Interview de Felix Zulauf

Interview de Felix Zulauf

Voici ci-après la traduction de l’interview de Felix Zulauf dans la NZZ de vendredi (original en allemand : https://themarket.ch/interview/felix-zulauf-wir-haben-die-groessten-exzesse-in-generationen-geschaffen-ld.1792)

INTERVIEW

Felix Zulauf: “Nous avons créé les plus grands excès de générations”

L’investisseur et observateur du marché, Felix W. Zulauf, critique le fait que les banques centrales ont mené une politique monétaire beaucoup trop souple au cours de l’expansion et ont donc favorisé une dette excessive.Mark Dittli04/02/2020, 14h15ÉcoutezN’oubliez pasImpressionPartagez

Lorsque les choses deviennent turbulentes sur les marchés financiers, l’expérience est requise. Felix Zulauf a connu de nombreuses phases de boom et d’accident au cours de ses presque cinquante ans de carrière.

Lire la suite

Le CDAX et le SMI ont perdu 20 ans

Le CDAX et le SMI ont perdu 20 ans

Comme à mon (humble) habitude, j’aime regarder les évolutions sur de longues périodes. Les graphiques à long terme sont souvent révélateurs.

Voici le SMI et le CDAX sur de longues périodes. On se retrouve au même niveau que 1999.

Je ne connais pas encore les dégâts sur les caisses de pensions, ni sur notre Banque Nationale Suisse, je m’y attèlerai dès avril.

Certains vont me dire que je ne tiens pas compte des dividendes. Pour mémoire il y a des frottements tels que les frais, les impôts etc. (et l’inflation)

   Envoyer l'article en PDF   

Ohé Ohé capitaine abandonné !

Ohé Ohé capitaine abandonné  !

Mon dernier billet annonçait la poursuite de la baisse des marchés : Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés

Désormais c’est la Berezina.

Je pourrais prendre tous les indices, mais j’en ai choisi un : Le DAX

Mais juste entre nous….il y’a en encore de la place pour la baisse

Comme souvent, j’ai été trop en avance sur ce qui se déroule et mes visions (basées sur le fondamental) ont tiré la sonnette d’alarme sur les marchés depuis longtemps déjà. Je me suis rendu compte en janvier que les signaux étaient tous au rouge et que la correction arrivait. Non pas uniquement due à un virus, mais aux valorisations, à la dette et aux achats sur marges d’actions américaines.

Dernièrement, les personnes que j’ai croisées m’ont tenu des théories qui m’ont alerté. Ma gentillesse habituelle (et rien ne sert de vouloir convaincre des croyants endoctrinés à la drogue monétaire) m’a fait me mettre en retrait de ces grands théoriciens qui ne veulent et ne peuvent voir que la hausse.

Voici quelques exemples qui m’ont alerté:

  • Une vidéo/ interview internet du 14 janvier : “Les pessimistes vont encore se faire laminer en 2020” (je vous laisse la chercher)
  • Un email reçu le 20 janvier : Les marchés vont monter à l’infini, les banques centrales ont tous les pouvoirs…
  • Une rencontre dans la rue fin janvier : Ce coronavirus c’est juste une grippette, les marchés ne baisseront jamais (normal du point de vue de mon interlocuteur qui est dans la finance depuis maximum 7-8 ans et qui n’a jamais vu de krach ( je peux en citer quelques uns – liste non exhaustive – 1987, 1998, 2000, 2008 etc..))
  • Un reportage du TJ suisse sur les milliers d’ouvertures de comptes chez un courtier en ligne et une dame qui n’y connaît rien et qui a suivi un cours pour faire des investissements….J’ai juste passé des années à en suivre (je ne suis pas le meilleur loin de là et suis peut-être dans la finance depuis très (trop) longtemps).

Un article du 25 février (qu’on peut retrouver sur internet je vous fais grâce de l’entier, mais un passage m’a interpelé), je cite:

” Alors autant vous dire que ce matin ce n’est que du bonheur à lire la presse. Rien qu’avec tous ces abrutis qui font des comparaisons avec « les autres fois où le Dow Jones a perdu 1’000 points » et que ce n’est QUE la seconde fois dans l’histoire que le Dow Jones perd 1’000 points et c’est donc forcément HORRIBLE. Ce que ces imbéciles oublient de préciser c’est que PLUS LE DOW JONES MONTE, PLUS LE NOMBRE DE POINTS DEVIENT INSIGNIFIANT PROPORTIONNELLMENT PARLANT !!! – espèce de débiles – le jour où le Dow Jones sera à 100’000 points – parce que ça arrivera, faites-moi confiance – 1’000 points ça sera 1% – ils ne vont donc pas nous faire une théorie sur la fin du monde à chaque fois !!!”

