David Vincent les a vus !

Les emprunts d’Etat, ces titres étranges venus d’une autre planète. Leur destination: Votre caisse de pension. Leur but: En faire leur univers.

250

“David Vincent les a eues. Pour lui, tout à commencé par un investissement sombre, le long d’une analyse solitaire d’amateur, alors qu’il cherchait un rendement que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une soirée arrosée et par un homme que le manque de sommeil avait rendu trop las pour continuer son analyse. Cela a commencé par l’achat d’une obligation venue d’un autre pays. Maintenant, David Vincent sait que les obligations sont là, qu’elles ont pris forme dans son portefeuille, et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé…”

Texte original:

Les Envahisseurs. Ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : La Terre. Leur but : En faire leur univers. David Vincent les a vus. Pour lui, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une auberge abandonnée, et par un homme que le manque de sommeil avait rendu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’un vaisseau venu d’une autre galaxie. Maintenant, David Vincent sait que les Envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine, et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé…”

inspiré de: “les envahisseurs” avec Roy Thinnes, une production Quinn Martin Productions

La fameuse bande annonce originale de chaque épisode: http://www.youtube.com/watch?v=uOLGrXOtuwQ

Pourquoi ce début d’article très “inventif “et décalé ?

Parce qu’aujourd’hui je vais parler de quelque chose qui peut sembler être de la science-fiction pour beaucoup, mais qui pourrait arriver !

Votre caisse de pension (retraite) investie dans les bonds du trésor de l’Etat pour sauver le pays.

Comment ? très simple.

Le système des retraites est étatique dans la majorité des pays. En suisse, il relève du domaine “privé” (personnel) (2ème pilier),  mais très réglementée par des “lois” et directives d’investissement. Il est donc très facile d’édicter de nouvelles lois contraignantes.

Imaginez qu’un Etat a besoin de se financer pour sauver les banques ou tout autre industrie, mais n’en n’a pas les moyens. Les souscriptions aux émissions d’emprunts d’Etat sont en panne sèche.

Voici la solution miracle.

La prévoyance (retraite) ayant beaucoup souffert suite à la débâcle des marchés actions notamment l’Etat édicte alors une nouvelle directive très coercitive: Il est désormais interdit de détenir plus de 5% d’actions dans les portefeuilles de retraites, ceci pour préserver les épargnants et que, désormais, il faut détenir au moins 50% d’obligations d’Etat, très sûre dont le rendement est assuré.

Cette “pirouette technique” va engendrer un achat massif d’obligations d’Etat qui pourra ainsi obtenir le financement dont il a besoin et à un taux extrêmement bas. On expliquera que l’Etat a besoin de vous et de votre épargne pour sauver le système et que c’est la seule solution.

Ensuite, l’Etat renflouera les banques et autres, imprimera des billets à tout va. 

L’Etat s’attaquera, par la suite, à la destruction de la dette ainsi créée en déclenchant une très forte inflation (c’est la seule solution offerte pour que la dette ne valle plus rien). A la fin de cette belle manipulation, les retraites seront distribuées et auront effectivement généré des rendements (imaginons 2.5% l’an), alors que l’inflation aura été de 10% l’an.

En conclusion un appauvrissement généralisé de 7.5% par année. La belle affaire ! (pour qui ?)

Tout ressemblance avec des personnages ou situation ayant existé ne serait que coïncidence fortuite.

PS: pour les suisses qui connaissent l’actualité, certaines têtes bien-pensantes veulent déjà fusionner votre 2ème pilier avec l’AVS pour sauver cette dernière (et par la même occasion l’A.I. (assurance invalidité)). Pour l’explication du concept des trois piliers en Suisse: ici

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Ponzi, Madoff, Pensions, Etat, même combat

Bonjour et bienvenue sur la piste du plus grand cirque du monde ! Celle de l’arnaque, celle du miroir aux alouettes (je te plumerai, je te plumerai, et le bec et le bec, et la chemise, AAAAAlouettes).

Trêve de rigolade, il y a certainement du vrai dans ce que j’écris (enfin je le crois). Croyez-vous que toutes les belles promesses qu’on vous tient vont se réaliser ? Croyez-vous que les politiques vont s’exprimer négativement pour être élus ? Tout est géré au jour le jour, y compris votre épargne retraite.

