Canada : Ventes à découvert, la fronde s’organise

Canada : Ventes à découvert, la fronde s’organise

Depuis des années le secteur minier voit le cours des actions d’exploration et de développement se faire plomber régulièrement alors que le cours du sous jacent (l’or) monte. Cette chute entraine inexorablement les titres vers leurs plus bas alors que les ressources s’améliorent. Ce phénomène (et je m’en doutais fortement) semble être expliqué par les algorithmes qui vendent à découvert les actions des sociétés.

Hier, je suis tombé sur un article des plus intéressants qui montre que désormais le secteur veut que les régulateurs remettent en place les règles qui avaient cours en 2012 : https://www.newsfilecorp.com/release/49806/Junior-Mining-Sector-Responds-to-Predatory-Short-Selling-Launches-Save-Canadian-Mining

Voici une traduction internet du site : https://savecanadianmining.com

En 2012, l’OCRCVM et les ACVM ont supprimé une règle de négociation connue sous le nom de «test de tick», qui limitait la vente à découvert à la neutralité ou la vente à des variations de prix positives au moment de la vente. Ces modifications ont été appliquées non seulement au lieu principal d’inscription à la cote de la Bourse de croissance TSX, mais également à toutes les plates-formes de négociation canadiennes, il y en a 14 aujourd’hui, ce qui réduit la capacité de la Bourse de croissance TSX d’effectuer tout changement. Depuis la suppression du test de tick, les marchés canadiens ont évolué et il existe maintenant une dynamique dans laquelle les activités de vente à découvert, de trading à haute fréquence et d’algorithmes exploitent l’absence de test de tick, au détriment des marchés émergents du Canada. Nous demandons aux ACVM et à l’OCRCVM d’évaluer la possibilité de réinstaurer le test des tiques. Save Canadian Mining est un mouvement visant à ramener les règles du marché à la norme juste et transparente qui a permis d’assurer la prospérité pendant plus de 142 ans. Ensemble, nous pouvons sauver le secteur minier canadien.

Dans le conseil d’administration, siègent Terry le CEO de Chilean Metals et le très connu Eric Sprott : https://en.wikipedia.org/wiki/Eric_Sprott

Il semble que ce groupe a très prochainement rendez-vous avec les régulateurs et si ces derniers font correctement leur travail, il verra que leur décision en 2012 n’a pas aidé le secteur minier.

En conclusion, un “short squeeze” pourrait apparaître sur le marché des minières canadiennes

   Envoyer l'article en PDF   

Gestion passive ! Gestion soumise ?

Depuis des lustres, les caisses de pension, les portfolios managers ne jurent que par la gestion passive.

L’idée (noble) est – qu’à la fin – les risques pris en se détachant des indices par une gestion active n’apportent pas le supplément de rendement escompté (appelé alpha).

En conséquence, on a assisté à des mouvements de capitaux ENORMES de la gestion active vers la gestion indicielle passive.

 

On économise aussi des frais de gestion et du personnel…sauf qu’à force de vouloir minimiser le risque on en prend de plus en plus. Pourquoi ?

Parce que même si vous détenez le plus beau des titres avec la meilleure gestion, le plus beau management, mais qu’il fait partie d’un indice, si la correction s’enclenche et que les “investisseurs” allègent les positions, ils vendront les indices !

Et par ricochet ou effet domino, tous les titres de l’indices (bon ou mauvais, bas ou haut).

Je pense donc qu’aujourd’hui, il faut fuir les indices et les modes et investir hors marchés standards.

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le cours de l’uranium pourrait monter de façon importante

En novembre dernier, je vous avais écrit un billet sur le bouillonnant uranium: http://www.crottaz-finance.ch/blog/luranium-bouillonne/

Depuis cette date d’autres mines ont réduit leurs productions et environ 15-20% de la production mondiale s’est arrêtée. A ce que j’ai pu lire, il faudrait que le cours remonte vers 50 USD la livre pour que ces mines soient remises en fonction.

Voici donc une petite mise à jour.

Pour mémoire le cours de l’uranium sur une longue période:

Nous sommes donc vers un bas et le dernier rebond du prix n’est peut-être qu’un début. Nous sommes dans un cycle de croissance de la demande.

Lire la suite

Hugh Hendry ferme son hedge funds, est-ce un signal fort ?

Comme vous le savez les marchés montent, montent.

Les banques centrales (BNS, BCE) achètent les marchés, les actions sans réflexion.

En conséquence, les contrariants (comme Hugh Hendry) ne font que de p…contre le vent et (on vient de me le rappeler à l’instant) finissent contrariés.

On peut aussi ajouter les coûts de la régulation générale et de maintenance qui sont en augmentation.

Aujourd’hui (pour en avoir parlé avec un gérant de fonds de mes connaissances qui avait commencé il y a plus de 15 ans avec 2 millions et se retrouve aujourd’hui avec un magnifique fonds de plusieurs centaines de millions) il est totalement impossible de lancer un fonds sans avoir au moins 50-75 millions de CHF sous gestion et surtout la plus grande difficulté est d’obtenir l’aval de la Finma qui est extrêmement coercitive.

Mais revenons à Hugh Hendry. La taille de son fonds a passé de 1.3 milliards de USD à 30 millions, il jette donc l’éponge !

Hugh Hendry closes Eclectica hedge fund business

 

https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-09-14/hugh-hendry-s-eclectica-fund-closes-after-15-years-amid-losses

http://www.zerohedge.com/news/2017-09-14/markets-are-wrong-hugh-hendry-shuts-down-his-hedge-fund-here-his-parting-letter

Le titre de mon billet résume un peu le fond de ma pensée.

Durant ma carrière, j’ai assisté à beaucoup de choses et notamment de psychologie (à deux francs), mais qui, par la suite, ont été révélatrices de mouvements incroyables:

Par exemple:

Un conseiller en placement m’a dit un jour Swissair ne fera jamais faillite.

J’ai posté immédiatement sur bloomberg un “gag” sur un chat car je sentais bien qu’il allait avoir tort (je ne savais pas quand j’allais pouvoir placer ce souvenir, voilà c’est fait), surtout que le Credit Suisse avait licencié l’analyste qui couvrait le titre car il avait osé mettre Swissair sous “sell”

https://www.swissinfo.ch/fre/d%C3%A9b%C3%A2cle-de-swissair–il-y-avait-pourtant-eu-des-avertissements/2305292

 

Un autre m’a dit qu’ABB allait faire faillite (elle cotait 2 CHF).

Un client m’avait dit que je ne comprenais rien à la gestion fin 1999, car comment allait-il gagner avec mes poudres à lessive (Unilever) et mon chocolat (Nestlé) car dans son pays il avait beaucoup beaucoup de…technos…..

C’est en fait une sorte de jet de l’éponge final, On tient on tient et finalement on abandonne le combat alors que c’est justement à ce moment qu’il faudrait rentrer. Psychologie, psychologie quand tu nous tiens

En conclusion, je pense en toute humilité, que le top des marchés réguliers, c’est bientôt ou déjà arrivé sur certains, car ceux qui se battaient contre la hausse se font sortir des cordes, c’est un sacré signe ! (noir ?)

Inversement sur les mines et l’or qui aujourd’hui font face à la plus grand méfiance, on pourrait voir (enfin) la hausse.

Happy Investing

 

   Envoyer l'article en PDF