“Imbéciles, débiles..” jamais je ne pourrais écrire cela, j’ai bien trop de respecte et d’humilité par rapport au marché.. J’ajoute gentiment que si le DOW passe à 10’000, hé bien 1’000 points ce sera 10%. Il est possible que le dow monte à 100’000, mais il faudrait tenir compte de l’inflation et de la monnaie pour connaître sa hausse réelle à la fin. Le Venezuela est au plus haut en bolivar…. J’ajoute que les achats des actions américaines sont faits sur MARGE !

En conclusion de ce qui précède, tous les ingrédients étaient en place pour une immense déwagonnée (la purge magistrale ?). La question à laquelle je n’ai pas la réponse est : “quand est-ce que cela va se terminer”. Certains ont essayé d’acheter il y a une semaine en pensant faire une bonne affaire : “Never try to catch a falling knife”. Je pense qu’il faut attendre de voir comment cela se déroule dans les prochains temps et attendre de trouver un fond.

J’avais écrit un article en 2015 : Le krach de 1929 a laissé des traces durant des décennies avec quelques graphiques dont celui-ci :

Ceux qui étaient investi juste avant le krach ont mis jusqu’en 1958 pour se refaire (en termes réels en tenant compte de l’inflation). Ce que je peux vous dire c’est qu’au plus bas en 1932, on trouvait des titres avec des P/E de 2-3 et personne n’en voulait. Ce genre de correction offre de magnifiques opportunités.

Le seul actif qui pour l’instant tient c’est l’or, car même les mines (qui sont des actions et dont j’ai écrit qu’elle pouvaient subir des ventes à cause des margin calls) subissent une pression vendeuse. Je continue de penser que quand ce sera un peu plus calme, les titres avec de la valeur reviendront à des cotations raisonnables en premier. Aujourd’hui tout est déraisonnable. Je n’exclu pas une intervention énorme des banques centrales, des baisses de taux directeur etc. La BNS doit être dans une sacrée panade actuellement.

Il est urgent d’attendre, mais soyez prêt à faire quelques achats prochainement, notamment sur des titres avec de la valeur (actifs), mais surtout prenez soin de vous et des vôtres.

   Envoyer l'article en PDF   

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

Il y a encore beaucoup de place pour la baisse des marchés actions

On me demande mon avis sur l’évolution prochaine des marchés suite à une pandémie mondiale. N’étant pas médecin, ni chercheur, je ne peux que constater les faits et essayer d’en tirer des conclusions (plus ou moins justes ou fausses) sur les implications financières du Covid19.

Les faits sont la mise en quarantaine (de 14 jours en général alors que quarantaine veut dire 40 !) de millions de personnes, de villes et que soit 1) les gouvernements sur-réagissent ou 2) sous-réagissent. Je pense que c’est le deuxième cas de figure qui a lieu, pourquoi ?

Parce qu’on nous dit qu’il y a quelques cas en Suisse par exemple (on parle de 8, mais que soudainement : On interdit les manifestations de plus de 1’000 personnes, on va jouer les matches de hockey à huis clos et que la journée de football de première division est tout bonnement annulée ! Le salon de l’automobile est annulé et cela va engendrer des pertes colossales. Ce n’est rien à côté des pertes que vont subir les marchés financiers et surtout les caisses de pensions et accessoirement la BNS !

Les marchés financiers sont donc en phase de petite correction, car comme vous le voyez plus bas, ils étaient en véritable lévitation.

Le Dow Jones sur une année est en légère baisse
Le Dow Jones sur 20 ans est en très forte hausse

Dernièrement, certains avaient tiré la sonnette d’alarme sur la sur-valorisation des actions (dont mon article : https://www.crottaz-finance.ch/blog/short-squeeze-et-tous-aux-abris/ qui mentionne un autre article de ce début d’année : https://www.crottaz-finance.ch/blog/vendez-le-sp500-et-allez-sur-les-mines-dor-maintenant/ ). Désormais, il semble que cela soit parti.

Concernant les métaux précieux, je continue de penser que l’or reste et restera une valeur refuge (même si une correction passagère peut survenir à cause de vente de margin call ou autre). Le cours de l’or semble très bien se tenir. L’argent quant à lui, étant beaucoup plus industriel subit quand même un peu de pression vendeuse.