Tout d’abord, je me permets de revenir sur Madoff et Ponzi (et leurs collègues prédécesseurs/successeurs):

Plumey, dont on parle ici: affaire-plumey

et Pinkas (je l’avais oublié celui-ci):

5d94_14

Editions Piantanida, Paris, 1980. L’affaire Pinkas par Jean-Paul BRUTTIN.

Livre de 212 pages. ” Le 10 juin 1980, à 7 heures du matin, Eli Pinkas, industriel vaudois millionnaire, se suicide dans sa villa du Mont-sur-Lausanne. A la même heure, dans son somptueux appartement du Grand Hôtel, sur la Croisette de Cannes, son ex-épouse Florence – ils ont divorcé mais ne se sont jamais quittés – met fin à ses jours sur le conseil d’Eli.

Le lendemain de cette double mort volontaire à 500 kilomètres de distance, le scandale financier lié à Eli Pinkas éclate : l’industriel apprécié, connu dans les plus beaux salons de Lausanne, ami des personnalités les plus en vue du monde financier et administrateur de banque, a escroqué plus de 200 millions de francs en vingt ans ! Une vingtaine de banques sont flouées, plusieurs particuliers perdent des millions… “

 

Tout ceci en préambule à mon propos du jour: Tout a un début, tout a une fin,  le tout est de savoir quand.

Actuellement nous assistons à un grand tour de magie: (je conseille le film “Le prestige“). La prestidigitation est de l’imposture organisée et volontairement subie par le public (les gens veulent être trompés: “Mundus vult decipi“).

 Tout grand tour de magie se déroule en 3 actes:

  1. La promesse: Le magicien montre une chose ordinaire risquant peu de l’être
  2. Le tour: Il tire de l’ordinaire quelque chose d’extraordinaire
  3. Le prestige: Plein de rebondissements, des choses que vous n’avez jamais vues, il accomplit ce que d’autres prétendent faire

Le parallèle est facile à tirer avec ce qui se passe aujourd’hui autour de nous.

  1. La promesse: de retraites confortables, on va s’occuper de vous, on va gérer votre argent pour que vos vieux jours s’écoulent paisiblement
  2. Le tour: On tire de nos/vos cotisations, de nos/vos impôts des revenus substantiels qu’on investit pour du long terme dans des véhicules de placement pour épargnants: Le temps rapporte de l’argent.
  3. Le prestige: Un grand rebondissement, des choses que vous n’avez jamais vues, on accomplit ce que d’autres ont essayé de faire sans succès: Ruiner le bon peuple. Abracadabra et patatra.

Chacun de nous est libre de discernement, libre de choisir. Il est aussi libre de constituer lui-même une épargne (bien que l’état puisse le taxer par la suite).

Le fisc fait croire qu’on peut bénéficier de rabais fiscaux en cotisant au deuxième pilier. Le fisc oublie de dire que ce deuxième pilier peut ne plus rien valoir à la sortie, qu’il y a un risque. Le fisc oublie de dire qu’il peut en tout temps changer les règles d’imposition des retraits de prévoyance.

Un conseil: remboursez vos dettes. L’avenir est peut-être plus sombre que les caisses ne veulent bien le dire et si les marchés financiers ne remontent pas et que le système mis en place par l’ETATPONZIMADOFF engendre ce que je pense, il ne restera peut-être que les yeux pour pleurer.

Les caisses de pensions vont très mal (plus mal que ce que publiquement il est annoncé (je ne crois plus aux communiqués officiels) et le système fonctionne sur le même schéma que le fameux jeu-de-lavion ou que le cercle de dons. Les derniers arrivés paient pour ceux qui sont déjà dans le circuit.

Si les assurés se rendaient compte de ce qui se passe, il y aurait une guerre civile !

Un début de preuve par quelques articles (désolé pour nos amis francophones, ce sont des articles made in Switzerland):

– Déjà en 2003 c’était la M….(qu’ont-ils fait depuis: réponse: RIEN !) caisse-du-canton-est-a-sec-roulet-2003

– Depuis on cherche des solutions (des très beaux emplâtres sur des jambes de bois): lausanne-plan-assainissement

– Le syndic de Lausanne M. Brélaz (qui juste en passant est un des syndics (maires) le mieux rémunéré de Suisse (donc du monde)) qui veut vendre les biens publics pour renflouer une caisse très mal gérée (taux de couverture en dessous de 40% actuellement, ce qui signifie que si aujourd’hui on arrête tout, les assurés n’ont que 40% de la promesse…). lausanne-veut-vendre-du-foncier-pour-saver-sa-caisse2 ce qui est magnifique dans cet article, c’est que le journaliste parle d’un lapin sorti d’un chapeau: Le prestige !

