Christopher Aaron : Dow Jones / Gold ratio and Market Crash

A very interesting view on the past value of the Dow Jones / Gold ratio

All is showing that gold should go up anyway

Christopher Aaron (igold investor) is on Twitter https://twitter.com/iGlobalGold?s=20

and his youtube https://www.youtube.com/channel/UCjG_4Kg7ZWWs8o7EnfnDc9Q

his two sites : https://igoldadvisor.com and https://iglobalanalytics.com

He is only selling datas !

Happy Investing

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Christopher Aaron : Dow Jones / Gold ratio and Market Crash »

  • 7 juillet 2020 à 9 h 09 min
    Permalink

    L’achat d’or reste avantageux selon cette présentation, même en franc suisse. Pour refaire le calcul présenté ici, il faut toutefois tenir compte qu’en 1930, le dollar était (et est resté) à environ 4.30, jusqu’à la fin des accords de Bretton woods, puis il a plongé à 0.9 (avec un plancher à 0.7) jusqu’à ce jour. Sa valeur réelle à pouvoir d’achat comparé, doit être de 0.45. La plus-value sur l’or – exprimée ici en dollar – doit donc être divisée par 4. Mais elle reste avantageuse dans le contexte actuel, même en franc suisse. Au pif, on ne voit pas la bourse crever les plafonds de 2018, pas plus que l’on voit l’or crever les planchers. L’or reste de toute façon assez stable : sur le long terme, s’il y a perte sur sa valeur, celle-ci n’excède pas 30 %, suivi tôt ou tard d’une nouvelle hausse. Alors que la bourse peut faire bien pire. Et, comme dit dans ce commentaire, et comme nous l’avons déjà exposé dans vos publications, une stabilisation par des achats provenant de l’émission de monnaie a deux effets. Le premier est de créer une dévaluation sans baisse du cours, par dilution de la valeur de la monnaie (inflation déguisée). Le second est un transfert de la détention des actions en mains des organismes publics, ce qui équivaut à la soviétisation de l’économie. Nous étions le seul à utiliser ce terme. Mais depuis 2 mois, le terme de soviétisation devient récurrent chez les commentateurs en vue. Donc si l’actionnaire, c’est l’Etat, via les banques centrales, et si la monnaie se dilue dans la masse produite par les banques centrales pilotées par l’Etat, la seule valeur pérenne, le seule marché libre, c’est… l’or. De grandes nations, comme l’Allemagne ou la Russie, ont d’ailleurs reconstitué ces fameux stock d’or dont les économistes ne voulaient plus entendre parler. Ni à l’université, ni dans la finance d’Etat. Chassez le naturel, il revient au galop. Tagada. Lors d’une conférence donnée par le directeur de la BNS, nous soupçonnions tous que notre or avait été mis en dépôt, au moins pour une part substantielle, à fort Knox (du temps où les soviets nous faisaient peur. On sait aussi que les autorité américaines ont “prêté” de l’or aux grandes banques, à un taux modeste. Les banques on vendu cet or pour placer le produit de la vente à des taux plus élevés. Le problème, c’est que le cours de l’or a explosé et que les banques sont incapables de racheter l’or qu’elles ont vendu, sans faire des pertes. On avait donc des raison de craindre que notre or ait disparu, remplacé par une vulgaire créance en restitution contre les USA. Une action militaire pour récupérer notre or… pourquoi pas ? Lorsque j’ai demandé à ce dirigeant de la BNS où se trouvait notre or, il a répondu : “en sécurité”. La salle a éclaté de rire et on est passé à la question suivante. Cette réponse est limpide : si tu veux acheter de l’or, achète de l’or physique et stocke-le dans un coffre en location dans une banque. A la maison, s’il est volé, l’assurance ne paye pas. Par contre, mieux vaut ne pas être contribuable suisse si l’on veut investir dans l’or. Il ne rapporte même pas le montant de l’impôt sur la fortune que sa détention provoque. On peut espérer qu’un jour, nos politicien illuminés réalisent à quel point l’impôt sur la fortune est une idiotie d’un pays mentalement arriéré.
    Yaroslav

Les commentaires sont fermés.