L’or sur un mois
L’argent sur un mois

Concernant les actions minières, elles sont encore sous-valorisées, mais il se peut qu’elles corrigent aussi à cause de vente en appel de marge” ou de panique (on vend tout sans réflexion). A mon humble avis, elles corrigeront moins ou peu et seront un endroit où les entrées de fonds seront dirigées prochainement surtout si l’or continue sa hausse. Je ne suis pas trop inquiet sur ce secteur.

Concernant les actions dites “standards”, il peut y avoir une énorme correction car les p/e étaient déjà élevés et si la croissance chute, les p/e seront toujours élevés. Une anecdote : Après les grandes corrections, les titres boursiers affichent des p/e de 2 (2 fois les bénéfices) avec des gros dividendes, mais personnes n’en veut.

Les personnes qui pensent que les banquent centrales peuvent tout sauver se trompent grandement, car le flux vendeur peut être gigantesque.

L’élément le plus dramatique à mon avis c’est la dette !!

Avec le ratio dettes/ PIB on sait déjà que les Etats sont fortement endettés et un ralentissement, s’il perdure, va laisser d’énormes traces sur le PIB. La dette (qui est incompressible d’un claquement de doigts) aura un poids plus grand pour un PIB en baisse……moralité le ratio dettes/PIB va s’envoler.

En cas de baisse de 10% du PIB…..la dette de la France passe à 111%.

Un résumé, il peut y avoir un rebond des marchés, mais si rien ne change vraiment ce sera un occasion de vendre les actions standards car la baisse va s’installer durablement. Quant aux minières, ce secteur ne me semble pas devoir subir une énorme correction, toujours à mon humble avis (restons humble toujours face aux marchés).

   Envoyer l'article en PDF   

Un super investissement

Comme je vous l’ai déjà évoqué, la BNS est assez mal prise entre 1) essayer d’affaiblir le franc suisse et 2) son bilan démesuré.

Je vous propose un excellent investissement sûr et réputé sans risque : Acheter des obligations de la Confédération Suisse à 50 ans (pour vos très très vieux jours)

Ainsi pour votre généreuse contribution au financement de la Suisse, vous allez être récompensé par un magnifique, que dis-je, merveilleux rendement de – 0,38% annuel (oui moins zéro virgule trente-huit pour-cent)! Cela signifie tout simplement que les “investisseurs” sont d’accord de perdre pour mettre leur argent à l’abri (ou comme les caisse de pension sont, pour des raisons légales, obligées de le faire).

Toutes les échéances de la confédération sont à taux négatifs désormais

courbe des taux en CHF

La BNS a par ailleurs encore été active sur le marché des devises

3.77 milliards de plus pour la BNS la semaine dernière et 9.8 milliards depuis 4 semaines

Ces taux négatifs ont envahi le monde entier. Les prix des quelques obligations encore en territoire positif se sont littéralement envolés (on dirait une bulle !)

Cours de l’obligations 100 ans Autriche

La quantité d’obligations en territoire négatif est au plus haut historique.

On constate aussi que: Plus les taux sont négatifs, plus l’or monte. Pour mémoire, les banquiers ont toujours dit aux clients de vendre leur or, car ce dernier ne rapportait pas d’intérêt. Aujourd’hui situation inverse. Par contre, les banquiers ne recommandent pas encore d’acheter de l’or. Ils préfèrent recommander des actions (à cause des dividendes entre autres, mais aussi pour garder les clients et des mouvements sur les comptes)….vous voyez où je veux en venir. tout cela ne peut que mal finir.

Les taux négatifs ont aussi un impact sur les cours des banques, car ces dernières souffrent beaucoup des taux bas. L’évolution de l’indice des banques est affreux, nous sommes au plus bas.

En conclusion, et pour revenir, au super investissement… Cet investissement n’est profitable qu’à la BNS elle-même. Je vous invite et encourage grandement à lire l’article de Liliane Held-Khawam concernant la ponction des avoirs bancaires par la BNS :
https://lilianeheldkhawam.com/2019/08/19/la-bns-ponctionne-les-avoirs-bancaires-et-garde-largent-finews-com/

   Envoyer l'article en PDF   

Résultats 2018 de la BNS, les comptes d’apothicaire

La BNS a publié hier une estimation son résultat annuel 2018 et a annoncé une probable perte de 15 milliards de CHF.

voici l’article : https://www.20min.ch/ro/economie/news/story/Quinze-milliards-de-pertes-pour-la-BNS-31864819

Ce qui me marque, c’est le phrasé (formulation) dans l’article, car il est mentionné :

” Le stock d’or de la BNS, qui représente environ 5% du bilan de la banque centrale, a pour sa part accusé une moins-value de 300 millions de francs, ressort-il du communiqué diffusé mercredi par la banque centrale dans sa traditionnelle première estimation de résultat annuel. Quant aux positions en francs, elles ont dégagé un bénéfice de 2 milliards, à la faveur notamment des taux d’intérêts négatifs appliqués aux avoirs à vue des banques commerciales auprès de l’institut d’émission.”