Pourtant monsieur Brélaz est diplômé en mathématiques…..no comment! Rappel: Le LTCM  (lLong Term Investment Funds (HF) qui a fait faillite avec à sa tête des prix nobel ! Il me semble que le bon sens terrien n’a pas perdu sa raison d’être, bien au contraire !

Pour terminer sachez que la ville de Lausanne n’est pas la seule qui se trouve en difficulté avec sa caisse. La régie fédérale de Chemin de Fer Fédéraux (CFF) crie aussi au secours: assainissement-de-la-caisse-de-pensions-des-cff

Pour terminer, voici les magnifiques résultats 2008 des indices Pictet sur lesquels se basent les caisses de pension pour leur gestion. Cherchez le +, il est bien caché.

indice-pictet-2005-08

indice-pictet-08

Même depuis la création de ces indices, on obtient des rendements dérisoires, voire négatifs. Je m’inquiète sérieusement, surtout que les caisses ONT DÛ légalement offrir à leurs assurés un rendement positif entre 2.25% et 4.5% annuel sur la part obligatoire. On est pas sorti de l’auberge pour payer !

Un exemple des caisse de pension, celle du Credit Suisse. Elle a bien tenu durant l’année 2008 et sur les trois derniers mois, elle a chuté ! Avait-elle des Hedge Funds ? On pourrait le croire. Le site: http://www.cspix.ch et le communiqué: caisse-pension-cs-081

Aujourd’hui l’article était bien plus long que d’habitude, merci de l’avoir lu jusqu’au bout. Espérons que tout ce que j’écris ne se produise pas. L’espoir fait vivre.

madoff2

Bonne semaine

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Mouvements de balanciers….

Volkswagen on en a parlé partout je ne vais pas m’étendre. Je désire juste m’exprimer rapidement pour vous dire que c’est complètement fou ce qui se passe.

Non content de perdre à la baisse, voilà que les hedge funds perdent à la hausse.

Ils avaient vendus des titres qu’ils n’avaient pas et doivent les racheter plus haut. Malheureusement pour eux, il ne reste plus que 6% de titres en circulations (74% détenu par VW et 20% par une province allemande).

En conclusion, c’est comme un appel d’air…jusqu’à l’équilibre…quand ?

Par le truchement technique de cette couverture, on en arrive à des aberrations comme le fait que Volkswagen a été quelques instants la plus grande capitalisation boursière du monde ! La plus grande pondération du DAX (25%) et valait plus que toutes les automobiles du monde réunies…….J’aime bien les VW mais là faut pas pousser !

Voici un graphique de la capitalisation boursière momentanée en comparaison d’Exxon

31825921

Que va-t-il se passer sur le marché désormais ?

Je pense que la volatilité n’a pas fini de nous étonner, mais que le mouvement de deleveraging touche à sa fin et que la pression vendeuse va diminuer. On va assister à l’effet de balancier inverse, à savoir:

Baisse du USD, hausse des titres massacrés, baisse du Yen, hausse du pétrole et des matières premières…enfin tout cela n’est que supposition de mon humble part.

En vous souhaitant une belle journée et accrochez-vous.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Et si on laissait les Etats aller trop loin ?

Je désire vous faire part de ma perplexité.

Je m’explique:

Aux Etats-Unis, Fannie Mae et Freddie Mac étaient OBLIGES de reprendre les prêts hypothécaires conclus par les banques dites “standards”. Aucun établissement privé (vraiment privé) n’aurait accepté des prêts de mauvaise qualité. Les banques standards n’auraient pas octroyé ces prêts et l’affaire (pour peu qu’il y en avait une) aurait été classée sans suite.

En France, on retrouve des vidéos de M. Sarkozy qui s’exclame: “Il n’est pas normal que tout un chacun ne puisse pas devenir propriétaire” (ah ! super message politique, électoraliste, mais fort peu lucide !).

Toutes ces décisions n’avaient-elles pas une idée électoraliste? Comme le chèque cadeau fiscal de G.W. Bush juste avant les élections, etc. etc. etc.

