020 à 10 h 18 min
    Permalink

    Le dividende est un canapé au foie gras ou au caviar. Ce qui compte, c’est la croissance de la valeur du titre. Si possible avec un dividende raisonnable. Car la priorité c’est la préservation au moins et la croissance au mieux du capital. Un député suisse a proposé de ne pas rembourser les indemnités chômages versées par les employeurs si ceux-ci versent un dividende. Le gas a du faire de longues études qui l’ont fatigué. Est-ce bien en détruisant le rendement du capital que l’on va stimuler l’investissement ? Il est vrai que l’épargne est passée en seconde zone avec l’émission massive de capitaux par les banques centrales. La masse de liquide a augmenté, mais le créancier est l’état et non le particulier. Mais lorsque la production économique relève de l’investissement d’argent fourni par l’Etat, nous sommes dans un système strictement marxiste. Ne l’oublions pas. Tel est le cas de la BNS, qui détient des participations dans les entreprises privées. Avoir l’Etat comme actionnaire ça s’appelle une nationalisation. Celle-ci n’a pas besoin de passer par l’expropriation pour se produire : il suffit que l’Etat achète des entreprises avec de l’argent qu’il émet lui-même. C’est simple comme bonjour. Et c’est très exactement là que nous en sommes.

  • 24 mai 2020 à 22 h 31 min
    Permalink

    “@Yaroslav : je vous invite à lire l’article sur les BC

    “Mais qui a retiré leur indépendance aux banques centrales ?”

    Je ne suis pas d’accord avec vous :

    “… Un député suisse a proposé de ne pas rembourser les indemnités chômages versées par les employeurs si ceux-ci versent un dividende.”

    – Ce qui paraîtra ‘choquant’ par ex. en France le sera moins en Suisse. Même des politiciens socialistes soutenaient le versement de dividendes même en cas de versement d’indemnités chômage. On a pas la ‘haine du riche’ aveugle comme chez certains de nos voisins.

    “… Tel est le cas de la BNS, qui détient des participations dans les entreprises privées. Avoir l’Etat comme actionnaire ça s’appelle une nationalisation.”

    – Il me semble qu’il y a un mélange des genres. La BNS achètent des titres de sociétés étrangères non pour les racheter mais pour espérer à terme faire un profit. Cela entre dans le cadre d’une stratégie de placement, et non pas dans le but de racheter les dites sociétés. Vous voyez la BNS racheter Apple qui vaut à la louche mille milliards $ ? Même si l’on y autorisait, elle n’en aurait pas les moyens.

    – Vous utilisez le terme ‘nationalisation’, il n’est pas adapté à la situation. Auriez-vous entendu parlé que Berne aurait nationalisé une des 20 sociétés cotées au SMI (too big to fail, ou trop ‘stratégique’) ?”

    merci

  • 24 mai 2020 à 22 h 39 min
    Permalink

    “@Yaroslav : je vous invite à lire l’article sur les BC

    “Mais qui a retiré leur indépendance aux banques centrales ?”

    https://www.loretlargent.info/banque-centrale/mais-qui-a-retire-leur-independance-aux-banques-centrales/24110/

    Je ne suis pas d’accord avec vous :

    “… Un député suisse a proposé de ne pas rembourser les indemnités chômages versées par les employeurs si ceux-ci versent un dividende.”

    – Ce qui paraîtra ‘choquant’ par ex. en France le sera moins en Suisse. Même des politiciens socialistes soutenaient le versement de dividendes même en cas de versement d’indemnités chômage. On a pas la ‘haine du riche’ aveugle comme chez certains de nos voisins.

    “… Tel est le cas de la BNS, qui détient des participations dans les entreprises privées. Avoir l’Etat comme actionnaire ça s’appelle une nationalisation.”

    – Il me semble qu’il y a un mélange des genres. La BNS achètent des titres de sociétés étrangères non pour les racheter mais pour espérer à terme faire un profit. Cela entre dans le cadre d’une stratégie de placement, et non pas dans le but de racheter les dites sociétés. Vous voyez la BNS racheter Apple qui vaut à la louche mille milliards $ ? Même si l’on y autorisait, elle n’en aurait pas les moyens.

    – Vous utilisez le terme ‘nationalisation’, il n’est pas adapté à la situation. Auriez-vous entendu parlé que Berne aurait nationalisé une des 20 sociétés cotées au SMI (too big to fail, ou trop ‘stratégique’) ?”

Les commentaires sont fermés.