Je me permets de faire quelques petits calculs:

  • 2 milliards de profit grâce à des taux d’intérêts négatifs (rappel : on paie pour mettre son argent à la BNS (en sécurité paraît-il) et ceci impact aussi les caisses de pensions, donc nos retraites….
  • La perte attendue est de 15 milliards, mais il y a ces fameux 2 milliards de profit. On peut donc légitimement en déduire que la BNS a perdu environ 17 milliards sur les positions en devises, actions et or (0,3 milliard pour l’or)
  • Les 0,3 milliard de “perte non réalisée” sur l’or, ne représente que 1.75% du total des pertes (17 milliards) pour une exposition de 5% du bilan.
  • La perte totale de 15 milliards sur le bilan de 800 milliards donne une “performance” négative (méformance) de -1,875%, dont l’or est responsable de 0,0375%, le CHF (taux négatifs) responsable de +0,25% et le reste (devises, actions, obligations = -16,7 milliards) pour -2,087%

A trop vouloir décrédibiliser la position or, cela devient assez ridicule.

Voici quelques graphiques intéressants tirés de zerohedge

La taille de la position en actions

Les positions détaillées en actions US

Les bénéfices / pertes historiques (depuis que le bilan a augmenté on remarque bien évidemment de plus grandes fluctuations (en milliards))

et l’évolution du cours de l’action de la BNS

 

   Envoyer l'article en PDF   

Gestion passive ! Gestion soumise ?

Depuis des lustres, les caisses de pension, les portfolios managers ne jurent que par la gestion passive.

L’idée (noble) est – qu’à la fin – les risques pris en se détachant des indices par une gestion active n’apportent pas le supplément de rendement escompté (appelé alpha).

En conséquence, on a assisté à des mouvements de capitaux ENORMES de la gestion active vers la gestion indicielle passive.

 

On économise aussi des frais de gestion et du personnel…sauf qu’à force de vouloir minimiser le risque on en prend de plus en plus. Pourquoi ?

Parce que même si vous détenez le plus beau des titres avec la meilleure gestion, le plus beau management, mais qu’il fait partie d’un indice, si la correction s’enclenche et que les “investisseurs” allègent les positions, ils vendront les indices !

Et par ricochet ou effet domino, tous les titres de l’indices (bon ou mauvais, bas ou haut).

Je pense donc qu’aujourd’hui, il faut fuir les indices et les modes et investir hors marchés standards.

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le SMI dans tous ses états

Le SMI existe depuis 1980 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Swiss_Market_Index

Voici plusieurs graphiques sur le long terme sur l’indice phare suisse.

L’inflation (IPC) et le cours de l’or permettent de mettre tout cela en perspective.

Le premier graphique est le celui long du SMI en terme nominal.

Le second est l’Inflation (IPC Indice des prix à la consommation : https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/prix/indice-prix-consommation.html

Le 3ème graphique représente le prix réel du SMI (SMI divisé par l’inflation). On peut ainsi remarquer la grande différence entre les graphiques nominaux (le cours qu’on observe) et le cours réel (moins l’inflation).

Le 4ème graphique est un zoom sur les 40 dernières années environ en termes nominaux.

Pas beaucoup d’évolution depuis 20 ans pour le SMI.

Le 5ème graphique représente le prix de l’or en Francs Suisses

et le 6ème et dernier représente le ratio SMI divisé par le cours de l’or.

Quand le ratio monte, les titres surperforment l’or.

On peut observer qu’il y a des cycles longs durant lesquels les titres (l’indice) fait mieux et d’autres où les titres performent faiblement contre l’or.

Le sommet du ratio est à la fin des années 90. depuis, l’or a largement battu l’indice SMI

NB : Pour les données antérieure au SMI, l’indice Credit Suisse General Index a été utilisé.

   Envoyer l'article en PDF   

On va saigner

Cet article n’arrive pas comme la grêle après la vendange.

On va saigner, dans un avion ou sur le pont d’un bateau, on va saigner à se brûler la peau

La baisse d’hier sur les marché n’est, à mon humble avis, que le début de la forte correction qui s’annonce.

Pourquoi ?

Parce que depuis bien longtemps, je vous écris que les dettes sont trop lourdes que tout le système est basé sur le crédit.

Les gens achètent sans discernement.

des Bitcoins à crédit, des actions à crédit et j’en passe.

la preuve: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/02/05/32001-20180205ARTFIG00277-bitcoins-l-interdiction-d-achat-a-credit-decidee-par-les-banques-arrive-en-europe.php

et le pire de tout, c’est le levier sur le SP500:

Ce graphique résume tout. C’EST PIRE QU’EN 2008 !

En rouge, c’est la “balance” négative des investisseurs.

Lire la suite

Hugh Hendry ferme son hedge funds, est-ce un signal fort ?

Comme vous le savez les marchés montent, montent.

Les banques centrales (BNS, BCE) achètent les marchés, les actions sans réflexion.

En conséquence, les contrariants (comme Hugh Hendry) ne font que de p…contre le vent et (on vient de me le rappeler à l’instant) finissent contrariés.

On peut aussi ajouter les coûts de la régulation générale et de maintenance qui sont en augmentation.

Aujourd’hui (pour en avoir parlé avec un gérant de fonds de mes connaissances qui avait commencé il y a plus de 15 ans avec 2 millions et se retrouve aujourd’hui avec un magnifique fonds de plusieurs centaines de millions) il est totalement impossible de lancer un fonds sans avoir au moins 50-75 millions de CHF sous gestion et surtout la plus grande difficulté est d’obtenir l’aval de la Finma qui est extrêmement coercitive.

Mais revenons à Hugh Hendry. La taille de son fonds a passé de 1.3 milliards de USD à 30 millions, il jette donc l’éponge !

Hugh Hendry closes Eclectica hedge fund business

 

https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-09-14/hugh-hendry-s-eclectica-fund-closes-after-15-years-amid-losses

http://www.zerohedge.com/news/2017-09-14/markets-are-wrong-hugh-hendry-shuts-down-his-hedge-fund-here-his-parting-letter

Le titre de mon billet résume un peu le fond de ma pensée.

Durant ma carrière, j’ai assisté à beaucoup de choses et notamment de psychologie (à deux francs), mais qui, par la suite, ont été révélatrices de mouvements incroyables:

Par exemple:

Un conseiller en placement m’a dit un jour Swissair ne fera jamais faillite.

J’ai posté immédiatement sur bloomberg un “gag” sur un chat car je sentais bien qu’il allait avoir tort (je ne savais pas quand j’allais pouvoir placer ce souvenir, voilà c’est fait), surtout que le Credit Suisse avait licencié l’analyste qui couvrait le titre car il avait osé mettre Swissair sous “sell”

https://www.swissinfo.ch/fre/d%C3%A9b%C3%A2cle-de-swissair–il-y-avait-pourtant-eu-des-avertissements/2305292

 

Un autre m’a dit qu’ABB allait faire faillite (elle cotait 2 CHF).

Un client m’avait dit que je ne comprenais rien à la gestion fin 1999, car comment allait-il gagner avec mes poudres à lessive (Unilever) et mon chocolat (Nestlé) car dans son pays il avait beaucoup beaucoup de…technos…..

C’est en fait une sorte de jet de l’éponge final, On tient on tient et finalement on abandonne le combat alors que c’est justement à ce moment qu’il faudrait rentrer. Psychologie, psychologie quand tu nous tiens

En conclusion, je pense en toute humilité, que le top des marchés réguliers, c’est bientôt ou déjà arrivé sur certains, car ceux qui se battaient contre la hausse se font sortir des cordes, c’est un sacré signe ! (noir ?)

Inversement sur les mines et l’or qui aujourd’hui font face à la plus grand méfiance, on pourrait voir (enfin) la hausse.

Happy Investing

 

   Envoyer l'article en PDF   

Le graphique qui révèle les flux des investisseurs / banques depuis 2008

Bonne année à tous et désolé de mon silence, mais l’administratif du début d’année prime sur le reste.

La récente correction de début d’année du marché n’est pas une surprise pour moi, ni par sa rapidité, ni par son ampleur.

Je suis tombé sur un graphique que je vous le livre.

IMG_8152

Depuis la crise de 2008, les flux se sont dirigés vers les fonds passifs (trackers, fonds indicés) et sont même sortis des fonds actifs, ce qui signifie (à mon humble avis):

  • Qu’après la correction boursière de 2008, les investisseurs qui avaient investi sur des titres individuels ont préféré les indices (ils ont perdus sur des positions individuelles)
  • Le “risque” individuel a donc été écarté.
  • Plus les indices montaient, plus les grands titres des indices montaient.
  • Plus les indices montaient, plus les titres non-indicés étaient délaissés (et probablement baissaient)

La moralité de cette fable est que:

– Tout vient à point pour qui sait attendre et que cette leçon faudra bien un fromage sans doute.

–  On a toujours besoin d’un plus petit que soit

– Que patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

Si les indices corrigent fort, ce sera probablement parce que la majorité des intervenants sont investis dans les titres des indices et sortiront ensemble. Le flux sera colossal.

Les gestions actives avec des actifs hors indices ne seront probablement pas touchés (ou peu).

   Envoyer l'article en PDF   

Je vous l’avais dit (trop tôt)

Je vais vous parler de moi (un peu et en toute modestie….parce que les marchés rendent modeste) et de ce qui m’est arrivé sur les marchés boursiers, mes vues et recommandations dans le temps.

Je viens de réaliser que c’est le timing qui est le plus difficile. On voit toujours les choses survenir, mais la difficulté c’est l’instant X: http://blog.crottaz-finance.ch/market-timing/

Durant les années 90 (1993-1994 pour être plus précis), dans le département de gestion où je travaillais, nous avions pensé que les taux des obligations allaient baisser et avions (par exemple) acheté des obligations 7% EDF 2015 (22 ans !). Les taux sont monté  contre toute attente et le marché des actions  1994 n’avait pas été brillant. Ce n’est que par la suite que les taux ont commencé à baisser.

Fin des années 1990, je ne croyais pas au P/E de 5000 voire plus sur les titres technos et avais copieusement arrosé les portefeuilles de Nestlé, Unilever etc. (Qui ne faisaient pas grand chose).

Je me suis fait appeler “Arthur” plusieurs fois par des clients ne comprenant pas qu’on pouvait gagner de l’argent avec des poudres à lessive et que les Alcatel, Vivendi, Canal+ c’était l’avenir ….. On a vu ce qui est advenu de ces titres (Alcatel par exemple passant de 95 Eur à 2 Eur)

Puis en 2001, alors dans un autre établissement, nous avions reçu la visite de deux super analystes d’une banque allemande.

Objectif sur le Pétrole 5-10 USD (on traitait vers 30 USD). Après la présentation, nous avions acheté toutes les pétrolières (ENI, Repsol Total Royal Dutch, Shell etc..), pour les revendre quand Goldmann Sachs voyait 250 USD le baril (on était à 140) Là c’était bien vu. ! (Quels contrariants !Merci Jean-François, je sais que tu t’en souviens)

Historical Crude Oil Prices - Crude Oil Price History Chart
Puis j’ai vu la bulle sur l’immobilier américain avec des crédits débiles impossibles à rembourser. J’avais personnellement acheté des puts sur HGX. “Arrivé à échéance trois mois avant la débâcle !” J’ai tout perdu.
hgx
J’avais vu la parité EUR/CHF (sur ce blog) avant que la BNS ne mette le plancher. Je vous ai parlé des taux d’intérêt négatifs
En 2011, j’ai vu le Brésil  et les problèmes à venir, je vous en ai parlé la semaine passée.
En 2011, J’ai vu la fin du taux plancher de la BNS (3.5 plus tard), le 15 janvier 2015 était la date fatidique pour la crédibilité de la BNS !
Je vous parle de la BNS et des problèmes que ce hedge funds va engendrer et des potentielles pertes abyssales (les deux premiers trimestres -50 milliards de CHF).
Que se passe-t-il avec les 100 milliards de CHF que la BNS a investi dans les actions (dont 1 milliard dans des actions APPLE).
La BNS perd 500 mios par jour depuis vendredi
Je ne compte pas les pertes sur le USD !
Depuis plusieurs années je vous parle de l’or et des mines qui ont perdu tellement et je suis faux depuis 3-4 ans….
gdx 24-8-15
Est-ce aujourd’hui l’instant X  ?
   Envoyer l'article en PDF   

Les billets sont garantis par de l’or…..mon oeil ! (mise à jour 2015)

Le 29 mai 2009, je vous avais écrit un article sur cette fameuse couverture or des billets.

Il est grand temps de faire une mise à jour suite à tous les développements 2015 dont l’abandon du taux plancher sous la pression.

Abandon que je vous avais annoncé le jour même de la fixation de cette hérésie de taux plancher dans mon article: “La BNS devra rendre des comptes” (et ce n’est pas fini, foi de Crottaz ! (j’aurai pu écrire “foie de Crottaz”, tellement le bilan de la BNS est indigeste))

Revenons à nos moutons.

Je vais vous montrer la couverture or de nos billets de banques en vous produisant tout simplement les chiffres et tableaux de la BNS (Banque Nationale Suisse).

Tout d’abord le montant en or de la BNS

bilan bns 2014

Soit 1040 tonnes d’or qui représentent 38’612.4 milliards fin mars 2015

Quelle est la quantité de billets en circulation ?

billet et comptes à vue 2015

Et l’explication “fumeuse” de la croissance ! (à oui la fameuse croissance….on est en déflation en Suisse ! ) la BNS veut dire la croissance du bilan ?

circulation billets de banques ch en 2014

 

Si je sais bien lire 66.897 milliards en billets pour 38 milliards d’or, soit une couverture or de 57.71% des billets en circulation.

Mais le propos ne s’arrête pas là car il faut tenir compte des autres « billets » qui physiquement pourraient être réclamés. Les comptes à vue (crédit etc.) et des comptes épargnes qui ne figurent pas dans le tableau précédent.

Voici donc le total de ce qui est appelé masse monétaire M3….. et sa merveilleuse évolution

agregat monetaire mars 2015

Toutes données peuvent être compulsées ici: annrep_2014_komplett.fr

Si on prend l’extrême, soit 958.546 milliards cela offre une couverture or de 4.02%……..je défaille ! (38.612 milliards en or pour une M3 de 958.546 milliards de CHF)

J’ajoute en plus que la BNS a augmenté son exposition en actions à 18% du bilan soit 100 milliards de CHF en actions, ce qui correspond à 13’000 CHF par habitant (pas par contribuable!)

reserves de devises et titres en CHF BNS

On comprend pourquoi certains titres n’arrêtent pas de monter…

Zerohedge l’a bien mentionné, la BNS possède plus de 1.1 milliards de USD dans Apple (entre autres)

Vous trouverez les détails ici: http://www.zerohedge.com/news/2015-05-07/guess-who-owns-11-billion-apple-stock

Soit vous pensez que les banques centrales ont tout pouvoir (et achetez les titres qu’elles achètent, soit vous pensez que cela ne peut aller à l’infini)

 

C’est l’histoire d’un type qui se demande combien font 2+2.

Il demande à son médecin à l’occasion. Ce dernier répond: « Je pense connaître la réponse, mais il va falloir que je demande l’avis de mes confrères ».

Notre homme se tourne alors vers un mathématicien et lui pose la même question. Le savant lui répond 3,9 périodique.

La réponse ne le satisfait pas. En désespoir de cause, il contacte un économiste et un comptable. Combien font 2+2 ?

L’économiste: « D’après mes tables environ 4, mais je vous dirai dans quelques temps pourquoi la réponse que je vous fournis est fausse. »

Le comptable: « Dîtes moi combien vous voudriez que ça fasse ! »

   Envoyer l'article en PDF   

Pourquoi les actions montent ? Parce que les banques centrales en achètent !

Dans mes prévisions 2012, je vous avais pronostiqué:

Actions:

Sélectivité dans le choix des actions (vous voyez je ne dis pas de rester l’écart comme l’année écoulée) et dans les secteurs.

Contre toute attente, je ne vois pas l’année 2012 comme celle de la fin du monde, ni celle de la mort des économies mondiales (le chant du cygne, peut-être).

Les marchés seront volatils, mais termineront l’année dans le vert ou étale (je dois bien être le seul qui voit ça !), mais pas dans le rouge.

Je privilégie les actions métaux et particulièrement les minières qui ont un retard colossal. Je privilégie les titre dans l’uranium, à part la triste réalité de Fukushima, rien n’a changé bien au contraire. Il existe des fonds dans les métaux et terres rares, je recommande cette idée d’investissement”

 

 

Pourquoi anticipais-je que les actions allaient monter ? Parce que je pensais que le sentiment négatif avait envahi le marché et qu’il était difficile d’être plus pessimiste que le niveau atteint. La majorité de ce que je lisais annonçait la fin du monde (là il reste encore quelques mois), la faillite de la Grèce (c’était déjà intégré), la fin de l’Euro (pas encore cette année) etc.

Il y a, par contre, un élément que je n’avais pas imaginé. LES BANQUES CENTRALES QUI ACHETENT DES ACTIONS ! Oui vous avez bien lu. Les banques centrales regorgent de liquidité (totalement artificielles, je vous le concède), de devises et d’obligations. Désormais, il faudra compter sur des actions (diversification ?)

Israel to Begin Investing Reserves in U.S Equities Today

Et la BNS qui possède 9% d’actions dans les réserves de devises et titres en francs (fin 2011) (cela m’avait échappé)

On peut désormais imaginer que les banques centrales du monde entier se mettent à chercher des alternatives de placements (liquides) pour y investir tout le cash qu’elles ont créé et les actions semblent être l’objectif.

 

   Envoyer l'article en PDF   

Market Timing

Le timing est un élément important au tennis et dans beaucoup d’autres sports.

Si vous frappez la balle trop tôt, elle ne part pas de la raquette. Si vous la frappez trop tard, elle ne prend aucun puissance. Si vous frappez au bon moment, il n’y a pas besoin de force et la balle s’envoie facilement.

Pour les investissements boursiers, c’est quasiment la même chose.

En octobre de l’année dernière, lorsque le marché a ouvert fortement à la baisse les 10 octobre et 24 octobre, j’ai poussé un “cri” d’achat. Cette chute de marché ressemblait à un jet de l’éponge de la part des investisseurs et les indicateurs de sentiment étaient au plus bas. Il m’arrive d’être positif quand même !

Je désire aujourd’hui vous montrer le résultat de ces deux recommandations, sachant que je suggère de vendre les actions depuis quelques semaines (attention ceci n’engage que moi et n’est pas une recommandation en tant que telle: voir mon “disclaimer”).

reco cf depuis octobre 087

sur le graphique ci-dessus et depuis octobre 2008, le SP500 a poursuivi sa baisse jusqu’en mars 2009 et ceci malgré quelques rebonds. Il a ensuite débuté une ascension importante.

Depuis octobre 2008 et jusqu’à fin août 2009, la hausse s’établit à +17.8%, ce qui est honorable. Il a fallu souffrir pour l’obtenir, car durant cette période l’indice a affiché pendant un moment une baisse de -20%.

En regardant depuis le bas touché par de l’indice en mars 2009 jusqu’à début août 2009 le marché a grimpé de +47.8% et aujourd’hui nous en sommes même à +55.2%, c’est une hausse incroyable, mais vraie.

Le timing est donc primordial et l’acheteur de mars a fait une très bonne affaire.

Ce qui est fou aujourd’hui, c’est que les recommandations à l’achat pleuvent et que la reprise (laquelle?) annoncée est là. Pourquoi ces personnes n’ont pas recommandé d’acheter en octobre 2008 ou encore mieux, en mars 2009 ?

Aujourd’hui ils ne recommendent pas de vendre, au contraire.

Au sujet de ce rallye, si on le compare à celui de 1929, il n’a pas encore affiché la même amplitude, mais il est déjà plus long dans la durée, voici “the chart of the day.”

chart of the day

Quid de la suite de l’évolution des marchés ?

   Envoyer l'article en PDF   

Il va y avoir des OPAs

Bonjour,

Aujourd’hui c’est la hausse technique de Volkswagen qui attire tous les regards.

Hier +200%, aujourd’hui encore entre +25 et 80%.

Pourquoi ?

Parce que mes amis les hedge funds avaient vendu à découvert le titre et que suite à la prise de participation de Porsche (en voilà une belle marque) à hauteur de 75% du capital, il ne reste plus assez d’actions en circulation (circulez y’a plus rien à acheter…) pour que ces mêmes hedge funds puissent boucler leurs positions.

En conclusion et uniquement techniquement le titre monte. Cela signifie que ces fonds alternatifs perdent des pièces en route (ils rachètent plus haut, un titre vendu plus bas).

Hier est passé inaperçue une OPA de BASF sur une société norvégienne (juste 116% plus haut que le dernier cours de bourse).

Aujourd’hui les sociétés solides qui ont du cash vont aller faire des emplettes pour pas cher, certaines sociétés étant largement sous-évaluées.

Citation de l’après-midi: “Le malheur des uns, fait le bonheur des autres”.

   Envoyer l'article en PDF