De plus, tous ces achats immobiliers ont généré quantités de recettes fiscales (droit de mutation, taxations plus élevée des maisons suite à la hausse des prix), du tout cuit pour l’Etat.

Et on peut citer kyrielle d’exemples identiques.

Aujourd’hui on annonce que la Confédération Hélvetique (CH) injecte 6 milliards de CHF dans UBS, comme beaucoup d’Etats l’ont fait dans leurs banques les semaines dernières, que la BNS (Banque Nationale Suisse) reprend les actifs pourris/ illiquides dans un fonds géré par cette même BNS.

Maintenant toutes mes questions (probablement sans réponse).

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Parce qu’on a voulu réguler au lieu de laisser le libre marché décider. Que les mauvaises institutions meurent et les solides survivent. Au lieu de cela on maintient en vie avec des tentes à oxygènes dollarisées. On est allé trop loin, on ne peut désormais plus reculer !

C’est une mainmise progressive de l’Etat, une ingérence étatique dans tous les rouages du privé. Je ne suis pas certain que cela apporte une meilleure solution que de laisser depuis longtemps le marché se réguler seul. Les faillites auraient épuré le marché bien avant la situation actuelle, il n’y aurait probablement pas eu de spéculation effrénée aux USA, car les prêts n’auraient pas été accordés et ainsi de suite.

Je sais on va me traiter de capitaliste à outrance, mais force est de constater qu’aujourd’hui cette pseudo régulation a ECHOUE ! Désormais on joue au pompier avec les deniers public. C’est tout bonnement le retour de manivelle d’Etats dépensiers (les charges de l’Etat français augmentent à l’Elysée, la récession ils ne connaissent que le mot) et d’hommes politiques avides de pouvoir (de gauche ou de droite) qui, par des promesses électorales, des dépenses inconsidérées, n’ont fait que de plonger la société dans un gouffre dont on prend conscience aujourd’hui. Mais au fond du puit, il y a toujours un fond !

est-ce vraiment la solution de mettre les états dans tous leurs états (financiers) ?

C’est au fond du puit qu’on voit le mieux le puit. puit

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Vocabulaire crick-crack-krach

Bonjour,

Aujourd’hui je vous mets par écrit différentes versions, dont une seule se révèle être juste, pour décrire un effondrement boursier.

Le crac: c’est un bruit sec évoquant une rupture. Convient au bois mort en forêt. Convient aussi au bois de lit quand il est vivant… On dit faire crac-crac. Ne convient pas à l’élastique des bocaux, ce dernier fait clac.

Le crack: C’est un type qui n’a pas froid aux yeux. Un caïd. C’est aussi le dérivé de la cocaïne, un explosif à neurones. on pourrait dire: “esquinté par des années de transfusions sanguines, le crack s’est mis à fumer du crack.”

Craque: du verbe craquer. Produire un bruit sec, céder, se déchirer. Se dit aussi d’une défaillance nerveuse. Exemple: “Esquinté par des années de transfusions sanguines, un des courtiers les plus cracks de la bourse à craqué. Il s’est mis à fumer du crack.”

Krach: Effondrement des cours financiers, banqueroute, crise, débâcle. Exemple: “Le krach boursier a fait une première victime. Consterné par le plongeon des affaires, le courtier X a craqué. Il s’est dévêtu en pleine séance avant de monter sur l’estrade et de proférer des obscénités. Un crack de la sécurité l’a ceinturé.”

Crash: Ecrasement au sol (d’un avion). On dit “se crasher dans un champ de patates”. “La tuile suprême, pour un crack de la bourse qui a craqué, c’est de prendre l’avion pour ses changer les idées et que cet avion se crashe dans un champ de patates, car le crack de pilote avait fumé du crack.”

SO000137

Crache: Du verbe cracher: Emettre des postillons, voire pire (des injures). On peut cracher contre le vent. Exemple: “Le crack de la Bourse, victime du krach, qui s’est mis à fumer du crack parce qu’il a craqué a failli claquer. Il s’est crashé dans sa piscine, aveuglé après avoir, une fois de plus, craché contre le vent.”

L’expression cracher au bassinet (débourser de l’argent sans enthousiasme) est inapplicable en l’espèce.

L’ex-crack n’a plus rien à cracher !

(source “La Gruyère”, Pierre Savary)

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF